AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791037728098
512 pages
Le Lys Bleu (05/04/2021)
4.94/5   8 notes
Résumé :
En admirant le rosier rouge à fleur d'églantier qu'elle lui avait offert, Philippe eut une pensée pour sa petite mère disparue récemment d'usure et d'épuisement à l'âge de quatre-vingt-quatorze ans.
De la lignée bourgeoise aux origines dieppoises de son père, il connaissait tout ou presque. De celles de sa mère, rien ou si peu. Il savait seulement qu'elle était née à Varengeville-sur-mer, qu'elle aimait la mer et les jardins en fleurs.
En admirant l... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
C'est au cours de 2021 qu'on m'a offert ce livre. En plein confinement, j'ai pu me plonger dans cette histoire du siècle passé. Philippe Bouteiller, auteur, fils d'Odette et petit-fils d'Eugénie a su nous introduire dans cette campagne normande où l'amour de la mer est omni présent dans l'âme de cette petite Odette. On voit évoluer cette petite fille dont la condition est bien dure à supporter dans les années suivant la guerre de 14-18. Et pourtant elle tient le cap ! Elle se construit grâce à l'amour maternel.
De plus, cette histoire nous immerge dans le monde agricole. L'auteur par son écriture nous entraine dans les chemins de Normandie, parmi moissons et battages mais aussi dans Paris.
Tout au long de ma lecture, j'ai vécu côte à côte avec Odette et Eugénie. Cette lecture a été une belle expérience et m'a conduite à offrir ce livre à plusieurs reprises
Commenter  J’apprécie          20
C'est une histoire très attachante. Les personnages sont émouvants et on les suit tout au long de leurs vies difficiles, des choix qui s'imposent à eux alors qu'on voudrait modifier le cours de leur vie. Et on partage aussi leurs joies. C'est un témoignage très fort, notamment sur la vie agricole du début du XXe. On apprécie le travail méticuleux en amont pour parvenir à ces descriptions précises des fermes, des champs, des bois, des odeurs, des couleurs ou des bruits ! On vit pleinement avec eux. Merci !
Commenter  J’apprécie          30
Roman splendide, lumineux, drôle et émouvant qui nous embarque dans la Normandie au début du siècle dernier. On est pris par cette histoire simple, à la hauteur des personnages aussi miséreux que dignes, chamboulée par la Grande Histoire qui cabosse les hommes. Dans ce roman, tout respire l'authenticité, la sincérité, l'humanité. C'est une grande fresque et j'ose le dire, oui, une épopée. Ce roman se passe en Normandie, mais chacune ou chacun attaché à sa terre et ses racines y trouvera quelque écho. Il y a un universalisme qui fait frissonner. Merci à l'auteur pour le plaisir et les réminiscences!
Commenter  J’apprécie          20
Je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans ce roman d'une époque disparue dans laquelle on entre avec délice. Les personnages, leurs labeurs, les moeurs, tout dans ce livre est d'une justesse incroyable. A croire que l'auteur y a vécu.
J'ai particulièrement aimé la sensibilité des descriptions qui jalonnent le livre, avec un sens presque cinématographique. Grâce a elles, on ressent les odeurs, on distingue les lumières et les teintes si caractéristiques à la Normandie. de véritables toiles esquissées avec délicatesse.
Commenter  J’apprécie          10
Un livre formidable dont les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres, qu'on porte désormais en soi pour longtemps ! L'auteur ne joue ni au misérabilisme ni à l'enjolivement d'une quelconque "belle époque". Il décrit la vie, souvent terriblement difficile, dans la campagne normande, avec franchise et verve. Une fois entamé, on ne lâche plus l'ouvrage, on s'attache invinciblement aux héros, en priorité à Odette bien sûr. Ce qui est précieux, c'est que l'auteur ne juge jamais : il présente les faits, les personnages, sans parti pris. Ce fut ainsi, ce fut terrible mais il y eut aussi de si beaux moments !...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Le samedi en fin de matinée, Odette pétrissait un gros pain flamand au raisin. La pâte jaune et cireuse lui collait aux doigts et dégageait une odeur acide de levure. Elle la laissait reposer deux ou trois jours sous un linge épais, avant de l'enfourner à four très chaud. Bientôt, des parfums complexes et alléchants de pain chaud et de pâtisserie gagnaient toute la maison, attirant comme des mouches tous les enfants, grands et petits. Ila aimaient assister à la sortie du four de la grosse miche dodue et bien dorée qui laissait encore échapper quelques vapeurs. Odette, suivie de toute une ribambelle de gamins, portait haut le gros pain rond qu'elle déposait religieusement sur la table, au milieu des confitures, du chocolat et de la motte de beurre. Puis, elle saisissait le grand couteau et commençait à découper d'épaisses tranches longues dont la mie, d'une beau jaune d'or parsemé de raisins secs, était cernée d'une croûte ferme et croquante. Les enfants se jetaient sur les morceaux encore trop chauds qu'ils faisaient circuler d'une main à l'autre et qu'ils posaient à même la table devant eux, avant de les enduire d'une épaisse couche de confiture. Souvent, M. et Mme Sagaert partageaient avec leurs enfants ce goûter du samedi et testaient, en avalant une tranche, de la bonne exécution de la recette, avant de féliciter chaudement Odette pour l'équilibre parfait obtenu.
Commenter  J’apprécie          10
En ce début de décembre 1918, la pluie ne cessait de tomber, fine et froide, et s'associait aux fortes rafales de l'aquilon, pour dépouiller les grands arbres de leurs dernières feuilles. La grisaille affadissante du ciel se mariait avec le brouillard stagnant sur la plaine pour fermer l'horizon. Insensible à la récente annonce de l'armistice qui réjouissait les hommes, la campagne à l'abandon , enlaidie de fermes délabrées et de terres de cultures envahies de hautes herbes noircies, respectait scrupuleusement le rythme des saisons et s'endormait à l'annonce du proche hiver.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : témoignageVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Autres livres de Philippe Bouteiller (1) Voir plus

Lecteurs (14) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1679 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}