AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie-Louise Navarro (Traducteur)
EAN : 9782253141631
250 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/06/1997)
3.15/5   72 notes
Résumé :
« Il y avait du sang sur la lune... »
Le fils de l'Empereur d'Occident, Tamino, s'est juré de délivrer la princesse Pamina, fille de la Reine de la Nuit et prisonnière du magicien Sarastro. Très vite, l'amour entre eux est réciproque, mais bien des épreuves attendent les deux jeunes gens avant que ne leur soit révélé le chemin de la Sagesse et la la Lumière...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,15

sur 72 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
6 avis
1
0 avis

Pois0n
  26 mai 2020
C'est par un très indigeste prologue que commence « La princesse de la nuit », nous racontant de façon aussi succincte que floue les origines du monde où se déroule l'histoire... et brouillant la frontière entre fantasy et SF, puisque l'on nous parle de manipulations génétiques en laboratoire. Bref, lorsque l'histoire débute, on ne sait plus trop ce que l'on est en train de lire.
D'aucuns diront qu'il est plus important de se laisser porter par le récit que de vouloir à tout prix y coller une étiquette, qu'au pire, le choix de celle « qu'il faut » (que l'on peut) y apposer se clarifiera plus tard... Oui mais non. Moi, j'aime bien savoir dans quoi je me lance, sinon, je n'arrive justement pas à entrer dans ma lecture, surtout dans ce cas précis : s'agit-il de notre monde des milliers d'années plus tôt ou plus tard, ou bien d'un autre ? Cette confusion est avouée volontaire dans la postface. Oui, ben pas merci, parce que sans ce prologue, j'aurais sans doute moins ramé au début...
Donc, si doute il devait subsister : c'est de la fantasy (de l'oriental fantasy, même), dans un monde où les déserts se transforment en jungle et où la magie est chose courante. Et où, longtemps auparavant, des « créateurs » se sont amusés à jouer au petit chimiste avec les gènes humains et animaux, créant ainsi des hybrides nommés Halflings.
Donc, on entre (difficilement...) dans l'histoire et rapidement, l'on comprend avoir affaire à un conte pour adultes, en reprenant la structure habituelle. A titre d'exemple, Tamino, venu un peu de nulle part, se retrouve chargé d'aller récupérer Pamina. Et ne se pose pas la moindre question, tombé amoureux de la belle après avoir vu son image durant deux secondes. Pamina, de son côté, en fera de même après avoir... simplement entendu parler de lui ! Bien entendu, les personnages devront traverser des épreuves avant d'avoir le droit d'être ensemble...
La trame de fond est donc d'un simplicité confondante, d'autant que si les personnages ne voient pas ce qui est sous leur nez, le lecteur, lui, aura compris d'emblée les tenants et aboutissants de l'histoire. Normal, dans un conte. D'autant qu'à l'origine, l'autrice s'est inspirée d'un opéra grand public.
Néanmoins, tout est quand même vraiment trop commode là-dedans et surtout, semble atrocement artificiel : on procure ou retire aux protagonistes leurs puissants instruments de musique magiques de façon totalement arbitraire, en fonction de leurs besoins du moment (et surtout de ceux de l'intrigue) ; on les soumet à des interdictions, qu'ils enfreignent... sans que ça n'aie la moindre conséquence voire, dans certains cas, qu'au contraire ça leur réussisse ! Bref, on sait que quoi qu'ils fassent, ils parviendront là où ils sont censés aller par quelque pirouette, et tant pis pour la cohérence.
Y mêler des considérations philosophiques de comptoir à la moindre occasion n'était donc pas forcément l'idée du siècle. Certes, il s'agit d'un récit initiatique, mais que des personnages par ailleurs lisses et naïfs se mettent soudain à réfléchir sur la sagesse, la vérité ou le sens de leur vie faute d'avoir mieux à faire sur l'instant, avant de continuer leur aventure comme si de rien n'était donne l'impression assez désagréable d'avoir affaire à un récit-patchwork. Dans un déséquilibre constant entre conte naïf et profondeur forcée, celle-ci a un goût d'ingrédient rajoute à l'arrache dans une recette où il n'y en avait nul besoin. Perso, j'ai beau aimer le chorizo, j'évite d'en mettre dans mon cacao du matin...
Mais ce n'est pas ce qui m'a dérangé tout du long sans que je n'arrive jamais vraiment à mettre le doigt dessus.
Il est donc temps d'aborder le cas des Halflings, ces hybrides entre homme et animal dont le sort est, vous l'aurez deviné, peu enviable. D'un côté, il y a le pays de la Reine de la Nuit, où ils sont réduits en esclavage ; de l'autre, celui de sarastro, où ils sont « bien traités ». le problème, c'est que ceux-ci ne bénéficient pas de « bienveillance », comme ça l'est proclamé haut et fort pendant tout le récit, mais plutôt de la même condescendance que celle dont font preuve les valides envers les personnes handicapées dans le monde réel. Quand on fait partie des concernés, c'est flagrant, notamment à travers l'infantilisation constante à laquelle sont soumis les Halflings. On leur fait passer les « mêmes » épreuves que les humains, mais « à leur niveau » (petit sourire « bienveillant » inclus – d'ailleurs, une fois que Papageno décide de se détourner des considérations philosophiques « trop compliquées pour lui », quand bien même on nous répète à côté qu'il est « pourvu de bon sens », il est purement et simplement éjecté de l'histoire !) ; on répète à tout-va qu'ils faut les traiter en égaux, tout en rappelant sans cesse que ceux-ci sont « inférieurs » et « limités » ; quand l'un d'entre eux, pourtant par ailleurs présenté comme « plus intelligent que la moyenne », en vient à l'agression sexuelle, c'est parce « qu'il ne sait pas dominer ses pulsions » ; dans une situation où Tamino se retrouve à quémander leur aide, celui-ci leur « fait grâce » de l'usage de la force, préférant à la place avoir recours à la « négociation »... pour, au final, ne pas leur laisser vraiment le choix. Et TOUT est comme ça.
Le « petit truc qui gêne » du début devient rapidement un énorme malaise et ce, avant même qu'on l'on ne soit parvenu à identifier précisément la nature du problème. Et bien entendu, on nous présente cette façon de faire comme « positive », mise en contraste avec l'esclavage et les sacrifices ayant cours de l'autre côté de la frontière, sans que jamais le bien-fondé de cette condescendance dégoulinante ne soit remis en question, dans un récit où pourtant à peu près tout y passe. Au final, la place des Halflings dans le récit se borne à mettre en lumière la « bonté » de ceux qui ne leur tapent pas dessus... mais aussi leur supériorité. Sachant que d'un bout à l'autre, la chose nous est présentée sous la forme de races et d'origines... Bref, si, sur la forme, c'est un conte un peu bancal mâtiné de philosophie, sur le fond, c'est tout de même beaucoup plus craignos, sans qu'il soit possible de déterminer si c'est voulu (voire conscient) ou non de la part de l'autrice.
Forcément, inutile de vous dire que ça gâche un peu beaucoup l'ambiance, et en l'occurrence surtout la lecture.
Alors certes, le truc a été écrit dans les années 80 ; certes, il possède l'ambiance propre aux contes merveilleux et certes, Marion Zimmer Bradley possède une très jolie plume... mais vaut-il vraiment le coup d'être découvert plus de trente ans après, avec des défauts aussi énormes ? A chacun de se faire son propre avis sur la question. Après tout, c'est le thème du livre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
starmornielna
  30 octobre 2020
Tout d'abord, je tiens à remercier grandement Babelio et les éditions Pygmalion pour l'envoi de cet ouvrage suite à ma participation à la Masse critique Mauvais genres ! Marion Zimmer Bradley est une célèbre autrice de fantasy que, je l'avoue, ne connaissais pas. C'était donc l'occasion de la découvrir à travers La Princesse de la nuit. Ce livre est une réécriture du très célèbre opéra de Mozart, La Flûte enchantée (1791). La Princesse de la nuit a été publié en 1985 aux États-Unis, avant d'être traduit et publié en France pour la première fois en 1996 par les éditions Pygmalion. Aussi, la maison d'édition a donc réédité ce livre presque vingt-cinq ans après la première publication !
Avant toute chose, je souhaitais évoquer le prix du livre que je trouve assez élevé. L'ayant eu gratuitement je n'ai pas à me plaindre, cependant malgré cela j'avoue avoir été assez surprise en le découvrant sur la quatrième de couverture. Pour un livre aussi court, avec une couverture plutôt classique, il coûte 19,90 euros. Je sais que les livres de fantasy coûtent souvent chers, La Princesse de la nuit a été imprimé en France et l'autrice est célèbre. Mais quand même, il ne fait même pas 300 pages ! Si nous avions un bel objet-livre avec une couverture très travaillée je pourrais comprendre, or ici ce n'est à mon sens pas le cas, certains détails laissent quelque peu à désirer. Par exemple ce rond de la lune qui a clairement été ajouté sur Photoshop, et qu'ils auraient au moins pu prendre la peine d'en estomper les contours…
Pour en revenir au livre, j'ai eu beaucoup de mal à le lire, bien qu'il soit très court (277 pages). Je me suis sentie très mal à l'aise à certains moments de lecture et ce sentiment s'est renforcé à mesure que j'approchais de la fin de l'ouvrage. L'écriture de cette chronique a été également difficile à faire car je n'arrivais pas à comprendre d'où venait le problème. Beaucoup de choses m'ont véritablement dérangée et m'ont empêchée d'apprécier la plume de l'autrice et son univers. Je tiens à préciser que je ne suis pas une amatrice d'opéra, je n'y connais pas grand-chose, et bien que je connaisse La Flûte enchantée de Mozart, je n'avais jamais lu son histoire. Aussi, pour améliorer ma compréhension et ne pas porter de jugement relevant d'une méconnaissance de l'oeuvre d'origine, j'ai lu plusieurs résumés de l'opéra et je l'ai même écouté en entier (merci la chaîne Youtube ClassicMania). Bon c'était en allemand, je n'ai pas compris grand-chose, mais cela m'a permis d'en ressentir l'ambiance. Et c'était fort agréable, je pense que si j'en ai l'occasion j'irai volontiers en voir une représentation. J'ai également lu pas mal d'article analysant la pièce, c'était très intéressant. Aussi, ce n'est pas l'oeuvre originale qui m'a dérangée mais bien la réécriture de Marion Zimmer Bradley.
Pour résumer l'histoire, nous suivons donc le prince Tamino, provenant de l'empire lointain d'Occident, qui doit se rendre en Atlas-Alamesios pour se soumettre aux épreuves du grand Temple de la Sagesse. S'égarant en chemin, il se fait attaquer par un dragon et est sauvé par les trois filles de la Reine de la Nuit. Il rencontre également Papageno, un halfling homme-oiseau oiseleur et esclave de la reine. La Reine de la Nuit profite de la présence de Tamino pour lui faire une offre : il sauve sa fille Pamina qui s'est faite enlever par le Grand Prêtre sarastro et en échange il a le droit de l'épouser. La Reine lui confie une flûte enchantée qui pourra l'aider à mener sa tâche à bien, ainsi qu'un carillon. Immédiatement amoureux de la princesse après l'avoir vue sur le miroir de la Reine, il accepte le marché et s'en va la sauver avec Papageno.
Le livre commence avec un prologue de six pages racontant la création du monde dans lequel va se dérouler notre histoire. Il explique plus précisément les origines du monde, les enjeux politiques et l'origine du désaccord entre la Reine de la nuit, aussi appelée la Reine des étoiles (ne me demandez pas pourquoi…) et le prêtre sarastro. J'ai trouvé ce prologue assommant. Les informations sont lourdes, compliqués et condensées. Honnêtement, je n'ai pas tout compris même après plusieurs lectures… Il aborde notamment la manipulation génétique que les « Créateurs » ont utilisés pour créer les halflings, ces hommes-animaux que l'on retrouvera dans tout l'ouvrage. Je ne comprends pas l'intérêt de débuter un roman avec un tel prologue. C'est sûr qu'il faut bien expliquer l'univers, mais ça aurait peut-être été mieux de le distiller dans l'ouvrage que d'en faire ce bloc indigeste ! Concernant l'histoire en générale, l'autrice a repris la trame de l'opéra de Mozart, en y ajoutant les éléments révélés dans le prologue : des êtres mi-hommes mi-animaux, de la magie et des dragons.
En revanche, en comparant avec ce que j'ai lu, les caractères des personnages sont bien respectés, ainsi que les thématiques abordées. On retrouve donc Papageno, naïf et peureux, qui n'aspire qu'à une vie simple avec une compagne qu'il a peur de ne jamais trouver ; la Reine de la Nuit, manipulatrice, puissante et cruelle ; Monostatos l'obsessionnel ; la dualité entre l'ombre et la lumière ; le récit initiatique, l'importance de la connaissance et de la sagesse ; les épreuves de la terre, de l'air, du feu et de l'eau ; et bien sûr Pamina et Tamino qui vont devoir affronter ces épreuves du Temple.
A l'opéra, l'histoire de la Flûte enchantée est racontée par les personnages, mais aussi par la musique, les décors, le travail scénique, etc. Ici, ce n'est pas le même média, aussi je pense que c'est ce qui m'a le plus gênée. J'ai eu l'impression qu'à trop vouloir ne pas dénaturer l'oeuvre d'origine, Marion Zimmer Bradley a oublié qu'elle écrivait un livre. Alors oui, il y a tout un univers de fantasy qui a été tissé autour de l'histoire principale, avec la magie et les hommes-animaux. Mais à côté de ça, les personnages sont lisses et creux.
Je prends pour exemple la romance. Si, à l'opéra elle enchante, c'est que les émotions sont transmises par la musique et pas seulement par les mots. Dans cet ouvrage, cela se résume à Tamino qui voit la princesse et en tombe éperdument amoureux, et Pamina qui apprend qu'un prince qu'elle ne connaît pas est amoureux d'elle et tombe amoureuse de lui… Alors oui, cela respecte l'oeuvre originale, mais je trouve que dans un livre de fantasy ça sonne vide. J'aurais fortement aimé plus de profondeur aussi bien chez les personnages que dans les sentiments qu'ils ont les uns pour les autres.
Le récit, parce qu'il est initiatique, nous dispense beaucoup de philosophie en rapport avec les épreuves que franchissent Pamina et Tamino.
Cependant, j'ai trouvé que le propos était trop noyé dans du mysticisme et que du coup ça alourdissait grandement la lecture. J'ai été très gênée par certaines explications philosophiques du texte, notamment lorsque cela parle des femmes. En plus d'être immédiatement sexualisées (chaque fois qu'une femme apparaît, on parle de ses seins), les femmes sont soit des ennemis, soit des accompagnatrices de l'élévation du héros. A la fin de l'épreuve de l'air, le prêtre explique à Pamina et Tamino que s'ils ont réussi c'est que Pamina a pu utiliser sa magie, et que Tamino a fait preuve d'humilité en laissant plus faible que lui le sauver. C'est ce type de discours, égrainé au fil du texte, qui m'a mis bien mal à l'aise. Encore une fois, je ne connais pas assez bien l'opéra pour savoir si c'est la même chose dans La Flûte enchantée de Mozart, mais le texte actuel a été écrit dans les années 1980 et non au dix-huitième siècle, aussi ça aurait été plaisant de lire quelque chose de plus moderne concernant le rôle de la femme. D'autant plus quand j'ai lu que l'autrice été habituellement considérée comme féministe. Ou alors, je me trompe totalement et je n'ai pas compris le bon message…
Enfin, s'il y a bien quelque chose d'étrange dans ce roman c'est les halflings. Ces personnes mi-hommes, mi-animaux créent le malaise. Représentés souvent de manière grotesque, ils sont soit réduits en esclavage chez la Reine de la Nuit, soit infantilisés et discriminés chez sarastro. À chacune de leur apparition, je me suis demandée : pourquoi avoir fait ça ? Entre ces femmes-loutres qui donnent des envies sexuelles au héros (les seins tout ça…), les hommes-dauphins et surtout Papageno qui a l'air d'être si stupide, c'est le malaise. Pourtant, Papageno est un personnage très important dans La Flûte Enchantée, il aide le héros dans sa quête. Il n'y avait pas besoin d'en faire un halfling, comme si sa condition justifiait le fait qu'il soit lâche et naïf ! Et puis, finalement, il n'apporte rien de plus à l'histoire à part des réflexions philosophiques pleines de condescendance et de discrimination positive sur les droits et l'intérêt de ces êtres. le livre se termine sur une fin que j'ai trouvé expédiée. Il aurait été plaisant de savoir ce qu'il était arrivé aux personnages secondaires, mais non, on ne les reverra plus.
J'ai beaucoup écrit finalement sur ce livre, et je pourrais en dire plus encore, mais je vais m'arrêter là sinon personne ne lira jusqu'à la fin ! Cette réécriture de la Flûte enchantée ne m'a pas du tout convaincue. J'ai été particulièrement déçue par ce roman, je m'attendais à plus de merveilleux, de poésie et d'émotions. Au lieu de cela, je me suis sentie régulièrement mal à l'aise ou dans l'incompréhension pendant ma lecture. Certes, l'ouvrage est bien écrit, et il respecte la trame originale de l'opéra et son déroulement, mais ça n'a pas du tout fonctionné avec moi. Je n'ai pas l'impression qu'il ait apporté quelque chose à l'oeuvre d'origine. Mozart avait créé cet opéra à destination de tous, avec plusieurs niveaux de lecture. Or ici, sans une connaissance approfondie de l'opéra, il est difficile d'apprécier l'ouvrage. On perd donc cette ouverture à tous et c'est dommage ! Je trouve que l'on perd également l'aspect enchanteur au profit d'un lourd discours philosophique souvent bien trop mystique pour vraiment comprendre ce qu'il se dit. le point positif sur lequel j'aimerais conclure, est que grâce à ce texte, et bien que je ne l'aie pas aimé, j'ai pu découvrir La Flûte enchantée. Cet opéra est magnifique, je vous encourage vivement à aller l'écouter ou bien même le regarder !
Lien : https://lesaffamesdelecture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
laulautte
  18 mai 2015
Avec la Princesse de la nuit, Marion Zimmer Bradley a « voulu simplement [...] rejouer [...] un air magique » celui de la Flûte Enchantée, l'opéra le plus populaire de Mozart.
La Reine de la Nuit charge le jeune et courageux Tamino, prince du royaume d'Occident, de secourir sa fille, la princesse Pamina, enlevée par le mage sarastro présenté comme un tyran. Pour sauver l'élue de son coeur Tamino sera accompagné de Papageno un homme-oiseau, esclave au service de la Reine, et se verra confier la Flûte Enchantée pour accomplir son dessein. Son parcours le conduira au Temple de la Vérité où il sera mis à l'épreuve par le mage sarastro, comme le seront Papageno et Pamina, lors d'un rite initiatique afin d'atteindre la Sagesse et leur propre Illumination.
La Princesse de la nuit est un conte de fée initiatique inspiré des rites de la franc-maçonnerie chère à Mozart et à Emanuel Schikaneder, auteur du livret, ami et « frère franc-maçon » du compositeur ; un récit enchanteur qui, malgré quelques libertés prises par l'auteure pour faire de l'univers et des personnages fantasques du livret de l'opéra un monde merveilleux peuplé d'êtres fabuleux, m'aurait un peu plus enchantée et convaincue si elle avait fait un peu plus de place à l'improvisation pour nous délivrer un roman de fantasy dont elle avait le don et la maîtrise avec sa célèbre « baguette » magique à l'instar des plus grands chefs d'orchestres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Slava
  25 septembre 2015
Un jeune prince, du nom de Tamino, affronte un dragon avant de tomber dans les pommes. Quand il se réveille, il fait la connaissance d'un homme-oiseau coloré et d'une grande reine, la Reine de la nuit. Celle-lui lui confie une tache : celui de sauver sa fille, Pamina, des griffes du magicien sarastro qui l'a enlevé... Tamino parvient à retrouver Pamina et s'amourache d'elle mais bien des épreuves vont faire obstacle...
Si vous reconnaissez ce scénario, c'est normal, c'est directement l'histoire de la Flute enchanté, chef d'oeuvre d'opéra du majestueux Mozart. Adapté par la romancière Marion Zimmer Bradley, le transposant de manière littéraire tout y ajoutant quelques modifications.
Déjà, ce livre est particulier : il faut aimer et connaitre l'opéra sinon cela ne marche pas. Car il peut paraître mièvre, trop naïf, trop axé sur l'amour... Pourtant, c'est un peu l'essence de l'opéra qui à la base, est pour petits et grands...
Ensuite, les ajouts de l'auteure sont intéressants mais malheureusement un peu sous-exploité : notamment la présence des Haflings, les hybrides d'humains et d'animaux et leur situation proche de l'esclavage,. Cela aurait été très enrichissant d'approfondir le point mais cela reste léger.
Les personnages sont singuliers, attachants, même si leur personnalité est un peu survolé. Je dois avouer que j'ai accroché au récit grâce à mon personnage préféré de l'opéra et du roman : Papageno, l'homme-oiseau apportant la touche comique, symbolisant aussi notre humanité moyenne.
Evidemment, le défaut est que plein de situations sont prévisibles mais quand on connait l'opéra, c'est sûr que dans le livre, on le sait par coeur...
Et l'écriture jolie de Zimmer Bradley mais toujours porté sur les sentiments, l'amour, parfois un peu fleur bleue.
Un livre particulier, à lire si on adore l'opéra de Mozart.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ophelien
  14 mai 2021
Tamino, prince du royaume d'Occident, part dans une quête où il doit passer des "épreuves". Sur sa route il va rencontrer la Princesse de la nuit, qui va lui demander de retrouver sa fille Pamina, captive du magicien sarastro.
On évolue dans un monde magique, un pays "changeant" où les hommes côtoient des "hommes animaux" : les Halflings, mélange inférieur à la race purement humaine.
Je ne connais rien de "La flûte enchantée" donc ici je vais strictement me consacrer à donner mon avis sur ce roman et rien d'autre.
La promesse d'une quête et d'un pays magique me faisait plutôt rêver mais j'ai vite été déçue et ce, pour plusieurs raisons :
- Les personnages sont creux : Tamino tombe éperdument amoureux de Pamina et inversement en un claquement de doigts. Ils ont parfois des réactions bébêtes.
- L'action est très peu présente : tout se résout par un petit souffle dans la fameuse flûte et le tour est joué. Les épreuves se déroulent donc très facilement, même trop facilement pour ma part. Ironie du sort : même quand le compagnon du héros ne respecte pas les règles des épreuves... il gagne. Logique ??
- Les clichés sont assez aberrants : les Halflings inférieurs, le héros qui ne peut s'empêcher de reluquer les parties féminines de toutes les protagonistes, et d'être même excité à des moments inopportuns.
- Niveau philosophie on repassera : on nous répète que les Halflings sont inférieurs, mais que ce serai bien de les traiter comme des Hommes, mais finalement personne ne le fait. On nous montre qu'ils ont des instincts primaires, mais j'ai envie de dire : le héros, qui est purement humain, ne peut s'empêcher d'être excité dès qu'il voit une femme-loutre par exemple. Et lui ses instincts primaires ? Logique ??
Ce livre a été écrit dans les années 80, ça se ressent par le style de l'auteur mais quand même, il y a de nombreuses incohérences qui m'ont assez agacée.
Très déçue !

Même si c'est un livre assez court, ma lecture aura été pénible et longue...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
laulauttelaulautte   25 avril 2015
- [...] quand le sang envahit la lune, le peuple tremble et, rendu hystérique, réclame un sacrifice. Nous le lui accordons afin qu'il s'en prenne ni aux prêtres ni aux grands dignitaires. De nombreux ignorants pensent aussi que ces phénomènes interviennent à cause de leurs péchés. Distraits par le rituel d'un sacrifice, ils oublient leurs fautes imaginaires, recouvrent leur calme et retournent ensuite à leurs occupations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SlavaSlava   25 septembre 2015
La vielle femme lui reprit ses clochettes et se mit à jongler avec elles, la gourde de vin et l'une des bottes de Papageno abandonnée sur le sol, faisant preuve d'une extraordinaire dextérité, de souplesse et de grâce.
-Quel âge avez-vous donc, grand-mère ? demanda Papageno, les yeux écarquillés.
Elle pouffa et répondit d'une voix jeune et claire :
-Vingt ans et un jour exactement.
-Ah ! Ce jour a du être très long, s'exclama l'homme-Oiseau incrédule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Talinna9Talinna9   13 août 2018
"Au commencement fut le serpent, puis plus tard, on raconta parmi les hommes que la race du Serpent était apparue la première, aidant en quelque sorte les mains des Créateurs à façonner l'homme. En ce temps là la race du Serpent n'était pas connue sous le nom de "Halflings" mais sous le nom de "Genre Humain" ou de "Fils du Singe".
En ce temps-là, nous dit-on encore, au milieu de l'année, quand le soleil entame son lent retour dans la Nuit de Grande Obscurité, le Seigneur-Serpent s'accoupla en grande cérémonie avec la Prêtresse de la Nuit. Ce fut également ainsi que le sang du Serpent pénétra dans la famille de la Maison de la Nuit et dans le sang même des prêtresses. La première d'entre elle, appelées les Filles de la Lune et des étoiles, fue connue alors sous le nom de Reine de la Nuit, et plus tard de Reine des Etoiles".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
issablagaissablaga   16 novembre 2013
Si je ne peux avoir accès ni à l'Illumination, ni à la Sagesse, la vérité m'en ouvrira peut-être le chemin, se dit Tamino, se décidant à frapper cette fois sur l'un des montants en bois, sans obtenir pourtant de résultat. Un grand silence succéda en effet à ses martèlements, un silence profond semblant devoir se prolonger éternellement.
Commenter  J’apprécie          20
Pois0nPois0n   26 mai 2020
Papageno exhala un long soupir de découragement.
– Ils nous ont complètement oubliés !
– Mais non. Aie confiance ! dit Tamino pour le rassurer. Tôt ou tard, ils vont venir, c'est certain.
– Probablement plus tard que tôt, ça c'est sûr, glapit l'homme-Oiseau entre des dents.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Marion Zimmer Bradley (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marion Zimmer Bradley
Coup de cœur | Les dames du lac de Marion Zimmer Bradley Vous aimez les légendes arthuriennes ? Qu’attendez-vous pour vous lancer dans les Dames du Lac ?!
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Généalogie Arthurienne selon Marion Zimmer Bradley

Fille de Ygerne et de Gorlois, Duc de Cornouailles, je suis l'enseignement des prêtresses de l'Ile Sacrée d'Avalon pour succéder à ma tante Viviane, la Dame du Lac, je suis (la Fée):

Morgause
Niniane
Elaine
Morgane

14 questions
69 lecteurs ont répondu
Thème : Les Dames du lac, tome 1 de Marion Zimmer BradleyCréer un quiz sur ce livre

.. ..