AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Faustina Fiore (Traducteur)
EAN : 9782361930134
112 pages
Les Grandes Personnes (26/08/2010)
4.14/5   11 notes
Résumé :
Quand un cambrioleur se fait surprendre par un étrange individu d’une dizaine d’années, complètement chauve et répondant au nom de Calvino, on pourrait croire que la situation va tourner à son avantage. Lorsqu’il se rase la tête et accepte de se faire passer pour le père du garçon, on nage en plein délire, et ce n’est que le début… Car dans le monde de Calvino, les morts sont parfois vivants, les fous se prennent pour des livres et errent dans les allées d’un asile-... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,14

sur 11 notes
5
2 avis
4
2 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

MllePeregrine
  09 décembre 2013
Quel étrange livre! Il est assez difficile de trouver les termes exacts pour en parler." Etrange" et "magnifique" sont les deux qui me viennent spontanément à l'esprit.
C'est un livre où rien n'est vraiment ce qu'on croit . D'ailleurs, Calvino, l'enfant de l'histoire, est-il un garçon ou une fille? Même le titre ne tranche pas: "Calvino-Calvina".
Alors quelle est donc l'histoire de ce livre: un cambrioleur entre dans une maison pour commettre son méfait mais il y rencontre un enfant qui le convainc de se raser le crâne et de rester vivre avec lui en se faisant passer pour son père. Une histoire abracadabrante où l'on se promène dans des asiles-bibliothèques, où l'on rencontre des nains géants, où les morts ne sont pas morts et où...bref, où l'écriture talentueuse de l'auteur fait que l'on tourne les pages très facilement, emporté dans ce tourbillon magique de mots.
Calvino-Calvina est un livre accessible dès le collège (5ème), c'est un poignant hommage aux mots, aux livres, à la littérature, à l'imagination.
C'est poétique, c'est romanesque, c'est philosophique, c'est...magnifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
MadameFarfadet
  05 novembre 2013
Un garçon (ou une fille) sans cheveux qui vit avec un loup recrute un cambrioleur pour jouer le rôle de son père. Au cours de cette histoire, on visitera un asile-bibliothèque remplit de fous (de lecture), on croisera une mère congelée (ou décongelée) et un nain géant. Ce livre est surprenant par son histoire qui semble n'avoir ni queue ni tête, et dont la fin n'est pas tout à fait à la hauteur. Mais le passage dans la bibliothèque asile est un vrai régal pour les amoureux (ou les fous) de lecture. Lire c'est rêver, c'est vivre et se construire.
Commenter  J’apprécie          30
Marypoppins34
  18 avril 2011
Un livre très original et drôle, des personnages extravagants, et un vibrant hommage à l'imagination et à la littérature
Commenter  J’apprécie          51
Emyhac
  08 juin 2012
Ce livre se lit très rapidement. Il est drôle et divertissant. Cependant j'ai été déçu je m'attendant a quelque chose de plus élaboré même si l'intrigue est intéressante. Bref je suis mitigée. Mais le côté fantastique est bien réussi alors je le conseille.
Commenter  J’apprécie          30
Marypoppins34
  18 avril 2011
Un livre très original et drôle, des personnages extravagants, et un vibrant hommage à l'imagination et à la littérature
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
MllePeregrineMllePeregrine   07 décembre 2013
"Mais vous m'aviez-parlé d'une pharmacie!
- Absolument. C'est une librairie pharmacie. Regardez..."
La vieille dame avait pris un livre sur une étagère et le tendait maintenant à l'homme pâle:
"Dix pages le matin, dix autres à midi, et vingt avant de dormir."
L'homme hocha une énième fois la tête et sortit, le livre sous le bras.
"Vous voyez? Dit Emelina. Ici, on prescrit les livres comme des médicaments.
- Ce qu'ils sont effectivement, reprit la vieille libraire, puisqu'ils aident à guérir l'esprit."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
cccc   11 février 2011
- Où allons-nous ? demanda Lucrecio, tandis qu'ils sortaient de la maison.
- Dans une bibliothèque très spéciale.
Calvino habitait dans la faubourgs de la ville. Tournant le dos au centre, ils marchèrent plus d'une demi-heure avant d'arriver devant un grand bâtiment sombre ceint d'une haute grille rouillée.
"Voila qui ne ressemble pas à une bibliothèque, commenta Lucrecio.
- Normal : c'est un asile de fous, dit Calvino en appuyant sur la sonnette qui jouxtait le portail.
- Mais tu m'as dit que nous allions dans une bibliothèque !
- Je t'ai dit que nous allions dans une bibliothèque très spéciale", précisa Calvino.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
barbeliabarbelia   03 février 2013
"Dix pages le matin, dix autres à midi, et vingt avant de dormir."
L'homme hocha une énième fois la tête et sortit, le livre sous le bras.
"Vous voyez ? dit Emelina. Ici, on prescrit les livres comme des médicaments.
- Ce qu'ils sont effectivement, reprit la vieille libraire, puisqu'ils aident à guérir l'esprit.
- Mais puisque les fous qui vivent ici se prennent pour des personnages de romans, n'est-il pas contre-productif de les encourager à lire ? objecta Lucrecio.
- Bien au contraire, répondit la libraire. Les patients qui arrivent dans notre établissement ont souvent de graves problèmes, et s'identifier à des personnages de romans améliore considérablement leur état.
- Je croyais qu'ils étaient devenus fous à force de lire, comme Don Quichotte.
- Croyez-vous réellement que Don Quichotte soit devenu fou à cause des livres ? [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MllePeregrineMllePeregrine   07 décembre 2013
Je comprends qu'on puisse se prendre pour, mettons, Ulysse, mais comment peut-on se prendre pour L'Odyssée?
- C'est très simple, mon cher. On se prend un jour pour Ulysse, le lendemain pour Pénélope, le surlendemain pour Polyphème...
- Ou pour tous à la fois, dit Calvino.
-Il y a aussi ceux qui se prennent pour un auteur, ou plutôt pour l'ensemble de ses œuvres et des personnages de ses œuvres, poursuivit Emelina. J'aimerais vous présenter notre Andersen, mais il est profondément endormi sur sept matelas, comme la Princesse au Petite pois, et il se lève toujours très tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CDIbrumathCDIbrumath   20 mars 2015
je peut savoir votre nom ?
oui
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : IncertitudeVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18646 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre