AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.1/5 (sur 519 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Villefranche-sur-Saône, Rhône , le 06/07/1942
Biographie :

Enfant solitaire, Raymond Depardon prend ses premiers clichés dans la ferme familiale. A 16 ans, il monte à Paris, où il devient l'assistant du photographe Gilles Foucherand. Celui-ci est bientôt associé à l'agence Delmas, qui envoie Depardon en Afrique pour suivre l'expédition SOS-Sahara en 1960. Le jeune homme en revient avec un reportage très remarqué lors de sa publication dans Paris-Match, puis couvre les guerres d'Algérie et du Vietnam. En 1966, il co-fonde la mythique agence Gamma, pour laquelle il part en reportage au Tchad, au Biafra ou encore à Prague.

Héritier du cinéma direct, dont les chefs de file ont pour nom Richard Leacock ou Pennebaker, Depardon suit Giscard lors de sa campagne de 1974. Auteur de plusieurs courts-métrages qui le voient parcourir le monde, le cinéaste réalise en 1980 son deuxième long, Numéros zéro, une saisissante plongée dans la rédaction du Matin de Paris. Patience, discrétion, attention de tous les instants : telles sont les règles d'or du cinéaste, qui se fait le témoin du quotidien des photographes de presse (Reporters, César du meilleur documentaire en 1982) ou d'une équipe de policiers (Faits divers), et s'immisce dans des institutions aussi fermées que l'univers hospitalier (l'asile psychiatrique de San Clemente, le service des Urgences de l'Hôtel-Dieu) ou la justice -Délits flagrants (1994), qui lui vaut un deuxième César.

En 1985, Empty Quarter, une femme en Afrique est la première incursion de Raymond Depardon dans la fiction. Le continent noir, sur lequel il porte un regard à la fois amoureux et inquiet (Afriques : comment ca va avec la douleur ? en 1996) inspirera au documentariste deux autres films de fiction : La Captive du desert (1989), tourné au Niger avec Sandrine Bonnaire dans le rôle de Françoise Claustre, archéologue enlevée par les Toubous, puis Un homme sans l'Occident (2002).

En 2012, son film Journal de France, réalisé avec Claudine Nougaret, est présenté hors compétition au festival de Cannes. En 2012, le Président de la République française, François Hollande, choisit Raymond Depardon pour faire son portrait officiel. Raymond Depardon a réalisé le portrait le 29 mai 2012 dans le jardin du palais de l'Élysée.



+ Voir plus
Source : http://www.allocine.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Raymond Depardon   (88)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Il est l'un des grands noms de la photographie en France et dans le monde : Raymond Depardon n'en finit pas de capter les époques et de capturer les instants façon "photoreportage". En avril et mai 2024, il présente plusieurs événements autour de son documentaire "Les années déclic", réalisé 1984 avec Roger Ikhlef : une exposition à la Galerie Cinéma de Paris, un livre aux éditions du Seuil avec Gérard Lefort, et une restauration présentée au festival de Cannes dans la catégorie Cannes Classics. Il est l'invité de Géraldine Mosna-Savoye et Nicolas Herbeaux. Visuel de la vignette : LOIC VENANCE / AFP et Raymond Depardon / Palmeraie et Désert #photographie #documentaire #exposition _________ Écoutez d'autres personnalités qui font l'actualité de la culture dans Les Midis de Culture par ici https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrrNrtLHABD8SVUCtlaznTaG&si=FstLwPCTj-EzNwcv ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-midis-de-culture Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (162) Voir plus Ajouter une citation
Raymond Depardon
La quête du lieu acceptable, c'est la colonne vertébrale de l'errance.

''Errance''
Commenter  J’apprécie          462
En Afrique, je trouve que les populations, du Sud au Nord, ont un point en commun, c'est leur pudeur face à leurs difficultés.
C'est un exemple qu'elles nous donnent tous les jours. Pour certains Africains qui connaissent la langue française, je sais que le mot «douleur» est utilisé comme une salutation pour s'assurer de notre bien-être pendant notre séjour en Afrique: «Comment ça va avec la douleur?», comme un simple bonjour... Pudeur à parler des grandes douleurs.
Il y a toutes sortes de douleurs. Y a-t-il des grandes et des petites douleurs? Il y a surtout celle de la misère des vivants.
Commenter  J’apprécie          371
Le plus grand des privilèges pour un enfant angolais c'est de devenir adulte...!
Il y a quatorze millions d'enfants dans le monde qui meurent de chaque année ...
Commenter  J’apprécie          310
La solitude

J'étais toujours étonné du mot solitude. La solitude, on est toujours seul dans la vie de toute façon, même si on est entouré...Et...je n'avais pas la perception exacte de ce mot: solitude. Et comme je te l'ai écrit, je crois, c'est quand, après dîner le soir, à vingt-deux heures, t'es tout seul dans le fauteuil, tu regardes la télé, ou tu zappes ou tu...tu...tu t'embêtes, et là, c'est là que la solitude t'atteint.
J'écoutais une chanson de Léo ferré et puis aussi je crois de Juliette Gréco sur la solitude: on rentre dans son immeuble, et puis elle est assise là sur le palier, elle t'attend. C'étaient des mots, j'ai retenu,c'est de Léo Ferré, je crois, et ...je crois maintenant que je sais ce que c'est la solitude. Et on s'y adapte, on fait avec, mais d'autant plus difficilement qu'on a été tellement entouré par maman que...il faut réapprendre la vie un moment donné...moi je vais avoir quatre-vingt-ans, je suis bien physiquement, apparemment, mais heu...je réapprends à vivre. Je réapprends à cuisiner, je réapprends à sortir seul, je réapprends...enfin bref.
Commenter  J’apprécie          280
J'ai longtemps regretté de ne pas avoir filmé mon père. Est-ce qu'on peut filmer son père? Quand j'ai pensé à le filmer, il avait disparu, je ne sais pas si j'y serais arrivé... Aujourd'hui sans doute, mais il y a quarante ans, pas sûr. Le cadrer, lui poser des questions, j'en étais incapable.
Commenter  J’apprécie          282
Je n'ai pas fait de film sur mes parents, sur mon père, parce que je suis parti comme un idiot suivre l'affaire Claustre. Je suis parti dans le désert, j'ai foncé et je n'ai pas fait le film le plus important. Et je n'ai pas fait les photos non plus; c'était le plus beau sujet de ma vie, c'était le seul. On ne peut plus photographier maintenant ce monde rural qui a disparu. Je suis cinéaste, je fais des films, et je n'ai même pas tourné un film sur mes parents.
Commenter  J’apprécie          270
L’errance n’est ni le voyage ni la promenade mais cette expérience du monde qui renvoie à une question essentielle : qu’est-ce que je fais là ? Pourquoi ici plutôt qu’ailleurs ? Comment vivre le plus longtemps possible dans le présent, c’est-à-dire être heureux ? Comment se regarder, s’accepter ? Qu’est-ce que je suis, qu’est-ce que je vaux, quel est mon regard ?

Commenter  J’apprécie          270
Durant ces six années [2004-2010], j’ai réalisé que la France des sous-préfectures était peu photographiée. J’avais fui cette France-là qui m’a vu naître, je me devais bien de lui consacrer du temps pour essayer de mieux la comprendre. J’ai déambulé comme sur la route de Beauregard à l’époque où j’allais à l’école en vélo, j’ai quitté tout doucement le monde rural pour entrer dans les zones intermédiaires de la périphérie qui mènent au centre-ville.
Commenter  J’apprécie          260
Mon premier souvenir des Américains: je devais avoir trois ou quatre ans, je me souviens que mon frère aîné m'entraînait à échanger des pommes du jardin contre des chewing-gums sur un petit chemin à côté de la ferme, à des GI qui remontaient après la Libération.
Ils cassaient les barrières en plaçant un pipe-line avec leurs gros GMC.. ils étaient grands, tout le monde était content, on ne parlait que d'eux.
Commenter  J’apprécie          180
" Au début, ça me disait trop rien de me marier.
Maintenant, c'est trop tard. Elles sont toutes parties en ville. Je regrette. Surtout la vaisselle et la lessive, ça fait peine. C'est le plus pénible. Et l'hiver, il y a des moments où ça manque quelqu'un avec qui on pourrait discuter."

Paul Argaud
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Raymond Depardon (651)Voir plus

Quiz Voir plus

The walking dead

Comment s'appelle la femme de rick

Lori
Maurice
Élodie
Zéli

21 questions
25 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}