AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.03 /5 (sur 52 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Montréal , le 18/09/1954
Biographie :

Steven Pinker (né le 18 septembre 1954, à Montréal, Canada) est un psychologue cognitiviste. Il est reconnu pour son travail sur le processus d'apprentissage du langage chez les enfants qui l'a conduit à donner une base biologique au concept de grammaire générative universelle du linguiste Noam Chomsky[Il est surtout célèbre pour ses livres de synthèse qui s'adressent à la fois aux scientifiques et au grand public.

Après des études au Canada, Steven Pinker a effectué un doctorat en psychologie expérimentale à Harvard. Il fut professeur au département de sciences cognitives et cerveau au Massachusetts Institute of Technology pendant 21 ans avant son retour à Harvard en 2003.

Son livre The Blank Slate a été finaliste pour le Prix Pulitzer. En 2004, il a été désigné comme l'une des 100 personnes les plus influentes par le magazine Time.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Steven Pinker


Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
aschrod   26 juillet 2020
Comprendre la nature humaine de Steven Pinker
Dans son ouvrage Who Stole Feminism ? [Qui a usurpé le féminisme ?], la philosophe Christina Hoff Sommers fait une distinction très utile pour comprendre deux écoles de pensée. Le féminisme de l’équité (Equity Feminism) lutte contre la discrimination sexuelle et autres formes d’injustice envers les femmes. Ce mouvement s’inscrit dans la tradition libérale et humaniste classique issue des Lumières, et il a guidé la première vague du féminisme et lancé la deuxième. De son côté, le féminisme des genres (Gender Feminism) maintient que la femme continue à être asservie par un système de dominance masculine qui s’infiltre partout, le système des genres, dans lequel “les nourrissons bisexués sont transformés en personnes de genre masculin ou de genre féminin, dont les premières sont destinées à commander, et les autres à obéir.” Cette école est contre la tradition libérale classique, et elle est alliée au marxisme, au postmodernisme, au constructivisme social et à la science radicale. Elle est devenue le credo de certains programmes d’études sociologiques sur les femmes, d’organisations féministes et des porte-parole du mouvement des femmes.

Le féminisme de l’équité est une doctrine morale sur l’égalité de traitement qui reste à l’écart des questions empiriques ouvertes relevant de la psychologie ou de la biologie. Le féminisme des genres est une doctrine empirique qui se réclame de trois affirmations concernant la nature humaine. La première est que les différences entre l’homme et la femme n’ont rien à voir avec la biologie mais qu’elles sont entièrement socialement construites. La deuxième est que l’être humain n’a qu’une seule motivation sociale, le pouvoir, et que la vie sociale ne peut se comprendre que par la façon dont il s’exerce. La troisième est que les interactions humaines ne sont pas motivées par des individus qui négocient entre eux en tant qu’individus, mais par des groupes qui négocient avec d’autres groupes – en l’occurrence le genre masculin dominant le genre féminin.

En adhérant à ces doctrines, les féministes des genres prennent le féminisme en otage dans un contexte explosif. Comme nous allons le voir, les neurosciences, la génétique, la psychologie et l’ethnographie mettent en évidence des différences entre les sexes qui sont presque certainement d’origine biologique. De plus, la psychologie évolutionniste met en lumière tout un réseau de motivations autres que la dominance d’un groupe sur l’autre (comme l’amour, la sexualité, la famille et la beauté) qui nous jettent dans les multiples conflits d’intérêts convergents et divergents avec des personnes du même sexe et du sexe opposé. Les féministes des genres veulent ou bien faire tout sauter, ou bien amener les autres femmes à les rejoindre dans le martyre, mais celles-ci ne suivent pas. Les activistes des genres ont beau se montrer partout, elles ne représentent pas toutes les féministes, et encore moins toutes les femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MicheleP   27 décembre 2017
La part d'ange en nous de Steven Pinker
comme ils étaient dans les champs,, Cain se jeta sur son frère Abel et le tua. Avec une population mondiale quatre habitants au total, cela fait un taux d'homicide de 25%, c'est-à-dire mille fois plus élevé que dans les pays occidentaux de nos jours.
Commenter  J’apprécie          122
Sycorax   06 août 2015
L'instinct du langage de Steven Pinker
Le langage n'est pas un produit culturel qui s'apprend comme on apprend comment dire l'heure ou comment fonctionne le gouvernement de son pays. Au contraire, c'est une partie distincte de la structure biologique de notre cerveau. Le langage est un savoir-faire complexe et spécifique qui se développe spontanément chez l'enfant, sans effort conscient et sans apprentissage formel, qui s'articule sans qu'il en connaisse la logique sous-jacente, qui est qualitativement la même chez tous les individus et qui est distinct d'aptitudes plus générales pour traiter les informations ou se comporter avec intelligence. C'est ainsi que certains spécialistes de sciences cognitives ont décrit le langage comme une faculté psychologique, un organe mental, un système de neurones et un module de traitement de données, mais je préfère le terme, archaïque je l'admets, d'instinct. Il rend l'idée que les gens savent parler plus ou moins dans le sens où les araignées savent tisser leur toile. Le tissage de la toile d'araignée n'a pas été inventé par quelque araignée géniale et restée inconnue. Il ne dépend pas d'un enseignement approprié ni d'un talent en architecture ou d'un savoir-faire en matière de construction. Bien plutôt, les araignées construisent des toiles parce qu'elles ont des cerveaux d'araignées qui les poussent å tisser et leur donnent la compétence pour y réussir. Bien qu'il existe des différences entre les toiles d'araignées et les mots, vous devriez considérer le langage de cette manière. (p. 16)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Jacopo   02 février 2020
La part d'ange en nous de Steven Pinker
Un autre changement majeur dont nous avons fait l'expérience est l'intolérance croissante au recours à la force dans la vie de tous les jours. Il y a quelques dizaines d'années encore, l'empressement d'un homme à utiliser ses poings en réponse à une insulte était un gage de respectabilité. Aujourd'hui, un tel comportement trahit un rustre et témoigne d'une impulsivité mal contrôlée, pour laquelle une thérapie de gestion de la colère semble indiquée.
Commenter  J’apprécie          50
CatchMe   08 septembre 2016
Comprendre la nature humaine de Steven Pinker
Cet ouvrage traite des aspects moraux, émotionnels et politiques du concept de la nature humaine dans la vie moderne j’y retrace le cheminement qui a conduit à voir dans cette notion une idée dangereuse et j’essaie de démêler les ambroglios moraux et politiques dans lesquels elle s’est trouvée prise dans ce parcours.



Cet ouvrage ne sera pas de ceux qui disent que tout est génétique, car ce n’est pas vrai. L’environnement est tout aussi important que les gènes. Ce que vit l’enfant en grandissant (et pas seulement au sein de sa famille) a le même poids que son bagage de naissance.

Même quand un comportement est transmissible, le comportement de l’individu (en situation) reste un produit du développement, et à ce titre, il s’explique en partie par l’environnement. … On sait aujourd’hui que les phénotypes se transmettent par la réplication de conditions à la fois génétiques et environnementales, ce qui laisse penser que.. les traditions culturelles – les comportements que les enfants copient – ont vraisemblablement un rôle déterminant.



Si vous trouvez que ce sont des propos anodins qui montrent que tout le monde a dépassé le débat nature-culture , revoyez votre jugement (dit-il) …

Pour avoir invoqué la nature ET la culture, au lieu de la culture seulement, ces auteurs ont subi toutes sortes d’attaques

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mondesfuturs   08 janvier 2019
Comprendre la nature humaine de Steven Pinker
Dans la tradition de la sociologie [vision dite de gauche], la société est une entité organique soudée, et ses citoyens individuels en sont de simples éléments. On pense que les individus sont par leur nature même des êtres sociaux et qu'ils fonctionnent comme des éléments d'un superorganisme plus grand. Telle est la tradition de Platon, Hegel, Marx, Durkheim, Weber, Kroeber, du sociologue Talcott Parsons, de l'anthropologue Claude Lévi-Strauss, et du postmodernisme dans les sciences humaines et les sciences sociales.

Dans la tradition de l'économie ou du contrat social [vision dite de droite], en revanche, la société est un arrangement négocié par des individus rationnels qui servent leurs intérêts personnels. La société apparaît quand des individus acceptent de sacrifier une partie de leur autonomie en échange d'une protection contre les déprédations des autres qui exercent leur autonomie, C'est la tradition de Thrasymaque dans La République de Platon, et de Machiavel, Hobbes, Locke, Rousseau, Smith et Bentham. Au XXe siècle, elle est devenue la base des modèles de l'acteur rationnel ou Homo economicus en économie et en science politique, et pour les analyses coût-bénéfice des choix publics.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gazellll   12 mars 2020
THE BLANK SLATE: THE MODERN DENIAL OF HUMAN NATURE de Steven Pinker
The anxiety about human nature can be boiled down to four fears:

1. If people are innately different, oppression and discrimination would be justified.

2. If people are innately immoral, hopes to improve the human condition would be futile.

3. If people are products of biology, free will would be a myth and we could no longer hold people responsible for their actions.

4. If people are products of biology, life would have no higher meaning and purpose.



Each will get a chapter. I will first explain the basis of the fear: which claims about human nature are at stake, and why they are thought to have treacherous implications. I will then show that in each case the logic is faulty; the implications simply do not follow. But I will go farther than that. It’s not just that claims about human nature are less dangerous than many people think. It’s that the denial of human nature can be more dangerous than people think. This makes it imperative to examine claims about human nature objectively, without putting a moral thumb on either side of the scale, and to figure out how we can live with the claims should they turn out to be true.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gazellll   01 juillet 2020
THE BLANK SLATE: THE MODERN DENIAL OF HUMAN NATURE de Steven Pinker
THE GREATEST MORAL appeal of the doctrine of the Blank Slate comes from a simple mathematical fact: zero equals zero. This allows the Blank Slate to serve as a guarantor of political equality. Blank is blank, so if we are all blank slates, the reasoning goes, we must all be equal. But if the slate of a newborn is not blank, different babies could have different things inscribed on their slates. Individuals, sexes, classes, and races might differ innately in their talents, abilities, interests, and inclinations. And that, it is thought, could lead to three evils.



The first is prejudice: if groups of people are biologically different, it could be rational to discriminate against the members of some of the groups. The second is Social Darwinism: if differences among groups in their station in life—their income, status, and crime rate, for example—come from their innate constitutions, the differences cannot be blamed on discrimination, and that makes it easy to blame the victim and tolerate inequality. The third is eugenics: if people differ biologically in ways that other people value or dislike, it would invite them to try to improve society by intervening biologically—by encouraging or discouraging people’s decisions to have children, by taking that decision out of their hands, or by killing them outright. The Nazis carried out the “final solution” because they thought Jews and other ethnic groups were biologically inferior. The fear of the terrible consequences that might arise from a discovery of innate differences has thus led many intellectuals to insist that such differences do not exist—or even that human nature does not exist, because if it did, innate differences would be possible.



I hope that once this line of reasoning is laid out, it will immediately set off alarm bells. We should not concede that any foreseeable discovery about humans could have such horrible implications. The problem is not with the possibility that people might differ from one another, which is a factual question that could turn out one way or the other. The problem is with the line of reasoning that says that if people do turn out to be different, then discrimination, oppression, or genocide would be OK after all. Fundamental values (such as equality and human rights) should not be held hostage to some factual conjecture about blank slates that might be refuted tomorrow. In this chapter we will see how these values might be put on a more secure foundation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mondesfuturs   08 janvier 2019
Comprendre la nature humaine de Steven Pinker
Beaucoup d'intellectuels ont détourné leur regard de l'évolution de la logique de la violence, de peur que le fait de l'admettre revienne à l'accepter ou même à l'approuver. Ils ont préféré garder l'illusion rassurante du Bon Sauvage, qui fait de la violence un produit arbitraire de l'apprentissage ou un pathogène venu de l'extérieur qui se développe en nous. Cependant, à nier la logique de la violence, on oublie facilement que cette dernière est toujours prête à éclater, et à ignorer les parties de l'esprit qui peuvent mettre le feu aux poudres, on néglige celles qui peuvent l'éteindre. Dans la violence, comme dans tant d'autres sujets préoccupants, la nature humaine est le problème, mais elle est aussi la solution.
Commenter  J’apprécie          10
Thibaud99   04 juillet 2019
Le triomphe des Lumières de Steven Pinker
On dit souvent que s’agissant du changement climatique, ceux qui en savent le plus à son sujet sont ceux qui le craignent le plus ; or pour l’énergie nucléaire, ceux qui en savent le plus sont ceux qui le craignent le moins.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Éléments chimiques

Qui n'est pas un gaz rare ?

Argon (Ar)
Xénon (Xe)
Chlore (Cl)
Radon (Rn)

12 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : chimie , périodique , élémentsCréer un quiz sur cet auteur