AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.57 /5 (sur 7 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Marco Martella est écrivain, jardinier, et membre de l’Institut européen des jardins et des paysages. Depuis 2010, il dirige, la revue Jardins aux Éditions du Sandre et, désormais, aux Pommes sauvages. En utilisant des hétéronymes, il a publié Le Jardin perdu (Jorn de Précy, Actes Sud, 2011) et Jardins en temps de guerre (Teodor Cerić, Actes Sud, 2014), édités également en Italie et en Espagne. Pour ces ouvrages, il a reçu plusieurs prix : « Lire au jardin » (domaine de Versailles), « Saint-Fiacre », « Redouté », « Ceppo Natura », et « Michel Tournier ». En 2016 il a publié en Italie Tornare al giardino (Ponte alle Grazie). Il écrit également des articles et des monographies sur le paysage dans des revues comme Polia ou la Revue des deux mondes.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Marco Martella - Un petit monde, un monde parfait

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Alzie   21 juin 2015
Jardins, N° 2, 2011 : Le réenchantement de Marco Martella
Le jardin commence au moment où un homme foule son sol et s'avance dans l'espace du végétal, du minéral. Son action se fixe dans la terre et les infimes réalités que ses pas ont rencontrées portent mémoire de sa présence.

Giuseppe Penone, p. 7
Commenter  J’apprécie          70
Alzie   21 juin 2015
Jardins, N° 2, 2011 : Le réenchantement de Marco Martella
En tous lieux, en tous temps, des jardins. Occident, Orient, toutes les sociétés qui le purent, Aztèques, Incas, Grecs, Egyptiens, Babylonien, Arabes, Romains, Chine, Japon firent des jardins. Il y a quelque chose de troublant à observer cette universalité, cette permanence : les jardins meurent, sont détruits - par les hommes, les éléments -, disparaissent mais toujours quelqu'un, quelque part, ailleurs, les redessine, les recrée, neufs, différents - reflets des goûts, des aspirations d'une époque, d'un moment, d'une mode. Semblable au Phénix le jardin sans cesse renaît de ses cendres. Ce besoin, cet intérêt, cette passion, est-ce l'appel d'un lieu natif, de notre place originelle ? Le souvenir inscrit en nous, au plus profond de l'être, du jardin initial - lieu de délices - qui, à notre insu revient et nous pousse à retrouver cet accord fondamental ? p. 88

Propos de jardins, Claude Dourguin.
Commenter  J’apprécie          50
Alzie   21 juin 2015
Jardins, N° 2, 2011 : Le réenchantement de Marco Martella
Ainsi, à l'instar du lieu dont il s' occupe et à qui il voue une grande partie de son être et de son temps, le jardinier n'a pas grand chose à voir avec la modernité. Humble, presque effacé, il est un des derniers dissidents du monde moderne, l'un des rares qui ose désobéir et vivre selon leurs principes à eux, pas ceux qu'impose la société. Et ce qui le rend plus touchant, à mes yeux, est le fait qu'il n'en est même pas conscient. Un rebelle malgré lui ! En cela aussi, il est proche du poète, mais aussi du bohémien et du voleur (p. 20).

Extrait de Jorn de Précy, The Lost Garden, 1912
Commenter  J’apprécie          40
Alzie   21 juin 2015
Jardins, N° 2, 2011 : Le réenchantement de Marco Martella
La mandragore



[•••] Si un homme, soit sous l'effet de pratiques magiques, soit à cause de sa propre ardeur, à perdu toute retenue, qu'il prenne une partie de mandragore en forme de femme, purifiée dans une fontaine, comme je l'ai dit plus haut, qu'il la garde attachée, trois jours et trois nuits entre la poitrine et le nombril ; puis qu'il divise ce même morceau en deux parties : qu'il en garde une attachée trois jours et trois nuits sur chaque hanche ; mais qu'il réduise en poudre la main gauche de cette silhouette, qu'il ajoute à cette poudre un peu de camphre, qu'il la mange et il sera guerri. [•••] p. 71.

Hildegarde Von Bingen (1098-1179)
Commenter  J’apprécie          20
Marco Martella
sabine59   20 novembre 2016
Marco Martella
Le jardinage est un dialogue ininterrompu avec la terre.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Un mot ... un philosophe

philosopher, c'est apprendre à mourir

Montaigne
Rousseau

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : philosophie , philosophe , philosophie antique , philosophie allemandeCréer un quiz sur cet auteur