AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Moyoco Anno (Autre)
EAN : 9782811674823
544 pages
Pika Edition (15/11/2023)
3.77/5   15 notes
Résumé :
Paris, début du XXe siècle. Colette travaille dans une maison close où ses journées consistent à satisfaire les moindres fantasmes de ses clients. Elle et les autres filles se soutiennent, s’entraident, connaissent des joies mais aussi des peines. Pour échapper à ce quotidien d'oiseau en cage, la seule source de bonheur de Colette se niche dans ses rendez-vous avec Léon, sans être sûre que cet amour soit réciproque. Alors, lorsque ce dernier ne vient plus la voir, l... >Voir plus
Que lire après Colette : Mémoires d'une maison closeVoir plus
Veil, tome 1 par Kotteri

Veil

Kotteri

4.69★ (294)

4 tomes

Saisons maudites, tome 1 par Konishi

Saisons maudites

Asuka Konishi

4.06★ (166)

2 tomes

Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
[critique initialement rédigée pour Manga Sanctuary (voir lien)]

Après les dessous d'une maison close japonaise dans « Sakuran », Moyoco Anno s'empare à nouveau du sujet, mais cette fois en plein Paris. Encore que l'on ne verra pas grand-chose de la capitale, les filles ne sortant pas beaucoup... mais on a quand même droit à un peu de décor, notamment via certains flash-backs (moi aussi, j'aime désormais les plafonds, tellement « celui-là » est beau).

Initialement parue en deux tomes, la série nous arrive sous la forme d'une énorme intégrale grand format... et quand je dis énorme, je ne déconne pas, le truc est une BRIQUE, plus lourd qu'un annuaire. Au moins, on ne risque pas de déplorer une quelconque transparence du papier tant celui-ci est épais (coucou, la réédition d'Aria, on te parle !), mais dire que la lecture est inconfortable est un euphémisme, entre s'écraser l'estomac avec ou se luxer les poignets, mon coeur balance...

... Celui de Colette, de coeur, bat lui pour Léon, beau gosse, un peu voyou, et qui surtout la mène totalement en bateau. C'est la seule constante que l'on retiendra de leur relation car, plus l'on avance dans la seconde partie, plus l'on comprend que Colette n'est pas un narrateur fiable et que le récit que l'on lit de sa plume contient autant de vérité que de fiction, sans en définir très bien les contours. On lit même, en toutes lettres, le remaniement en direct de l'histoire.
C'est là que Moyoco Anno m'a totalement perdu, en fait. Car il faut en plus ajouter à ces tranches-de-vie de la maison close des flash-backs venant déjà casser la linéarité de l'histoire... En revanche, on ne s'étonnera pas trop du choix d'absence de fin, qui vient encore brouiller un peu plus les cartes. En comparaison, « Sakuran » non plus n'en possédait pas (en tout cas, dans la première édition, celle que j'ai), mais possédait une narration constante, linéaire. Bilan : le récit entier se retrouve pris, comme mentionné dans les toutes premières pages, dans une sorte de brouillard. Comme Carmen, Colette, à son tour, ne fait plus distinction entre fantasme et réalité... et nous avec.

Mais pourquoi est-ce si perturbant ? Parce que l'on a réussi à oublier que Colette et ses collègues/copines, si attachantes, sont *des personnages*. le côté autobiographie fictive fonctionne à merveille et l'immersion est donc totale, d'autant que le côté huis-clos et routinier aide à prendre rapidement ses repères.
En tout cas, les réflexions parsemées dans le récit (sur la nature des fantasmes, la notion de perversité et d'acceptation de ses désirs...) n'ont rien d'hasardeux et préparent lentement le terrain pour cette conclusion floue, se rapportant moins aux clients les amenant qu'au cheminement de l'héroïne.

Les clients d'ailleurs, tout aussi originaux qu'ils soient, ne sont jamais présentés sous un jour négatif, aussi spéciales leurs requêtes puissent-elles être. Comme à Vegas, ce qui se passe à la maison close reste à la maison close, un monde à part où la nudité de l'âme côtoie celle des corps.
Lien : https://www.sanctuary.fr/avi..
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
BDZoom
19 décembre 2023
Ne passez pas à côté de cet impressionnant manga qui offre une vision croustillante du Paris du début du XXe siècle.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Les véritables pervers sont ceux qui ont en eux un désir qu’on ne peut nommer.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Moyoko Anno (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Moyoko Anno
La librairie Point Virgule dispose d'un rayon consacré aux mangas destinés aux plus jeunes lecteurs : les kodomos !
- Chocola & Vanilla, Moyoco Anno, 8 tomes édités chez Kurokawa, 6,60 € - Plum, un amour de chat, Natsumi Hoshiro, 19 tomes édités chez Soleil Manga, 7,99€ - La petite faiseuse de livres, Miya Kazuki & Suzuka, 7 tomes édités chez Ototo, 6,99€
Les plus populaires : Manga Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (39) Voir plus




{* *}