AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2706708816
Éditeur : Salvator (23/11/2011)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Clara, quinze ans, fille unique, est mal dans sa peau, en conflit permanent avec sa mère qui la néglige et l'humilie. Son père est inexistant à force de s'effacer. Invitée à une soirée entre jeunes, elle est émue d'être l'objet de l'attention d'Alex, un séduisant garçon de sa classe. Abrutie par l'alcool et droguée à son insu, elle se laisse entraîner par Alex dans une chambre et sombre dans l'inconscience.
Elle se réveille le lendemain, nauséeuse, mal à l'ai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
SednaX
  09 décembre 2014
Si je devais résumer mon sentiment final en un seul mot à l'attention des potentiels futurs lecteurs (surtout pour les ados), ce serait celui-ci : ATTENTION !
*** Comme cette critique est très (trop ?) longue, j'ai déposé un résumé de celle-ci dans les commentaires juste en dessous. Si vous n'avez pas le temps ou le courage de tout lire, le résumé peut suffire. Pour plus de détails, les voici maintenant. Merci de votre attention ! ***
Ce livre aborde le délicat sujet des adolescentes tombant enceintes très jeunes, et plus particulièrement sans l'avoir souhaité. Ce qui implique nécessairement la question de l'IVG : faut-il ou non garder un enfant dans ces conditions ?
Clara a 15 ans et vit sa vie d'adolescente de manière relativement classique, c'est-à-dire avec toutes les difficultés que l'on peut rencontrer à cet âge : incompréhension des parents, changements du corps difficiles à accepter, entrée dans la sexualité et toutes les questions qui se posent à ce sujet.
C'est lors d'une soirée à laquelle elle n'avait pas été autorisée à se rendre (classique, quand on est ado ^^) qu'elle va découvrir d'une part l'exaltation du rapprochement avec un garçon, Alex, et d'autre part, malheureusement, la mauvaise expérience d'être droguée puis violée à son insu par ce même garçon. La pauvre jeune fille ne va même pas comprendre tout de suite ce qui lui est arrivé et même sa meilleure amie ne va pas oser lui dire ce qu'elle a vu, préférant "ne pas la traumatiser, ce n'était pas la peine d'en rajouter". Pourquoi pas.
Ce n'est cependant que 3 mois plus tard que Clara va comprendre l'ampleur de l'événement en comprenant qu'elle est tombée enceinte suite à ce viol.
Là où l'auteur a su tirer montrer un talent d'écriture, c'est en plaçant un contexte dans lequel bien des adolescentes pourront se reconnaître :
-des conflits permanents avec les parents (une mère tyrannique et peu aimante, même si elle le prétend, pour parler à sa fille comme elle le fait, j'estime que ce n'est pas de l'amour filial ! et un père qui préfère éviter les conflits et fait le dos rond en attendant que ça se passe) ;
-des conflits même entre les parents qui sont au bord du divorce (ils vont tenter de se rapprocher au moment de la naissance du bébé, mais cela ne va pas durer et le divorce aura bien lieu) ;
-un puissant sentiment d'incompréhension (elle trouve sa mère égoïste et celle-ci lui rend la pareille, elle fini même par perdre sa meilleure amie parce qu'elles ne se comprennent plus vraiment) ;
-un cruel manque de communication ou plutôt une très mauvaise communication (chaque personnage campe sur ses positions sans jamais vraiment écouter ce que l'autre a à dire, ce qui ne fait qu'envenimer les conflits, ce qui n'est pas rare entre des adultes et des adolescents) ;
-le questionnement bien normal de jeunes filles qui découvrent leur corps et ses changements, ainsi que le décalage avec le comportement des garçons (du moins de certains d'entre eux, car dans la réalité tous les garçons adolescents ne sont pas des Alex, et heureusement).
Mais là où j'ai envie de tirer une sonnette d'alarme, c'est dans le discours prononcé tout au long du roman à partir du moment où Clara doit faire le choix le plus difficile de sa courte vie : IVG ou accouchement ? Il y a deux éléments qu'il me semble important de relever et de signaler aux lecteurs.
1-Le discours clairement anti-IVG.
Oh oui, j'ai lu dans certaines critiques que ce livre offre un choix, sans influence, avec les « pour » et les « contre » de chaque option. Pour ma part, ce n'est pas l'impression que j'ai eue. J'ai plutôt trouvé que la jeune fille était très mal entourée, absolument TOUS les adultes sont d'affreux méchants qui veulent absolument la faire avorter sans même lui proposer toutes les alternatives, sans même lui demander ce qu'elle en pense ni ce qu'elle veut, elle.
-Cela commence avec 3 médecins successifs du planning familial, qui pensent qu'elle veut forcément avorter et ne lui proposent aucune alternative, lui faisant même comprendre qu'elle est totalement stupide de songer à autre chose. Quel tact ! Forcément, elle va se sentir blessée et commencer à se poser des questions, c'est normal.
-Puis il y a son père, quand elle se décide à lui en parler, qui tente vaguement de lui donner des arguments, de lui montrer les difficultés que cela va engendrer dans sa vie quotidienne. Mais les arguments en question sont faibles, peu détaillés. Et l'auteur s'appuie sur le fait que c'est un père "mou", sans caractère, qui laisse les choses se faire même s'il n'est pas d'accord. D'autant plus facile pour ne pas réussir à convaincre son personnage principal de changer d'avis.
-Ensuite, parlons de sa mère quand elle apprend que sa fille est enceinte de 7 mois, une mère déjà hystérique rien qu'en regardant sa fille couverte d'acné, qui lui reproche ses kilos en trop, et ne voit donc dans la situation que le pire pour elle-même ; il est évident que ce personnage n'est pas à même de convaincre qui que ce soit, pas même le lecteur, que l'IVG aurait pu être une solution bénéfique.
-Et même plus tard dans le livre, Clara va craquer en classe et avouer devant tous ses camarades et un professeur sa situation de jeune mère (l'enfant a déjà un an à ce moment de l'histoire). Cela va bien sûr déchaîner les passions dans la classe, les élèves prendront position face à cette situation inédite pour eux. Seul un garçon prendra sa défense, celui qui deviendra plus tard le mari de Clara bien sûr, le seul qui ne lui reproche pas son choix. Quant au professeur, sa seule réaction sera de venir s'en prendre à Clara à la fin du cours parce qu'elle n'avait pas le droit de dire tout cela à ses camarades, qu'elle a peut-être fait souffrir certaines filles qui ont visiblement eu recours à l'IVG pour elles-mêmes et que son choix n'avait pas à être étalé sur la place publique. C'est Clara elle-même qui est obligée de rappeler à son professeur que si l'IVG est un droit, garder son enfant en est un aussi. C'est le monde à l'envers et cela créé un personnage auquel on n'accorde aucune sympathie.
-Enfin, la gynécologue qu'elle va finalement voir sur conseil de sa mère (il était temps ?) 18 mois après avoir eu son enfant, qui va tenter de la convaincre de prendre un moyen de contraception pour éviter de retomber enceinte. Là encore, débat avec Clara, qui se défend, demandant pour quelle raison elle devrait se protéger alors qu'elle n'a pas de rapports sexuels et qu'elle ne souhaite en avoir qu'avec un garçon qu'elle aura appris à aimer. La question est bien posée et est juste, ce qui sonne faux, c'est la réponse de la gynécologue, je cite quelques extraits : "A votre âge, c'est normal que ce soit irrégulier (ndlr : la fréquence des rapports sexuels). Comme tant de jeunes, vous allez changer de partenaires, vous devez donc être prudente. [...] Vous êtes idéaliste, aussi ! Pourquoi pas, mais un idéal se partage à deux. [...] Encore faut-il que vous rencontriez votre prince charmant car entre votre idéal de vie et la réalité, le pont est étroit. Il vous faut prendre en compte aussi le désir de l'homme qui ne sera pas forcément le vôtre. [...] l'amour des coeurs a aussi besoin de l'amour des corps. [...] Vous êtes libre de mener votre vie comme vous l'entendez mais mon devoir de médecin est de vous proposer ce qu'il faut pour éviter les catastrophes ! Faites comme vous le voulez, mais ne venez pas pleurer à la fin des vacances parce que vous êtes de nouveau enceinte ! N'imaginez pas que vos idées vous protègent. Il vous faudra une très grande force de caractère pour vivre selon votre idéal !"
Ah ben bravo !!! Quel gynécologue parle comme ça à une adolescente, sérieusement ? Sans même entrer dans le détail des arguments : pauvre fille, tu te crois vraiment capable de résister à un garçon qui voudra vraiment coucher avec toi ? En effet, on n'a pas envie d'écouter quelqu'un qui nous parle comme ça …
En somme, TOUS les personnages adultes sans exception ne font que lui reprocher son choix de garder/d'avoir gardé l'enfant, avec un manque de tact et de maturité affligeante pour des adultes …
-> Ainsi, les arguments qui seraient "pour" l'avortement sont présentés sous une lumière très négative, les dévalorisants directement en les mettant dans la bouche de personnages désagréables, voire même détestables. Cette pauvre Clara n'a vraiment pas eu de chance de ne tomber que sur des cas pareils, quand même ! Et nous, pauvre lecteurs, n'avons donc rien eu à nous mettre sous la dent pour nous montrer les difficultés réelles qu'il y a à avoir un enfant à 15 ans si l'on veut quand même obtenir son bac ...
Et là où l'auteur a fait très fort, c'est qu'il y a quand même une autre adolescente qui tente de convaincre Clara de se faire avorter : sa meilleure amie Julia, qui lui avoue par la même occasion que cela lui est arrivé quelques mois plus tôt et qui lui explique en quoi la procédure est simple et rapide. Là encore, Clara se sent forcée, incomprise, comme si sa meilleure amie n'était pas capable de lui expliquer en quoi elle a fait ce choix personnellement et non pas parce qu'elle n'en voyait pas d'autre. Et plus tard dans le livre, l'auteur va faire dire à ce personnage à quel point il est douloureux (moralement et psychiquement) pour elle d'avoir eu recours à cette opération, un an après. L'adolescente regrette et se sent "vide" à cause de cette histoire, donnant ainsi plus de poids à la solution choisie par Clara : garder l'enfant. Pas mal pour pilonner encore une fois l'idée que l'IVG, c'est mal, finalement. Subtil.
Autre reproche global, moins grave, mais qui me dérange personnellement : on retrouve aussi toutes les idées très catho-conservatrices de l'auteur au fil des descriptions du modèle familial : le père qui n'est plus un homme parce qu'il ne sait pas tenir tête à sa femme (mais personne ne dit que la femme n'en est plus une parce qu'elle tyrannise toute sa famille, c'est bizarre !), comme si la virilité d'un homme tenait à sa capacité à gérer sa famille en tant que chef de famille uniquement .... thème que l'on retrouve aussi à la fin, lorsque Jérôme demande à Clara de le laisser "la protéger", puisqu'ils vont se marier, cela est nécessairement son rôle. -hum ...- Ou pire, lorsque le nouvel amant de la mère de Clara lui explique posément que c'est elle qui a étouffé sa propre fille, l'empêchant de devenir une mère à son tour. Là, on peut se dire : enfin quelqu'un qui a compris et qui va pouvoir aider la pauvre Clara. Evidemment, il fallait un homme pour remettre cette femme dure à sa place, et bien entendu, elle entend raison lorsqu'il lui fait la moral. A lui, elle ne tient pas tête, elle a trouvé son véritable homme-chef-de-famille qui la recadre. J'en lève les yeux au ciel ! J'en profite pour vous livrer une autre citation, celle-là même qui m'a convaincue que je ne ferai pas lire ce livre à des ados. le nouvel amant qui raisonne la mère de Clara : "Ecoute Karine, soit tu m'aimes et nous vivons ensemble, soit tu préfères ta fille et son fils, alors ce n'est pas la peine d'envisager de poursuivre entre nous ! Je ... je n'ai pas l'âge d'avoir un enfant de trois ans et je n'ai d'ailleurs jamais voulu en avoir ! [la mère accepte son chantage] Parfait tu es raisonnable ! Mais j'accepte cependant de recevoir Clara et Victor (ndlr : nom de l'enfant) de temps à autre un dimanche midi". Si je comprends bien, c'est donc lui qui décide quand la mère verra sa fille, s'ils vivent ensemble ? Et je vous passe le couplet sur la mère béate d'admiration qui se rend compte à quelle point elle a de la chance d'être tombée sur cet homme et qu'à son âge, un parti pareil, elle n'en retrouvera plus ! J'ai mal à mon ego de femme.
Ou encore cet autre message glissé subreptciement. Dans ce passage, où la jeune fille retrouve par hasard dans la rue son violeur, père de son enfant, elle réalise que même s'il est devenu un clochard drogué et alcoolique, et bien oui, il est le père de l'enfant, aussi détestable que soit ce constat. Et qu'elle n'a pas le droit de le cacher à son enfant, car tout enfant a besoin d'un père pour se construire. C'est, je cite, "dans l'écologie de l'être humain : avoir un père, une mère ... [...] Refuser de l'admettre, c'est amputer l'enfant d'un maillon essentiel à sa construction d'homme"
Wouahou, en lisant ce passage, j'ai vérifié la date d'édition de ce bouquin : 2011. Pourtant c'était bien avant les manifestations contre le "mariage pour tous", mais on se croirait en plein dans la polémique ! Ce passage sous-entend donc qu'un couple homosexuel n'a pas tout ce qu'il faut pour élever correctement un enfant.
Et là, je dis : que l'on soit pour ou contre l'IVG, que l'on soit pour ou contre le mariage pour les personnes de même sexe, on a le droit. Nous sommes dans un pays démocratique où chacun est libre de sa pensée. Mais essayer insidieusement de manipuler des adolescents de cette manière, en leur faisant discrètement passer un message à travers un roman qui va leur parler -car je ne le nie pas, ce roman peut plaire aux ados, je le pense sincèrement- j'appelle cela de la manipulation des esprits. Et j'en reviens à mon mot de départ : ATTENTION !
Pour terminer cette (longue) critique, je garde le pire pour la fin. le second élément à relever selon moi. Encore une fois je tiens à préciser qu'un auteur a la possibilité de faire passer ses convictions profondes à travers un roman, cela fait partie du jeu. Mais ce que je trouve absolument intolérable dans ce roman, tient à ce simple fait :
2-A aucun moment, le viol n'est considéré comme aussi grave qu'il l'est dans la réalité.
En effet, rappelez-vous, toute cette histoire part quand même d'un VIOL : une jeune fille, mineure qui plus est, droguée à son insu puis violée sans même comprendre ce qui lui arrive, le garçon fautif ayant tout planifié, parfaitement conscient de ses actes ... et JAMAIS, JAMAIS, il ne subit de sanction. Oh certes, il va devenir clochard, mais c'est parce qu'il a lui-même quitté le domicile familial pour d'obscures raisons (paraît-il qu'il était trop gâté par ses parents ... ?!?) ; mais jamais, jamais, jamais, aucun adulte n'ayant pris connaissance de l'agression de Clara, n'a parlé ni de porter plainte, ni d'entamer aucune procédure pour tenter d'aider la jeune fille à comprendre ce qui lui est arrivé et comment se libérer de ce traumatisme. Pas de police, pas de psychologue, les deux seules réactions un peu "violentes", venant du père de Clara puis plus tard de son ami Jérôme : "Je vais lui casser la figure à ce garçon". Comme si cela était la solution et de toute façon, cela n'arrive même pas ... Chacun se contente de la réponse de Clara : "C'est un minable [...] Un vrai salaud ... Donc c'est tout, il n'existe pas pour moi, d'ailleurs il n'a jamais existé". Je peux comprendre que l'adolescente réagisse de cette manière, mais pas que ses parents s'en contentent. Ni le professeur à qui elle va parler de sa situation par la suite. Ni la gynécologue qu'elle verra enfin 18 mois après l'accouchement. le viol n'est RIEN dans cette histoire, un simple prétexte pour raconter la vie d'une fille qui souhaite garder un enfant qu'elle n'avait pas désiré. Et on en revient même à l'apologie anti-IVG quand on apprend que le père violeur-clochard-toxicomane-alcolique a décidé de revenir sur le droit chemin après avoir vu son fils. Ah oui, j'allais oublier de vous dire : Clara a donc sans doute sauvé la vie de celui qui a détruit la sienne, en décidant de garder cet enfant, vous avez vu, heureusement qu'elle n'a pas avorté, ouf ! (je précise que cette dernière remarque est ironique, pour qu'il n'y ait pas de méprise ... je trouve cette morale absolument pitoyable, même si ce n'est que mon avis personnel).
En somme, je n'ai pas aimé ce livre et l'écriture n'a rien fait pour arranger les choses soi dit en passant, il n'est à mes yeux qu'un mélange d'idées fermées, contrairement à ce que d'autres disent, tentant de manipuler la pensée des lecteurs qui n'ont pas le recul pour voir par eux-mêmes la manipulation des personnages et du contexte.
Je l'avais acheté sur recommandation d'une ado de 15 ans justement, pour le mettre dans le fonds du C.D.I. dans lequel je suis documentaliste. Hé bien je ne l'y mettrai pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
dupontnathalie262
  20 février 2013
La vie d'une jeune adolescente de 15 ans qui passe de l'innocence de l'enfance et la vie facile de lycéenne, avec toutes les angoisses, crises, incompréhension qu'elle comporte à celle d'une jeune femme, maman d'un petit Victor en quelque mois de temps.
Dès les premières pages, on sent bien le malaise de Clara dans sa vie d'adolescente, car comme beaucoup de jeunes filles de son âge, elle se sent incomprise par ses parents, par le corps enseignant, par tout le monde en fait. Elle rêve de sortir de cette vie qui ne lui correspond pas, elle se cherche.
Ses parents sont des parents absent, qui ne comprennent pas leur fille, la trouvant égoïste. Comment pourraient-ils comprendre Clara alors qu'ils ne se comprennent pas eux-mêmes. Ils vivent l'épreuve difficile qui précède une inévitable séparation. Ils n'ont plus d'amour l'un pour l'autre et ne savent pas trop quoi faire.
La petite vie d'adolescente de Clara va être bousculée à la suite d'une soirée dont elle ressort avec les idées embrouillée par l'alcool et la drogue. Et voilà qu'à 15 ans, elle se retrouve avec un choix à faire, l'IVG ou l'accouchement. de là, dépendra tout le reste de sa vie.
Dans ce livre, le thème de l'IVG est posé intelligemment, à la manière d'un choix. Sans le condamné, ni le conseillé. C'est un choix que la femme doit faire, en toute connaissance de cause, et elle doit le faire seule. C'est elle, et elle seule, qui devra assumer, toute sa vie, son choix. J'ai beaucoup apprécié qu'il n'y ait pas de coté moralisateur sur ce sujet.
La mère de Clara, Karine, est une femme très occupée et très maladroite avec sa fille, et encore plus avec son mari. Elle est méchante, égoïste et sans coeur. Je dirais même qu'elle est affectivement déficiente. Elle critique et rabaisse sans cesse son mari et sa fille, à tel point que ceux-ci ont fini par penser qu'elle avait raison. Son mari est trop mou, trop lâche, trop nul et sa fille n'est pas assez jolie, pas assez intelligente, pas assez responsable et très égoïste. Bref, Karine est convaincue qu'elle est une personne parfaite enfermée dans une vie remplie de gens imparfait, à commencer par sa propre famille, qu'elle est incomprise, elle qui fait tout pour que sa fille soit heureuse, mais cette ingrate ne s'en rend même pas compte et agit en enfant gâté.
Mais à l'arrivée de Victor, elle va donner tout l'amour dont elle dispose à ce petit être, à tel point qu'elle confond le rôle de grand-mère et celui de mère. Comble de l'horreur pour une toute jeune maman qui a du mal à croire qu'elle sera à la hauteur des difficultés qui l'attente avec un bébé.
Le père de Clara est un homme qui s'est laissé complètement étouffer par sa femme, il n'est plus qu'une ombre. On pourrait même aller jusqu'à se demander si c'est encore un homme. Il aime profondément sa fille et semble vouloir l'aider, mais l'aide-t-il par amour ou par faiblesse. Par moment cet homme m'a fait de la peine et à d'autre moment j'avais plutôt envie de lui foutre un coup de pied au derrière.
Quand à Clara, c'est une jeune fille sensible qui se sent incomprise, elle a l'impression que ses parents ne l'aiment pas et qu'elle n'est qu'un poids pour eux. Toutefois, lorsqu'elle décide de garder le bébé, elle ne peut que se tourner vers son père, étant certaine que lui seul pourra l'aider.
Les neuf mois de grossesse de Clara sont à la fois difficiles et heureux. Heureuse de sentir ce petit être pousser dans son ventre, s'émerveillant des petites coup donnés par celui-ci. Difficiles car il faut se cacher. Se confier à un amie est très tentant et lui serait certainement bénéfique mais c'est interdit, c'est un lourd secret qu'elle doit garder pour elle.
Et puis, il n'est pas facile de supporter le gouffre qui s'installe entre soi et les autres jeunes du même âge. Avoir un enfant, ça fait grandir d'un seul coup, nos copines de classe deviennent subitement des gamines lorsque l'on devient maman. Clara est, en fait, une fille très forte, mais elle l'ignore, sa mère lui ayant sans cesse répétée qu'elle est une bonne à rien. Elle est incapable de voir ce qu'il y a de bien, de bon et de fort en elle, sauf en ce qui concerne son fils et l'amour qu'elle lui porte est sans limite.
Alex est un être méprisable qui n'a aucune conscience. C'est un gosse de riche qui pense avoir tous les droits mais surtout aucun devoir. Son attitude est impardonnable.
J'ai beaucoup aimé Jérôme qui est un jeune homme qui a les pieds sur terre, gentil et affectueux. Il aime profondément Clara et est prêt à l'accepter telle quel est et avec tout ce qui va avec. D'une certaine manière, il a sauvé la vie de Clara.
J'aime beaucoup le style de l'auteur, son écriture est juste et sensible. Elle semble connaître son sujet, les sentiments qu'elle fait passer par son texte sont très vif et permettent de se sentir proche de Clara, de s'identifier à elle.
Le thème de la maternité chez les adolescentes est un sujet plutôt sensible mais il est abordé ici de manière intelligente sans tomber dans l'excès ni la caricature. L'auteur relate les faits de manière très réaliste, sans faux semblant, sans hypocrisie. Les angoisses de Clara, les réactions de son entourage familial, scolaire ou amical sont tout-à-fait réel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CamKessler
  17 mai 2012
Ce livre est un réel bijoux. Tout au long de cette chronique, je vais faire la difficile, notant plein de petites choses qui m'ont fait tiquer, mais ça c'est moi, et bon, globalement, n'en tenez pas tant compte, c'est une petite merveille.
L'histoire en elle même est vraiment une belle histoire. Les sujets abordés ne sont pas toujours faciles, peut-être même sensibles, mais Élisabeth s'en sort très bien, je dois dire.
On touche ici le grand sujet des adolescents, principalement, avec Clara, Alex, Jérôme ou encore Julia, mais aussi celui des parents, adultes,eux.
Il y a un petit côté leçon de vie aussi. Une belle leçon de vie je dois dire, car si au début, j'avais un peu envie de décrocher parce que... et bien c'est une histoire comme les autres... mais je dois avouer que la fin m'a plus, même si on n'est toujours là dans une histoire de vie comme les autres.
Le concept de voir évoluer les personnages sur plusieurs années lui m'a énormément plu.
L'écriture en elle même... Est très bonne, je dois admettre, même si dans ma tête (ça c'est moi, hein) je la qualifierais un peu d'impersonnelle, mais c'est parce que j'aime bien trop ma narration à la première personne, alors que celle ci était à la troisième, et d'un point de vue.. externe, comme une caméra, je n'ai pas pu partager pleinement toutes les émotions des personnages, mais une grande partie.
On commence avec Clara, 15 ans, une adolescente comme tant d'autre, rien de particulier, de spécial, vraiment banal. Clara peut avoir tout ce qu'elle veut, question biens matériels, mais dans l'amour de ses parents c'est autre chose. En effet, on peut dire que c'est mère est légèrement excentrique … Ses parents aime leur fille, mais... On ressent clairement que sa mère l'a eu pour être une femme ''complète, et parfaite, un modèle'' Son père, lui, est plutôt naïf. le tout, ne fait pas tellement attention à leur progéniture, entre les reproches, les contres-dits et toutes les injustices (celles ci, souvent viennent de Karine, la mère, que j'aurais bien secouer d'ailleurs.)
Entre tout les obstacles de la jeunesse, les complexes, tout ce qui parait injustes, décuplé, alors qui ne l'ait pas, Clara cherche quelque chose dans tout ça... peut-être elle même.
Puis vient cette soirée, ce viol, ce garçon, égocentrique, sur de lui, riche, et détestable au plus haut point. Puis une grossesse, un divorce. Une vie qui éclate, une vie qui n'était déjà pas rose.
J'avoue que suivre Clara de cette manière, pendant le temps ou elle ne sais pas qu'elle est enceinte, moment ou je me demande pourquoi elle ne s'est pas rebellée contre Alex, c'est quand même un viol, tout de même. Et le moment ou elle l'apprend, est assez long comparé à la fin, où les années passent, mais tout les sentiments de la jeune fille nous sont passer en revue. Et je doit dire qu'on en voit beaucoup durant tout le livre, de la colère, de la joie, de la frustration, de l'hésitation, de l'envie, du dégoût, de la déprime, de l'allégresse, du courage... un vrai florilège.
Si Clara à de nombreuse phases de déprime, après des moments de bonheur volés, à chaque fois, on la voit grandir un peu plus, prendre sa vie en mains, malgré son jeune âge, pour gérer ce qui lui tombe dessus. On la voit puiser son énergie là où elle peut, car son monde à elle, est loin d'être tendre.
Je trouve que les parents sont assez représentatifs de centaines d'autres qu'on peut trouver de nos jours, tout comme les jeunes décrits.
Tout de même, Jérôme, le romantique, m'a fait tiquer, des imbécile comme Alex, on en trouve partout, des Jérôme, par contre son moins rare. Ce personnage est important pour Clara, une vrai barre de soutien, durant ces dures épreuves.
La fin elle … on peut là dire ''tout est bien qui fini bien'' (un peu trop? Mais bon, il faut bien rêver, et rien n'est impossible) Je dois dire donc que j'ai énormément apprécier la fin, qui fini haute en couleurs, car tout le long du livre, on se demande quel peut bien être le dénouement...
Même si la façon dont l'histoire est raconté, son style est loin d'être un style que j'affectionne, l'histoire en elle même en plus d'être réaliste, nous montre une face du monde, bien réel, dangereuse et injuste, presque ''moche'' mais une autre, autant que la première est déplorable, la seconde et merveilleuse, pleine de couleur, de vie, aussi belle qu'elle peut l'être.
Ce livre nous montre le monde, aussi cruel que Merveilleux. Ça nous parle aussi là, des enfants, les questions d'IVG, de garder ou pas, quand on est très jeune, surtout que dans ce cas précis c'est le résultat d'un viol. Ce type de chose, ruine souvent une vie, il y a le pour et le contre. C'est mal vu souvent, dur à gérer et bien d'autre. Mais dans certain cas, ça peut redonner espoir, là où il était parti, donner un réel sens à une vie, un but, une motivation, construire un monde.
Ce livre est en conclusion, un livre fort, émouvant, traitant bien le sujet des jeunes, des grossesses prématurés... mais pas que de ça, de tout un monde, de la vie. Bonne histoire, que je conseil, mais qui n'est pas un coup de coeur, pour autant, il me manque un style particulier... oui, je suis difficile.

Lien : http://afallofbook.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Olnapac
  20 avril 2012
Merci aux éditions salvator pour ce partenariat.
Clara, quinze ans, une adolescente comme toutes les autres. Elle vit sa vie d'étudiante simplement, plutôt renfermée sur elle-même, sans vraiment prêter attention aux garçons.
C'est une jeunne fille perdue, sans amour maternelle, qui subit au fil du temps les reproches de sa mère. Fille unique, elle vit avec ses deux parents qui ne s'entendent plus, ne se supportent plus.
Son père, Florent, est un homme sans caractère, qui subit les critiques de sa femme, Karine, qui a un caractère plus que dominant, tout le temps à rabaisser son mari et sa fille.
A une soirée d'anniversaire sa vie d'adolescente basculera. Ayant bu et pris de la drogue à son insue, Clara sera abusé sexuellement par un jeune de sa classe, Alex.
Après quelques mois elle s'appercevra qu'elle est enceinte. Elle fera rapidement le rapporchement avec cette fameuse soirée car ce fût le seul rapport sexuel qu'elle aura eu.
Et la voilà maintenant avec un bébé dans son venre ne s'achant pas vraiment ce qu'elle souhaite faire ... Son amie Julia lui conseille l'avortement. Avoir un bébé à quinze ans est impensable ! Mais est-ce vraiment ce que Clara souhaite? Doit-elle en parler à ses parents ? La jeune fille devra prendre une décision seule mais va-t-elle prendre la bonne?
J'ai été très touché par la lecture de ce roman. Je n'aurais d'ailleurs pas cru l'être autant. J'ai ressenti beaucoup d'émotions.
Quand on voit Karine, la mère de l'adolescente, avoir un tel comportement avec sa fille en détresse, on aurait bien envie de lui mettre une bonne gifle pour lui remettre les idées en places.
Ce fut une lecture très enrichissante. c'est un sujet sensible et pourtant tellement courant à l'heure actuelle ...
Un livre que j'ai dévoré, une écriture très agréable et se laisse découvrir avec beaucoup fluidité.
Je conseille vraiment ce livre.
Un coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Delex
  02 juillet 2012
Tout d'abord, je remercie Olnapac de m'avoir permis de participer à ce LV, j'ai beaucoup apprécié la lecture de ce livre.
Clara, quinze ans, est une adolescente comme les autres sans rien de particulier mais qui mène une existence triste : elle souffre du manque d'amour de la part de ses parents. Ils se disputent sans arrêt et la gâtent en espérant pouvoir ainsi acheter son bonheur. Jusqu'au jour où Clara tombe enceinte après avoir été violée, lors de la fête d'anniversaire de sa meilleure amie, par Alex, un élève de sa classe, qui pour arriver à ses fins l'avaient drogué et fait boire. Julia, sa meilleure amie lui conseil immédiatement de se faire avorter. Clara devra alors faire ses propres choix. Souhaite-t-elle garder son enfant ? Comment annoncer la nouvelle à ses parents ?
J'ai beaucoup aimé le personnage de Jérôme qui fait preuve d'une très grande compréhension envers Clara en apprenant ce qui lui est arrivée, et ce malgré la fait que tout le monde critique les choix qu'elle a fait. Par contre, je dois dire que j'ai eu beaucoup de mal à supporter le caractère de Karine, la mère de Clara. Sa façon de toujours rabaisser sa fille et son mari, l'absence de soutien de sa fille dans les épreuves qu'elle traverse jusqu'à en profiter pour se faire appréciée de ses proches, j'ai trouvé tout cela exécrable. Enfin, j'ai apprécié la vision globale des sentiments par lesquels passe Clara sur plusieurs années de sa vie après cette fameuse soirée.
J'ai trouvé ce livre particulièrement émouvant et très réaliste, c'est une très belle histoire de vie abordant différents problèmes des adolescents. Ce livre se lit facilement grâce à une écriture plaisante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DelexDelex   29 juin 2012
Elle était personnellement très gâtée, chacun lui donnant un cadeau qu'il voulait plus beau que celui offert par l'autre. C'était devenu une surenchère désagréable. Ils ne cherchaient pas à lui faire plaisir mais à se blesser mutuellement.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Elisabeth Bourgois (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elisabeth Bourgois
Elisabeth Bourgois
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr