AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christiane Besse (Traducteur)
ISBN : 2020372290
Éditeur : Seuil (01/04/2005)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 81 notes)
Résumé :
Un matin d'hiver, Lorimer Black, jeune, beau, sûr de lui - en apparence -, découvre l'homme avec lequel il avait rendez-vous pendu parmi les décombres de son usine. Tout va alors basculer dans la vie de Lorimer. Privé de son emploi, de ses amitiés, de ressources et de sommeil, l'ex-expert en sinistres auprès d'une compagnie d'assurances se retrouve désarmé dans une société cynique et malhonnête. Avec Londres en toile de fond, le septième roman de William Boyd est un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
viou1108
  08 août 2016
Ami lecteur, permets-moi de commencer cette chronique par un coup de gueule : la 4ème de couverture de l'édition de poche (Points 1998) de ce roman, c'est du n'importe quoi. Nous dire que le héros découvre, un beau matin d'hiver, l'homme avec qui il a rendez-vous pendu dans les ruines de son entreprise, rien à redire. Mais ajouter ensuite que c'est à ce moment-là que « tout va changer dans la vie de Lorimer » puisqu'il perd tout, boulot, argent, amis, sommeil, alors là, non non et re-non, ça ne va pas du tout. Le sommeil, Lorimer l'a perdu depuis belle lurette, les amis, il n'en avait pas vraiment, et je n'ai vu personne de son entourage se détourner de lui. Quant au boulot, source de ses revenus, il ne le perd qu'à la page 322 (sur 367!), alors que le pendu est intervenu (si on peut dire) à la 6ème ligne de la première page, et que quelques semaines passeront entre-temps. Bref, après ce résumé « approximatif » de l'éditeur, on s'attend à lire l'histoire d'un type tombé en disgrâce au premier chapitre, et la façon dont il remonte (ou pas) la pente. Mais en fait, non, on assiste à une lente descente aux enfers (enfin, tout est relatif) de ce héros malgré lui qu'est Lorimer Black et on essaie de repérer les indices annonciateurs du licenciement, évoqué dès la 4ème de couverture. Avouez que ça change un peu la perspective et que ça casse l'effet de surprise. Mais je m'emporte.
« Et l'histoire, dans tout ça ? », me direz-vous. Ah oui, j'oubliais.
Nous avons donc Lorimer Black, golden boy d'une compagnie d'assurances londonienne, expert en règlements de sinistres. Sa fonction consiste à revoir à la baisse les demandes d'indemnisations des assurés sinistrés. Il ne s'encombre guère de morale et d'éthique, et garnit tranquillement son compte en banque grâce aux bonus qu'il empoche à chaque règlement. Jusqu'à la grosse affaire de trop, dans laquelle il flaire l'arnaque d'envergure et se mêle de ce qui ne le regarde pas, risquant ainsi de mettre au jour des malversations qui le dépassent. Intimidations, menaces, agression, voilà notre petit soldat (armadillo = petit homme armé) bien démuni face au cynisme de sa profession. Une faille de plus dans sa propre confiance, dans son armure en carton doré qui, de loin, peut faire illusion, mais qui prend l'eau au moindre nuage noir à l'horizon. Troubles du sommeil, racines familiales embarrassantes, sentiment permanent d'insécurité matérielle et amoureuse sont les autres boulets que traîne Lorimer dans cet hiver londonien gris et glacial.
Avec bienveillance et une certaine tendresse, et surtout un humour au flegme si britannique, William Boyd tire le portrait de ce héros déboussolé en même temps que celui d'une ville en mutation immobilière et d'une époque en mal de repères, soumise à la tyrannie de l'apparence. Ecrit il y a presque 20 ans, ce roman n'a pas pris une ride.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
Philippe67
  28 juillet 2012
Encore une fois je n'aurais pas du lire la 4ème de couverture. Je m'attendais à une histoire et j'en ai eu une autre d'où ma note assez moyenne.
C'est un bon roman qui nous parle de l'Angleterre et de sa société, des relation complexes entre les êtres, de la poursuite de l'amour, des peurs, des faux semblants etc.
Une bonne lecture que je vous recommande. Pour ma part ce ne sera pas le dernier livre de Boyd que je lirais c'est sur!
Commenter  J’apprécie          140
Bigmammy
  03 septembre 2012
Armadillo, c'est, en espagnol, le « Petit chevalier » : allusion aux casques de guerriers grecs antiques que collectionne le héros, et aussi à son courage solitaire. Comme la plupart des héros de William Boyd, celui-ci est un homme jeune, intelligent, et brave, confronté à un univers de brutes ou, ici, de voyous dirigeant leurs fraudes depuis leur Club de Mayfair.
Mieux encore, c'est un petit Rom de Transnistrie, dont les parents sont venus de Hongrie en 1956, sur le contingent de réfugiés politiques accueillis par Londres. Elève brillant, il est allé dans un Collège du fin fond du Nord de l'Ecosse. le petit Milrome Blocj est ainsi devenu Lorimer Black, portant parfois le tartan du clan Black Watch. Mais sa famille, qu'il vénère, tient une boîte de mini taxis dans le sud londonien.
Il exerce, pour une compagnie d'assurances, le difficile métier de « loss adjuster », ajusteur de pertes, c'est-à-dire qu'il réduit les demandes d'indemnisation des sinistrés à de modestes proportions. Il gagne de jolis bonus, qui lui ont permis de devenir propriétaire à Pimlico.
Il se débrouille très bien, en baignant dans l'immoralité, jusqu'au jour où il gêne involontairement une grosse opération boursière, où trempent, semble t'il, ses propres patrons. Seul face à l'Establishment, ce sera difficile pour lui, mais passionnant pour le lecteur !
D'autant plus qu'il est tombé amoureux d'une belle actrice, mariée à un jongleur fou de jalousie. Ce roman est un foisonnement d'histoires au ton juste, écrites avec talent. C'est une galerie de portraits de l'Angleterre moderne. Alors, lisez-le !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Fuelyod
  06 juin 2011
Quatrième de couverture
"Un matin d'hiver, Lorimer Black, jeune, beau et sûr de lui – en apparence – trouve l'homme avec lequel il avait un banal rendez-vous d'affaires pendu parmi les décombres de son usine. Une découverte macabre qui n'augure rien de bon. Ce jour-là, en effet, tout va basculer dans la vie de Lorimer, et de manière imprévisible. Privé de son emploi, de ses amitiés, de ressources et de sommeil, l'ex-expert en sinistres auprès d'une compagnie d'assurances se retrouve désarmé, sinistré à son tour, dans un monde qui semble décidément fonctionner à l'envers – ou peut-être trop bien, à l'étalon d'une société cynique et malhonnête. Reste l'amour ? Mais là non plus, rien n'est simple…
Avec Londres en toile de fond, le septième roman de William Boyd est une anatomie comiquement révélatrice de la nature bizarre et déconcertante de la vie contemporaine. A la fois ironique et émouvant, Armadillo [esp. : armadillo, diminutif de armado, homme armé, litt. : petit homme armé] explore des zones de la condition humaine qui nous touchent tous : la quête vaine des certitudes, l'immense besoin de sécurité et la soif éternelle d'aimer quelqu'un d'un amour payé de retour…"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
twinckel
  01 septembre 2012
Heureusement que je n'ai pas découvert l'auteur par ce livre. Ennuyeux, décousu, long, sans intérêt. J'ai eu le plus grand mal à le finir.
L'histoire, un expert en assurance qui se retrouve devant une affaire de fraude, avec laquelle tout le monde va s'enrichir, sauf lui (pas tout compris à cette fraude d'ailleurs)
Mais surtout l'histoire part dans des digressions, ses problèmes de sommeil (il fait le cobaye dans une clinique), sa cohabitation forcée avec un collègue viré, son histoire d'amour avec une actrice, sa voiture dont la carrosserie est brûlée au chalumeau, son patron cyclothymique et j'en passe.
Au détour de quelques pages, on retrouve le mordant et l'ironie de l'auteur, mais cela ne dure pas.
Pas le meilleur livre pour se faire une idée du talent de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
PenelopePenelope   30 août 2010
"Le Livre de la Transfiguration"
389, Sérendipité. De Serendip, un nom antique de Ceylan, aujourd'hui le Sri Lanka. Un mot fabriqué par Horace Walpole qui l'inventa sur la base d'un conte populaire dont les héros ne cessaient de découvrir des choses qu'ils ne cherchaient pas. Ergo : sérendipité, le don de faire par hasard des découvertes heureuses.
Alors quel est donc l'opposé de Serendip, une terre du sud, une terre d'épices et de chaleur, de verdure luxuriante et de colibris, baignée par la mer, arrosée de soleil ? Pensez à un autre monde, loin au nord, stérile, pris dans les glaces, un monde de silex et de pierre. Appelez-le Zembla. Ergo : zemblanité, le contraire de sérendipité, le don de faire à dessein des découvertes malheureuses, malchanceuses. Sérendipité et zemblanité : les deux pôles de l'axe autour duquel nous tournons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
twinckeltwinckel   01 septembre 2012
La philosophie des assurances selon George Hogg.

C'était là que nous - les experts en sinistre - entrions en scène. Nous avions un rôle vital à jouer : nous étions les personnes qui rappelaient aux autres que rien en ce monde n'est vraiment certain, nous étions l'élément malin, le facteur instable dans l'univers ostensiblement stable des assurances. Je suis assuré, donc je suis au moins en sécurité, aimons-nous penser. Il n'en est rien, disait Hogg, ah ah pas question.
Nous avons un devoir philosophique à accomplir lorsque nous ajustons les pertes.
Quand nous procédons à nos ajustements, nous frustrons et renions toutes les douces promesses des assurances. Nous incarnons à notre modeste manière un des grands principes inflexibles de la vie : rien n'est sûr, rien n'est certain, rien n'est sans risque, rien n'est totalement couvert, rien ne dure toujours.
C'est une noble vocation, disait-il, allez dans le monde et faites votre devoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   16 juin 2015
Chaque expert en sinistres avait sa propre façon d’aborder le travail ; certains étaient agressifs, d’autres cyniquement directs, quelques-uns jouaient les durs ou décidaient d’inspirer la peur, d’autres fonçaient avec force et hostilité comme des tueurs, d’autres encore se comportaient en apparatchiks neutres exécutant les ordres sans aucune émotion, mais Lorimer était différent : il préférait de loin l’absence de menace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 juin 2015
C’était comme arracher la croûte d’une écorchure : en fait, il voulait des cicatrices, il eût été mal d’essayer d’oublier, de tout effacer. Chaque pénible souvenir qui rôdait par ici avait joué son rôle : tout ce qu’il était aujourd’hui était le résultat indirect de la vie qu’il avait menée à l’époque
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 juin 2015
Ce pays a besoin d’une foutue révolution, mon pote. Faut les balayer, politiciens, financiers, profiteurs, fonctionnaires, aristos, rupins, vedettes de la télé. Les pendre haut et court. Redonner les rênes au peuple, aux gens qui travaillent dur. Vous et moi. Notre espèce.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de William Boyd (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Boyd
Pour ce sixième numéro de la Petite Librairie (émission produite par La Griffe Noire), Gérard Collard s'est entouré de 3 chroniqueurs... Marie, Didier Debroux et Jean-Edgar Casel...
Bon visionnage !!!

LE COUP DE COEUR DE GERARD COLLARD
Les Mille Talents d'Eurídice Gusmão de Martha Batalha et Diniz Galhos aux éditions Denoël
LE COUP DE C?UR DE DIDIER DEBROUX Les vies multiples d?Amory Clay de William Boyd aux éditions Points
LES COUPS DE C?UR DE GÉRARD COLLARD Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa et Myriam Dartois-Ako aux éditions Albin Michel
Une vie entre deux océans de Margot Stedman et Anne Wicke aux éditions Livre de Poche
Les Filles des autres de Amy Gentry et Simon Baril aux éditions Robert Laffont
RENCONTRE AVEC HAROLD COBERT? La Mésange et l'ogresse de Harold Cobert aux éditions Plon Jim d?Harold Cobert aux éditions Livre de Poche
LE COUP DE COEUR DE GERARD COLLARD Par amour de Valérie Tong Cuong aux éditions JC Lattès
LE COUP DE COEUR DE SOLVEIG DARRIGO Traité de miamologie pâtisserie de Stéphan Lagorce aux éditions 180°C
LE COUP DE GUEULE DE GERARD COLLARD Terreur de Yann Moix aux éditions Grasset
LES COUPS DE COEUR DE GERARD COLLARD Toxique de Niko Tackian aux éditions Calmann-Lévy
Le Loup peint de Jacques Saussey aux éditions Livre de Poche
Ne prononcez jamais leurs noms de Jacques Saussey aux éditions Toucan
Canicule de Jane Harper et Renaud Bombard aux éditions Kéro
CHRONIQUE JEUNESSE
Combien de bébés ? de Guido van Genechten aux éditions Albin Michel Jeunesse
Les enfants les pires du monde de Tony Ross aux éditions Albin Michel Jeunesse
Ourse & Lapin : Drôle de rencontre de Jim Field et Julian Gough aux éditions Flammarion
LE COUPS DE C?UR DE GÉRARD COLLARD Peggy Dans les Phares de Lacasse Marie-Eve aux éditions Flammarion
LE BLOC-NOTES Exposition Henri Matisse à Lyon
Henri Matisse, le laboratoire intérieur de Collectif aux éditions Hazan
Histoire du théâtre dessinée d?André Degaing aux éditions Nizet
LA CHRONIQUE DE JEAN-EDGAR CASEL Tintin au Pays des Soviets Couleur de Hergé aux éditions Casreman
SERIE TV Suspect numéro 1 - L'intégrale des saisons 1 à 7 Borgia
LA CHRONIQUE DE MARIE D'après une histoire vraie: Livre audio 1CD MP3 - Suivi dun entretien entre Delphine de Vigan et Marianne Épin aux éditions Audiolib
Vous pouvez commander cette sélection de livre sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature anglaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

ARMADILLO, LE PETIT SOLDAT

Le héros de ce roman est ...........

William Boyd
James White
Lorimer Black
Jonathan Roscoe
Michael Bottom
Conrad Milliband
Waldemar Strike

15 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Armadillo de William BoydCréer un quiz sur ce livre