Accueil Mes livres Ajouter des livres
Découvrir
Livres Auteurs Lecteurs Critiques Citations Listes Quiz Groupes Questions Prix Babelio
EAN : 9782365776691
160 pages
Urban Comics Editions (26/06/2015)
3.91/5   23 notes
Résumé :
Aussi loin que l'on s'en souvienne, la lignée des Rath fut entachée par le meurtre. Ira semble pourtant s'être accommodé de la malédiction familiale en l'érigeant en véritable philosophie de vie. Tueur à gages, Ira Rath est impitoyable. Femmes, enfants ou vieillards, personne ne trouve grâce à ses yeux... pas même les membres de sa propre famille. Rien ne semble pouvoir arrêter le professionnalisme de cette machine à tuer. Rien, si ce n'est peut-être un cancer récem... > Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Bigalow
  19 décembre 2018
Gros coup de coeur pour ce comics que j'ai dévoré d'une traite!
Il s'agit d'un polar, qui implique une sombre histoire familiale, et se concentrant sur destin d'un homme violent, tueur à gages impitoyable et père absent. Ce dernier se voit confier, par une cruelle ironie, la mission de refroidir son fils, avec lequel les relations ne sont d'ailleurs pas très chaudes.
Le scénario est l'occasion de développer des thèmes puissants, comme l'hérédité, la famille et le poids du passé. La malédiction familiale pesant sur le "héros" (très gros guillemets, parce que c'est quand même une sacrée ordure) paraît être une facilité scénaristique, mais je l'ai trouvée plutôt habile pour raconter une histoire originale.
Si le nombre de personnages est restreint, le plus intéressant et celui que j'ai trouvé le mieux traité est Ira Rath, protagoniste principal. Il est très bien développé et on se prend presque parfois d'empathie pour lui, mais jamais totalement en raison de son inclinaison pour le meurtre.
La violence est d'ailleurs un acteur à part entière du récit, tant par sa prégnance tout du long que par son impact percutant quand elle éclate. Ce comics est vraiment pour un public averti, et bien accroché. La mort est crue et sans artifices.
Pour terminer, j'ai particulièrement apprécié les dessins, qui sont clairs et détaillés. Ils sont sublimes par moment, et provoquent une grande immersion. A lire, si on a l'estomac bien en place, et qu'on recherche un polar bourrin sans être bas du front.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          16 0
Presence
  28 juin 2015
Ce tome contient une histoire complète et indépendante de toute autre. Il comprend les 5 épisodes de la minisérie, initialement parus en 2014/2015, écrits par Jason Aaron, dessinés et encrés par Ron Garney, avec une mise en couleurs de Matt Mila.
Tout commença au début du dix-neuvième siècle quand Dewey Rath s'installa en Alabama, dans Choctaw County. Tout dégénère en 1903, quand Isom Rath tue froidement Erastus Grievers pour une sombre histoire de moutons appartenant à un troupeau ou à un autre. Ira Rath est le fils de Monroe Rath lui-même fils d'Alfom Rath dont le père était cet Isom Rath.
De nos jours la santé d'Ira Rath n'est pas bien vaillante, ce qui ne l'empêche pas d'être le tueur à gages le plus compétent de toute la région, dépourvu de toute pitié. le souci, c'est que Ruben Rath (son fils) est de retour dans la région et qu'il s'est mis dans un beau pétrin.
Impossible de parler de cette histoire, sans rappeler que Jason Aaron est le scénariste d'une série exceptionnelle de noirceur et d'intelligence : Scalped. Cette série avait bénéficié de la mise en images par RM Guéra, dessinateur d'une grande qualité. Par la force des choses, toutes les oeuvres suivantes de Jason Aaron se mesurent à cette référence (dont le lecteur espère qu'elle ne soit pas indépassable).
À l'évidence, une histoire en 5 épisodes ne n'a pas l'ampleur d'une série en 60 épisodes comme Scalped, et la narration en est différente. Jason Aaron se concentre sur le personnage d'Ira Rath, lui donnant de l'épaisseur en tant que professionnel froid et sans remord. Ce personnage a droit à une scène d'introduction à l'efficacité cruelle qui ne laisse planer aucun doute sur le genre d'individu dont il s'agit. Aaron ne fait pas dans l'esbroufe spectaculaire gratuite ; il montre un professionnel en action. Ira Rath a un métier, il est compétent et il le fait bien sans état d'âme.
Après cette entrée en matière sèche qui en impose, Aaron consacre son récit à Ira Rath, sa compétence en matière de meurtre, le genre d'individu qu'il est, et le dilemme que lui pose l'avenir de son fils et de Lizzie sa copine. La narration d'Aaron est sèche, sans gras. Il arrive à dresser un portrait plausible d'Ira Rath du début à la fin, évitant toute tentation d'en faire un héros, ou même un personnage sympathique. C'est un tueur au sang-froid du début jusqu'à la fin, sans aucune empathie. C'est un homme dans la force de l'âge aux capacités physiques impressionnantes, tout en restant réaliste (pas de résistance à la douleur défiant l'entendement).
La première séquence montrant Ira Rath exerçant son métier arrive à convaincre le lecteur grâce aux images de Ron Garney. Il dessine ici dans un style réaliste, sans fioriture. La mise en scène est froide et factuelle, sans affèterie. Il le montre accomplir sa tâche avec efficacité, sans geste superflu.
Le savoir-faire narratif d'Aaron lui permet d'enchaîner les séquences prévues (face-à-face avec le fiston, bébé en route), sans donner l'impression de s'en tenir à une enfilade de clichés. À nouveau, c'est parce qu'Aaron a réussi à faire passer la personnalité d'Ira Rath, que ses actions dépassent le cliché générique. La narration repose sur la personnalité de ce personnage et sur sa présence sur la page.
Au fil des séquences, les dessins de Garney concourent à imposer la présence et la personnalité d'Ira Rath. C'est un homme de belle stature, sans être un géant, carré d'épaule sans disposer d'une musculature impossible, le visage sillonné de rides dues à la fois à l'âge et une vie âpre, aux gestes assurés et mesurés. Ses vêtements sont simples et avant tout fonctionnels.
Ira Rath évolue dans un monde réaliste, avec des individus plausibles, des décors naturels normaux sans être bucoliques, des villes sans identité marquée, des lieux fonctionnels. Garney utilise avec parcimonie et à propos les codes graphiques perfectionnés par Frank Miller, tels que les gros aplats de noir. Il s'agit d'une utilisation chronique personnalisée, qui n'a rien d'une copie servile, même pas un hommage, un outil parmi d'autres.
Par rapport à d'autre séries réalisées pour Marvel dans le registre superhéros (parfois avec Aaron, comme "Wolverine: Get Mystique", Ultimate Comics Captain America"), Ron Garney s'est plus investi pour réaliser des dessins à la consistance régulière sur toutes les pages.
Le lecteur détecte cependant que cet artiste utilise parfois des automatismes graphiques pour les visages les rendant moins expressifs. Il subsiste également quelques raccourcis en matière de décors qui aboutissent à une représentation un peu simplifiée, qui a du mal à rendre compte de la complexité d'éléments comme une voiture, ou un carrelage. Garney les représente à la va-cite, sans chercher à les rendre plus palpables par des détails spécifiques ou des irrégularités engendrées par l'usage.
Cette particularité des dessins ne tire pas le récit vers une narration graphique pour jeunes adolescents (encore moins pour enfants), mais elle diminue un peu le niveau de réalisme et donc l'impact visuel de ces représentations. Ces planches ne deviennent pas génériques, car elles présentent une mise en scène fluide s'adressant à des adultes habitués à la lecture de bandes dessinées. le découpage de chaque action imprime un rythme rapide de lecture, misant sur l'habitude du lecteur à reconnaitre les liens entre chaque case, sans rien perdre en lisibilité.
Jason Aaron raconte donc une histoire relativement linéaire, entrecoupée de retours en arrière pour établir comment cette colère froide (Wrath) habite les individus mâles de chaque génération de la famille Rath (jeu de mot avec Wrath, à peu près la même prononciation). le lecteur amateur de récits noirs et violents, suit avec plaisir cette histoire brutale et sans concession, dans laquelle les auteurs décrivent avec conviction les agissements de cet individu à la personnalité parfaitement adaptée à son métier.
"Men of wrath" constitue un bon thriller à tendance hard boiled, avec un personnage bien campé, à la psychologie logique bien transcrite. Ce récit trouve ses limites dans les images pas toujours tout à fait assez concrètes dans leur détail, et dans sa nature même, un parcours de violence sans rédemption, sans valeur morale, sans autre ambition que d'être un récit de genre efficace et sec.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          2 0
blandine5674
  28 janvier 2019
Certains héritent de biens, de beaux yeux, etc. le gêne ou le destin qui se transmet dans la famille Rath, de père en fils, est le meurtre. Eh oui, on ne choisit pas sa famille ! le scénario fait monter rapidement l'adrénaline, malgré la violence gratuite. Quant aux dessins et couleurs, j'ai rarement vu aussi beau et lumineux dans une BD.
Commenter   J’apprécie          20 2
Poniel
  15 juillet 2015
Merci à Urban Comics et à Masse Critique pour ce comics.
Avant de commencer ma critique, je tiens à préciser que j'aime les comics, mais que je ne suis pas une grande spécialiste du genre. Aussi, ma critique donnera mon sentiment à la lecture de ce livre en particulier, et pas de l'ensemble du travail du scénariste Jason Aaron.
Je ne vais pas vous faire un gros résumé de l'histoire, vous pourrez en trouver très facilement partout, y compris sur la page Babelio. Je vais donc faire court : la famille Rath vie depuis plusieurs générations dans le meurtre et la mort, de façon plus ou moins volontaire ou consciente. Ira Rath, le personnage principal, est un tueur professionnel, mais un jour arrive une mission inattendue : celui qu'il va devoir tuer n'est autre que son fils, Ruben. Ira est loin d'être un papa poule, et à travers le livre le lecteur se pose vraiment la question de savoir si Ira veut vraiment tuer son fils, parce que dans le fond il s'en moque, ou s'il cherche juste un moyen de se sauver lui même d'une mort qui ne lui plaît guère.

Men of Wrath plonge ses lecteurs dans un univers très sombre. Tout d'abord, bien sûr, par ses illustrations, qui comportent beaucoup de noir et de couleurs foncées, de scènes d'obscurité. En y réfléchissant bien, la petite amie de Ruben est l'une des rares touches de couleur de cette histoire, ce qui est très intéressant.
Mais ce comics plonge également ses lecteurs dans une sombre histoire, avec une famille qui est entrée dans le meurtre et la mort plusieurs générations auparavant, mais que cela poursuit comme une fatalité. On a l'impression que Ruben essaye de s'en sortir, mais est-ce possible ? Toute l'ambiance de l'histoire, avec les retours en arrière, fait entrer le lecteur dans ce monde obscur, et l'y enfonce de plus en plus avec ses personnages au fil de l'histoire.
C'est une histoire intéressante, un scénario plutôt bien ficelé pour faire un one-shot, mais en fait je trouve que cela manque un peu de "peps". Ca peut sembler bête, mais je trouve qu'il manque un petit quelque chose pour fermer ce livre sur un "wahou". Les personnages sont intrigants mais pas vraiment attachants, l'histoire est sympa mais pas super. C'est loin d'être un mauvais comics, mais ce n'est pas un coup de coeur pour moi.
A conseiller à ceux qui aiment les univers sombres et les personnages peu bavards, mais tout en action.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          4 0
Skritt
  23 juillet 2015
Cette bande dessinée violente et sombre débute sur un fait réel faisant partie de l'histoire familiale de Jason Aaron. Bien sûr, la bande dessinée en s'écartant de la réalité, mais les auteurs ont souhaité conserver ce côté pesant du passé, ce passé qui ressurgit à chaque génération et qui fait des ravages.
En 1900, un Rath se voit tuer un voisin pour une simple histoire de mouton. de là, comme si les Rath se retrouvent damnés, chaque génération va connaître des fins subites et violentes, intégrant les faits divers de l'époque comme une habitude malheureuse.
Cet album retrace plutôt la vie des derniers Rath, un tueur à gages qui retrouve son fils. Séparé en cinq parties retraçant un bout de vie de la famille tout en poursuivant les dernières heures des Rath, nous découvrons dans quelles conditions pitoyables les Rath ont grandi et comment leur destin s'est vu modifié de manière tragique.
L'histoire est passionnante, sombre, violente, réaliste aussi. Nous nous retrouvons au coeur d'un drame hors du commun avec des personnages qui peuvent être aussi bons que mauvais. le scénario est bien ficelé et la bande dessinée se lit avec plaisir nous engouffrant toujours plus dans les méandres de ce passé lourd et pesant.
Le dessin est fantastique. Les traits des personnages sont parfois incisifs, les décors sont aussi sombres que l'ambiance, et les couleurs sont là pour ajouter encore plus de frayeur dans les regards perdus des Rath.
Cette bande dessinée est un vrai chef d'oeuvre, un morceau de plusieurs vies fracassées, un pur plaisir, une bande dessinée à ne pas mettre en toutes les mains.
Je remercie Babelio et Urban Comics pour ce partenariat.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          3 0


critiques presse (3)
BDGest   01 septembre 2015
Cent vingt-quatre pages de tension et d’adrénaline qui devraient satisfaire les amateurs du genre.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   28 juillet 2015
Une Bande Dessinée sur laquelle on retient son souffle, qui nous donne de vrais frissons, car la violence gratuite qui en ressort est d'une telle intensité qu'elle ne laisse personne indifférent.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   11 juin 2015
Nerveux et incisif, Men of Wrath nous plonge littéralement dans un déferlement de haine primaire et de brutalité froide.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
okka okka   14 décembre 2020
p.94.
Mourir s’avère être une putain de prise de tête. Alors que tuer... Tuer à toujours été facile pour moi.
Commenter   J’apprécie          6 0
okka okka   14 décembre 2020
p.5.
Il y a d’autres histoires que j’aimerais vraiment raconter à propos de ces MEN OF WRATH. Des histoires de moutons, de chiens et de chevaux. Ah, ces pauvres chevaux. Des histoires de pères et de fils. De dettes qu’aucun homme honnête ne pourrait rembourser. De types si tordus que, pour eux, il est plus facile de tuer que de vivre. Des histoires sur ce que cela signifie d’être un Rath. En attendant... j’espère vous voir aux réunions de famille. Apportez des packs de bière. Et un gilet pare-balles.

-Jason Aaron.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          0 0
Poniel Poniel   15 juillet 2015
Il n'y aura plus ni pères ni fils de Rath. Plus jamais.
Commenter   J’apprécie          2 0
Erik_ Erik_   30 octobre 2020
Une promesse ne paye pas la dette.
Commenter   J’apprécie          0 0

Videos de Jason Aaron (13) Voir plus Ajouter une vidéo
Vidéo de Jason Aaron
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
206 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-héros Créer un quiz sur ce livre