AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782848658186
306 pages
Sarbacane (07/10/2015)
4.22/5   476 notes
Résumé :
Fidèle, jeune adolescente, grandit, entourée de ses six frères et soeurs, dans une famille dysfonctionnelle : son père enchaîne les allers-retours en prison, sa mère est à l'asile. Dotée d'une "intelligence précoce", elle s'intègre à un lycée des beaux quartiers où les élèves la regardent comme un alien. Mais c'est là que l'attend l'amour, le vrai, celui qui transforme, celui qui sauve...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (199) Voir plus Ajouter une critique
4,22

sur 476 notes

marina53
  26 mai 2021
Fidèle, alias Fifi, alias Bouboule (merci Nutella !), grandit, avec ses six frères et soeurs, dans une famille qu'elle juge "dysfonctionnelle". Son père, quand il n'est pas derrière le comptoir de son bar, "Le bout du monde", se trouve toujours au mauvais endroit au mauvais moment et finit donc en case prison. Sa mère, rescapée des camps, malmenée par la vie (elle est passée par la case prostitution), fait des allers et retours à l'asile. Pour autant, l'amour inconsidéré de son mari et de la plupart de ses enfants, l'aident à se maintenir à flot. Quant à ses frères et soeurs, Fidèle, si elle s'entend bien avec Maryline, ne comprend pas Dalida, qui ne cherche qu'une chose, trouver un bon mari et fuir sa famille, JR, qui ne cherche qu'à draguer tout ce qui porte une jupe, ou encore Jésus, qui se considère véritablement comme l'incarnation du fils de Dieu. Heureusement que sa grand-mère, Zaza, et son oncle veillent un peu sur tout ce petit monde. Si l'enfance et l'adolescence de Fidèle, dans le quartier de Belleville, se passent bien, entre l'école, les matchs de foot, les pitreries des clients du bar, sa rencontre avec Sarah, des beaux quartiers, va la bouleverser...
Quelle belle lecture ! Et quelle galerie de personnages ! En premier lieu, évidemment, Fidèle, la narratrice de ce roman, que l'on suit depuis son enfance dans le quartier de Belleville jusqu'à sa vie de jeune adulte. Une personne pétillante, drôle et farouche. Autour d'elle, ses frères et soeurs, tous au comportement atypique (de Jésus, fervent catholique, à la soeur féministe en passant par celle qui renie les siens) ; ses parents qui tentent, du mieux qu'ils peuvent, d'élever toute la marmaille, sa grand-mère attentionnée ou encore l'oncle qui a toujours de bonnes idées. Une galerie haute en couleurs et vraiment attachante à qui il en arrive des choses. Bourré d'humour, d'émotions, de tendresse, d'humanité, de fantaisie et d'amour, ce roman aborde, avec intelligence et justesse, de nombreux sujets tels que la religion, la parentalité, la différence, le féminisme, l'homosexualité, la tolérance, l'entraide, la famille... Un roman dense, fouillé, servi par une plume vive et tendre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          684
leslecturesdeVal
  25 septembre 2015
Mon avis: wow ! wow! wow! On attendait Axl Cendres depuis un petit moment déjà et bien elle nous revient avec un roman qui ne peut pas nous laisser de marbre, il nous transporte dans une famille des plus " Disfonctionnelle " mais alors une famille dont j'aurais aimé faire partie par moment, c'est un livre à part, une merveille!!! Un condensé d'émotions pures, rares, envoutantes, on rit, on pleure, on sourit mais surtout on s'immerge dans la vie de cette famille comme si on en faisait partie on arrive même à sentir la bonne odeur du pain perdu de Zaza, venant chatouiller nos narines.
Du coté de l'histoire: Je ne vais pas trop en dire pour ne pas vous gâcher la découverte de l'histoire mais voilà un petit aperçu tout de même... Fidèle, dite Fifi ou bouboule vit dans une famille avec un père qui fait des allers et retours en prison pendant que sa mère, elle, fait des voyages de plus en plus fréquents dans les asiles de la région. Mais cela ne l'empêche pas d'être heureuse et de partager sa vie entre son école, le bar de son père et ses six frères et soeurs aux noms des plus surprenants. Entourée de sa grand-mère Zaza, son oncle et tous les clients du bar de son père aussi différents les uns que les autres, elle va au lycée des beaux quartiers, où jusque là elle passe pas inaperçue mais un jour Sarah, une jeune fille à papa, débarque dans sa vie sans crier gare, et là tout va changer, elle va se découvrir un amour éperdu pour cette jeune fille si différente d'elle, et sa vie plus qu'atypique va prendre un autre tournant...

Du coté de l'écriture: Nous retrouvons ici, la plume envoûtante d'Axl Cendres, mais ce roman est dans un tout autre registre, c'est une histoire, prenante, humaine, où les sentiments qui s'entremêlent, s'entrechoquent dans notre tête et notre coeur. Tout au long de ces pages qui défilent, nos émotions s'intensifient, cette jeune fidèle est touchante, émouvante et pendant tout le texte nous voulons la tenir dans nos bras, la rassurer, l'accompagner dans cette vie si peu ordinaire. la fin nous fait pleurer pas parce que c'est triste non bien au contraire, la fin est belle à l'image du roman, à l'image de la vie de notre jeune héroïne.
En conclusion: Alors moi je dis bravo et merci à l'auteure pour avoir pu en 300 pages, me faire vibrer à ce point là, ce roman est une vraie merveille. Ce roman donne envie, d'oser, de vivre, de s'émotionner de choses que l'on ne ferait pas forcément en temps normal . Ce roman est un hymne à la vie, un hymne à l'amour, un hymne à la différence et à la famille dite dysfonctionnelle.
Foncez dès le 07 octobre en librairie pour découvrir ce petit bijou aux odeurs d'amour, de joies, d'espérances et un peu aussi à l'odeur alléchante de couscous et pain perdu à la façon Zaza...
Mention spéciale également pour la bande son accompagnant l'histoire, des chansons et musiques superbement choisies

Je tiens à remercier les éditions Sarbacane, en particulier Charlène pour l'envoi de ce roman et Tibo pour toujours nous trouver des auteurs et histoires hors du commun, c'est encore un Exprim' qui restera à jamais graver dans mon coeur.
Lien : http://aupaysdelire.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          622
sylviedoc
  14 février 2022
Imaginez une gamine d'environ 5 ans, en surpoids, vêtue d'un Perfecto, solidement campée les poings sur les hanches, et qui vous dit en pleine face : "Y a un problème ?" parce que vous l'avez regardée avec un peu trop de curiosité. Prenez maintenant cette même petite fille, appelons-la Fifi, ou Bouboule (mais c'est affectueux), et placez-là entre ses trois soeurs aînées : Dalida, Maryline et Alyson, et ses trois petits frères : Jésus, J.R. et Grégo. Rajoutez derrière cette tribu le père, Sid-Ahmed, d'origine kabyle et dont la fâcheuse habitude d'être "au mauvais endroit au mauvais moment" lui vaut d'être régulièrement embastillé. Et la mère Natacha, juive polonaise rescapée d'un camp alors qu'elle était toute petite, ce qui lui a laissé pas mal de séquelles, au point de séjourner assez souvent en HP. Mais la famille ne serait pas complète sans Zaza, la grand-mère à l'accent kabyle inénarrable qui trouve que son pays "ci li pli bo pays di monde" et qui fait "li miyour couscous di monde" pour tous ceux qui viennent passer un moment "Au Bout du Monde", ce troquet où viennent se réunir tous les paumés, les déjantés de Belleville. Et n'oublions pas l'oncle, qui est un peu l'élément stabilisateur de cette famille "dysfonctionnelle", celui qui trouve toujours une solution et qui comprend la "sychologie" de tout un chacun.
Dysfonctionnelle, cette smala ? Aux yeux des juges et des institutions, "Le Bout du Monde" n'est certainement pas l'endroit adéquat pour élever des enfants dans de bonnes conditions ! On y boit beaucoup, les horaires sont élastiques, les enfants viennent faire la fête avec les clients et tout cela finit en général par une chorale braillant "Que je t'aiiimeuh" à la fermeture. Et quand en plus les parents sont "absents" pour les raisons énoncées plus haut, il arrive que les enfants soient placés en famille d'accueil, où les choses ne se passent parfois pas très bien.
Le roman s'ouvre justement sur une énième sortie de prison du père, et c'est Fidèle (alias Fifi, alias Bouboule), la narratrice alors âgée de 22 ans qui vient le chercher. le dernier petit frère, Grégo, a été placé pendant la détention de Sid-Ahmed, ce qui fait ressurgir des souvenirs. Et on remonte le temps jusqu'à la rencontre entre la blonde Natacha et le jeune propriétaire de bar kabyle, en 1976. Fifi nous présente sa fratrie, nous fait partager ses premiers souvenirs, sa naissance au Liban en pleine guerre avec Israël, son arrivée triomphale à Paris trois ans plus tard, l'école où elle se révélera surdouée et dotée d'une extraordinaire mémoire photographique, d'où découlera son affectation dans un lycée des beaux quartiers où se produira LA rencontre qui va bouleverser sa vie.
Toute l'histoire est centrée sur Fifi et sa famille, avec les habitués du bar qui gravitent autour, et dont certains sont de sacrés personnages aussi. Mais des "éléments extérieurs" vont venir jouer un rôle très important dans sa vie, notamment Sarah, et plus tard Vincent, issus de milieux bien différents.
Les épisodes loufoques se succèdent, on sourit beaucoup pendant la lecture, du moins cela a été mon cas, et on est ému aussi à certains moments, je pense notamment à l'anniversaire de la mère, ou à la complicité entre Fifi et Grégo.
Je me suis beaucoup attachée à la plupart des personnages, qui attirent la sympathie, mais deux d'entre eux m'ont révulsés, une des soeurs, et la mère de Sarah, vous comprendrez pourquoi si vous lisez. de nombreux thèmes sont abordés, les religions et leurs difficultés à cohabiter parfois, les troubles post-traumatiques (la mère), la délinquance, les familles d'accueil avec parfois la maltraitance, l'homosexualité, la tolérance, la contestation... des problématiques qui peuvent sembler lourdes, mais traitées ici dans un esprit joyeux et ouvert, ça change par rapport à d'autres romans sur ces sujets !
L'écriture est vive, rythmée, on est vraiment plongé dans l'ambiance et la vie de cette tribu, c'est transgressif et ça fait du bien. Je n'avais pas encore lu de roman d'Axl Cendres, mais "Coeur battant", son dernier, est au CDI et j'ai bien l'intention de l'emprunter. Malheureusement elle n'en écrira plus, elle est partie bien trop vite, à 37 ans.
La demie-étoile en moins ? Elle est due à certaines invraisemblances, par exemple l'âge de la mère dont j'ai calculé qu'elle aurait eu son dernier enfant à près de 50 ans ? Mais ce sont des broutilles, par rapport au plaisir que j'ai retiré de cette lecture, que je peux bien sûr que conseiller, même si certain(e)s vont me maudire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5251
Shan_Ze
  05 février 2017
Ça ne fait pas longtemps que j'ai découvert cette auteure, j'adore sa façon de raconter des histoires et son humour déjanté. J'ai déjà été lu Mes idées folles et La drôle de vie de Bibow Bradley qui m'ont bien éclaté. Dans Dysfonctionnelle, Fidèle présente sa famille assez atypique : le père est musulman (enfin quand ça l'arrange), la mère est juive et les enfants sont catholiques. La mère, rescapée des camps, est un peu dérangée mais elle est protégée par son mari barman et par ses enfants, surtout Fidèle, la narratrice.
Fidèle, dit Fifi ou Bouboule raconte sa famille de la première rencontre entre ses parents à …une énième sortie de prison pour son père. Avec au milieu des dizaines d'évènements assez farfelus comme l'arrivée d'une nouvelle soeur ou d'un nouveau frère avec des étiquettes bien caricaturales, une manifestation pour la montée en ligue 1 d'un club de football ou un couscous de la grand-mère Zaza. Un bien joli bazar dans et au-dessus d'un bar à Belleville, c'est complètement déjanté mais assez émouvant. Une famille dysfonctionnelle, on peut en trouver partout. Axl Cendres a un peu forcé le trait pour décrire cette tribu-là mais elle permet de montrer du doigt ce qu'on trouve chez tout un chacun. Comme dans chaque famille, il y a des moments tristes, d'autres plein de bonheur. Et on repense à la nôtre. Je suis curieuse de savoir où elle trouve toutes ses idées, cette Axl Cendres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
latina
  28 août 2021
Au risque de passer pour une ronchonne, je ne mets pas 4 ou 5 étoiles à ce roman. Plutôt 3,5.
Quitte à pinailler, allons-y gaiement, après un petit mot de l'histoire.
La narratrice est une jeune femme provenant – d'après ses dires – d'une famille dysfonctionnelle : père kabyle faisant régulièrement 2 mois de prison, car se trouvant « au mauvais endroit au mauvais moment », mère polonaise et juive plus que perturbée, une kyrielle de frères et soeurs atypiques aux prénoms inhabituels (Jésus, Dalida, …), une grand-mère protectrice à l'accent kabyle prononcé. Son père tient un café intitulé « le bout du monde » qui est le théâtre de bien des évènements familiaux. Jusqu'au jour où Fidèle, notre héroïne, tombe amoureuse de Sarah, une élève d'un lycée chic où on l'a envoyée pour cause de QI très élevé. La vie pleine de rebondissements de Fidèle va-t-elle changer de cap ?
Cette famille très spéciale est présentée dans des chapitres courts racontant une multitude d'anecdotes cocasses.
Voilà le hic : ce n'est, en fait, QUE des anecdotes. Il n'y a pas d'histoire avec début – milieu – fin, pas d'histoire avec « schéma narratif ». Et c'est ce que je cherchais, précisément, pour le donner à lire à mes élèves. Pas de chance.
Au début, c'est marrant, c'est vif, ça frappe. Mais après quelques chapitres, l'ennui s'est un peu installé, chez moi. La verve, la fantaisie, j'adore, mais la surenchère, non.
Des thèmes intéressants sont abordés, mais non développés : l'homosexualité, les études, la religion…
Bref, je suis restée sur ma faim, un peu déçue par ce trop-plein de bizarreries pourtant très humaines.
Axl Cendres a écrit « La drôle de vie de Bibow Bradley », qui est dans mon pense-bête. Je le lirai, c'est sûr, en espérant ne plus être déçue, même légèrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          343


critiques presse (1)
Telerama   03 décembre 2015
Axl Cendres, dont le nom s'est déjà largement imposé dans la littérature ado, ne triche pas, elle écrit au plus près d'elle-même, avec autant de brutalité que de tendresse.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation
StellabloggeuseStellabloggeuse   11 octobre 2015
-Demain, y’a des chances pour que les aut’ gamins se moquent de toi…
-Et pourquoi ça ? j’ai demandé en croisant les bras, pour mimer mon père quand il entendait quelque chose qui lui plaisait pas. Moi qui croyais être la personne la plus cool de l’univers, je voyais pas pourquoi on se moquerait de moi.
Mon oncle n’osait pas me répondre : « Parce que t’es une petite grosse en perfecto qui s’appelle Fifi », alors il a dilué :
-Pace’que t’es di-ffé-rente.
Je restais perplexe, il a continué :
-Ça veut dire que les autres ne sont pas comme toi, mais ils sont simplement plus nombreux. Pigé ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
ZirkawiccaZirkawicca   16 février 2016
Le 20 mars 2003, les Etats-Unis commençaient leur invasion en Irak. Au bar, tout le monde n'avait qu'un seul mot à la bouche: guerre.

Et maman a recommencé à bouger ses yeux de haut en bas et de droite à gauche:
"Qui attaque qui? Et pourquoi? Est-ce qu'on va nous attaquer?"

J'essayais de la rassurer comme je pouvais, de lui expliquer, mais ses yeux ne se calmaient pas. De toute façon, + je lui expliquais des guerres, moins j'y comprenais quelque chose: que les Allemands attaquent les Juifs, que les Juifs attaquent les Libanais, que les Français attaquent les Algériens, que les Algériens attaquent les Français, que les Américains attaquent les Irakiens... La victime n'est jamais qu'un bourreau sans fusil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
leslecturesdeValleslecturesdeVal   25 septembre 2015
« Nous avons fait passer un test de QI à tous les élèves.
C'est un test qui mesure en quelque sorte l'intelligence; et celle de votre fille est très, très élevée.»
Maman n'a rien dit, se contentant de poser fièrement sa main sur mon épaule. Papa, un peu renfrogné, a demandé:
« Ça veut dire qu'elle comprend plus de choses que moi? »
Commenter  J’apprécie          310
marina53marina53   26 mai 2021
"(…) On va placer votre fille dans un très bon lycée. Elle sera un peu loin de votre domicile, mais elle pourra y développer au mieux ses capacités... Faire une prépa, et pourquoi pas une grande école !"
Elle avait prononcé cette dernière phrase en me regardant avec espoir.
"Pourquoi grande ? a demandé Papa, y a des p'tites écoles pour les gens bêtes ?"
Commenter  J’apprécie          280
leslecturesdeValleslecturesdeVal   25 septembre 2015
« Le prend pas pour toi, m'a dit mon père, mais j'ai jamais voulu avoir d'enfants.»
J'allais répondre: «Pourquoi, je le prendrais pour moi ? Je suis juste ta fille »- mais l'ironie, il comprenait plus.
C'était le jour de son énième sortie de prison; là il avait pris deux mois ferme pour la même raison que les autres fois : il était au mauvais endroit, au mauvais moment.
Commenter  J’apprécie          250

Videos de Axl Cendres (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Axl Cendres
Peut-être avons-nous tendance à l'oublier aujourd'hui, mais longtemps, la lecture est restée le privilège des hommes. Les femmes, elles, assignées au monde domestique, en étaient privées. Jusqu'au jour où les livres sont enfin devenus, pour la moitié de l'humanité, un précieux compagnon, un moyen de s'évader, de comprendre, d'oser, de découvrir, de rêver...
C'est cette relation singulière qui lie les femmes et la lecture que nous allons évoquer dans cet épisode, avec notre invitée, l'écrivaine Laure Adler.
Vous pourrez aussi entendre la bibliographie des libraires de Dialogues, proposée par Catherine.
Et nous donnerons la parole au réseau des médiathèques de Brest, au cours d'un entretien avec la bibliothécaire Aude Escudié.
Bibliographie
- Les femmes qui lisent sont dangereuses de Laure Adler (Éd. Flammarion) https://www.librairiedialogues.fr/livre/8167455-les-femmes-qui-lisent-sont-dangereuses-laure-adler-stefan-bollmann-flammarion - Les Vilaines, de Camila S osa Villada (Éd. Métailié) https://www.librairiedialogues.fr/livre/17913959-les-vilaines-camila-sosa-villada-anne-marie-metailie - Matilda de Roa ld Dahl (Éd. Gallimard jeunesse) https://www.librairiedialogues.fr/livre/15297024-matilda-le-texte-original-roald-dahl-gallimard-jeunesse - La Grand-mère de Jade de Frédérique Deghelt (Éd. Babel) https://www.librairiedialogues.fr/livre/2300087-la-grand-mere-de-jade-frederique-deghelt-actes-sud - Grâce et dénuement d'Alice Ferney (É d. Flammarion) https://www.librairiedialogues.fr/livre/5387469-grace-et-denuement-alice-ferney-actes-sud - le Livre de deux chemins de Jodi Picoult (Éd. Ac tes Sud) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18050624-le-livre-des-deux-chemins-jodi-picoult-actes-sud - le Livre du rien de Rémi Courgeo n (Éd. Seuil Jeunesse) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18050624-le-livre-des-deux-chemins-jodi-picoult-actes-sud - Les Passeurs de livres de Daraya de Delphine Minoui (Éd. Points) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18050624-le-livre-des-deux-chemins-jodi-picoult-actes-sud - Ici les femmes ne rêvent pas de Rana Ahmad (Pocket) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18431677-ici-les-femmes-ne-revent-pas-recit-d-une-evasion-rana-ahmad-pocket - Dysfonctionnelle d'Axl Cendres ( Éd. Sarbacane) https://www.librairiedialogues.fr/livre/8347130-dysfonctionnelle-axl-cendres-sarbacane
Générique : Sara Petit.
+ Lire la suite
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez-vous sur Dysfonctionnelle

Quel âge a Grego dans le passage du 14 juillet ?

2 ans
13 ans
4 ans et demi
3 ans

8 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Dysfonctionnelle de Axl CendresCréer un quiz sur ce livre