AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.21/5 (sur 808 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nanterre , le 9/09/1966
Biographie :

Auteure d'ouvrages pour la jeunesse ainsi que de scénarios pour le cinéma, Nathalie Azoulai travaille actuellement dans l'édition. Elle a deux enfants.

En 2002, son roman "Mère agitée" lui vaut une première reconnaissance suivie d'un intérêt grandissant, notamment à l'occasion de la parution des "Manifestations" en 2005, roman politique qui relate la montée de l'antisémitisme en France à la fin du XXème siècle.

Elle est l'auteure de plusieurs romans et a également collaboré à plusieurs scénarios pour le cinéma et la télévision, avec, entre autres, Louis Gardel, Jacques Perrin, Jean-Xavier de L'Estrade et Yves Angelo.

Son roman "Titus n'aimait pas Bérénice" des éditions P.O.L et a été sélectionné pour les Prix Goncourt, Médicis et Femina 2015. Il obtient le prix Médicis 2015.

En 2018, elle publie "Les Spectateurs" aux éditions P.O.L. Suivront deux romans en 2019 : "Clic-clac" et "En découdre".
+ Voir plus
Source : editions.flammarion.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Nathalie Azoulai   (29)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre avec Nathalie Azoulai à l'occasion de la parution de Python aux éditions P.O.L.Nathalie Azoulai est née en région parisienne. École Normale Supérieure et agrégation de lettres. Vit et travaille à Paris. Elle a notamment publié chez P.O.L La fille parfaite (2022), Clic-clac (2019), En découdre (2019), Les spectateurs (2018) et Titus n'aimait pas Bérénice (2015, prix Médicis). -- 05/03/2024 - Réalisation et mise en ondes Radio Radio, RR+, Radio TER Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite (https://ausha.co/politique-de-confidentialite) pour plus d'informations.

+ Lire la suite
Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (277) Voir plus Ajouter une citation
Mais j’ai lâché Anna Karénine, je l’ai lu avidement jusqu’à la page 350 et je me suis arrêtée tout net. Je n’arrive pas à le reprendre, je ne peux plus lire que la moitié d’un roman épais. J’entends souvent que les gens n’ont plus le temps pour ça mais si on fait le calcul, ils passent des heures devant des séries, à commencer par moi qui cède à ce loisir paresseux. C’est une question de cerveau, pas de temps, et de motivation, comme si l’idée que les romans ne disent plus le monde s’installait dans nos esprits. C’est une malédiction car le désir d’écrire, lui, ne disparaît pas et augmente même avec l’espérance de vie (après la retraite, les gens ont du temps pour ça). Mais la littérature, elle, a peut-être l’avenir d’un artisanat très rare comme la glyptique ou la plumasserie, bonne à ne plus fournir qu’une clientèle triée sur e volet. Si au moins elle avait le savoir-faire des luthiers, indémodable, indispensable et modeste, mais non, même pas.
Commenter  J’apprécie          401
Sa mort a déclenché en moi un vrai siège à l’intérieur duquel le chagrin sinuait à peine. J’ai pensé que c’était l’affairement, toutes ces choses à organiser sous le choc, les membres gourds, l’œil perpétuellement rivé sur tout ce qui avait pu m’échapper : je bougeais, je parlais, mais tout était ralenti, mes pieds étaient pris dans la glace, ça ramait, ça n’avançait pas.
Commenter  J’apprécie          180
Primo, dans ma classe, il y avait trop de filles, des filles partout, des filles tout le temps. Avec leurs drames permanents, leurs dialogues maniaques, il m’a dit, je lui ai dit – pourquoi les filles restituent-elles les échanges avec un tel détail quand les garçons les résument ? – leurs allures de grappes sur les marches, les bancs dans la rue, leurs voix aiguës.
Commenter  J’apprécie          130
Mais au-delà de ces tautologies de salon, Jean éprouve d'autres sensations lorsqu'il compose; parfois entre les paquets de vers galants qui lui viennent ensemble, la mécanique ralentit et laisse arriver un alexandrin plus singulier, plus libre, tête nue dans le vent.

Mon âme loin de vous languira solitaire.
Commenter  J’apprécie          182
"Des petits sons, des mots, des gestes agacés, des mouvements de tête erratiques puis soudain, une impulsion plus longue, ample, balancée, qui déroule la question: De quelle patrie sont- ils vraiment les patriotes ?"
Commenter  J’apprécie          180
Titus mange goulûment. Il a une faim proportionnelle à l'énergie que lui demande ce moment. Bérénice ne touche pas à son plat. Elle reste immobile, le regard fixé sur son assiette. Puis elle pleure.
Commenter  J’apprécie          180
Les plus belles femmes le pressent (Jean Racine) de confidences. Parfois crues, comme celle qui lui dit que les séparations sont bien moins majestueuses dans la vie que dans sa pièce, qu'elles n'ont pas cette harmonie grave, qu'elles sont stridentes, crèvent les tympans, une personne qu'on quitte est une personne qu'on désosse et qui couine de toutes parts, dont on déchire les plus tendres cartilages, sans ordre ni méthode.
N'est-ce pas plutôt le cœur qu'on nous arrache suggère-t-il
Non...non... ce sont les os répond-elle.
Commenter  J’apprécie          160
Une journée type (d'une mannequin) :

- Lever 4h
- Départ de Suède, avion 5h30
- Arrivée à Paris 8h30
- Une voiture l'attend pour l'emmener sur le shooting.
- Coup de téléphone du booker pour lui dire qu'elle est en retard
- Arrivée 9h30 sur le set, place de la Concorde, dans un camion loge: tout est prêt et tout le monde l'attend.
- 9h35 début de la coiffure
- 10h15 début du maquillage
- 11h première image juste pour vérifier la lumière: la coiffure ne va pas.
- 11h05 retravail de la coiffure
- 11h20 fitting, en string dans le camion glacé place de la Concorde, oops, le réalisateur du making of entre dans la loge quand elle est toute nue ! Ses chaussures sont trop petites, pas de collant, il fait 8° dehors.
- 11h40 début du shooting: micro-robe, du vent, elle marche plus vite, moins vite, trop vite, elle s'arrête, elle ne comprend pas le photographe qui hurle, elle est loin, elle a froid, la styliste ajuste ses vêtement, l'heure tourne, une image, deux images, il faut se dépêcher...
On lui demande son âge, 17 ans, elle ne comprend rien à ce qui se dit pendant tout le shooting puisqu'elle ne parle pas la même langue que l'équipe. Livraison de sandwhichs, elle grignote seule dans son coin avec son Blackberry en jouant à des jeux vidéos. Son booker l'appelle: après son aller/retour à New York, elle doit aller directement à Londres. Elle ne dormira pas chez elle avant quatre jours si tout va bien.
- 14h30 re-maquillage, "petites retouches"
- 14h45 retouches coiffure
Et rebelotte, des chaussures trop petites, 8°C, vent, pluie, "smile, not a big smile, a tiny smile, chin down, your hands up, be careful, slow down..."
- 18h30 une voiture l'attend
- 20h30 destination Roissy, départ pour New York.
Commenter  J’apprécie          140
Un jour, elle n'aura plus d'enfant parce qu'elle ne pourra plus en avoir....
Trop vieille, trop exangue...
Cette idée la meurtrit. Son allure se ralentit. Sauf que, cette fois-ci, cette une lenteur d'agonie
Commenter  J’apprécie          160
Nathalie Azoulai
Il déteste le temps parce qu'il use l'amour et le chagrin de l'amour.
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Nathalie Azoulai (1186)Voir plus

Quiz Voir plus

Episode 2 : Quelle définition pour ces mots peu courants ?

Aménité ...

Fait de pardonner
Forme de courtoisie
Fait de conclure un discours
Forme de résilience

7 questions
175 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..