AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Calmann-Lévy [corriger]

Calmann-Lévy a été créée en 1836. Cette maison d`édition française publie principalement de la littérature et des essais, à travers des collections comme « Traduit de », « Liberté de l`esprit », « Diaspora ». Elle publie des livres sur la psychanalyse, les enfants, le cinéma, le sport, les sciences humaines, etc.

Livres populaires voir plus


Dernières parutions


Collections de Calmann-Lévy



Dernières critiques
L'Ombre des innocents

Si dès le début on croit que l’on va vers une grosse erreur judiciaire, ce n’est pas tout à fait ce qui se passe et va se passer : l’intervention d’un agent d’Europol est surprenante et nous laisse présager d’autre chose en lien avec de « l’international ».

La description des personnages est bien maîtrisée, le rythme est soutenu. Cependant la fin, trop précipitée et peut-être un peu surréaliste, verse dans le « James Bond »...

Commenter  J’apprécie          10
Bretzel & beurre salé, tome 5 : Bien mal acqu..

🥨BREIZH DE MER🌊

Les habitants de Locmaria sont en émoi depuis la découverte d'un nouveau dolmen susceptible de concurrencer ceux de Carnac. Mais l'excitation fait place à la consternation lorsque le professeur Adrien Heliaz qui dirigeait les fouilles est assassiné pendant le bal du 14 juillet. L'enquête est confiée à l'arrivise et caractériel capitaine Fracasse (sic🤪) de la gendarmerie de Quimper. Lequel, pressé de boucler/bâcler l'affaire, accuse le prof d'histoire Hervé Duhévat qui aurait été aperçu près du lieu du crime. Ni une ni deux, Cathie Wald décide de voler au secours de son ami qu'elle n'imagine pas une seule seconde coupable...



C'était notre premier rendez-vous avec Cathie, l'alsaco-bretonne de Locmaria et on est tombées sous le charme de cette quinqua dynamique et attachante, propriétaire du fameux restaurant Bretzel et beurre salé. "Bien mal acquis ne profite jamais" est le tome 5 de cette série d'enquêtes pur beurre demi-sel à l'humour omniprésent grâce à une galerie de personnages délicieusement farfelus. L'intrigue, savoureuse comme un kouign-amann, tient la route et elle nous plonge dans l'histoire médiévale avec vikings, trésor, mystères et on en passe. Les chapitres courts et les nombreux rebondissements nous tiennent en haleine jusqu'au bout et on en redemande.

Bref un cosy mistery à la française écrit à 4 mains par les Le Moal, qui se déguste comme une galette de sarrasin arrosée de cidre doux. La lecture idéale pour les vacances.



Il vous tente ?

Vous connaissez cette saga ?

Bisous et bonne journée 😘 Fran et Flo 🍒
Commenter  J’apprécie          42
Le beurre de Manako

"Le Beurre de Manako" est un roman qui, malgré une intrigue captivante et une écriture plaisante, est terni par une approche maladroite de certains sujets sensibles, notamment la grossophobie.

Le récit de ce roman est bien construit et captivant. L'auteure parvient à créer un univers immersif avec des rebondissements et des moments de suspense qui tiennent le lecteur en haleine. La trame principale est riche en mystères et en secrets, ce qui incite à tourner les pages pour en savoir plus.

L'écriture de l'auteur est fluide et agréable à lire. Les descriptions sont détaillées et vivantes, permettant de bien visualiser les scènes et de s'immerger dans l'univers du roman. Les dialogues sont naturels et contribuent à la caractérisation des personnages.

Le roman offre une plongée intéressante dans la culture de Manako. Les traditions, les coutumes et les particularités de ce cadre fictif sont bien décrites et ajoutent une dimension enrichissante au récit. Cette exploration culturelle est un atout majeur du livre.

Un des principaux points faibles du roman est la présence de stéréotypes et de commentaires grossophobes. Ces éléments sont non seulement désobligeants mais aussi inutiles à l'intrigue. Ils créent un malaise et peuvent être offensants pour de nombreux lecteurs. L'auteure aurait pu aborder les thèmes de l'apparence physique et de l'acceptation de soi avec beaucoup plus de sensibilité et de respect.

Certains personnages manquent de profondeur et tombent dans des stéréotypes. Cela est particulièrement vrai pour les personnages décrits en termes de leur apparence physique. Ces stéréotypes peuvent nuire à l'engagement du lecteur et diminuer l'impact émotionnel du récit.

Au-delà de la grossophobie, le roman manque parfois de la sensibilité nécessaire pour traiter des sujets délicats. Les interactions et les dialogues autour de ces thèmes peuvent sembler insensibles ou maladroits, ce qui peut détourner l’attention de l'intrigue principale et réduire l'impact des moments clés de l’histoire.

Bien que certains personnages soient bien développés et intéressants, d'autres semblent unidimensionnels. Cette inégalité dans la caractérisation peut rendre certaines parties du livre moins engageantes et réduire la crédibilité des relations entre les personnages.

"Le Beurre de Manako" est un roman avec un potentiel indéniable grâce à une intrigue captivante et un style d'écriture agréable. Cependant, il est terni par des éléments de grossophobie et un manque de sensibilité dans le traitement de certains sujets. Pour les lecteurs sensibles à ces questions, ces aspects peuvent nuire à l'expérience de lecture. En dépit de ses défauts, le roman reste une exploration culturelle intéressante et une histoire qui mérite d'être lue avec une attention critique.

Commenter  J’apprécie          50

{* *}