AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070306817
496 pages
Gallimard (13/04/2006)
3.74/5   407 notes
Résumé :
Florence 1414. Un enfant hirsute, aux pieds couverts de corne, griffonne furieusement une fresque remarquable à même le sol d'une ruelle des bas-fonds de la ville.
Miraculeusement repéré par Cosme de Médicis et placé au couvent des carmes, il va faire souffler un vent de passion sur la peinture de la Renaissance.
Moine et libertin, artiste intransigeant et manipulateur sans scrupules, futur maître de Botticelli, ses sublimes madones bouleversent son é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 407 notes

Erveine
  22 octobre 2016
Sous les pas de Cosme de Médicis, que nous savons amoureux des arts, surgit Filippo Lippi. Placé au couvent des Carmes par son bienfaiteur, l'enfant aux pieds couverts de corne est confié à son ami, le peintre moine Guido. Orphelin, Filippo puise son inspiration dans les bas-fonds de Florence puis, au bordel, dans le sein des prostituées qu'il se pressera de rejoindre en s'enfuyant du monastère à la moindre occasion. N'est-il pas vrai d'ailleurs que par un coquin paradoxe, la substance même du religieux est extraite le plus souvent du visage irradiant des filles de joie ? Faisceau lumineux du beau et de la création. Aussi, bien plus tard, lorsque Filippo, fait Fra Filippo Lippi est au sommet de son art et qu'il s'exercera à peindre une authentique vierge, celle-là unique à ses yeux et dont au surplus il est amoureux, il n'y parviendra pas. A moins que… Une fois déflorée il ne l'atteigne en plein, dans la lumière de la perfection et au summum de l'excessive passion. Il s'enfuira avec elle alors et contraindra la rigueur apostolique de trancher… On lui doit en plus de son oeuvre, la reconnaissance d'un statut pour les artisans et finalement de tous producteurs de créations artistiques lesquels travaillaient à l'époque dans un complet dénuement. Une belle immersion dans l'Italie du XVe siècle, dit quattrocento.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          777
diablotin0
  05 janvier 2018
J'ai tellement apprécié "le rêve Botticelli" du même auteur que j'ai eu besoin de me plonger dans "la passion Lippi" que j'aurais sans doute dû lire avant d'un point de vue chronologique mais cela n'a en rien gâché ma lecture.
Dans cette biographie romancée, on voit naître le peintre Lippi. Avec lui, on se retrouve à Florence au début du XVème siècle et c'est avec un réel plaisir qu'on est immergé dans ce monde si éloigné du XXIème sièlce.
Non seulement on vit la naissance de l'artiste peintre reconnu en tant que tel mais aussi on découvre un homme amoureux de la vie qui croque à pleine dents les joies de la vie et donc va transgresser les règles et usages .
Ce peintre, qui deviendra le maître de Botticelli nous est présenté comme un personnage qui est parfois décrié mais qui a trouvé tout de suite ma sympathie ! Ses oeuvres sont décrites avec finesse et nous incitent à aller visiter Florence mais aussi Spolète.
A travers Lippi, on va également apprendre à mieux connaitre la famille Medicis et ses rivalités.
Si certains critiquent le style de Sophie Chauveau, je dois avouer que moi, je n'y ai pas prêté attention, j'ai lu avec émotion et passion .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          564
TheWind
  23 mars 2020
" le 10 octobre 1469, Lucrezia, Filippino, Diamante, Sandra et Pierre de Médicis portent en terre Filippo Lippi, l'artsite rebelle, le plus gentil des insolents. le plus tendre des débauchés. Voyou des princes ! Prince des voyous."
Prince des voyous mais surtout artiste de génie.
Enfant des rues, on peut dire que Lippi eut de la chance...ou un sacré talent qui le mena sur les chemins de la gloire ! Recueilli par Cosme de Médicis qui le protégea toute sa vie durant, Lippi fut placé au couvent des Carmes, et devint l'élève de Guido di Pietro qu'on surnommera plus tard Fra Angelico, peintre talentueux et dominicain à l'âme généreuse.
Mais les bonnes âmes qui l'entourèrent ne purent rien faire contre la nature rebelle et peu " catholique" du jeune Lippi.
Moine défroqué, habitué des bordels et des tavernes, Lippi mènera une vie dissolue.
Pour autant, il sait se faire aimer et puis, il a un talent fou et une audace incroyable qui rendent ce personnage attirant et estimable.
Cette biographie romancée et très vivante de Sophie Chauveau est la première d'une trilogie s'intéressant à trois peintres d'exception de la Renaissance italienne: Lippi, Botticelli et de Vinci. Je ne connaissais pas Fillipo Lippi. C'est chose faite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
Labibliothequedemarjorie
  25 septembre 2022
Toscane, 1414.
Cosme de Médicis a vingt-cinq ans lorsqu'il revient chez lui à Florence pour se marier, après avoir passé deux années à entre Venise et Bruges. La vie de couple l'ennui. Il aime se promener, errer dans la ville, rencontrer du monde, voir ses amis. En arpentant les rues de Florence, il croise des funambules, des jongleurs, des magiciens, des acrobates, des artisans. Puis, un jour, il y a cet enfant hirsute, aux pieds couverts de corne, qui griffonne à même le sol, une fresque remarquable. Impressionné, Cosme lui propose de lui faire rencontrer un grand peintre. C'est son grand ami : Guido di Pietro. L'enfant s'appelle Filippo Lippi. Il est orphelin et deviendra un grand artiste de la Renaissance italienne.
Sophie Chauveau a écrit beaucoup de romans, notamment des romans historiques. "La passion Lippi" fait partie de la trilogie florentine et en est le premier tome. J'ai décidé de me plonger dans cette oeuvre suite à mes vacances en Toscane, impressionnée par l'art que j'ai découvert à Florence. Si je connais plusieurs peintres et sculpteurs, Filippo Lippi reste pour moi un mystère. Ce roman est l'occasion de découvrir l'artiste et d'en savoir un peu plus.
Si son génie est découvert lorsqu'il est encore très jeune, Lippi devient successivement moine, libertin et rebelle. Pourtant, son oeuvre est conséquente et les commandes ne cessent d'augmenter. Pour se donner du courage, il connaît la boisson, les maisons closes. Il est provocateur, exigeant. Il fréquente d'autres grands noms comme Donatello. Il est proche de la grande famille des Médicis et aura, plus tard, comme élève un autre grand artiste : Sandro Botticelli. Après sa période de formation, sa vie dépravée entre Florence et Padoue, il épouse Lucrezia qui lui donne un fils.
Avec cette biographie romancée et très documentée, l'auteure nous emmène à Florence au temps de la Renaissance. C'est une ville en pleine effervescence. Peintres, sculpteurs et autres artisans se diversifient. C'est la ville de l'art. C'est aussi le temps des grandes constructions. Des bâtiments grandioses et des quartiers entiers se construisent sous la demande de la famille Médicis qui veut faire de Florence le berceau de l'art.
On suit ainsi Lippi sur plusieurs décennies depuis sa vie d'orphelin à celle au sein de l'Eglise, également auprès de son enseignant en dessin. Puis, on l'accompagne au fil des années au coeur de son entourage proche, entre créations et addictions.
Lippi était un homme qui se voulait libre, et qui a révolutionné le monde de l'art en Italie puis dans le monde.
Malgré quelques longueurs, j'ai trouvé cette lecture vraiment enrichissante avec laquelle j'ai passé un très bon moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
BrunoA
  22 avril 2013
Vie édifiante que celle de Fra Filippo Lippi qui côtoya les filles de joie de Florence lorsqu'il apprenait le dessin, et qui enleva Lucrezia Butti, celle dont on retrouve le visage dans toute son oeuvre.
Pour autant, ce roman, même s'il éclaire le lecteur sur la vie florentine De La Renaissance, comporte de nombreuses inexactitudes et approximations.
Certes, il s'agit d'une histoire romancée, mais celles-ci n'ont que plus de valeur lorsque la rigueur historique est au rendez-vous.
Une intrigue crédible parvient à se glisser naturellement dans les méandres de
L'Histoire. Une intrigue qui tord l'histoire pour se dérouler harmonieusement n'est pas satisfaisante.
Cette plongée dans le quattrocento est néanmoins un bon moment.
Commenter  J’apprécie          291

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
LabibliothequedemarjorieLabibliothequedemarjorie   25 septembre 2022
Lippi peint, jette, recommence. Mais n'en ressent aucune peine. Tant qu'il peint, c'est qu'il aime Lucrezia ! Tant qu'il aime, c'est qu'il est vivant. Terriblement vivant. Il malaxe la matière avec frénésie des jeunes apprentis frustrés. Mais la matière lui cède, la matière lui sourit.
Commenter  J’apprécie          30
tamara29tamara29   28 septembre 2013
Si le bon Dieu a inventé le plaisir, n'est-ce pas que le plaisir est une chose divine ! Moi, le beau, je le fais avec mes mains. Mes mains ont besoin d'inspiration. Il me faut toucher le modèle. Le palper, l'éprouver longuement. ça me rend heureux, ça m'aide à peindre plus juste. Je ne veux pas d'une vie au pain sec avec la pluie tous les jours... Je ne peux pas. Je ne pourrai jamais...
Commenter  J’apprécie          170
AlcaponeAlcapone   22 novembre 2010
Peintre, voleur, faussaire, débauché, un moine qui a subi l’estrapade , qui, par deux fois, fut jeté en prison ! Forcément coupable ! Ignoble et traître. L’association de son nom avec la prison est restée, sa réputation en a conservé une marque d’infamie ! Ce protégé des Médicis, ce blasphémateur est devenu plus criminel encore : violeur de nonnes ! Là, c’est être excessif. p.333
Commenter  J’apprécie          60
NanneNanne   19 mai 2008
Tous les artistes de Toscane, de Rome, de Sienne lui doivent une éternelle reconnaissance. Tout ce qui, un jour, s'honore ou s'honorera du nom d'artiste le lui doit ou le lui devra.
Commenter  J’apprécie          100
diablotin0diablotin0   01 janvier 2018
Que c'est déplaisant de dépendre de quelqu'un qu'on aime ! Ou d'aimer quelqu'un dont on dépend ?
Commenter  J’apprécie          191

Videos de Sophie Chauveau (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Chauveau
Dans ce livre, Sophie Chauveau raconte comment, dans sa famille, on a pratiqué l'inceste de génération en génération depuis 1870. Ce récit à la fois intime et historique est bien sûr glaçant mais pas seulement... Il a aussi donné le courage à Camille Kouchner d'écrire "La familia grande"... Paru en 2016 (@editions_gallimard), il est aujourd'hui réédité en @editionsfolio #onlalu #bookstagram #instalivre #instabook #lecture #inceste #metoo
autres livres classés : renaissanceVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2675 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre