AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christophe Claro (Traducteur)
ISBN : 2842613589
Éditeur : Le Serpent à plumes (18/09/2002)

Note moyenne : 4.46/5 (sur 14 notes)
Résumé :

Le Courtier en tabac nous conte l'histoire d'Ebenezer Cooke, poète vivant à Londres, à la fin du XVIIe siècle et encore puceau à 30 ans, que son père envoie dans le Maryland pour diriger la plantation de tabac qu'il y possède. Pour l'inciter au départ, on fait croire à l'infortuné poète que lui est commandé, eu égard à ses talents, un poème narratif en hommage au Maryland : Marylan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
UnDernierLivre
  01 juillet 2016
Aucune explication ne serait assez puissante pour exprimer toute la démesure et le génie qui se trouve dans ce texte. Un chef d'oeuvre, un texte incroyable et un auteur démentiel.
Commenter  J’apprécie          20
viduite
  28 août 2018
Ample roman de la représentation, la feintise, le complot et l'emprunt d'identité, le courtier en tabac se révèle plein de fantaisies, de truculences, d'inventions et de complots. Pour donner un représentation du marigot du Maryland un peu avant 1700, John Barth invente une langue et donc un univers singulier et fascinant.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          50
nathalie_MarketMarcel
  16 avril 2012
La langue est contemporaine avec quelques tours archaïsants, elle est surtout très ironique. Pas un personnage n'en réchappe, ni le trop naïf Ebenezer, jeune crétin en herbe, ni les roués qui l'entourent. 700 pages avec tempête, pirates, esclaves en fuite, dames de petite vertu, ruines, maladies, jeux de masques et quiproquo, rebondissements invraisemblables… Je crois que c'est un roman de vacances, qui nous fait partir dans un univers totalement barré.
Lien : http://chezmarketmarcel.blog..
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2
  25 octobre 2015
L'épopée torrentueuse et farceuse, ironique et violente, de la colonisation de l'Amérique du Nord. Par les petits bouts acérés de l'aubergine et de la poésie.
Sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2015/10/25/note-de-lecture-le-courtier-en-tabac-john-barth/

Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   25 octobre 2015
Ce système offrait, outre les avantages d’un intérêt cumulatif, une tendance à des mises géométriquement croissantes, car quand un homme voyait tout son investissement spéculatif précédent mis en danger par une distance inhabituellement longue ou brève, il était naturellement enclin à se couvrir en misant, sur ce qui à présent paraissait une date plus probable, une somme égale ou supérieure à la totalité de ses mises précédentes ; et puisque, bien entendu, chaque jour amenait le Poséidon plus près du jour de l’accostage et réduisait les marges spéculatives, les paris sur les dates les plus probables baissaient grandement, avec pour résultat qu’un homme pouvait investir cinq livres dans les paris en cours sur une date généralement populaire afin de couvrir dix shillings auparavant misés sur une date désormais improbable, seulement pour découvrir deux ou trois jours plus tard qu’une troisième et plus large mise était requise pour justifier la deuxième, ou la première et la deuxième combinées, et ainsi de suite. L’excitation croissait proportionnellement ; même le capitaine, quoiqu’il branlât la tête devant la ruineuse étendue des mises, suivait les paris avec un intérêt non dissimulé, et les membres de l’équipage eux-mêmes, qui, bien entendu, n’avaient pas le droit de se joindre au jeu quand bien ils auraient pu se le permettre, se choisissaient des favoris parmi les parieurs, donnaient ou quand c’était possible vendaient des informations « confidentielles » sur le progrès du bateau aux parties intéressées, faisaient des petits paris secrets sur lequel des passagers gagnerait le plus d’argent, et enfin, pour protéger leurs propres paris, offraient ou acceptaient de l’argent pour donner de fausses informations aux parieurs autres que celui sur lequel leur argent était misé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   25 octobre 2015
Dans les dernières années du dix-septième siècle, on pouvait rencontrer parmi les sots et les élégants des cabarets de Londres un personnage maigre et dégingandé du nom d’Ebenezer Cooke, plus ambitieux qu’ingénieux et néanmoins plus ingénieux que prudent, qui, semblable en cela à ses joyeux compagnons, tous censés étudier à Oxford ou à Cambridge, avait trouvé plus plaisant de se divertir de sa langue mère, l’anglais, que d’en approfondir sa connaissance, et, plutôt que de soumettre à la rigueur des études, avait appris l’art de versifier et produit nombre pages de distiques selon le goût de l’époque, tous empanachés de « Par Jove » et « Par Jupiter », tout clinquants de rimes discordantes et pleins de comparaisons tirées par les cheveux et conséquemment sur le point de céder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Charybde2Charybde2   25 octobre 2015
Ebenezer balança :
« L’aventure est grande.
– Le monde est grand, répondit Burlingame.
– J’ai peur de ce que dirait père s’il venait à l’apprendre.
– Mon cher ami, dit Burlingame, nous sommes assis sur un obscur rocher qui branle dans le ciel ; nous courons tous tête baissée vers la tombe. Crois-tu que les vers se soucieront, quand sur nous ils feront chère, que tu aies passé ta vie à soupirer tête nue dedans ta chambre ou à piller les villes dorées de Montezuma ? Regarde, le jour est au point de finir ; il s’est vitement en allé dans le temps à jamais. Il y a de cela à peine un récit que nous garnissions nos estomacs avec quelque déjeuner, et déjà les voilà qui grognent et en redemandent. Nous sommes mortels, Ebenezer : ma foi, l’heure n’est qu’aux audacieux partis !
– Vous me redonnez cœur, Henry, dit Ebenezer en se levant de table. Partons. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KichigaiKichigai   11 février 2016
Je sais peu de beaucoup de choses et assez d'aucune.

Page 41.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : pasticheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'amour, encore l'amour (facile)

Chez les Romains, le fils de Vénus s’appelait:

Bacchus
Mercure
Cupidon
Neptune

12 questions
82 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre