AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290336483
Éditeur : J'ai Lu (29/12/2003)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Les hommes s'imaginent que la grande faucheuse pourvoira à la paix qu'ils n'ont su trouver de leur vivant. Quelle erreur...
C'est considérer bien naïvement les défunts. Car voici la terrible vérité : les morts désirent et craignent, haïssent, convoitent ou detestent. Gare à qui attire leur attention !
Vous n'êtes pas convaincus ? Demandez au truand Barberio ce qu'il est advenu de son cancer. Demandez à Thomas Garrow ce qu'il a trouvé sous la grosse pie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
  16 septembre 2016
Une fois de plus je suis assez mitigée à la lecture d'un bouquin de C. Barker.
J'ai oscillé sans arrêt entre horreur, ennui et amusement, tellement c'est "gros", tellement c'est "trop", contrairement au tout premier tome des "livres de sang" où j'avais bien apprécié la finesse de l'auteur.
Ici je trouve que c'est outrancier et avec des idées vraiment très étranges, à la base de ces nouvelles.
Ceci dit, s'il mérite une bonne note, c'est pour son imagination, lol !
La seule nouvelle que j'ai réellement appréciée, c'est Rawhead Rex. Autant dire que sur 5, c'est peu.
"Les boucs émissaires" aurait pu me plaire, mais il m'a manqué quelque chose, je m'y suis ennuyée presque autant que la narratrice. Pas réussi à entrer dedans.
En y réfléchissant, je pense que c'est une absence d'épaisseur et de substance des personnages, peut-être, qui m'a tenu à distance, dans la plupart de ces nouvelles... Bref, je l'ai lu jusqu'au bout, mais je ne l'ai pas trouvé génial... 2,5/5
Commenter  J’apprécie          197
kalimera
  28 mars 2015
Pourtant cette journée avait si bien commencé...
Il a fallut que je reprenne ma lecture marathon de la série de Clive Barker !
J'ai fini par sortir de mon placard (voir la critique du tome II http://www.babelio.com/livres/Barker-Livre-de-sang/44095: )
et j'ai attaqué "Confessions d'un linceul".
Pour tout vous dire, avec la première nouvelle, je n'irais plus jamais au cinéma sans penser à "L'enfant de celluloïd",
plus question de traîner après la dernière séance, CE pourrait être LA dernière .
Je prendrais toujours le temps d'être aimable avec les comptables ou les inspecteurs des impôts avec la nouvelle suivante et je me méfierais vraiment des draps en lin (oui je sais le lien n'ai pas forcément facile à établir !)
Lorsque je rencontrerais des néos- ruraux au détour d'une ruelle, je penserais à leur dire, même s'ils ne répondent pas à mon salut (malpolis va !) qu'il faut se méfier des ogres qui peuvent traîner ici ou là dans le paysage si tranquille que j'apprécie tant.
Je jure devant qui vous voulez que je ne serais plus jamais jalouse des gens qui partent en vacances sur leur voilier, le risque de s'échouer sur une île-tombeau est bien trop grand.
Et enfin pas question de suivre un inconnu chez lui, mais ça normalement tout le monde est censé le savoir, non ?
Clive Barker a réussi à renouveler le genre de danger que l'on pourrait rencontrer dans ces cas très précis.
Ce troisième tome est plus dense, plus travaillé en ce qui concerne le caractère des personnages.
Moins simpliste, peut-être, le niveau horrifique y gagne en poids.
Voilà, une bonne lecture saine de plus à mettre à mon crédit.
Excusez-moi, je retourne dans mon placard !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
greg320i
  23 janvier 2012
Comme à son habitude, l'auteur nous plonge avec sang froid d'une main de maître dans son recueil sentant bon le cerfeuil de l'horreur .
Plusieurs bonnes nouvelles qui se lisent avec complaisance et envie :
On parcoure de différentes manières, à différents stades , plusieurs niveaux, les multiples façons d'effrayer, d' émouvoir ou de s'esclaffer dans une sorte de pot-pourri très réussi ( ! )
Voilà bien toute l'originalité des volumes de la saga des " livre de sang " , toujours écrit sans peur des mots ni de la censure .
Pour ce millésime trois, un mélange de genre toujours aussi attrayant, divertissant et d'une qualité à pied d'oeuvre toujours bien accommodé de la 'patte' Clive Barker.
Surnommé généralement 'le fils spirituel de Stephen KING' car d'une écriture soigné,d'un sens horrifique développé et parsemé d'humour scabreux ,sa litanie est désormais devenue une part entière du cartel de l'horreur ; et de sa renommée un écrivain salué et très prisé pour tous les amateurs de terreur, frayeur, souhaitant vivre un grand frisson.
Bref ,ce tome ne fait pas exception à la règle : tout y est .
Et quand l'ouvrage fermé, terminé, de subites envies vous prendrons ; vous n'aurez ensuite qu'un seul désir: continuer à suivre la piste des "Livre de sang".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
paulmaugendre
  23 mai 2019
Contrairement à ce qui est annoncé sur la couverture, et désolé de contredire l'éditeur, Confessions d'un linceul n'est pas un roman mais un recueil de nouvelles.
Et comme dans les précédents volumes qui composent le triptyque, Livre de sang et Une course d'enfer parus chez le même éditeur, ces nouvelles oscillent entre le noir et le rouge (comme aurait écrit un certain Henri Beyle !). le noir du désespoir et le rouge du sang qui inexorablement se répand abreuvant la terre nourricière.
Clive Barker ne travaille pas dans la dentelle et ses nouvelles, tout comme ses romans, sont empreints de désespérance. Ses personnages sont confrontés à des situations perpétuellement périlleuses. Ils vont au devant de leur chaos et le lecteur-même se trouve en état de choc.
L'humour qui permettrait la décompression en est absent, ou alors sous-jacent comme dans L'enfant de celluloïd ou Confession d'un linceul, deux des nouvelles du recueil.
Un humour de situation, révélé comme à regret, comme par hasard.
La mort est le prolongement inéluctable de la vie, mais lorsque la vie et la mort ne font plus qu'un, il n'y a vraiment pas de quoi rigoler.
Clive Barker possède un extraordinaire pouvoir d'évocation en tant qu'écrivain. Ses histoires sont de véritables mises en scènes poignantes, cauchemardesques, et l'on sort de ce recueil comme vidé de toute substance.
Contradictoirement on n'en peut plus, et on en redemande.
Clive Barker crée le lecteur masochiste, pareil à un spectateur subjugué et effrayé qui met ses mains devant ses yeux pour ne pas voir la scène d'horreur tout en ayant soin d'écarter les doigts afin de vibrer quand même.

Sommaire :
1 - L'Enfant de celluloïd (Son of Celluloid), pages 13 à 63, trad. Hélène Devaux-Minié
2 - Rawhead Rex (Rawhead Rex), pages 67 à 134, trad. Hélène Devaux-Minié
3 - Confessions d'un linceul (de pornographe) (Confession of a (Pornographer's) Shroud), pages 137 à 182, trad. Hélène Devaux-Minié
4 - Les Boucs émissaires (Scape-goats), pages 185 à 220, trad. Hélène Devaux-Minié
5 - Débris humains (Human Remains), pages 223 à 284, trad. Hélène Devaux-Minié
Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Maphil
  29 décembre 2017
Tout le roman est une course contre la mort, contre l'épouvante, course dans les ténèbres surnaturelles, avec un art consommé du "thriller" associé à un humour macabre. D'admirables scènes de poursuite dont on émerge haletant; c'est que les traqueurs sont des morts-vivants! le fantastique est ancré dans la vie quotidienne et fondé sur un subtil animisme : les feuilles les herbes, les cailloux participent à la création du climat de terreur.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
TatooaTatooa   15 septembre 2016
On l'avait surnommée Dumbo quand elle était petite, tous les enfants de son immeuble. Elle avait passé vingt ans avec cette ridicule horreur grise, sans pouvoir s'en débarrasser. Le corps énorme de l'éléphanteau lui rappela son obésité, son air perdu lui rappela son propre isolement. Elle le revit blotti sous la trompe de sa mère, condamnée pour folie, et elle voulut réduire en bouillie cette chose sentimentale.
(Dans "L'enfant de celluloïd")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Clive Barker (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clive Barker
MYTHOLOGICS #4 : HELLRAISER
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les titres des romans de Clive Barker

Quel est le titre correct ?

Le Palais des Devins
Le Domaine des Devins
Le Territoire des Devins
Le Royaume des Devins

12 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Clive BarkerCréer un quiz sur ce livre