AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.34 /5 (sur 77 notes)

Nationalité : Arabie saoudite
Né(e) à : Syrie , 1985
Biographie :

Rana Ahmad est née dans une famille sunnite qui a émigré en Arabie Saoudite à la fin des années 1980.

Elle a grandi à Riyad où elle est contrainte de porter le hijab à l’âge de neuf ans, le niqab à treize ans et d’étudier le Coran dès l’âge de quatre ans.

Après un mariage qui fut un échec, elle découvre le monde par le biais d’internet, puis les livres, et la science. Elle se met à douter de sa foi et devient athée, à l’insu de sa famille.

Vu le spectre de la peine capitale, Rana Ahmad prend une décision difficile : fuir de ce pays sans lueur d’espoir pour une femme, quitter à tout jamais sa famille.

Rana quitte sa maison malgré l’immense danger que représente un tel passage à l’acte, munie uniquement d’un ordinateur portable et d’un billet d’avion pour Istanbul.

Arrivée en Turquie, elle poursuit son périple comme réfugiée et traverse la Grèce pour l’Allemagne, où elle vit aujourd’hui à Cologne.

Elle y étudie actuellement afin d’obtenir une équivalence de son baccalauréat saoudien et espère pouvoir poursuivre ses études.

Dans "Ici, les femmes ne rêvent pas" (Frauen dürfen hier nicht träumen, 2018), elle raconte son parcours et sa rébellion contre l'éducation musulmane sunnite qui lui a été imposée en Arabie Saoudite.

page Facebook : https://www.facebook.com/FreeThought.girl/
Twitter : https://twitter.com/lovhum?lang=fr
Instagram : https://www.instagram.com/rana.ahmad3/?hl=fr
+ Voir plus
Source : http://anneetarnaud.com/rana-ahmad-globe/
Ajouter des informations
Bibliographie de Rana Ahmad   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Échos du monde – Rana Ahmad se dévoile…


Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   29 octobre 2018
Ici, les femmes ne rêvent pas : Récit d'une évasion de Rana Ahmad
On dirait presque qu'il (son père) devinait déjà à cette époque que je ferais un jour le grand bond vers une nouvelle existence-car même si je suis satisfaite de mon travail à l'hôpital, même s'il m'arrive d'apprécier certains moments de ma vie, je ne me défais pas de ce sentiment accablant d'être en cage, une sensation qui m'accompagne jour après jour, moi et beaucoup d'autres jeunes femmes et filles saoudiennes. Chaque fois que je passe le niqab, le matin, je sais que je vis dans un pays où les femmes et les hommes ne sont pas traités de la même manière. (p. 115)
Commenter  J’apprécie          260
nadiouchka   29 septembre 2018
Ici, les femmes ne rêvent pas : Récit d'une évasion de Rana Ahmad
J’ai vingt-neuf ans. Une femme divorcée à Riyad, avec un diplôme d’anglais, quelques années d’expériences professionnelles et un ordinateur portable dans son sac. Je quitte mon domicile sans bagages ni certitudes, je marche vers l’inconnu. J’ai du mal à comprendre que ce sera ce jour pourrait être le dernier à me voir enveloppée de tissu noir et contrainte de respecter les règles rigoureuses de ma religion (…) pire : le dernier jour de ma vie tout court.

P.195/196
Commenter  J’apprécie          210
fanfanouche24   29 octobre 2018
Ici, les femmes ne rêvent pas : Récit d'une évasion de Rana Ahmad
En Islam, il existe une formule de remerciement spécifique que l'on adresse aux femmes non mariées. Elle signifie littéralement : "Je te reverrai quand tu seras épouse". Elle est aussi naturelle que l'expression "Dieu merci" en français et l'on ne réfléchit pas à son contenu littéral quand on l'utilise. Il n'empêche que le fait qu'on la prononce devant une femme qui n'a pas encore de mari pour lui exprimer une profonde reconnaissance en dit long sur la situation de ces pays. (p; 69)
Commenter  J’apprécie          190
nadiouchka   27 septembre 2018
Ici, les femmes ne rêvent pas : Récit d'une évasion de Rana Ahmad
La liste de liens qu’Arab Atheist a établie constitue une sorte de bibliothèque interdite sur l’athéisme, dans laquelle on peut se promener en cliquant sur sa souris. L’un de ses tweets contient un lien vers un film documentaire sur les théories de Charles Darwin. (…)

Ce ne sont que dix minutes mais elles vont tout changer. P.135
Commenter  J’apprécie          190
nadiouchka   17 novembre 2019
Ici, les femmes ne rêvent pas : Récit d'une évasion de Rana Ahmad
Me voilà revenue à Riyad. L’échec de mon mariage est scellé. C’est le début de la période la plus sombre de ma vie. Heureusement, Nona est toujours là. Mon père a beau ne pas trouver ça bien, il lui arrive de me conduire chez elle en secret. (…) Ma grande chance, c’est que mon père, qui n’a que bienveillance à mon égard, est redevenu mon tuteur à la place de mon mari.

P.101
Commenter  J’apprécie          170
nadiouchka   25 septembre 2018
Ici, les femmes ne rêvent pas : Récit d'une évasion de Rana Ahmad
A mon père, qui a toujours cru en moi et m’a donné le sentiment d’être un individu singulier.

A tous ceux qui veulent changer leur vie, mais ne peuvent pas être encore en mesure de le faire.

Ce livre est pour vous.

Epigraphe
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24   29 octobre 2018
Ici, les femmes ne rêvent pas : Récit d'une évasion de Rana Ahmad
Nona a été auscultée par une femme médecin légiste qui a vérifié sa virginité. Comme elle n'est plus vierge, elle a été condamnée à cinquante coups de fouet et trois mois de prison. (...) Lorsqu'elle est libérée de prison, sa soeur m'appelle au téléphone. Son père doit signer une lettre garantissant qu'il ne tuera pas sa fille. Cela permet à la police religieuse de se couvrir et de se dégager ainsi de toute responsabilité, car, après ce type d'arrestation, beaucoup de femmes sont tuées par leurs familles soucieuses de sauver leur honneur. (p. 123)
Commenter  J’apprécie          164
fanfanouche24   28 octobre 2018
Ici, les femmes ne rêvent pas : Récit d'une évasion de Rana Ahmad
Je tente de saisir l'enchaînement des faits. Un instant plus tôt, j'avais encore une bicyclette à moi et je pouvais sentir le vent dans mes cheveux. A présent je dois les couvrir et je n'aurai plus le droit de sortir seule quand nous serons revenus à Riyad. (...) Abandonner un vélo pour un voile, voilà qui me fait l'effet d'un bien mauvais troc. (p. 37)
Commenter  J’apprécie          150
nadiouchka   19 novembre 2018
Ici, les femmes ne rêvent pas : Récit d'une évasion de Rana Ahmad
Lorsque nous atterrissons à l’aéroport d’Istanbul-Atatürk, quatre heures plus tard, je respire profondément, pour la première fois depuis des jours.

Je parviens à dormir un peu. Le pilote me réveille en annonçant que nous n’allons pas tarder à atterrir.

P.203
Commenter  J’apprécie          150
fanfanouche24   27 octobre 2018
Ici, les femmes ne rêvent pas : Récit d'une évasion de Rana Ahmad
D'un seul coup, nous avons cessé de porter la même tenue noire presque identique, nous sommes un groupe de femmes, des individus, toutes différentes, vêtues de couleurs vives et chatoyantes, qui jouissent de pouvoir danser, parler et rire sans voile. (p.48)
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

SF, fantasy ou fantastique ? (facile)

"Le Fantôme de Canterville" d'Oscar Wilde ?

Science-fiction
Fantasy
Fantastique

15 questions
793 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fiction , fantasy , fantastique , imaginaireCréer un quiz sur cet auteur

.. ..