AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791030704525
Au Diable Vauvert (06/01/2022)
3.68/5   147 notes
Résumé :
Tom, vendeur dans une boutique de compléments alimentaires et de protéines pour bodybuilders, est en pleine dépression. Le passage à la cinquantaine lui ouvre les yeux sur sa vie rangée avec sa femme Mathilde qui ne le rend plus heureux.
Mais il voit sa vie bouleversée quand revient à la maison familiale son fils Jérémie, jeune homme malingre tout juste séparé de sa copine, et son père, juif marqué par la Shoah et malade d’un cancer. S’annonce une cohabitatio... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (93) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 147 notes

jeunejane
  17 février 2022
Tom , la cinquantaine, est vendeur d'aliments protéinés et autres pour des personnes qui fréquentent les salles de musculations, font des régimes et veulent améliorer l'apparence de leurs corps. Il s'applique à améliorer sa silhouette depuis l'âge de 17 ans, d'abord chez lui et ensuite dans des salles de sport.
Il n'est pas mécontent du résultat et ce qu'il désirait surtout, c'est d'échapper à son déterminisme physique de Juif ashkénaze long, filiforme, maigre, sans muscles.
Il vit avec Mathilde depuis 25 ans , par habitude maintenant.
Son fils, Jérémie, revient chez eux. Il ne s'entend plus avec sa compagne.
Son père, très âgé, atteint d'un cancer, revient chez eux également.
Et par-dessus le marché, Tom recueille N7A , une jeune dame qui se faisait maltraiter par son propriétaire comme elle l'affirme et ce, devant le magasin de Tom.
Tom est généreux mais perdu dans sa vie, on a envie d'affirmer qu'il est dépressif. Il avoue n'avoir plus de désir pour rien.
Pas joyeux au début mais je me suis vite laissée prendre par les réflexions très profondes de l'auteur, son humour pas commun et son écriture magnifique, tellement agréable au point de relire des passages.
Très étonnante la façon dont tous les personnages en présence l'un de l'autre se parlent, en toute franchise, sans dentelles.
Thomas Gunzig fait preuve de beaucoup d'imagination quant à la provenance de la jeune femme. On se doute qu'il glisse pas mal d'éléments autobiographiques dans son récit, notamment au sujet de ses origines paternelles. Il a sensiblement le même âge que son héros aussi.
Pour la lectrice que je suis, j'ai aimé voir revenir le soleil après une période sombre et cela petit à petit.
Un très beau roman d'un auteur que j'avais beaucoup apprécié dans "Feel good" qui sort maintenant en poche et qui était parfaitement en harmonie avec les évènements des gilets jaunes.
Un tout grand merci à Masse critique de Babelio et aux éditions " Au Diable Vauvert" . Un beau cadeau que cette lecture d'un auteur qui vaut vraiment la peine d'être lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          670
Ptitgateau
  28 février 2022
Ce roman, j'ai bien envie de la qualifier de fantaisiste, toutefois je ne pourrais me permettre de le maintenir dans cette catégorie car il renferme plus que la fantaisie qui est présente au service de vérités que l'auteur avait envie d'exposer.
Tom, le personnage principal y fait figure d'individu déprimé. Il se demande de quoi est faite sa vie, sa vie de bodybuilder dominé par l'apparence des individus, qui côtoie sa femme par habitude, qui passe du temps à se poser des questions auxquelles il ne peut répondre.
Puis il rencontre N7A, jeune femme sans identité, qu'il invite à s'installer chez lui, entre sa femme qui accepte bien difficilement cette présence, son fils qui se sépare de son épouse et son père qui s'installe là afin de n'être pas seul pour recevoir la chimiothérapie qui le guérira de son cancer.
On constatera que ce lieu de vie commun n'est autre qu'une poudrière dans laquelle N7A constituera l'étincelle…
Mais N7A est bien plus, elle est celle qui fera réfléchir, se poser quelque temps pour observer sa vie, peut-être même pour changer…
On observera des habitudes et des comportements par lesquels la micro-société que compose cette famille pourrait s'enrichir comme notre société actuelle si riche de ses différences.
On notera également l'importance de posséder une identité pour un individu, avec une pensée pour les personnes qui, dans nos populations, ne peuvent se faire une place, parce qu'elle ne peuvent se définir elle-même.
Bravo à l'auteur qui offre au lecteur un roman capable de faire réfléchir et sourire en même temps.
Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          721
Kittiwake
  18 avril 2022
Alors que la routine s'écrit autour du muscle, de ses muscles et de ceux de ses clients, à qui il vend les protéines qui les aideront à sculpter un corps rêvé, une altercation capte son attention dans la rue. Un homme s'en prend violemment à une jeune femme rousse, qui semble soumise. le même jour, son père l'informe que ses jours sont comptés et qu'il a donc décid de venir vivre chez lui, alors que son propre fils, brisé par une rupture rejoint aussi le petit appartement transformé en colocation de fortune. Il n'y manque que l'étrange jeune femme rousse, qui prétend être tout autre chose que ce que son aspect ne laisse croire…
Comédie loufoque, qui sert de support à de nombreuses réflexions
sur le couple, la famille et la génétique sous toutes ses formes (épigénétique, organismes génétiquement modifiés, transmission…) avec la question en filigrane du rôle des valeurs éducatives.
C'est léger, drôle, mais tout de même sérieux, avec un vrai débat sur la famille et le couple.
Un grand plaisir de lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Christophe_bj
  19 février 2022
Tom, la cinquantaine, est le propriétaire d'une boutique de compléments alimentaires pour body-builders. Lui-même va régulièrement sculpter son corps en salle de sport. Son couple avec Mathilde bat un peu de l'aile. Celui de son fils Jérémie avec la woke Jade est dans un état pire encore. Un jour, Tom voit de sa boutique une jeune femme se faire violenter par l'homme qui l'accompagne. Il ne réagit pas mais, honteux, se jure de le faire si la situation se reproduit. Et en effet, la fois d'après il porte secours à la jeune femme dont l'identité va se révéler pour le moins surprenante… ● En peu de pages, ce roman aborde des thèmes qui paraissent trop grands pour lui : la manipulation génétique, l'identité juive, la Shoah, le wokisme, le courage, le sens de la vie, le cancer… et j'en passe. S'il se lit sans déplaisir, il nous fait rester sur notre faim. ● On se demande un peu le genre de ce qu'on vient de lire : fable ? conte ? autre chose ? Il y a bien une composante absurde, à la belge, façon Magritte, dans ce récit original, mais on a l'impression que tout n'est qu'effleuré, et que l'ouvrage cherche son ton sans le trouver. Les différents fils du récit flottent épars et l'on peine à distinguer leur synergie, voire leur intersection. Flirtant à la fois avec le comique et avec le tragique, le récit installe inconfortablement le lecteur sur cette ligne de crête, le laissant avec ses interrogations et un certain malaise. ● Ainsi, ce roman m'apparaît plus comme une ébauche qu'il faudrait retravailler et surtout enrichir pour lui donner vraiment forme. ● Je remercie Babelio et les éditions Au Diable Vauvert pour l'envoi de ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          546
viou1108_aka_voyagesaufildespages
  14 mars 2022
Tom a 50 ans et ce n'est pas vraiment une bonne nouvelle. Vendeur dans un magasin de compléments alimentaires pour bodybuilders, il s'ennuie et se demande ce qu'il a fait de sa vie, et pas seulement sur le plan professionnel : son couple avec Mathilde tient plus par habitude et force d'inertie que par amour et passion. Tom se demande ce qu'il fait là, pour qui, pour quoi, et ne sait pas comment s'y prendre pour y changer quelque chose, à supposer qu'il en ait l'énergie. Bref, Tom déprime. Pour ne rien arranger, son grand fiston mollasson et pleurnichard réemménage chez eux après s'être fait largué par Jade, sa copine wokiste, et son vieux père s'invite sur le canapé familial le temps (indéterminé) de sa chimiothérapie.
Pour Tom qui n'aspire qu'au calme et à la tranquillité, les prochaines semaines s'annoncent chaotiques.
Une dose supplémentaire de bouleversements s'ajoute à sa vie quelques jours plus tard, quand Tom vient à la rescousse d'une jeune femme malmenée par l'homme qu'elle accompagne. Ni une ni deux, Tom ramène à la maison cette jeune femme pour le moins étrange : elle parle de l'homme avec qui elle était comme de son « propriétaire », elle n'a pas de papiers, et une drôle d'identité : N7A.
Qui ou quoi qu'elle soit, sa présence va provoquer une grande remise en question dans la vie de Tom et du reste de la famille.
Il y a dans ce roman (cette fable) du burlesque, de l'improbable, du questionnement existentiel, du désenchantement, de la lucidité et du cynisme, de la sensibilité et de l'empathie. du Thomas Gunzig, donc.
Ce roman, qui se lit très vite, est bourré de réflexions sur le sens de la vie, l'amour, le temps qui passe, la transmission,... C'est un peu son défaut : il est trop court et aborde, sans les approfondir, un peu trop de thèmes : manipulations génétiques, wokisme, véganisme, cancer, Shoah, identité, courage, conditions humaine et animale.
Je trouve qu'il est un cran en-dessous des romans précédents de l'auteur : moins féroce que « La vie sauvage », moins attachant que « Feel good », moins jubilatoire. Mais comme les autres, il fait sourire et réfléchir, il nous renvoie à nous-mêmes, il nous touche par la tendresse qu'il montre à l'égard de ses personnages.
En partenariat avec les Editions Au Diable Vauvert via une opération Masse Critique privilégiée de Babelio.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          541


critiques presse (4)
RadioFranceInternationale   04 mai 2022
L'écrivain belge Thomas Gunzig revient avec un nouveau roman déroutant sur le sens de la vie. Une vision drôle et critique de notre société.
Lire la critique sur le site : RadioFranceInternationale
LeFigaro   16 mars 2022
L’écrivain belge raconte le quotidien de Tom, vendeur dans une boutique pour culturistes avec des histoires de famille mouvementées. Il se joue des apparences et de la bonne conscience.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaLibreBelgique   17 janvier 2022
Dans son nouveau roman, Thomas Gunzig nous renvoie notre image. Drôle et cruel.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
FocusLeVif   14 janvier 2022
L'écrivain belge mêle à nouveau surréalisme bien de chez nous et critique sociétale bien de son temps dans son dernier roman. Drôle et désespérant.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
Citations et extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
lafilledepassagelafilledepassage   08 mars 2022
- Vous êtes vraiment une vache ?
- Oui. Une vache.
- Vous comprenez que c’est difficile à croire.
- C’est vrai que je n’ai pas vraiment de preuves. D’un autre côté, c’est comme ça pour tout, non ? dit-elle.
- Qu’est-ce que vous voulez dire ?
- Eh bien vous, par exemple, vous dites que vous êtes un être humain mais vous n’avez pas la preuve non plus !
- Mais je ne dois pas vous le prouver, enfin ! Je ressemble à un humain !
- Vous savez, il y a 1,2% de différence génétique entre un humain et un chimpanzé. Le cœur humain et le cœur du cochon sont si semblables que vous pouvez pratiquer des greffes. Chez l’humain, il y a des traces de gènes de Néandertalien qui est une espèce différente de l’Homo sapiens. […]
- Mais comment vous savez tout ça, Une vache ne sait pas tout ça !
- Comment pouvez-vous le savoir ? Vous ne connaissez rien aux vaches, dit-elle. Est-ce que vous avez déjà approché une vache ? Je veux dire, une vache vivante ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   26 mars 2022
C'est lorsque je soulève des choses lourdes que je suis la plus heureuse d'être ce que je suis. Je ne sais pas expliquer pourquoi. Peut-être parce que c'est un moment où je me sens en vie, c'est merveilleux, vous savez, la vie. Toutes les vies sont des merveilles. Cela dit, je ne crois pas être particulièrement forte. Je ne le suis que comparativement aux humains qui sont physiquement faibles. Par rapport aux animaux, vous n'avez pas beaucoup de force. Même les petits animaux sont plus forts que vous : un canard, un chat, un lapin... Ils sont tous plus forts qu'un humain. Si un lièvre un castor ou bien une fouine ou une belette voulait vous faire du mal, il y parviendrait sans difficulté. Et les grands animaux comme les vaches ont une puissance énorme par rapport à vous. Le monde est rempli de créatures qui pourraient vous détruire en un instant : les singes, les requins, les kangourous. Vous êtes tous si faibles que, pour vous, le monde est un endroit dangereux et effrayant. Vous avez développé une technologie qui vous a permis de tout détruire. Ca vous a rassurés de faire ça. Aujourd'hui, vous ne laissez vivre que les animaux qui vous amusent ou qui vous nourrissent. C'est à la fois terriblement égoïste mais surtout très lâche !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
PtitgateauPtitgateau   26 février 2022
- Parfois je ne sais plus très bien ce que je suis, répondit-elle.
- C’est normal, la société a tendance à vous essentialiser, les normes sociales vont tout faire pour éliminer les gens comme vous, ceux qui refusent les cases qu’on leur assigne, la liberté est un combat de tous les jours. C’est terriblement difficile d’avoir la force de se définir lorsqu’on se trouve hors du cadre.
Commenter  J’apprécie          290
jeunejanejeunejane   17 février 2022
Les plus vieilles sagas irlandaises furent écrites il y a plus de mille ans......
Les " pierres de levage " y ont une importance quasi divine, s'expliquant probablement par la nécessité d'être fort pour pouvoir survivre sous ces latitudes froides et tempétueuses.
....
Ceux qui soulevaient Fullsterkur étaient considérés comme " pleinement forts " et recevaient un salaire complet. La puissance physique ouvrait la voie vers le succès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
lafilledepassagelafilledepassage   07 mars 2022
Peu importe d’où vous venez, peu importe comment ou par qui ou pourquoi vous avez été fabriquée. Peu importe que vous n’ayez pas de parents, de papiers ou de famille ou que votre nom ne soit dans aucun registre d’aucune communauté. Ce n’est pas pour ça que vous devez disparaitre. Vous existez ! Vous avez des pensées, vous avez des idées ! Et ces pensées prennent naissance dans ce corps. Votre conscience n’est pas plus un accident que la mienne. Peu importe d’où vient le corps dans lequel se trouvent vos pensées, le fait est qu’il est vivant et qu’il éprouve des choses. Vous ne pouvez pas le laisser mourir dans cette cave !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Thomas Gunzig (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Gunzig
A l'occasion de la sortie de son roman "Le Sang des bêtes", nous avons réalisé une interview de Thomas Gunzig, dont voici un court extrait.
autres livres classés : satireVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18448 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre