AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Calmann-Lévy

Calmann-Lévy a été créée en 1836. Cette maison d`édition française publie principalement de la littérature et des essais, à travers des collections comme « Traduit de », « Liberté de l`esprit », « Diaspora ». Elle publie des livres sur la psychanalyse, les enfants, le cinéma, le sport, les sciences humaines, etc.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Calmann-Lévy



Dernières parutions chez Calmann-Lévy


Dernières critiques
MurielT
  22 octobre 2018
Et puis, Paulette... de Barbara Constantine
Et puis Paulette... - Barbara Constantine



Ferdinand, Marcelline, Guy, Hortense et Simone sont des personnes âgées, elles vivent seules ou presque, cette solitude leur pèse. Alors Ferdinand qui a une grande ferme va rassembler tout ce petit monde. De temps en temps les Lulus les petits enfants de Ferdinand viennent passer un Week-end. Et puis viendront s’ajouter Muriel, Kim et puis ...Paulette.



Si ce livre parle de solitude et de vieillesse, il parle aussi de solidarité, d’amitiés, d’amour, de tendresse. C’est plein d’humour, c’est joyeux. Ça remonte le moral et j’ai beaucoup aimé.



Et je crois que tous les livres de cette auteur sont dans la même veine.J’ai gardé un très bon souvenir de Allumer le chat.



A lire sans modération.
Commenter  J’apprécie          123
cbvox
  22 octobre 2018
Le douzième chapitre de Jérôme Loubry
Très belle découverte. J'ai commencé ce livre hier soir à 22h30 et l'ai fini d'une traite à 4h30. Tout ce que j'attends du thriller, ni plus ni moins ! Et il y a bien longtemps que cela ne m'était pas arrivé.

Le douzième chapitre supplante sans aucun doute, les auteurs du genre déjà en place, à savoir Thilliez (qui a mon goût s'adonne trop dans le genre américain : dense, tiré par les cheveux, peu crédible voire totalement irréaliste avec des héros hors du commun tel le Da vinci code), Minier (dont le style et le scénario manque de piquant et de rebondissements) et Beuglet qui se situe entre les deux avec leurs qualités mais aussi leurs défauts.

Ici, l'originalité du scénario, la volonté de l'auteur à ne pas outrepasser la crédibilité pour donner du relief à son histoire, l'évincement des flics et des inspecteurs stéréotypés, quelques efforts de syntaxe pour donner au texte un caractère légèrement plus littéraire que ses comparses, font de ce roman un texte très équilibré qui se dévore à chaque page.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lucilou
  22 octobre 2018
Les Trois Mousquetaires de Alexandre Dumas
Parler des Trois Mousquetaires, c'est à la fois très simple et très compliqué, comme il est à la fois simple et compliqué de parler de son meilleur ami, de son premier amour ou de sa terre natale.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai aimé lire et d'aussi loin que je me souvienne, j'ai aimé les romans historiques et de capes et d'épées... "Les Trois Mousquetaires" était la suite logique à apporter à ces affections de petite fille. C'est ainsi que pour mes onze ans, empaquetés dans un papier cadeau rouge et or, les Trois Mousquetaires me furent offerts dans l'édition de poche préfacée par Simone Bertière.

La préface a attendu quelques années... mais pas le roman. Immédiatement, je me suis rendue par ce jour d'avril 1636 dans le bourg de Meung, au pas de l'auberge mais contrairement aux bons bourgeois et à ce fat de Rochefort, je n'ai pas eu envie de me gausser du jeune homme farouche monté sur son baudet bouton d'or. On ne se moque pas de celui qui deviendra l'amour (littéraire) de sa vie. J'ai suivi mon gascon à Paris et en Angleterre; comme lui, j'ai aimé et admiré à la folie Athos, Porthos et Aramis. Comme lui, j'ai été fasciné par Milady (je cherche encore "méchante" plus diabolique et inquiétante que cette dernière... plus séduisante et vénéneuse..), comme lui, j'ai voulu sauver la reine et donner mon sang pour le roi; comme lui j'ai pleuré quand Constance a expiré.

Il y a tout dans les Trois Mousquetaires. Absolument tout. Il y a le rire et les larmes, l'amitié éternelle, l'amour fou, la haine. Il y a les intrigues, les passages dérobés, les duels de mots et de lames. Il y a les cavalcades dont on sort aussi épuisé et échevelés que les personnages. Il y a l'Histoire, les palais, les ombres, les ruelles. Il y a la vie que l'on célèbre. Il y a la mort et le désespoir. Il y a le verve de Dumas, son talent et son audace. Quand certains romantiques se perdaient en errances, en sublimes atermoiements, lui mettait son romantisme au service de la vie et c'est aussi ça "Les Trois Mousquetaires": un roman tellement vivant, tellement bruissant qu'on ne peut pas se contenter de le lire sans passion. Non. On y plonge, on s'y noie, on a le coeur serré quand on tourne la dernière page, un peu comme quand on quitte ses amis après un weekend de retrouvailles...

"Les Trois Mousquetaires", c'est aussi le triomphe de la fiction sur la réalité moins brillante. Le triomphe de l'amitié sur le cynisme. L'avènement de l’héroïsme et des légendes. Un roman qui donne envie d'être une meilleure version de soi-même... Un roman qui donne envie d'aimer et de se battre pour ce en quoi on croit.

Depuis mes onze ans, bien sûr, il y a eu d'autres amours, d'autres passions... mais aucune n'a eu la force et la profondeur de celle qui m'attache à Dumas et aux Mousquetaires, à D'Artagnan.

Je le relis régulièrement: quand les personnages me manquent, quand je vais bien, quand je vais mal, quand j'ai une décision à prendre, quand je veux m'évader... et quoique je fasse, j'ai toujours un exemplaire des Mousquetaires sur moi. On en sait jamais... Il ne peut rien m'arriver quand Athos, Porthos, Aramis et d'Artagnan sont à mes côtés. Cela ne s'explique pas, pas vraiment. Parce que c'est eux, parce que c'est moi. "Un pour tous et tous pour un", pour toujours et à jamais.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42