AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782864249467
176 pages
Éditeur : Editions Métailié (13/02/2014)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Luanda, 1975. À la veille de l’Indépendance, Ludovica, agoraphobe et terrorisée par l’évolution des événements, se retranche dans son appartement en construisant un mur qui en dissimule la porte et la met à l’abri du reste du monde. Ayant transformé sa terrasse en potager elle va vivre là presque trente ans, coupée de tout, avec son chien Fantôme et un cadavre.
Ludo a vraiment existé et mené la vie que raconte le roman. En entrelaçant cette histoire avec le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Dandine
  22 mars 2020
Ce livre m'a reconcilie avec Agualusa. En fait je pense que mon billet sur Le marchand de passes etait un peu injuste. Je lui en demandais trop.
Cette Theorie generale de l'oubli s'appesantit plus sur les affres de la decolonisation de l'Angola. Beaucoup plus explicite sur les peurs et la fuite effrenee des colons portugais et sur la guerre civile qui dechira le pays de longues annees.
Autour d'un personnage principal, Ludo,une portugaise abandonnee par les siens qui s'enferme dans son appartement, s'emmure carrement, et passe de longues annees sans contact avec l'exterieur, Agualusa brosse les profils et les faits et actes de nombreux autres. Un policier roublard et cruel, des politiciens vereux, des mercenaires sans foi ni loi ni avenir, une infirmiere au grand corps que sa devotion a tous et a n'importe qui finira par sacrifier, un journaliste juif qui s'entete a rester fidele a la terre qui l'a accueilli, de petites fripouilles qui se forgent une nouvelle identite et se reconstruisent en grands entrepreneurs, des prophetes en haillons, des eleveurs qui s'entretuent pour quelques boeufs, et j'en passe, jusqu'a ce qu'en fin de livre on rencontre Sabalu, un gosse de 7 ans, abandonne, degourdi, a la petite stature et au grand coeur, qui sauvera Ludo et sera sauve par elle. Beaucoup de petites histoires qui convergent en une grande, la douloureuse epopee de la decolonisation.
Agualusa traite tous ses personnages avec une grande compassion. Il les comprend tous et ne les juge pas. Tous auront droit a la redemption. Il croit dur au titre de son livre: une theorie generale de l'oubli est le meilleur ferment pour un bel avenir.
Et un dernier mot pour l'elegance d'Agualusa a toujours teinter l'horreur d'humour, pour la virtuosite de sa prose, toujours paree de poesie, pour la veine epique qu'il arrive a insuffler aux gesticulations de ses personnages. Il les caresse tous, ses personnages. Le lecteur aussi en sort tout caresse.




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          452
nadejda
  15 février 2014
Il n'y a pas grand chose à ajouter à la quatrième de couverture de «Théorie générale de l'oubli» qui résume parfaitement ce roman, pour moi le plus beau de Agualusa sur les trois que j'ai lu. Je craignais qu'il ne devienne lassant et c'est tout le contraire qui s'est produit, de plus en plus passionnant au fil de la lecture.
Ludovica Fernandes Mano (Ludo), qui ne peut vivre seule va quitter le Portugal pour suivre sa soeur Odette qui a rencontré et épousé un angolais, Orlando, venu au Portugal pour y régler un héritage.

«Ludovica n'a jamais aimé affronter le ciel. Enfant, les espaces ouverts l'inquiétaient déjà. En sortant de chez elle, elle se sentait fragile et vulnérable, comme une tortue à laquelle on aurait arraché sa carapace. Toute petite, à six ou sept ans, elle refusait d'aller à l'école sans la protection d'un immense parapluie noir, quel que fût le temps. Ni l'agacement de ses parents ni les moqueries cruelles des autres enfants ne l'en dissuadaient. Les choses s'améliorèrent par la suite. Jusqu'au jour où ce qu'elle appelait “l'Accident” se produisit et où elle se mit à tenir cette peur primordiale pour une prémonition.»

Elle va partager leur appartement au dernier étage d'un des immeubles les plus luxueux de Luanda : l'immeuble des Enviès.

Orlando offre à Ludo pour lui tenir compagnie, un chiot berger allemand albinos que Ludo à cause de sa blancheur va nommer «Fantôme».
Mais les évènements extérieurs se précipitent, début de la longue guerre civile qui va suivre l'indépendance de l'Angola, la disparition de sa soeur et de son beau-frère, sortis un soir pour participer à une fête et qui ne sont pas rentrés au matin, l'appel téléphonique d'un homme avec un accent de Lisbonne qui réclame à Ludo des diamants cachés par Orlando va précipiter l'enfermement de Ludo qui est terrorisée.
La force et la beauté de ce roman vient de sa poésie et d'une construction virtuose basée sur des événements qui s'introduisent dans la vie recluse de Ludo et qui pourraient être qualifiés comme "la subtile architecture du hasard" (titre d'un des chapitres). Ils paraissent anodins au départ mais vont se développer et se réunir en cascade pour former un tout et permettre de retrouver la trace de la disparition de Odette et Orlando et de tous ceux qui y sont plus ou moins directement liés ainsi que le dévoilement des raisons de cette peur du dehors et de ses dangers dont souffre Ludo. Si vous acceptez de vous laisser prendre dans la spirale qui naît, entre autres, avec la capture par Ludo d'un pigeon qu'elle relaxe lorsqu'il se révèle être un pigeon voyageur, alors n'hésitez pas. La recluse Ludo ne pouvait songer un instant qu'elle continuait à être reliée profondément à la vie autour d'elle alors qu'elle croyait s'en être exclue, elle qui écrit :
"Si j'avais encore de l'espace, du charbon de bois et des murs disponibles, je pourrais écrire une théorie générale de l'oubli."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          375
viou1108
  09 avril 2018
La théorie générale de l'oubli qu'aurait pu écrire Ludovica, si elle « avai[t] encore de l'espace, du charbon de bois et des murs disponibles », n'aurait sans doute pas fonctionné en pratique. Démonstration : il y a bien longtemps, Ludo a débarqué de son Portugal natal à Luanda, accompagnant sa soeur Odette, qui venait d'épouser Orlando, un ingénieur angolais. Parce que Ludo, agoraphobe depuis un certain « Accident », peut difficilement se débrouiller seule. En 1975, alors que les remous de l'indépendance agitent l'Angola, Odette et son mari disparaissent subitement. Ludo, terrifiée par les événements extérieurs, s'emmure littéralement dans son appartement au 11ème et dernier étage de son immeuble luxueux, avec son chien Fantôme et un potager de fortune. Elle y (sur)vivra près de trente ans, isolée de tout, oubliée de tous. Croit-elle. Parce qu'à un moment, au cours de ces longues années de guerre civile, il aura suffi d'un pigeon voyageur pour la relier au monde. Un pigeon messager qui atterrit par hasard sur sa terrasse et que, pourtant affamée, elle décide de relâcher vers son destinataire plutôt que d'en faire un repas. Ce geste est au centre d'une chaîne de causes et de conséquences, pas immédiates, pas directes, et dont Ludo ignore tout, mais résolument liées entre elles, et fait intervenir une galerie de personnages bariolés, aux prises avec les heurs et malheurs de l'Angola de l'époque : dans un contexte de guerre froide, le régime communiste soutenu par Cuba est contesté par des factions rebelles appuyées par l'Afrique du Sud ou le Zaïre, pendant que d'autres convoitent les ressources minières et diamantaires ou s'approprient les terres ancestrales des nomades.
Voici une histoire à la fois touchante et rocambolesque, inspirée d'un fait réel (l'auto-réclusion de Ludo), construite à partir de fragments de vie de Ludo et qui se développe autour d'elle en une spirale accolant dans sa danse virtuose des anecdotes qu'on croyait disparates et leurs protagonistes pas si insignifiants et qui tous, proies ou ombres, se partagent une même toile.
Non non, Ludovica et ce joli petit roman ne sauraient sombrer dans une quelconque théorie générale de l'oubli. CQFD.
En partenariat avec les Editions Métailié.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
horline
  13 mars 2014
Du 11e étage d'un immeuble luxueux de Luanda, derrière un mur de parpaings érigé pour dissimuler la porte d'entrée, l'appartement de Ludo sera pendant vingt-huit ans une chambre d'échos laissant entendre la rumeur de l'agitation des hommes, de la guerre civile avec les rebelles communistes appuyés par des mercenaires cubains à toutes les luttes intestines frappant un pays découvrant douloureusement l'indépendance.
Mais pas seulement.
Loin d'enfermer le récit dans une narration frontale ou une sombre réalité obsessionnelle du quotidien pour celle qui est volontairement recluse, l'auteur propose un récit plein de surprises. Foisonnant, bigarré, le roman relie_ même si c'est parfois alambiqué_ la destinée véritablement dramatique de cette femme à celle d'un monde effervescent, hétéroclite dans lequel se côtoient un journaliste collectionneur d'histoires de disparitions, un ventriloque accompagné d'un hippopotame nain qui danse, un ancien agent devenu la voix d'un peuple nomade ou encore un écrivain avalé par la terre…
Il n'y a nulle trame linéaire mais un récit diffracté dans lequel les ruptures narratives se nourrissent de rencontres et de destins croisés. Nulle vision panoramique de l'Angola mais un appartement-prison qui sert de passerelle entre le monde ancien et celui à venir, entre l'époque coloniale et la promesse de réconciliation. Car Ludo est malgré elle le centre de ce monde désaccordé. Si la peur chevillée au corps la tient éloignée du monde extérieur, c'est le monde qui vient à elle. Un monde réinventé par l'imagination fantasque de l'auteur qui permet à Ludo d'endosser le rôle d'héroïne dénouant les fils des intrigues, malgré l'isolement, malgré la faim.
Roman extravagant et chaleureux qui tire sa force principale de la capacité de l'auteur à réinventer un monde poétique à partir d'une histoire bien douloureuse.
Merci à Babélio et ses opérations Masse critiques qui m'ont permis de découvrir il y a quelques temps déjà les Editions Métailié et son catalogue de littérature hispanique et lusophone. Ici encore une découverte enrichissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
trust_me
  05 mai 2014
Luanda, capitale de l'Angola, en 1975. Alors que la guerre d'indépendance éclate, Ludovica, venue du Portugal pour s'installer avec sa soeur et son beau frère dans un grand appartement avec terrasse, se retrouve seule du jour au lendemain. Sa peur du dehors la pousse à « s'emmurer » avec son berger allemand pour se protéger de l'extérieur. Elle restera enfermée pendant près de trente ans dans cet appartement, sans aucun contact avec qui que ce soit, survivant, entre autres, grâce au potager créé sur le balcon, à quelques poules volées à ses voisins et à de nombreux pigeons piégés à l'aide de pierres précieuses.
Dans une note préliminaire, l'auteur indique que Ludovica Fernanes Mano à vraiment existé. Décédée en octobre 2010, à l'âge de 85 ans, elle a laissé des cahiers dans lesquels elle a consigné son journal. Et lorsque le papier et les stylos ont manqué, elle a continué d'écrire sur les murs avec du charbon de bois. L'histoire est donc à la base réelle mais José Eduardo Agualusa précise à ses lecteurs : « ce que vous lirez est de la fiction. de la pure fiction. »
Non content de se focaliser sur la recluse volontaire, l'auteur a imaginé la vie de nombreux personnages ayant traversé cette période trouble de l'histoire angolaise. Des personnages aux destins chaotiques, enfant des rues ou infirmière, journaliste ou ancien bourreau de la police politique. Des personnages reliés à Ludovica et à son appartement par un fil parfois ténu. C'est là que tient le sel du récit, c'est là que l'écrivain s'est emparé d'un fait divers et l'a transformé en matériau romanesque. Il a savamment tissé sa toile, créant une architecture narrative implacable, sortant de la confusion géopolitique et de l'instabilité permanente des existences qui incarnent, chacune à leur manière, la complexité d'un pays au bord du gouffre. L'exercice est brillant et m'a enchanté.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180


critiques presse (1)
LaPresse   17 juillet 2014
La juxtaposition de ces récits, brodés autour de l'intrigue principale, permet à l'auteur de poser un regard périphérique sur cette période douloureuse de l'histoire angolaise.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   14 février 2014
Après la fin le temps ralentit. Du moins, ce fut ainsi que Ludo le perçut. Le 23 février 1976 elle écrivit dans le premier de ses journaux :
Aujourd’hui il n’est rien arrivé. J’ai dormi. en dormant j’ai rêvé que je dormais. Des arbres, des bêtes, une profusion d’insectes partageaient leur rêve avec moi. Nous étions tous là, rêvant en choeur, une vraie foule, dans une pièce minuscule, échangeant des idées et des odeurs et des caresses. Je me souviens d’avoir été une araignée avançant vers une proie et la mouche emprisonnée dans la toile de cette araignée. Je me suis sentie fleurs écloses au soleil, brises transportant des pollens. Je me suis réveillée et j’étais seule. Si, endormis, nous rêvons que nous dormons, pouvons-nous, éveillés, nous retrouver dans une réalité plus lucide ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
DandineDandine   27 mars 2020
Le Kubango prend le nom d'Okavango en traversant la frontiere avec la Namibie. C'est un grand fleuve qui n'a pas le destin commun a ses pareils: il ne debouche pas dans la mer. Il ouvre des bras genereux et meurt en plein desert. D'une mort sublime, genereuse, qui emplit de verdure et de vie les sables du Kalahari.
Commenter  J’apprécie          190
viou1108viou1108   02 avril 2018
Il comprenait la nécessité d'une plus grande justice sociale, mais les communistes, qui menaçaient de tout nationaliser, l'effrayaient. Exproprier la propriété privée. Expulser les blancs. Casser les dents à la petite bourgeoisie. Lui, Orlando, était fier de son sourire parfait, il ne voulait pas devoir utiliser un dentier.
Commenter  J’apprécie          170
nadejdanadejda   15 février 2014
Elle préférait mourir là, prisonnière mais libre, comme elle avait vécu ces trente dernières années.

Libre ?
 Très souvent, en regardant les foules qui s’acharnaient autour de son immeuble, cette vaste clameurs de klaxons et de sifflets, de cris, de supplications et de jurons, elle éprouvait une terreur profonde, une sensation d’encerclement et de menace. Chaque fois qu’elle avait envie de sortir, elle cherchait un titre dans la bibliothèque. Pendant qu’elle brûlait peu à peu les livres, après avoir fait du feu avec tous les meubles, les portes, les lames du parquet, elle sentait qu’elle perdait la liberté. C’était comme si elle boutait le feu à la planète. En brûlant Jorge Amado, elle avait cessé de pouvoir revisiter Ilhéus et Sao Salvador. En brûlant «Ulysse» de Joyce, elle avait perdu Dublin. En se défaisant des «Trois tigres tristes» elle avait vu la vieille Havane en flammes.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
DandineDandine   27 mars 2020
Les personnes qui manquent aux autres vont au paradis. Le paradis est l'espace que nous occupons dans le coeur des autres.
Commenter  J’apprécie          231

Videos de José Eduardo Agualusa (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de José Eduardo Agualusa

Marque-page 2014-01-29.mp4
Payot - Marque Page - José Eduardo Agualusa - Théorie générale de l'oubli.
autres livres classés : angolaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère