AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.06 /5 (sur 81 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Florence , le 09/01/1881
Mort(e) à : Florence , le 08/07/1956
Biographie :

Giovanni Papini est un écrivain italien.

Il devient instituteur, et fonde en 1903 avec Giuseppe Prezzolini la revue Leonardo ; il contribue également à la revue Il Regno, dirigée par le nationaliste Enrico Corradini.

Quatre ans plus tard, il publie Le Crépuscule des philosophes (Il crepuscolo dei filosofi), manifeste dans lequel Papini proclame la mort de la philosophie, et Le pilote aveugle (Il pilota cieco), un recueil de nouvelles. Toujours en 1907, en raison d'un désaccord avec les autres collaborateurs de la revue, la parution de Leonardo s'interrompt.

En 1911, il fonde avec Giovanni Amendola une nouvelle revue, l'Anima, qui ne paraît que jusqu'en 1913. La même année est publiée son autobiographie, Un homme fini (Un uomo finito), qui reste une des plus connues de ses œuvres.

De 1913 à 1915, il dirige la revue Lacerba. Papini écrit également quelques recueils poétiques ; c'est sans doute en 1920 qu'il se convertit au catholicisme, et l'année suivante, sa Vie du Christ (Storia di Cristo) est un best-seller dans sa traduction en langue anglaise, The Life of the Christ.

Il publie un roman, Gog, en 1931.

Il se rapproche progressivement du fascisme, et dédie le premier volume de son Histoire de la littérature italienne à Mussolini en ces termes : "au Duce, ami de la poésie et des poètes".

Après la Seconde Guerre mondiale, largement discrédité, il reste soutenu par les mouvements politiques catholiques de droite, et publie plusieurs essais. Il collabore également jusqu'à sa mort au Corriere della Sera.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Giovanni Papini   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Histoire du Christ. L'excrément du démon.


Citations et extraits (207) Voir plus Ajouter une citation
LiliGalipette   17 septembre 2012
Gog de Giovanni Papini
« Il est incroyable qu’un homme comme moi, pourvu de milliards et dépourvu de scrupules, puisse s’ennuyer. » (p. 103)
Commenter  J’apprécie          220
colimasson   04 octobre 2013
Un homme fini de Giovanni Papini
Je sentais que j’étais né pour d’autres choses, que je visais d’autres fins. Ce n’était pas ambition de ma part ; ce n’était pas vanité, mais orgueil, tout bonnement orgueil, orgueil diabolique, orgueil divin. Je voulais être véritablement grand, épique, démesuré ; je voulais accomplir quelque chose de gigantesque, d’inouï, qui changerait la face de la terre et le cœur des hommes.
Commenter  J’apprécie          202
Aunryz   08 décembre 2015
Le Diable de Giovanni Papini
Peut-être n'attend-il qu'un signe de notre charité pour retrouver en lui la force de renier sa haine ?
Commenter  J’apprécie          204
colimasson   18 octobre 2013
Un homme fini de Giovanni Papini
Rien à faire : quoi que je fasse pour m’abrutir ou m’assommer, ce qui me plaît toujours, ce sont les extrêmes. […]

Ou un paysan ou Dante –et hors d’ici tous les autres, fichez le camp, les hommes de talent, les hommes d’esprit, les hommes habiles et les odieux intellectuels ! Qu’est-ce que vous êtes donc, vous autres, devant un péquenaud crasseux qui bat le grain pour vous donner à manger, ou devant un poète qui extrait de son âme ces mots qui font frissonner et réfléchir mille générations ?

Commenter  J’apprécie          182
colimasson   30 août 2016
Visages découverts de Giovanni Papini
Car les imbéciles ne sont pas les ignorants, ceux qui ne pensent à rien et tiennent honnêtement leur rang en notre terrestre officine. Les imbéciles constituent le pont de passage périlleux qui relie la brute au génie, et ils s’occupent de tout mais le plus souvent et le plus volontiers « d’art et de littérature ».
Commenter  J’apprécie          161
colimasson   15 septembre 2013
Un homme fini de Giovanni Papini
La sérénité ne peut survenir qu’après la fin de la jeunesse, quand on a fait le tour, au-dehors et au-dedans des choses, et qu’on se console de l’infini du néant en savourant l’instant qui jamais ne reviendra.
Commenter  J’apprécie          150
colimasson   27 novembre 2013
Un homme fini de Giovanni Papini
Et quand je me serai vidé de ma salive, de mon pus, de mon fiel et de mon sang corrompu, quand je me serai épanché, de tout et avec tous, alors je deviendrai moi aussi doux comme les lys de la vallée, et le matin j’écouterai avec recueillement le pépiement des moineaux sautillants sur les tuiles branlantes ; et je m’attendrirai au balancement des cloches dans les petits clochers trapus et décrépis des églises négligées, et je marcherai dans les allées des jardins hors de la ville en baissant la tête pour ne pas écraser une fourmi rouge pas prêteuse. Alors vous entendrez monter de mon cœur libéré un chant si soupirant de volupté, tellement gonflé de tendresse, à tel point détrempé d’amour larmoyant, que nul parmi vous ne pourra l’écouter sans se remémorer l’instant le plus solaire et passionné de sa jeunesse, sans se tordre et se pâmer à cette douceur trop poignante.
Commenter  J’apprécie          130
colimasson   25 septembre 2013
Un homme fini de Giovanni Papini
Je ne regrette pas d’avoir été trop franc et chercheur de noise. Rien à faire : je ne sais être utile aux autres qu’en les maltraitant et ne puis aimer qu’en méprisant.
Commenter  J’apprécie          140
colimasson   16 octobre 2013
Un homme fini de Giovanni Papini
Ils me disent, ceux qui sont autour de moi, que j’ai du talent, et ils croient me faire un grand honneur et un immense plaisir, les bonnes âmes ! Il y en a qui vont même jusqu’à dire que j’ai beaucoup de talent, un grand talent, et ce sont ceux qui croient m’aimer le plus et m’être le plus proche.

Chers humains, je vous remercie et m’incline devant vous et que Dieu vous le rende ! Vous faites et dites tout ce que vous pouvez faire et dire, et vous savez même vaincre votre amour-propre naturel et ma grossièreté de malappris.

Mais il n’y a vraiment personne parmi vous qui sache combien vous m’offensez et me peinez avec ce mot de talent ?

Au diable votre talent ! Qu’est-ce que c’est ? Est-ce que vous croyez vraiment, en conscience, que je puisse me contenter d’être un homme de talent, un jeune homme aux belles espérances jusqu’à la tombe, un bon compagnon spirituel qui sait intéresser les gens ? Pour qui m’avez-vous pris, grand Dieu ? Est-ce que j’ai le visage grisâtre et riant d’un homme qui se contente de ce que tout le monde possède et qui est heureux quand il a dix idées au bout de la langue et cent francs dans son portefeuille ? Vous ne vous êtes pas rendu compte, oiseaux de mauvais augure, que le talent est la denrée la plus courant qu’on puisse trouver dans les foires des hommes ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
colimasson   20 octobre 2015
Visages découverts de Giovanni Papini
L’adorateur le plus dévot est celui qui mange son Dieu.
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L'Enfant de noé

Comment s'appelle l'enfant dans ce ce livre ?

martin
joseph
jules
maylis

10 questions
148 lecteurs ont répondu
Thème : L'Enfant de Noé de Eric-Emmanuel SchmittCréer un quiz sur cet auteur

.. ..