AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.75 /5 (sur 531 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nancy , le 13/01/1970
Biographie :

Nathalie Hug est une écrivaine et scénariste.

Elle a travaillé pour l'industrie pharmaceutique d'abord comme délégué médicale, puis comme responsable de formation du réseau et enfin comme directrice régionale.

En 2004, Jérôme Camut publie les deux premiers tomes de la tétralogie "Malhorne" aux éditions Bragelonne. Nathalie Hug se les procure et, bouleversée par sa lecture, décide de contacter l’auteur. Ils ne se quitteront plus et commencent très vite à écrire ensemble.

Naît ainsi "EspylaCopa", une nouvelle Fantastique publiée dans Fantasy 2006 aux éditions Bragelonne. Puis le thriller "Prédation" (2006), premier opus de la trilogie "Les Voies de l’ombre", aux éditions Télémaque. Depuis leur mariage en 2006, les deux auteurs consacrent leur vie à l’écriture.

Les Éditions Calmann-Lévy ont publié "Les Éveillés" en 2008, "3 fois plus loin" en 2009 et "Les Yeux d'Harry" en 2010.

Dans son premier roman solo, "L'enfant-rien" (2011), elle a imaginé un personnage naïf et inquiétant, à la voix singulière, aux questionnements bouleversants. Suivront "La demoiselle des tic-tac" (2012) et "1, rue des petits-pas" (2014).

Site officiel de Nathalie Hug et Jérôme Camut :
http://www.jeromecamut.com/

+ Voir plus
Source : polars.pourpres.net/
Ajouter des informations
Bibliographie de Nathalie Hug   (21)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vous ne savez que choisir dans tout ces coups de coeur ? Ne vous en faites pas ! Chaque semaine vos libraires vous proposent ici les 3 livres indispensables « la crème de la lecture fouettée acidulée piquantée » en format poche ou grand format ! • Les premières enquêtes de Lizzie Martin de Ann Granger et Delphine Rvet aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1019626-nouveautes-polar-les-premieres-enquetes-de-lizzie-martin.html • Comme un enchantement de Nathalie Hug aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/1034672-divers-litterature-comme-un-enchantement.html • La Goûteuse d'Hitler de Dominique Vittoz et Rosella Postorino aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1039871-poche-la-gouteuse-d-hitler.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editions1018 #editionscalmannlevy #editionslivredepoche

+ Lire la suite

Citations et extraits (116) Voir plus Ajouter une citation
Ptitgateau   17 août 2017
L'Enfant-rien de Nathalie Hug
J'ai crié ma solitude, ma douleur d'être oublié, j'ai crié mon désespoir d'entendre le bébé hurler, juste parce qu'il avait faim alors que moi j'en étais malade de chagrin.

Ma mère était un fantôme, mon père un inconnu et ce truc inutile aspirait tout l'amour de cette maison.
Commenter  J’apprécie          330
bgn   25 octobre 2012
L'Enfant-rien de Nathalie Hug
Soit ma mère avait eu un amoureux secret, soit elle avait décidé de me fabriquer avec des oeufs congélés, soit elle avait été violée, soit mon père était mort et elle l'ignorait, soit c'était un bandit et elle voulait m'épargner la honte, soit elle était la Sainte Vierge et moi le petit Jésus.
Commenter  J’apprécie          200
Crossroads   30 mars 2014
La Demoiselle des Tic-Tac de Nathalie Hug
Oma Chouchou racontait tout le temps que les suicidés grillent en enfer pour toujours. Moi, je ne crois ni au paradis ni à l'enfer, c'est une invention des curés pour forcer les gens à obéir.
Commenter  J’apprécie          202
ladesiderienne   11 décembre 2014
1, rue des petits-pas de Nathalie Hug
Bientôt les canons cesseraient de labourer les cadavres, les bois et les prés, et un autre combat débuterait. Il faudrait soigner les blessés, soutenir les vivants, guérir le corps et le cœur des femmes, enterrer les morts et retrouver les disparus.

Tout serait à reconstruire, les murs et les gens.
Commenter  J’apprécie          180
ladesiderienne   12 décembre 2014
1, rue des petits-pas de Nathalie Hug
- J'ai entendu dire que vous aviez pratiqué un avortement dans un village voisin, et que vous proposiez à vos patientes des méthodes de contraception. Vous savez que l’Église condamne ce genre de pratiques.

- Nous n'avons avorté personne, m'irritai-je, mais sauvé de la mort une femme dont l'enfant était condamné. Nous devions la laisser agoniser, c'est ça ? Au nom de quoi ?

- Mais l'enfant à naître est une créature de Dieu, vous n'avez pas le droit de...

- Bien sûr, m'esclaffai-je, j'ai le droit de regarder mourir une patiente les bras croisés !

- Louise, vous ne me comprenez pas bien . Donner la mort ou empêcher la vie ne sont pas des prérogatives humaines.

- Allez dire à cette femme qu'elle devait mourir au nom de Dieu ! Et aux filles violées par leur père, ou par des déments, qu'elles doivent se réjouir d'être enceintes ! Et tant que vous y êtes, allez expliquer aux putains qu'elles ne doivent pas se prémunir d'une grossesse ! Ou mieux, pauvre curé que vous êtes, ajoutai-je folle de rage, demandez donc à votre Dieu qu'il s'incarne pour le leur dire lui-même ! Et quand il l'aura fait, alors seulement j'irai me confesser !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Ziliz   06 avril 2014
La Demoiselle des Tic-Tac de Nathalie Hug
Dès le début de la guerre, [ma mère] m'a appris à gérer les stocks et à quitter la table avec la faim au ventre. Ce qui compte, disait-elle d'un air sévère, ce n'est pas d'être rassasié, c'est d'avoir assez de force pour courir vite. (p. 95)
Commenter  J’apprécie          150
StefEleane   14 mars 2015
1, rue des petits-pas de Nathalie Hug
Allez dire à cette femme qu'elle devait mourir au nom de Dieu ! Et aux filles violées par leur père, ou par des déments, qu'elles doivent se réjouir d'être enceintes! Et tant que vous y êtes, allez expliquer aux putains qu'elles ne doivent pas se prémunir d'une grossesse ! Ou mieux, pauvre curé que vous êtes, ajoutai-je folle de rage, demandez donc à votre Dieu qu'il s'incarne pour le leur dire lui-même ! Et quand il l'aura fait, alors seulement, j'irai me confesser.
Commenter  J’apprécie          140
ladesiderienne   11 décembre 2014
1, rue des petits-pas de Nathalie Hug
J'avais grandi dans le vide de ma mère, dans le manque de tout, dans la douleur des travaux de forçats auxquels on me soumettait, dans l'euphorie de l'alcool qu'on me faisait ingurgiter pour étouffer mes pleurs quand après avoir labouré des heures, je devais passer la nuit à ensemencer les champs, courbée au-dessus des sillons.

J'avais grandi dans l'idée que la vie n'était que souffrance, et qu'il me fallait accepter ce sort, puisque tel était celui que Dieu m'avait choisi. Ce Dieu que je devais chanter le dimanche, tellement fourbue par ma semaine que je ne parvenais plus à me lever pendant la messe, quand le curé me l'ordonnait. Ce même Dieu qui m'avait enlevé mes parents d'abord, puis Hortense, la frappant de la vérole, et qui nous avait livrées à des soudards, la Vieille et moi.
Commenter  J’apprécie          132
Under_the_Moon   26 juillet 2014
1, rue des petits-pas de Nathalie Hug
La grippe et la guerre avaient fait tant de victimes que faute de place dans les cimetières, nombre d'entre elles étaient jetées dans des fosses communes en attendant d'être identifiées et rendues à leurs familles. Partout, des fossoyeurs clandestins ramassaient les corps pour les monnayer car nul n'avait l'autorisation d'ensevelir en dehors d'un emplacement officiel.
Commenter  J’apprécie          130
ladesiderienne   14 décembre 2014
1, rue des petits-pas de Nathalie Hug
A partir de 1916, les prétendantes sage-femmes doivent passer un brevet et avoir plus de dix-neuf ans. Elles ont le droit de pratiquer l'épisiotomie mais pas d'utiliser les forceps ni de faire de césarienne ou d'avortement sous peine d'être condamnées aux travaux forcés à vie. Elles n'ont pas le droit non plus de prescrire des médicaments. Ni à la mère ni à l'enfant. En cas de transgression de ces règles elles peuvent être accusées d'exercice illégal de la médecine ou de la pharmacie et encourent des amendes pouvant aller de cent à mille francs, ou des peines de prison allant de six jours à six mois ferme.



Note de l'auteur en préface.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3541 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur cet auteur

.. ..