Accueil Mes livres Ajouter des livres
Découvrir
Livres Auteurs Lecteurs Critiques Citations Listes Quiz Groupes Questions Prix Babelio
EAN : 9798649120678
107 pages
Auto édition (14/06/2020)
4.19/5   18 notes
Résumé :
Pandémoniaque, entre Stephen King et Evil Dead

Dans le paisible village français de Cuers, dans le Var, une simple blague entre amis va déclencher la colère d'une force maléfique. Mais pourquoi se déchaîne-t-elle ? La victime est-elle si innocente qu'elle ne paraît ?

Premier livre de la Collection Horreur de CardavebooK Editions, le Pandémoniaque de David Cardavebor nous entraîne au fond de l'horreur, celle qui se tapit dans l'âme humai... > Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 18 notes
5
5 avis
4
10 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

AdelineRogeaux
  23 avril 2021
Jetons un oeil sur la couv' les amis !
Une tronche qui tire la langue avec une peau craquée, un truc chelou derrière, comme dit dans le résumé : on part sur un semblant de Evil Dead (une trilogie que j'adore de tout mon coeur). L'image m'a amusée sérieux ! Et le résumé est bien vendeur ma foi. J'avais hâte de voir la blague en question, et voir le retournement de situation, car vous le sachez, nous le sachons : on ne joue pas avec les esprits bordel de fleur !
Donc, t'as lu, t'as vu, t'es revenue, et puis ?
Ouais, j'suis revenue, et agréablement surprise. J'vous raconte un peu l'topo.
Le personnage principal (qui n'a pas de nom, appellons le donc Roudoudou) raconte un "souvenir" dès l'entrée dans le nouvelle. Il parle d'un âge où, avec une amie (petite amie de l'époque) ils ont tenté de faire une sale farce à d'autres amis.
Et à partir de là, tout part déjà en vrille avec des manifestations paranormales violentes.
Alors j'ai été un peu embêtée par le début, pas tant par le ton ou la plume, mais par les desciptions. L'auteur a voulu montrer de fond en comble la maison et ça m'a paru très long. J'sais bien qu'il faut se mettre dans l'ambiance, il a d'ailleurs fait ça très correctement, mais moi j'suis pas fan des descriptions qui font plus d'un paragraphe, je décroche vite.
Heureusement, on part après directement dans le truc avec la blague foireuse qu'ils préparent. Et en même temps, Roudoudou il a des réminescences de souvenirs (dans le souvenir donc) d'une femme avec un bébé qui braille, l'image qui se dessine alors dans l'esprit est assez glauque, et plusieurs fois, je me suis demandé "mais qu'est-ce qu'elle vient faire ici la donzelle là ?".
Les manifestations et expériences venues d'ailleurs sont dosées brillamment, ici et là, carrément sur un ton de normalité parfois, et j'ai adoré cet effet. Y a de la recherche, de l'originalité dans le scénario (malgré ce qu'on peut en penser en lisan "Stephen King" et "Evil Dead" dans le résumé)
On sent bien le rapport entre les univers culturels mis en avant et l'histoire et tout ça m'a semblé cohérent de bout en bout.
Un gros bémol pour moi : les flash-back incessants qui n'étaient pas séparés du reste de l'histoire (par une astérisque, un chapitre ou autre), d'ailleurs y a aucune séparation, toute l'histoire est là et on n'a pas de pause hélas, cependant, ça se lit tellement d'une traite que c'est pas dramatique.
La fin m'a surprise, mais j'ai eu une sensation de "ça va trop vite tout à coup bon sang !", et je me suis souvenue de l'effet voulu de l'auteur, et en effet, dans Evil Dead encore une fois, à partir du moment où tout part en steak, ça va vite et ça dépote, on a le même effet ici et c'était super. Je m'attendais pas à ce final, j'ai presque eu envie de relire le livre pour voir les indices semés !
L'auteur a joué avec les codes du genre, et, chose rare, y a vraiment des effets de surprise. Avec un arrière goût des années d'avant, et même un fait divers réel pour ajouter de la densité à l'histoire, on s'immerge facilement dans ce Cuers (dans le Var) et dans la noirceur qui envahit les jeunes de la maison.
La plume de David est vraiment travaillée, on voit les efforts pour éviter les répétitions, y a une réelle variété de mots, choisis, cohérents. le vocabulaire est riche. Une vraie passion des mots, et ça se ressent.
En conclusion, c'est une belle histoire qui mériterait plus de matière, et moins de descriptions pas forcément utiles. (sauf celles du meuble, je ferais gaffe à mes futurs achats à l'avenir)
Mais c'est pas fini !
Et ouais poto, à la fin de l'histoire, y a une petite nouvelle d'une dizaine de pages ! Sisyphos, à laquelle je n'ai pas du tout accroché cependant, j'ai trouvé le jeu de répétition un peu trop poussé à mon goût (et je suis fan des répétitions et autres effets de style qui appuient bien les propos). Belle plume, on ne peut que la lire quand même, et ce n'est pas elle que je note aujourd'hui, donc ça roule Raoul.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          2 0
Yumiko
  11 juin 2021
Comment résister à une novella d'horreur ? Pour moi, c'est tout bonnement impossible, tellement j'aime ce genre littéraire. C'est donc avec une grande curiosité que j'ai entamé cette histoire qui nous promettait une bonne dose de frissons et qui, disons-le clairement, a bien tenu toutes ses promesses. Même si je dois admettre que j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire au tout début. Pourtant, la façon dont l'auteur entame son histoire est bien trouvée et aurait dû, en principe, me permettre d'entrer tout de suite dans le récit. Mais là, cela n'a pas fonctionné, trop de descriptions je pense.
Mais une fois le décor planté et la roue infernale lancée, je me suis totalement laissée happer par cette histoire sombre et vraiment bien glaçante. Tout commence avec ce qui ne devait être qu'une mauvaise blague en faisant croire à la présence d'esprits. Mais ce qui ne devait être que pour rire, va se transformer en un enfer sans nom qui va plonger nos personnages dans l'horreur absolue.
Car à trop jouer avec le feu, il se pourrait bien qu'on finisse par se brûler, mais sans être jamais capable de l'éteindre. Et c'est bien ce que nos personnages vont découvrir à leurs dépens quand des événements plus qu'étranges vont commencer à se produire autour d'eux. de plus, l'entité qui va transformer leur vie en cauchemar n'est pas là par hasard et est bien décidée à mener son projet à son terme, quelle qu'en soit la façon.
L'auteur nous offre une histoire vraiment bien construite et qui fait frissonner de bout en bout. Nous ne sommes pas dans un simple récit démoniaque, mais dans un ouvrage qui va plus loin et qui montre à quel point certaines actions peuvent avoir de terribles répercussions. C'est passionnant, palpitant, effrayant, et la fin est à la hauteur de tout le reste, nous montrant à quel point l'auteur a bien pensé son histoire de bout en bout.

Les personnages tiennent bien leur rôle et si nous ne nous attachons pas forcément à eux, nous vibrons avec eux face aux événements auxquels ils doivent faire face et qui sont tous plus effrayants les uns que les autres. A souligner aussi que l'ouvrage contient deux nouvelles, et que je viens de vous parler surtout de la première. Concernant la deuxième, elle est beaucoup plus courte et je dois admettre que j'ai beaucoup moins accroché. Mais rien que pour Pandémoniaque, il vaut la peine de lire cet ouvrage !
En bref, je cherchais le frisson et je l'ai largement trouvé ici, donc je suis ravie d'avoir tenté l'aventure en lisant cet ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          6 0
Melaniedesforges
  17 avril 2021
I. de l'horreur, oh oui !
Alors, parfois on te vend de l'horreur et finalement, c'est du fantastique qui bouge un peu +, mais ça va pas chercher + loin. Est-ce que c'est le cas ici ? Non ! Pas du tout, là on est vraiment sur de l'horreur. Tu retrouves des thématiques très années 80 qui viennent apporter leur touche de nostalgie. En même temps, l'auteur ne s'en cache pas ! Dans sa com' il te parle de Stephen King et d'Evil Dead.
Alors, je nuancerais peut-être un peu. Pour moi, la comparaison avec Stephen King n'est pas forcément la meilleure. Stephen King a un style très simple et épuré. On est sur des thèmes plutôt relatifs à la folie ou la noirceur humaine et c'est pas forcément le cas dans Pandémoniaque. Dans le roman de David Cardavebor, on est vraiment sur le thème des démons, de la possession. Quelque chose entre l'Exorciste et oui, en effet, Evil Dead. La plume aussi ! La plume horrifique de l'auteur se rapprocherait plutôt des auteurs d'un ancien siècle.
II. Quelques difficultés pour rentrer dans l'histoire
Alors, au début, j'ai eu un peu de mal à dompter la bête. Pourquoi ? Je pense que c'est vraiment personnel et que tu n'auras surement pas le même problème que moi. En gros, je vais peut-être me répéter à force, mais j'ai une préférence pour les textes simples, directs et cashs. En gros, je suis un peu simplette et les envolées lyriques, ça peut vite me perdre.
La plume de l'auteur est très belle, là, je ne peux que confirmer. Il fait de belles phrases, il joue très bien avec la langue française et il se lance dans de prodigieuses descriptions qui ne sont pas du tout barbantes. le seul problème, c'est que tout ça, ça a tendance à me faire décrocher. Encore une fois, je ne dis pas que ça vient de l'auteur ! C'est vraiment un truc entre moi et moi-même, mais j'étais obligée de t'en parler.
Tout ça, ça m'a empêché de vraiment ressentir la tension dès le début du récit, de vivre l'angoisse des personnages. Je restais un peu en surface sans ressentir dans mes tripes la violence des mots que je lisais.
Et puis arrive ce moment où le personnage principal revoit une série de flashs tout droit venus de son passé. Ça a pas vraiment aidé, ça aussi. J'avais déjà du mal à m'ancrer dans le présent et là on me balançait de scène en scène sans me laisser le temps de digérer.
Et finalement, au fur et à mesure, je me suis faite à tout ça.
III. Et là on comprend !
Je vais pas mentir, à cause de la petite phrase en couverture, j'ai commencé plus ou moins à comprendre le dénouement. Sur le coup, ça m'a fait bizarre. Ça et d'autres éléments commençaient à me travailler. Et puis je me suis souvenue du résumé : « Entre Stephen King et Evil Dead« . Mais oui ! C'est ça ! Evil Dead !
Ça ne servait à rien d'insister à vouloir lire cette novella comme un récit glaçant et ultra sérieux, à vouloir que le suspens me tienne dans le noir complet jusqu'au bout. Mais bordel, depuis le début je lisais mal ce bouquin ! Ça serait comme regarde Evil Dead et le critiquer parce qu'il ne fait pas assez peur, parce qu'il n'est pas assez dark, parce qu'il ne prend pas aux tripes. MAIS C'EST PAS LE BUT A LA BASE !
En fait, ce bouquin se trouve vraiment à la frontière entre le pur livre d'horreur et la parodie de genre. Assez sérieux pour faire illusion mais trop atypique pour que tu n'aies pas un doute.
IV. L'après-lecture
Franchement, je dois bien avouer que cette fin m'a pas mal convaincue ! Alors oui, j'avais un peu senti le truc venir, mais il n'empêche que je trouve que tout s'emboite bien et que les petits reproches qu'on pouvait faire au fur et à mesure de la lecture sont balayés en bouclant le bouquin.
Et puis, il y a un élément aussi dont je dois te parler. La novella n'est pas seule. Non, non, non ! Il y a un petit texte juste après, pas très long, c'est l'histoire de quelques pages. Eh bien, ce petit texte, je l'ai trouvé très agréable à lire. C'était vraiment une bonne façon de terminer la lecture. Je dirais presque qu'il m'a même d'avantage plu.
V. PÉPITE OU PAS PÉPITE ?
La plume de l'auteur est vraiment très élaborée et très belle. Il arrive à avoir une écriture complexe sans pour autant perdre en fluidité et ça c'est un exploit. Il y a une vraie qualité dans ses écrits et on sent le travail derrière tout ça. Après, à titre totalement personnel, j'ai du mal à établir une connexion avec ce texte et à ressentir pleinement les émotions. Je pense que je ne suis pas réceptive à la façon d'écrire de l'auteur, parce que je suis capable de reconnaitre que c'est une très bonne histoire.
Tu sais, ça arrive parfois, tu lis un roman, tu reconnais que c'est très bon, tu peux même te dire que c'est un chef d'oeuvre et pourtant, tu ne ressens pas cette étincelle que tu devrais ressentir. C'est ce qui s'est passé ici. Je suis sûre qu'il fera le bonheur de beaucoup de lecteurs et moi-même j'ai trouvé la lecture agréable, mais je sais que mon enthousiasme face à Pandemoniaque est en deçà de ce qu'il mérite.
Je t'invite vraiment à lire d'autres avis parce qu'il mérite qu'on s'y penche et comme je suis passée à côté de ma lecture, je n'arriverai pas à lui rendre justice.
Lien : https://www.melaniedesforges..
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          1 0
Caran
  11 juin 2021
J'ai terminé ce recueil de nouvelles il y a de cela quelques heures et au final, j'ai tourné la page avec un sentiment positif. L'avantage de lire plusieurs lectures en parallèle, c'est que les plus mauvaises font ressortir plus facilement les qualités des autres. Et ici, il est clair que j'ai apprécié les deux univers pour lesquels l'auteur m'a adressé des invitations. Etant moi-même un lecteur de Stephen King, il est clair que je vais pouvoir comparer. Toutefois, comme je n'ai pas encore exploré l'univers d'Evil Dead, il est clair que là, je risque d'être un peu plus dans la difficulté pour faire la comparaison. C'est peut-être mieux dans un sens car au moins, je ne serais pas influencé. En tout cas, sans perdre la moindre minute, je passe de suite à la rédaction de mes fameuses listes.
Points négatifs :
- Des répétitions.
- L'horreur. Elle n'a pas été assez forte pour moi et je le regrette. Habitué à en lire et à en regarder, j'aime bien les histoires qui me poussent à me réfugier dans l'un des coins de mon salon. Là, j'aurais tendance à me recroqueviller et à me balancer d'avant en arrière, me rendant compte par la même occasion que ma mère, ben je l'aime. Et ici, hélas, je ne me suis pas montré impressionné. de plus, les histoires d'horreur tirées sur la frayeur que peut engendrer un diable sous un toit est un sujet assez récurrent… D'ailleurs, elle était le thème principal de l'une de mes récentes lectures d'horreur, à savoir Amityville.
Points positifs :
- La taille aléatoire des nouvelles.
- le point fort de ce petit roman est la plume de l'auteur. Je l'ai aimé car grâce à cette dernière, j'ai pu effectué un petit retour dans mon propre passé. En effet, étant l'un des nombreux enfants ayant vu le jour et ayant poussé au sein des années 80, j'ai beaucoup aimé y trouver certains termes liés à mon enfance. Y lire « mon amoureuse » m'a fait sourire et m'a ramené aux nombreuses cours de récréations dans lesquelles j'ai pu m'amuser.
- Effectivement, j'ai pu trouver une ambiance Stephen King dans les deux nouvelles, surtout la première. Bon, c'est la plus longue donc, forcément, la comparaison a pu se faire. Tout comme King, David se plaît à placer quelques pièces de puzzle qui donnent l'impression d'être une expression farfelue d'un esprit fortement imaginatif. Des morceaux qui viennent vraiment de l'horreur à l'état pur mais tout comme King, on retrouve ces éléments bien plus tard dans le texte et cette fois, ils y trouvent non seulement leur place mais aussi leur raison.
- Enfin, et je tiens à le rédiger car c'est un détail qui se fait très rare dans les romans désormais : pas une seule coquille. D'ailleurs, j'ai retrouvé une expression que j'avais tendance à mal orthographiée, comme à peu près tout le monde je pense : à main droite et à main gauche. Jusqu'à présent, je pensais que c'était à ma droite et à ma gauche. Comme quoi, chaque lecture nous aide à combler certaines lacunes.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          0 0
Khiad
  05 février 2021
Je voudrais tout d'abord commencer par remercier David Cardavebor de m'avoir proposé la lecture de son livre, via le site SimPlement.
Concernant la couverture, je ne suis pas fan de la tête (bien que cela ait un petit côté à la Saw), néanmoins elle remplit son office et nous annonce d'entrée de jeu l'ambiance du livre. Si l'on ne s'est pas donné la peine de lire le résumé ou de voir que cet ouvrage fait partie de la collection horreur, la couleur noire prédominante ainsi que les deux têtes nous montrent bien que nous ne trouverons pas de licornes à paillettes en train de joyeusement galoper au bord de l'océan. ;-)
Concernant le titre, je pensais que c'était un mélange entre Pandémonium (la capitale imaginaire de l'enfer) et démoniaque. Mais en fait non, ce mot existe et vient bien de pandémonium, tout en étant calqué sur démoniaque. J'avais presque tout bon. lol
Encore une fois, l'auteur nous annonce clairement la couleur de ce qu'il nous propose.
Concernant la plume, je l'ai trouvée fluide et agréable, bien dosée dans l'horreur. David Cardavebor sait aussi très bien gérer son rythme selon l'action et la psychologie des personnages alternant entre des phrases de taille standard et des phrases courtes, rapides et qui s'enchainent nous montrant l'instabilité du personnage. J'ai beaucoup aimé.
Seul petit bémol, cette novella ne contient aucun chapitre, aucune partie. Il n'y a pas non plus de séparation entre les différents sauts dans le temps. Je trouve ça un peu dommage parce que, pour le coup, c'est compact...
La narration se fait à la première personne du singulier, ce qui nous permet de nous immerger totalement dans la tête et la psyché du personnage principal, dans la fin des années 80.
J'ai aimé le fait que l'auteur fasse mention d'un fait réel : le tueur en série Tommy Recco, alias Geronimo, pour consolider un contexte le plus réaliste possible.
Le premier chapitre nous fais prendre conscience que nous allons nous embarquer dans ses souvenirs (pas ceux du tueur en série, hein !). Des souvenirs dont on devine tout de suite qu'ils ne vont pas être des plus gais. David Cardavebor fait plusieurs sauts dans le temps pour poser le décor et ainsi nous laisser nous imprégner plus facilement de l'ambiance dans laquelle a vécu son personnage.
Personnage qui, nous allons le voir, est obsédé par un buffet à tête de diable que ses parents ont acheté et qu'il pense possédé. Il en a une peur bleue. A tort ou à raison, je vous laisserai le soin de le découvrir. ;-)
Sachez juste que ce qu'il a vécu et qui fait qu'il relate ses souvenirs sur un cahier aurait rendu folle plus d'une personne... L'auteur joue subtilement avec les limites de la réalité, de l'illusion et de la folie pour nous livrer une ambiance angoissante.
Concernant la fin, je vous avouerai que je n'avais absolument rien vu venir du tout ! Et ça, j'aime quand un auteur arrive à me surprendre à la fin. ^^
Cette novella est suivie de la nouvelle Sisyphos. Elle est plus particulière, et je vous avouerai que j'ai moins accroché.
En résumé, j'ai passé un bon petit moment entre les pages de ce livre sombre et angoissant dont on se demande à plusieurs reprises où sont les limites entre la réalité et le puissant pouvoir d'un cerveau entretenu par une peur viscérale d'un objet du quotidien. Tout n'est-il qu'illusion et folie ou y a-t-il une part de réalité dans tout ceci ? le tout servi par une plume agréable et fluide, même si l'absence de chapitres et de parties fait un peu pavé.
P.S. : J'adorais lire et regarder les aventures Pif et Hercule, ça m'a fait plaisir de retrouver cette mention ici. ^^
Lien : http://booksfeedmemore.eklab..
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          3 1

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
cardavebor cardavebor   16 juin 2020
Cette nuit j'ai rêvé de Balançoire. Au réveil, l'intérieur de mon bras me brûlait atrocement. J'ai vu apparaître les scarifications en nettoyant le sang sous le robinet : un squelette voilé qui tient une faux à la main. Le bébé a encore pleuré.
Commenter   J’apprécie          1 0
Khiad Khiad   01 février 2021
Aujourd'hui, je vais vous raconter mon histoire, sans tricher. Pour la première fois. Je sais que je vais encore hurler à la mort, comme tous les soirs. Et je sais que personne ne viendra me secourir. Il va revenir.
Commenter   J’apprécie          1 0

autres livres classés : horreur Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
777 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvante Créer un quiz sur ce livre

.. ..