AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782848658186
306 pages
Éditeur : Sarbacane (07/10/2015)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 335 notes)
Résumé :
Fidèle, jeune adolescente, grandit, entourée de ses six frères et soeurs, dans une famille dysfonctionnelle : son père enchaîne les allers-retours en prison, sa mère est à l'asile. Dotée d'une "intelligence précoce", elle s'intègre à un lycée des beaux quartiers où les élèves la regardent comme un alien. Mais c'est là que l'attend l'amour, le vrai, celui qui transforme, celui qui sauve...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (159) Voir plus Ajouter une critique
leslecturesdeVal
  25 septembre 2015
Mon avis: wow ! wow! wow! On attendait Axl Cendres depuis un petit moment déjà et bien elle nous revient avec un roman qui ne peut pas nous laisser de marbre, il nous transporte dans une famille des plus " Disfonctionnelle " mais alors une famille dont j'aurais aimé faire partie par moment, c'est un livre à part, une merveille!!! Un condensé d'émotions pures, rares, envoutantes, on rit, on pleure, on sourit mais surtout on s'immerge dans la vie de cette famille comme si on en faisait partie on arrive même à sentir la bonne odeur du pain perdu de Zaza, venant chatouiller nos narines.
Du coté de l'histoire: Je ne vais pas trop en dire pour ne pas vous gâcher la découverte de l'histoire mais voilà un petit aperçu tout de même... Fidèle, dite Fifi ou bouboule vit dans une famille avec un père qui fait des allers et retours en prison pendant que sa mère, elle, fait des voyages de plus en plus fréquents dans les asiles de la région. Mais cela ne l'empêche pas d'être heureuse et de partager sa vie entre son école, le bar de son père et ses six frères et soeurs aux noms des plus surprenants. Entourée de sa grand-mère Zaza, son oncle et tous les clients du bar de son père aussi différents les uns que les autres, elle va au lycée des beaux quartiers, où jusque là elle passe pas inaperçue mais un jour Sarah, une jeune fille à papa, débarque dans sa vie sans crier gare, et là tout va changer, elle va se découvrir un amour éperdu pour cette jeune fille si différente d'elle, et sa vie plus qu'atypique va prendre un autre tournant...

Du coté de l'écriture: Nous retrouvons ici, la plume envoûtante d'Axl Cendres, mais ce roman est dans un tout autre registre, c'est une histoire, prenante, humaine, où les sentiments qui s'entremêlent, s'entrechoquent dans notre tête et notre coeur. Tout au long de ces pages qui défilent, nos émotions s'intensifient, cette jeune fidèle est touchante, émouvante et pendant tout le texte nous voulons la tenir dans nos bras, la rassurer, l'accompagner dans cette vie si peu ordinaire. la fin nous fait pleurer pas parce que c'est triste non bien au contraire, la fin est belle à l'image du roman, à l'image de la vie de notre jeune héroïne.
En conclusion: Alors moi je dis bravo et merci à l'auteure pour avoir pu en 300 pages, me faire vibrer à ce point là, ce roman est une vraie merveille. Ce roman donne envie, d'oser, de vivre, de s'émotionner de choses que l'on ne ferait pas forcément en temps normal . Ce roman est un hymne à la vie, un hymne à l'amour, un hymne à la différence et à la famille dite dysfonctionnelle.
Foncez dès le 07 octobre en librairie pour découvrir ce petit bijou aux odeurs d'amour, de joies, d'espérances et un peu aussi à l'odeur alléchante de couscous et pain perdu à la façon Zaza...
Mention spéciale également pour la bande son accompagnant l'histoire, des chansons et musiques superbement choisies

Je tiens à remercier les éditions Sarbacane, en particulier Charlène pour l'envoi de ce roman et Tibo pour toujours nous trouver des auteurs et histoires hors du commun, c'est encore un Exprim' qui restera à jamais graver dans mon coeur.
Lien : http://aupaysdelire.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          592
Shan_Ze
  05 février 2017
Ça ne fait pas longtemps que j'ai découvert cette auteure, j'adore sa façon de raconter des histoires et son humour déjanté. J'ai déjà été lu Mes idées folles et La drôle de vie de Bibow Bradley qui m'ont bien éclaté. Dans Dysfonctionnelle, Fidèle présente sa famille assez atypique : le père est musulman (enfin quand ça l'arrange), la mère est juive et les enfants sont catholiques. La mère, rescapée des camps, est un peu dérangée mais elle est protégée par son mari barman et par ses enfants, surtout Fidèle, la narratrice.
Fidèle, dit Fifi ou Bouboule raconte sa famille de la première rencontre entre ses parents à …une énième sortie de prison pour son père. Avec au milieu des dizaines d'évènements assez farfelus comme l'arrivée d'une nouvelle soeur ou d'un nouveau frère avec des étiquettes bien caricaturales, une manifestation pour la montée en ligue 1 d'un club de football ou un couscous de la grand-mère Zaza. Un bien joli bazar dans et au-dessus d'un bar à Belleville, c'est complètement déjanté mais assez émouvant. Une famille dysfonctionnelle, on peut en trouver partout. Axl Cendres a un peu forcé le trait pour décrire cette tribu-là mais elle permet de montrer du doigt ce qu'on trouve chez tout un chacun. Comme dans chaque famille, il y a des moments tristes, d'autres plein de bonheur. Et on repense à la nôtre. Je suis curieuse de savoir où elle trouve toutes ses idées, cette Axl Cendres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
leacallida
  18 octobre 2015
le premier mot qui me vient à l'esprit pour décrire ce livre est : merveilleux. Je peux vous en trouver une farandole d'autres, mais celui-ci est parfait.
Lorsque j'ai reçu ce livre, j'ai bien compris qu'il était très attendu, par rapport à l'auteure. N'ayant jamais lu aucun de ses livres (bien qu'ils me tentent beaucoup), je ne préférais donc pas trop m'emballer, par peur d'être déçue. Mais je peux vous dire que ce n'est pas du tout le cas.
Tout d'abord, parlons de cette magnifique couverture : je trouve qu'elle attire tout de suite l'oeil, avec ces couleurs vives et cette spirale qui nous hypnotise…
de même que le résumé, que je trouve vraiment alléchant !
J'ai donc commencé ce livre sans attente particulière. J'avais juste envie de passer un bon moment.
Et sincèrement, il s'est révélé au-delà de mes espérances.
Je comprends maintenant pourquoi le retour d'Axl Cendres était tellement attendu ! Si chacun de ses romans est à la hauteur de celui-ci…
Je trouve qu'en fait, ce roman monte en puissance. On commence de manière assez banale, pour arriver à un final extraordinaire.

Je ne saurai vous dire de quelle manière, mais à partir d'un moment, j'ai commencé à vraiment devenir « accro » à ce livre. Je le dévorais avec avidité, je voulais savoir ce qui arriverait à notre chère Bouboule !
En fait, il me restait 50 pages (oui, oui, seulement !) lorsque j'ai décidé d'attendre Antonia pour finir le livre avec elle ! ça a donc été une vraie torture de devoir lire le journal d'Anne Franck en sachant que la fin m'attendait, avec tout le respect que je dois à cette histoire.
Alors, lorsque j'ai enfin pu finir ce livre (à l'instant, d'ailleurs !), autant vous dire que j'avais l'impression de pouvoir respirer à nouveau. Cela faisait tellement du bien, un tel récit, émouvant et au juste milieu entre la simplicité et la complexité !
le début est assez calme, étant donné que chaque chapitre nous présente chacun des enfants de cette famille dysfonctionnelle. Mais c'est vraiment chouette, car on connaît donc leur histoire avec juste les informations qu'il faut, ni trop peu ni pas assez !
Et ensuite, nous voici dans la vie « maintenant »…
Je pense que la chose la plus floue du livre est vraiment le repérage temporel. Personnellement, à moins de voir l'âge de Bouboule écrit noir sur blanc, je ne savais pas du tout me situer ! Mais c'est un bien futile détail comparé à toute l'histoire…
Je ne me suis jamais ennuyée. Et ça, j'adore. Parce que s'ennuyer dans un livre, c'est vraiment très agaçant…
Ici, en compagnie de Bouboule et de toute sa famille, comment s'ennuyer ? Impossible.

Au début, le nombre improbable de frères et soeurs ainsi que leurs prénoms peut paraître vraiment déroutant, mais je vous assure qu'ensuite, cela devient la chose la plus naturelle du monde !
Et l'on s'attache à cette famille dysfonctionnelle, mais pas pour le moins touchante.
Sincèrement, j'avais l'impression de m'être pris une grosse claque en refermant ce livre.
Il nous montre la vie, la vie que certaines personnes ont ; pas une petite vie simple, chouette, avec les petits tracas normaux ; une vie chargée, remplie de choses inédites… Et ça, c'est tout simplement magnifique.
Axl Cendres arrive à nous toucher de toutes les manières possibles. Elle nous fait passer par toutes les émotions : joie, peur, tristesse, colère… On dirait qu'elle nous contrôle via sa plume !
L'histoire de Bouboule m'a touchée d'une manière vraiment surprenante, et dans le bon sens du terme.
Sa famille est dysfonctionnelle, certes, pourtant, c'est l'une des plus belles familles que j'aie jamais eu l'occasion de « rencontrer » !
Chacun a sa particularité, qui lui donne une petite touche qui nous attendrit… ou pas. Personnellement, j'ai aimé quasiment tout le monde, sauf UN(E), mais je trouve ça logique ; je ne dis rien pour ne spoiler personne ! :)
Je pense que le personnage qui m'a le plus touchée est sûrement la mère de Bouboule. Elle n'est pas très stable mentalement, mais l'auteure nous montre grâce à elle les répercussions de la Seconde Guerre Mondiale. Et c'est terrible. de lire ceci, c'est vraiment troublant, car on se rend alors vraiment compte de l'horreur que ça a été, et des conséquences sur notre présent.
D'ailleurs, je trouve qu'Axl Cendres réussit à parler de tellement de sujet, uniquement par cette histoire ! Bon, les conséquences de la Seconde Guerre Mondiale, comme je le disais, mais aussi l'homosexualité, les relations fraternelles, le vol, le regard de la société avec ses personnes "normales" et donc stéréotypées... C'est fou, je trouve !
Et donc, parlons pour finir de cette fin, cette fin qui m'a troublée, émue…
Comme je le disais, le livre monte en puissance, et c'est donc l'apothéose à la fin. Et j'ai vraiment cru que les larmes allaient couler, sincèrement.
Cette fin est… sublime, terrible, magnifique, horrible… parfaite.

Alors sincèrement, si après ça vous n'avez toujours pas envie de le lire, je ne sais pas quoi faire d'autre ! Je n'ai plus qu'un conseil à vous donner : LISEZ-LE. Point. :)
En plus, petite parenthèse l'air de rien, mais Axl Cendres vient au salon du livre de Montreuil cette année ! O:)
EN CONCLUSION, un livre qui m'a énormément plu, bien plus que ce que j'avais imaginé !
Une histoire plus ou moins banale devenue passionnante grâce à la sublime plume d'Axl Cendres qui nous entraîne à la suite de Bouboule pour vivre, le temps de 300 pages, sa vie.
Un livre que je vous conseille de tout coeur, une petite portion de joie et d'émotions !
Lien : http://lectureavie.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Lunartic
  03 juillet 2019
Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je vais vous parler d'un roman déjanté mais aussi profondément juste et touchant, j'ai nommé Dysfonctionnelle de l'autrice Axl Cendres. Tout d'abord, je tiens à remercier infiniment la superbe Audrey de la chaîne booktube le Souffle des Mots de m'avoir fait découvrir ce titre fabuleux. J'ai passé un moment de lecture absolument inoubliable et palpitant et c'est entre autres grâce à elle, donc merci. Déjà, en dehors du fait que l'avis d'Audrey sur ce roman était dithyrambique et donc extrêmement alléchant, j'ai été d'emblée attirée par cette couverture au style très rétro. Pour vous, elle ne paye peut-être pas de mine mais pour ma part, je lui trouve un petit charme irrésistible. Déjà parce que le jaune, c'est la vie, et celui-là est particulièrement tape-à-l'oeil, tout ce que j'aime. D'autre part, cette vieille télévision provenant tout droit des années soixante-dix, en plus d'être un objet de collection que je trouve tout à fait stupéfiant et fascinant (Anaïs, amatrice de vieilles brocantes, bonjour), a un écran particulièrement hypnotisant - la faute à cette spirale digne des yeux terriblement captivants d'un Kaa qui vous susurre tendrement à l'oreille : « Aie confiance... ». Pour ma part, j'ai accordé ma confiance les yeux fermés à ce livre, et je ne le regrette pas !
Il faut dire que l'emblème de la télévision à la spirale infernale était bien choisi pour orner la couverture, et cela pour plusieurs raisons. En premier lieu, la construction du roman est assez particulière. Au vu du résumé, je m'attendais à ce que l'on suive la vie de notre héroïne, Fidèle aka Fifi, de façon toute linéaire, avec une chronologie ininterrompue de sa naissance jusqu'à l'âge adulte, sans avoir d'idée précise d'où son récit de vie s'arrêterait. Or, le roman débute avec Fidèle, vingt ans et quelques et toutes ses dents (ok, cette blague est nulle...), à laquelle le père fait une révélation des plus inattendues et tonitruantes, alors que la famille vient juste de réchapper à un événement qui avait bouleversé leur quotidien tous ensemble, lequel nous sera expliqué par le biais d'un flashback. Par la suite, nous aurons le droit à la fameuse tranche de vie dont je parlais plus haut et qui va s'étirer jusqu'à ce dit moment. Puis nous aurons le droit à l'après, soit la vie qui continue malgré tous les obstacles qui se seront dressés sur le chemin de la famille Benamoud menant au bonheur, à la stabilité et à la sérénité. J'ai in fine beaucoup aimé le fait que la structure narrative même du roman soit à l'image des personnages principaux et de leurs interactions entre eux : dysfonctionnelle. Cela peut surprendre et dérouter au début, on peut se sentir confus et avoir la sensation de ne pas s'y retrouver, mais on trouve vite le pli car la famille Benamoud a plus d'un tour dans son sac face aux vicissitudes de l'existence, et nous aussi.
J'ai également adoré le fait que l'histoire nous soit narrée à travers les yeux de Fidèle. En tant que narratrice interne, subjective, notre héroïne ne sait pas ce qui se passe dans la tête des membres de toute sa petite tribu chaotique, et ce n'est pas plus mal au fond. J'ai trouvé que cela rendait le récit plus authentique et plus proche de nous, plus spontané en somme. Fidèle a des opinions bien tranchées sur un certain nombre de sujets et peut se montrer parfois fortement virulente mais c'est ce qui rend son histoire plus vivante à nos yeux. Notre héroïne ne mâche pas ses mots et nous raconte l'aventure rocambolesque de sa vie avec une sincérité qui nous va droit au coeur. Elle ne nous épargne rien, ni les moments de liesse au bar familial autour d'un bon match de foot (tout l'intérêt d'avoir une télévision à disposition !) à chanter du Johnny en fin de soirée pour conclure ce moment tout ce qu'il y a de plus convivial dignement (et je peux vous assurer que « Quoi, ma gueule ? » vous restera en tête bien longtemps après votre lecture, cette chanson me hante encore d'ailleurs....), ni les moments d'angoisse, d'incertitude et de désarroi que sa famille va devoir injustement traverser. Cette façon que Fidèle a de nous prendre à témoin de tout ce que son petit monde a dû surmonter, comme si nous lecteurs, nous étions les confidents privilégiés de ses joies comme de ses peines et de sa colère, cela m'a donné l'impression de faire véritablement partie de cette famille haute en couleurs, complètement barge mais indéniablement attachante et touchante, qui va en voir des vertes et des pas mûres mais qui va rester unie jusqu'au bout, malgré les drames qui vont la toucher, malgré les épreuves de toute sortes qu'elle va devoir endurer et les conflits qui vont diviser ses membres. Malgré tout cela, malgré la souffrance qui n'a jamais cessé de s'accumuler, Fidèle ne s'est quant à elle jamais détournée de ce beau désordre, bien au contraire. Elle a toujours été là, la colonne vertébrale de la famille, celle qui la maintient debout et qui relie les uns avec les autres, le pont qui surplombe le gouffre de la honte et du mépris.
Vous l'aurez compris, j'ai profondément aimé le personnage de Fidèle, une enfant brute de pomme, adorable, compatissante et qui ne manque pas d'humour qui va devenir en grandissant une jeune femme remarquable, plus réfléchie et consciente de tout ce qui se passe autour d'elle, bien plus lucide et rodée face à cette société bien sombre qui comporte de nombreuses failles et dysfonctionnements, elle aussi. L'une des leçons que j'ai retenue de ce livre, une évidence que l'autrice a bien fait de souligner dans son récit, c'est que rien n'est ni tout blanc ni tout noir, que ce soit les situations ou les personnes qui nous entourent. On possède tous en nous une dualité, une part d'ombre et de lumière. Nous avons tous une manière de fonctionner complexe, qui nous empêche d'être classés systématiquement dans des cases, notamment celles des "méchants" ou des "gentils". La vie est dysfonctionnelle à sa façon, rien ne se passe jamais véritablement comme prévu, rien n'est tout rose, tout gris, tout noir ou parfaitement convenable. L'être humain et son humanité sont l'incarnation même de ce dysfonctionnement. Tout est imparfait en nous : notre comportement, nos réactions, nos actes, nos pensées, notre personnalité souvent bourrée de défauts. Nous sommes des êtres imparfaits par essence. Cela veut-il dire pour autant que nous sommes condamnables, indignes d'être aimés, que nous avons désespérément besoin d'être réparés ? Oui et non, d'après ce que j'ai compris dans ce roman.
En effet, si on analyse chacun des personnages de ce récit, aucun n'a un caractère irréprochable, et tous ont fait des erreurs qu'ils regrettent amèrement, qu'ils l'admettent ouvertement ou non. Fidèle elle-même n'est pas un modèle à suivre à la lettre, même si elle est résolument celle qui fait le plus d'efforts pour changer les choses, qui ne se permet jamais de juger quiconque quoiqu'il puisse advenir, et qui est, à ce titre, le personnage le plus inspirant du récit. En effet, Fidèle va à un moment donné se laisser ronger par son manque de confiance en elle, par sa peur de plonger dans l'inconnu et de briser les barrières et préjugés sociaux. Elle va se réfugier dans sa zone de confort, le bar miteux et bruyant de son père, sans accepter l'idée que des personnes extérieures à cet univers "sale", aux pratiques peu orthodoxes et tapageur puissent considérer que cet endroit comme aucun autre soit un véritable palace du coeur et non une simple attraction de foire. Elle va se laisser enfermer par ses origines ethniques et sociales, par sa peur du rejet et de la discrimination, et cela se comprend. Ce sont des réactions humaines que de se laisser écraser par l'oppression d'une façon de penser dominante et par les crimes innommables que des hommes qui n'en méritent pas le nom ont commis par le passé. Par exemple, la mère de Fidèle, Natacha, est une rescapée polonaise des camps de concentration qui a vécu un véritable traumatisme étant enfant qui lui colle désormais à la peau. Depuis, elle s'est convaincue qu'elle était fautive, que sa simple existence en tant que juive a suffi à provoquer le courroux des bourreaux nazis (ce qui est vrai, et incompréhensible aussi) et que cela était justifié (rien ne justifiera jamais un tel crime contre l'humanité et une haine aussi dévastatrice). D'où le fait qu'elle se réfugie dans la religion catholique comme si c'était cela qui allait la sauver de son propre "péché originel", au point d'être persuadée qu'un de ses enfants est la réincarnation de Jésus Christ, ou plutôt le véritable messie venu sur Terre pour tout nous délivrer du malin qui se cache en nous. Est-ce de sa faute d'être telle une poupée au mécanisme cassé ? Absolument pas, et Fidèle (encore une autre révélation de cette foi que la mère de famille n'a pas choisie) le sait pertinemment. On ne peut qu'être saisi et tout chamboulé face à cette mère qui ne peut pas assurer convenablement son rôle maternel auprès de ses enfants à cause de son esprit détraqué par les horreurs innommables de véritables monstres de la réalité mais qui n'a pas besoin de parler pour leur montrer à quel point elle les aime. Et tous le lui rendent au centuple et le lui démontrent bien. Axl Cendres m'a fait vivre de merveilleux instants de grâce au beau milieu de ce joyeux bazar aussi savoureux qu'un pot entier de Nutella qu'est ce roman, et je l'en remercie grandement. Les moments entre Fidèle et à sa mère ou entre cette dernière et l'ensemble de ses enfants font partie de ceux-là.
Le personnage qui est sûrement le plus représentatif de ce que j'énonçais plus tôt, concernant les imperfections et le dilemme moral, c'est le père de Fidèle. Immigré kabyle, si ce dernier mène habilement la barque de l'entreprise familiale qu'est le bout du monde ou un bar qui a une véritable identité et un certain cachet (tout dépend de vos standards ; personnellement, Je goûte bien l'ambiance « Viens faire un p'tit tour à la maison »), il n'a cependant jamais véritablement réussi à s'intégrer dans un pays certes de libertés mais où la couleur de peau est révélatrice de "beaucoup de choses" aux yeux de personnes à la façon de penser guindée et rétrograde. le fait qu'il soit un kleptomane notoire ne l'aide pas beaucoup à donner une image rassurante de lui. Et pourtant, des qualités cachée sous ses apparences de gros dur à la "gâchette facile", il en a : il aime sa femme plus que tout, leur histoire est un superbe conte de fées passé au filtre de la dureté de l'existence ; il a un coeur en or et apporte un vrai havre de paix (enfin, façon de parler) à ses clients esseulés ; enfin, ses enfants sont la prunelle de ses yeux et la fierté de sa vie, et une fois encore, le silence parle de lui-même, les gestes d'affection et de complicité du quotidien font le reste. La famille Benamoud est très pudique en matière d'épanchements de sentiments, contrairement à ce que l'on pourrait croire. Et pourtant, durant tout le récit, on se sent inondés par cet amour qui nous dépasse, qui nous dévore, qui nous enveloppe et qui nous fait profondément du bien au coeur.
Vous verrez qu'une fois que vous aurez pris vos marques au Bout du monde, vous ne voudrez plus en repartir. Comment pourrait-on vivre sans la délicieuse nourriture de Zaza, l'adorable grand-mère au français approximatif irrésistible et au sourire toujours avenant, plein d'espoir et de douceur ? Sans l'Ave Maria qui s'échappe de la chambre de Natacha et qui nous apaise instantanément, nous en mettant les larmes aux yeux par la même occasion ? Sans les cris de révolte de Maryline, l'insurgée qui se fait la porte-parole du pauvre et de l'opprimé, qui se battrait bec et ongles pour vos droits et votre bonheur ? Sans la gentillesse incarnée qu'est Allison (« C'est ma copine à moi ! » - GG si vous avez la référence), l'hypersensible qu'on a juste envie de prendre dans nos bras et de protéger de toute la noirceur d'un monde qui n'est pas assez bien pour elle ? Sans les « Ça ne se fait pas ! » outrés de Dalida, une vraie princesse dans l'âme avec une attitude de diva qui a certainement dû être échangée à la naissance ? Sans les petits coups de poings vaillants du petit Grégorio, un petit garçon brisé par l'anormalité de ses deux parents et qui ressent envers l'existence une rage inassouvie ? Sans les techniques de drague absolument ridicules de JR (« Dallaaaaas, ton univers impitoyableeeeeuh... » Humhum), le tombeur de ses dames qui ne manque jamais de nous faire rire un bon coup ? Sans les repas en famille qui finissent toujours par des tâches de partout sur les vêtements (je me suis sentie moins seule) et une bouche barbouillée de bonheur d'avoir si bien mangé ? Heureusement que Jésus nous absout, je vous le dis, moi... Oui, le Bout du Monde est un endroit qui a sa magie qui lui est propre et, une fois embarqué dans cette belle et heureuse pagaille, on en est complètement imprégnés à la fin.
Pour conclure, je pense que vous l'aurez compris, Dysfonctionnelle a été une superbe lecture, bourrée d'émotions fortes, vraies, qui nous submergent et qui ne nous quittent jamais vraiment, même bien après que le livre ait été refermé. Ce sont les émotions de la vraie vie, des émotions complexes, dont on voudrait bien se débarrasser des fois mais qui nous définissent et qui nous font vibrer. Comme je pense que je n'en finirai jamais avec les remerciements, je remercie du fond du coeur Axl Cendres pour la belle leçon de vie et de tolérance (je n'en dis pas plus, je ne voudrais pas vous gâcher la magnifique surprise que j'ai eue) qu'elle nous donne. On devrait tous en prendre sérieusement de la graine ! Qui plus est, sa plume acérée, piquante, d'une franchise imparable, dépeint de façon très juste et pertinente avec toutes les couleurs qui nous constituent la beauté du quotidien. Elle m'a tout simplement séduite et je suis d'ores et déjà impatiente de la retrouver dans d'autres oeuvres de cette autrice. Lire un autre de ses romans, c'est une merveilleuse résolution pour l'année 2019 je trouve ! Je remercie également la famille Benamoud pour m'avoir ouvert la porte de leur petit chez-eux. Ils n'ont peut-être pas beaucoup d'argent, leur famille a été brisée par de nombreux événements mais c'est une famille quand même. Une famille qui se serre les coudes, qui parvient toujours à se relever, même quand elle croit toucher le fond et qui est composée de personnes lumineuses qui vous changent une vie et votre vision du monde, assurément ! Alors, vous chanterez bien un petit morceau de Johnny avec nous, non-?
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
orbe
  09 novembre 2015
Un gros coup de coeur pour ce livre qui fait vivre devant nos yeux une famille dysfonctionnelle.
Le père tient un bistrot à Belleville lorsqu'il n'est pas en prison, la mère rescapée des camps devenue une fervente catholique fait de longs séjours en hôpital psychiatrique. Ils ont sept enfants, chacun avec une forte personnalité, de Jésus qui partira évangéliser le monde à Marylin la reine des manifs et de la contestation.
Mais l'auteur a choisi comme héroïne principale, Fidèle et sa trajectoire encore plus étonnante. Elle est, il me semble, la plus proche de ses parents...ni musulmane ni juive ni catholique, surdouée à la mémoire photographique, elle raconte avec verve, humour et passion sa famille...
Un des sujets secondaires mais pas moins important du livre est la question de la première fois amalgamé à bien d'autres : l'homosexualité, les familles d'accueil, l'alcool, le foot, Paris...
Loin des convenances, l'héroïne ne transige pas. On la sent belle, courageuse, droite dans ses bottes et son blouson.
Un livre hommage aux grandes familles farfelues. On pense à Pennac ou encore à Picouly avec encore plus de piments. Un livre joyeux avec de nombreux personnages hauts en couleur et de nombreuses situations cocasses.
A lire absolument !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270

critiques presse (1)
Telerama   03 décembre 2015
Axl Cendres, dont le nom s'est déjà largement imposé dans la littérature ado, ne triche pas, elle écrit au plus près d'elle-même, avec autant de brutalité que de tendresse.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
StellabloggeuseStellabloggeuse   11 octobre 2015
-Demain, y’a des chances pour que les aut’ gamins se moquent de toi…
-Et pourquoi ça ? j’ai demandé en croisant les bras, pour mimer mon père quand il entendait quelque chose qui lui plaisait pas. Moi qui croyais être la personne la plus cool de l’univers, je voyais pas pourquoi on se moquerait de moi.
Mon oncle n’osait pas me répondre : « Parce que t’es une petite grosse en perfecto qui s’appelle Fifi », alors il a dilué :
-Pace’que t’es di-ffé-rente.
Je restais perplexe, il a continué :
-Ça veut dire que les autres ne sont pas comme toi, mais ils sont simplement plus nombreux. Pigé ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
ZirkawiccaZirkawicca   16 février 2016
Le 20 mars 2003, les Etats-Unis commençaient leur invasion en Irak. Au bar, tout le monde n'avait qu'un seul mot à la bouche: guerre.

Et maman a recommencé à bouger ses yeux de haut en bas et de droite à gauche:
"Qui attaque qui? Et pourquoi? Est-ce qu'on va nous attaquer?"

J'essayais de la rassurer comme je pouvais, de lui expliquer, mais ses yeux ne se calmaient pas. De toute façon, + je lui expliquais des guerres, moins j'y comprenais quelque chose: que les Allemands attaquent les Juifs, que les Juifs attaquent les Libanais, que les Français attaquent les Algériens, que les Algériens attaquent les Français, que les Américains attaquent les Irakiens... La victime n'est jamais qu'un bourreau sans fusil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
leslecturesdeValleslecturesdeVal   25 septembre 2015
« Nous avons fait passer un test de QI à tous les élèves.
C'est un test qui mesure en quelque sorte l'intelligence; et celle de votre fille est très, très élevée.»
Maman n'a rien dit, se contentant de poser fièrement sa main sur mon épaule. Papa, un peu renfrogné, a demandé:
« Ça veut dire qu'elle comprend plus de choses que moi? »
Commenter  J’apprécie          280
leslecturesdeValleslecturesdeVal   25 septembre 2015
« Le prend pas pour toi, m'a dit mon père, mais j'ai jamais voulu avoir d'enfants.»
J'allais répondre: «Pourquoi, je le prendrais pour moi ? Je suis juste ta fille »- mais l'ironie, il comprenait plus.
C'était le jour de son énième sortie de prison; là il avait pris deux mois ferme pour la même raison que les autres fois : il était au mauvais endroit, au mauvais moment.
Commenter  J’apprécie          220
StellabloggeuseStellabloggeuse   11 octobre 2015
Ma peur n’a cessé d’augmenter tandis que je constatais, au fil des mois, que JR était exactement comme moi : un pur produit kabyle aux cheveux bruns, yeux bruns, peau claire…il allait être moi, en mieux. Comme on répétait souvent que j’étais un « garçon manqué », je me disais que ce frère, lui, allait être un « garçon réussi » et qu’il allait, pour de bon, m’évincer du cœur de mon père…
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Axl Cendres (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Axl Cendres
Vidéo de Axl Cendres
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez-vous sur Dysfonctionnelle

Quel âge a Grego dans le passage du 14 juillet ?

2 ans
13 ans
4 ans et demi
3 ans

8 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Dysfonctionnelle de Axl CendresCréer un quiz sur ce livre
.. ..