AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 978B07PHB43R2
121 pages
(14/03/2019)
4.16/5   32 notes
Résumé :
Sandy et plusieurs de ses amies sont invitées à la première d'un nouveau cirque : le cirque de Sang-Rire, le clown.Mais à peine fermée la toile du chapiteau, ils découvrent que leur hôte est un être malfaisant, violent et assoiffé de sang qui les entraîne dans un carnaval des plus lugubres.Commence alors pour Sandy, Judith, Flora, Ted, Léon et tous les autres, une nuit de terreur où chaque attraction est un piège mortel, chaque personnage un monstre capable d'arrach... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
4,16

sur 32 notes
5
15 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

AlexandraLFC
  17 octobre 2020
Avec l'approche d'Halloween, j'avais très envie de lire des romans en adéquation avec la période. J'adore les histoires d'horreur, les récits creepy c'est pourquoi je me suis penchée sur le Carnaval de Sang-Rire qui est un roman d'épouvante/terreur.
Anthony Lamacchia nous propose ici une histoire sordide qui nous plonge au sein d'un lieu étrange et glauque. J'ai beaucoup aimé l'idée du Carnaval qui apporte une atmosphère particulière. J'accorde toujours de l'importance à l'ambiance des romans et j'apprécie quand celle-ci est vraiment palpable, unique ou soignée. Durant ma lecture, j'ai souvent repensée à la saison quatre d'American Horror Story intitulée Freak Show.
J'avais déjà lu Edward Sakedos l'apprenti nécromant du même auteur. Je savais donc qu'il était capable de nous proposer une histoire au décor travaillé avec des personnages atypiques. Cependant, ce récit prend une toute autre direction et s'adresse à un public averti. Dans tous les cas, je vous recommande quand même de jeter un oeil au résumé d'Edward Sakedos que j'ai vraiment apprécié 😉
J'ai eu l'impression que la plume de l'auteur était plus travaillée dans ce roman. Certainement parce que cette histoire a été initialement publiée en 2009. L'écriture est toujours aussi efficace, fluide. On entre facilement dans l'univers. le récit est également assez court, ce que je trouve plutôt positif ici. En effet, c'est une lecture compliquée sur le plan émotionnel comme visuel. Ce n'est pas le genre d'histoire qu'on a envie de laisser trainer durant quelques jours mais plutôt de lire d'une seule traite.
Nous suivons plusieurs personnages qui n'ont aucun point commun entre eux si ce n'est d'avoir reçu une invitation du Clown Sang-Rire pour assister à la première de son cirque. Même si les protagonistes sont plutôt nombreux, il est très facile de s'y retrouver. de plus, ils ne m'ont pas tous touchée de la même manière. On les suit par petits groupes et on en apprend un peu plus sur chacun d'entre eux. Certains m'ont attendrie par les épreuves qu'ils ont traversées, d'autres m'ont révulsée par les actes qu'ils ont pu commettre mais quoi qu'il en soit, le clown ne fait aucune distinction !
Très vite, la noirceur du Carnaval se dévoile. On assiste alors malgré nous à des scènes ignobles, souvent gores et pas franchement évidentes à lire. Chacun des héros de ce récit va connaître l'horreur suivie d'une issue plus ou moins tragique. le sort de certains m'a bouleversée plus que d'autres du fait de leur histoire de vie, de leur âge etc.
Toutefois, celui qui porte véritablement l'histoire selon moi reste le clown Sang-Rire. On ne sait jamais quand et comment il va entrer en scène. J'ai trouvé cet odieux personnage à la fois effrayant mais aussi écoeurant. J'espérais fortement qu'il meurt !
De façon générale, ce roman ne laisse pas indifférent et provoque de multiples émotions chez le lecteur. J'avoue que je ne m'attendais pas à autant de violences et de noirceurs dans cette histoire. Heureusement, la fin m'a apporté quelques émotions positives qui étaient bienvenues.
Lien : https://alexlovebooks.home.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Yumiko
  21 juillet 2020
Vous ai-je déjà parlé de ma peur des clowns? Ce n'est pas une phobie, loin de là, mais j'ai beaucoup de mal à ne pas me crisper au premier abord quand j'en vois un et il me faut souvent du temps pour commencer à rire et à me relâcher face à leurs "clowneries", tellement je suis stressée à l'idée de ce qu'ils vont faire sur la piste. Donc autant le dire tout de suite, un roman d'horreur avec un clown me fait déjà flipper sans même l'avoir ouvert...
Mais, ce qui est un peu paradoxal me direz-vous, j'adore retrouver ce type de personnages dans les romans d'horreur, car justement, c'est la garantie pour moi de frémir et d'avoir un bon coup d'adrénaline, exactement ce que je recherche avec ce type d'ouvrages. Alors autant dire que j'étais impatiente de lire ce roman et de plonger au coeur de Carnaval de Sang-Rire, ce clown qui fait froid dans le dos!
Mais attention, ne rejoignez pas ce Carnaval si vous êtes une âme sensible! Ici, tous les coups sont permis et si tous les personnages étant invités peuvent y entrer et le découvrir, en sortir est une toute autre histoire... Enfin... en sortir c'est une chose, mais c'est le faire vivant qui s'avère quelque peu compliqué...
Nous suivons donc plusieurs personnages qui vont se retrouver bien malgré eux au coeur de ce carnaval pas comme les autres, alors qu'ils venaient pour assister à la première d'un nouveau cirque. Si tous les personnages s'avèrent confiants bien qu'un peu déstabilisés au départ, ils vont vite perdre de leur superbe en visitant ce carnaval bien étrange et très glauque... Et je peux vous garantir que les stands du carnaval ne sont pas les seuls éléments sombres de ce récit... Nos différents personnages sont loin d'être ce que nous pourrions imaginer au premier regard... Accrochez-vous car il y aura de tout au niveau des révélations!
L'auteur prend le parti de nous faire découvrir les personnages les uns après les autres, comme des mini-nouvelles au coeur du roman et j'ai beaucoup aimé ce choix scénaristique. Je dois dire que j'aurais aimé y retrouver encore plus de personnages, tellement j'ai adoré passer de l'un à l'autre et sombrer au coeur des pires atrocités (oui, je sais, je suis bizarre parfois...). Ici, il n'y a pas de non-dit ni d'interdit et l'auteur laisse libre cours à ses idées, de quoi nous offrir des scènes bien gores et bien flippantes! Un pur régal pour ceux qui aiment ça!
Si j'ai complètement adoré ce roman, j'ai une mini frustration: j'aurais aimé en apprendre plus sur Sang-Rire. Ce clown est vraiment intrigant et si la raison derrière toute cette histoire peut être un peu entrevue, j'aurais aimé qu'il se dévoile davantage, surtout suite à la fin du roman qui met en avant d'autres facettes de ce personnages effrayant.
En bref, j'adore avoir peur et stresser et ce roman m'a permis de passer par toutes les émotions exactement ce que j'attendais de lui!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lildrille
  17 avril 2020
Le carnaval de Sang-Rire est un roman qui n'est pas à mettre dans toutes les mains. En effet, l'auteur, Anthony Lamacchia, adore le genre de l'horreur et s'y illustre à merveille dans ce roman. Les premiers chapitres nous embarquent dans un environnement contemporain et adolescent, qui ne laisse clairement pas présager de la suite. Une fois l'intrigue principale débutée, chaque paragraphe met en scène des instants terribles, aux détails sordides et aux images d'épouvante. Âmes sensibles s'abstenir ! D'autant plus que le roman s'intéresse à des enfants, ainsi qu'à des adolescents, ce qui peut dégoûter plus encore. le gore s'ajoute à l'horreur pour un effet détonnant.
Partie après partie, page après page, les méfaits de Sang-Rire, ce clown sauvage et psychopathe, ne cessent d'empirer, escaladant toujours plus, et sans finesse, les paliers de la terreur. Les intentions de Sang-Rire ne sont jamais révélées, bien que le lecteur en discerne certains des aspects de temps à autre. Sans cette information essentielle, le roman perd quelque peu de sa puissance, et semble n'être qu'un simple enchaînement de tortures et de violences sans véritable intérêt. Les lecteurs, déjà peu habitués à ce genre, plutôt noir et sanglant, peuvent avoir du mal à accrocher, notamment quand le roman n'apparaît qu'être qu'une apologie de la brutalité, de par ce manque cruel d'informations concernant le grand méchant de l'histoire. Faut-il y voir une volonté de l'auteur de faire réfléchir le lecteur pour que ce dernier comprenne les viles intentions du clown tout seul ? Ou va-ton un peu trop loin dans l'analyse ?
L'auteur joue allègrement avec le lecteur. Les adolescents, comme les enfants, nous sont présentés de sorte que l'on s'y attache vite, juste avant qu'il ne leur arrive de terribles malheurs. Cette proximité nous touche alors davantage, et nous fait vivre les horreurs avec plus de sensations. le premier acte sanglant touche deux petites filles, atteintes de sentiments et désirs malsains. L'auteur les décrit en quelques mots bien trouvés, nous parle de leur passé, et les met en valeur. le lecteur s'y attache malgré le fait qu'elles possèdent des sentiments impurs, qui les écartent irrémédiablement de la catégorie des gentilles petites filles sans défaut.
Le lecteur se voit ainsi perturbé. La sentence de Sang-rire fait écho à ses questionnements, comme si une justice divine tombait du ciel. le chapitre suivant, concernant de jeunes garçons, semble donner raison au lecteur, qui imagine Sang-Rire comme étant le pourfendeur d'une humanité corrompue. Pourtant, les autres chapitres viennent chambouler ce raisonnement. Sang-Rire se transforme alors en un clown malsain sans objectif palpable. Les parties qui défilent horrifient le lecteur, mais le captive malgré tout.
Anthony Lamacchia fascine par ses idées noires, par les scènes terrifiantes qu'il décrit, usant de mots et figures efficaces, qui donnent envie au lecteur d'arriver au bout du roman pour découvrir le fin mot de l'histoire. Les phrases s'enchaînent dans un style fluide et frais, qui nous transporte dans un univers à la fois de rêves, à cause de la fête foraine, mais aussi de cauchemars. La course-poursuite finale nous embarque dans une épopée digne des classiques d'horreur, qui ne se moque pas des adolescents, plutôt dégourdis et malins dans cette intrigue.
Le lecteur ne se demande jamais : « Pourquoi il/elle fait ça ? ». Les péripéties sont cohérentes et crédibles, du moins si l'on accepte le fait que la fête foraine se situe dans une dimension parallèle, où tout semble possible. Les personnages principaux subissent les moqueries et les tourments du clown, et font preuve d'un courage et d'une résistance enviable. Leurs réflexions, leurs réactions, leurs questionnements, leurs angoisses, et leurs doutes nous parlent, et font preuve d'une grande intelligence et force de caractère. Les personnalités des survivants constituent les points positifs et forts du roman, qui dépeint des portraits aussi saisissants qu'attachants.
En sous-main, l'intrigue critique la société et n'hésite pas à émettre quelques jugements moraux. Ce partis pris ne dérange pas, allant plutôt dans la direction des premières pensées du lecteur concernant Sang-Rire et sa punition divine. Tous les « punis » n'apparaissent pas tous mauvais, de prime abord, ou comme possédant des tares malsaines facilement perceptibles. Comme dans un jeu, le lecteur essaie de trouver, de comprendre la haine du clown envers les personnages.
Quels terribles défauts, difformités inhumaines cachent-ils ? Quelles horreurs possèdent-ils tout au fond d'eux ? Méritent-ils véritablement tout ce qui leur arrive ? La conclusion n'apporte pas de réponse évidente, laissant le lecteur dans le doute. Ce dernier vient-il d'assister à un enchaînement de violence gratuite ou le roman souhaite-t-il lui transmettre un message bien plus subtil ?
Le carnaval de Sang-Rire laisse une drôle d'impression, et perturbe aussi bien pendant qu'après la lecture. Attention aux cauchemars !
[Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=47688
J'ai mis la note de : 13.5/20]
Lien : http://www.lavisqteam.fr/?p=..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Khiad
  15 juin 2020
Je voudrais tout d'abord commencer par remercier Anthony Lamacchia pour m'avoir proposé son livre en SP via le site SimPlement.
Concernant la couverture, elle ne me déplait pas, même si je trouve qu'elle fait un peu "jeunesse". Elle donne néanmoins tout de suite le ton de ce que l'on va y trouver : une fête foraine, de l'angoisse, et un clown sur lequel l'on n'a aucune envie de tomber ! D'ailleurs, je trouve que Sang-Rire manque un peu de couleurs et qu'il a une tête qui n'engage pas à le croiser dans une ruelle sombre... ^^'
La plume d'Anthony Lamacchia est agréable et fluide, assez descriptive des horreurs vécues par les personnages sans pour autant verser dans le gore pour le gore. Une petite particularité que l'on retrouve peu, c'est l'utilisation un peu plus poussée des noms de famille des personnages. En général, on le voit une fois et c'est terminé. Ici, l'auteur désigne assez souvent ses personnages par leur prénom plus leur nom de famille. Je me souviens notamment d'un passage où Sandy (sans nom de famille) retrouve son amie Juliette (avec nom de famille) dans la fête foraine. C'est assez déstabilisant, car cela donne l'impression qu'il y a plusieurs Juliette, alors qu'elle est seule. Je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire... lol
Dans ce livre, vous retrouverez de nombreux personnages ayant été invités par Sang-Rire à pénétrer son chapiteau pour un spectacle inoubliable. On peut- dire que, d'une certaine façon, il ne seront pas déçus...
L'histoire met en valeur ces personnages les uns après les autres (certains plus attachants que d'autres), nous racontant leur histoire, leurs peurs, leurs blessures, parfois leurs secrets et surtout une entrevue avec le clown dont tous ne ressortiront pas toujours indemnes (que ce soit psychologiquement ou physiquement) et/ou vivants... Parce que oui, Sang-Rire connait tous leurs secrets et il compte bien les exploiter à son avantage...
J'aime énormément ces changements de points de vue qui, selon moi, donnent toujours un coup de fouet à un livre. Ici, oui, il y a pas mal de personnages, mais on arrive très bien à les identifier et à ne pas les confondre.
L'histoire est bien rythmée et ne souffre, pour moi, d'aucun temps mort. Ce livre n'a pas non plus le défaut, selon moi, de rajouter du gore pour du gore (je l'ai déjà évoqué un peu plus haut). Oui, il y a du sang, des boyaux et des choses pas très jolies à lire, mais tout ça rentre dans le cadre de l'histoire et Anthony Lamacchia ne s'attarde pas outre mesure à décrire avec précision et moult détails sanguinolents les blessures occasionnées par Sang-Rire. C'est là où l'on reconnait un livre qui fait, ou pas, dans la surenchère du gore.
Par contre, je trouve que l'on manque de réponses. Pourquoi le clown a-t-il choisi ces personnes en particulier (même si pour certains on s'en doute un peu) ? Pourquoi certains s'en sortent-ils sans avoir "croisé" Sang-Rire ? Qui est-il réellement ? Pourquoi fait-il ça ?
J'ai trouvé la fin légèrement trop rapide, même si elle est bien amenée. C'est le genre de fin qui appelle à une suite (et je vais croiser les doigts que cela soit le cas).
En résumé, c'est un bon petit livre d'horreur qui m'en a donné ce que j'avais attendu en vain dans Joyland de Stephen King : des pleurs, du sang et un clown complètement flippant ! Les personnages sont différents, plutôt bien travaillés et nous communiquant l'horreur qu'ils vivent, l'action et l'angoisse sont au rendez-vous. Je regrette cependant une fin un peu rapide et un manque de réponses, choses qui pourraient être palliées par une suite (qui aurait sans doute une petite note de Ça de Stephen King).
Si vous aimez les clown psychopathes, les fêtes foraines glauques et le sang, ne cherchez plus ! Vous avez sans doute trouvé le livre qu'il vous faut. ;-)
Lien : http://booksfeedmemore.eklab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lantredubonheur
  11 mai 2021
Ha la plume de Anthony Lamacchia ! Je ne sais pas pourquoi mais à peine j'en ai entendu parler, qu'il m'a fallu directement la découvrir. C'est comme si je savais que j'allais aimer et qu'il fallait que je fonce. Et je suis ravie de l'avoir fait, car ça a été un coup de coeur. Je voulais me faire peur et l'auteur a très bien réussi.
Attention, il est noté dans la quatrième de couverture que ce roman est déconseillé aux âmes sensibles et ce n'est pas une recommandation à prendre à la légère. Sang-Rire, notre clown, est juste excellent, je l'ai vraiment adoré. Oui je sais, je me dis que je dois avoir une grosse part de sadisme pour admettre ça, tant il est complètement barré, loufoque et glauque. On pourrait lui en affubler des qualificatifs, à ce personnage qui rythme l'histoire.
J'ai vraiment adoré l'originalité de l'intrigue de ce roman. Notre Sang-Rire qui distribue des tickets gratuits pour le cirque, qui sera un cirque très spécial, qui va se transformer en parc d'attractions on ne peut plus glauque. La plume de l'auteur est très fluide et très entrainante, il nous est très difficile de nous sortir de ce carnaval, cirque, parc d'attraction (appelez-le comme vous voulez, vous comprendrez en lisant ce roman). D'ailleurs, je l'ai lu en une soirée, c'est vraiment bon signe. Bon, il n'est pas très long, c'est un fait, mais d'un point de vue émotionnel, on encaisse énormément malgré la taille du roman.
L'auteur nous décrit les lieux et les personnages avec beaucoup de justesse et on a l'impression d'être planté devant un bon film d'horreur, tant son écriture est visuelle. Ça rajoute d'ailleurs un côté bien glauque et sombre à l'histoire. Oui, pour être dans du glauque, on y est à fond, mais il faut se dire qu'on est pas dans un simple roman, on comprend dès le départ qu'on sera dans l'horreur pure et dure et que si on embarque avec Sang-Rire, ce n'est pas pour s'amuser, mais bien pour sombrer dans l'angoisse et dans le gore. D'ailleurs, si vous avez la phobie des clowns, vraiment méfiez-vous. Ce n'est pas mon cas, au contraire, je kiffe les clowns bien psychopathes donc tout va bien.
On va donc embarquer avec plusieurs personnages, qui ne se connaissent pas, à bord de ce carnaval. A chaque chapitre, on découvre nos protagonistes les uns après les autres et, différents thèmes sont abordés par rapport à chaque histoire. On va se retrouver face aux thématiques les plus atroces que l'on puisse imaginer et personnellement j'ai adoré. Plus d'une fois, il m'est vraiment arrivé de me demander si je n'avais pas un problème psychologique à me laisser entrainer dans cet univers complètement tordu et a aimer ça à ce point. On comprend très vite qu'à chaque fois, notre clown va entrer en scène à un moment ou à un autre, mais on ne sait jamais quand et on se demande ce qu'il va faire vivre aux différents protagonistes, on tremble pour eux, on s'inquiète et puis, en même temps, on est impatients de voir débarquer Sang-Rire pour savoir le sort qu'il réserve à ses victimes.
J'avais bien compris qu'il y avait un clown, un carnaval et des victimes avant de commencer ce roman, mais vraiment je ne m'attendais pas à ça ! Je suis devenue accro à la plume de l'auteur et je continuerai à découvrir ses autres romans. D'ailleurs, il va m'être difficile de choisir par lequel continuer, même si je pense que j'irai faire un tour du côté des zombies. Si vous aussi, vous voulez vous faire peur et entrer dans un monde complètement dérangé, complètement glauque, ce carnaval est fait pour vous ! Vraiment, je vous le recommande et je vous renvoie vers la page Amazon de l'auteur et vers son site. Ce roman est, encore une fois, la preuve qu'il y a des pépites dans l'auto-édition et je ne demande qu'à les découvrir.
Lien : https://geek-o-polis.com/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
emelinevdc76emelinevdc76   23 novembre 2020
« Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
Bienvenue !
Venez, venez,
Petits et grands,
Venez les enfants,
Traversez la nuit,
Et venez profiter de mon spectacle,
Je porte le maquillage qui masque mille visages,
Je suis le funambule qui marche sur le fil du temps,
La prestidigitation est mon art,
Le carnage est dans mes tripes[..]
Je ris à la vie, je souris à la mort,
On me reconnaît à mon nez rouge sang. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KhiadKhiad   15 juin 2020
Et il disparut derrière le rideau mauve qui recouvrit le cadre de la cabine toute ensanglantée.
Le silence retomba d’un coup.
Sandy était à quatre pattes, ses larmes tiquetèrent le sol. Judith tomba aussi à genoux, les yeux bloqués sur ses mains tremblantes recroquevillées sur ses cuisses. Leur amie venait de mourir devant elles et elles n’avaient rien pu faire pour l’empêcher. Elle pleurèrent, chacune de leur côté, l’esprit écrasé par la confusion et la culpabilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KhiadKhiad   15 juin 2020
Ils ne pourraient pas courir ainsi éternellement. Ils allaient se faire attraper. Ils allaient se faire dévorer. Ils allaient mourir. Ils allaient finir comme Flora.
Non ! C’est un vrai cauchemar !
Commenter  J’apprécie          10
LectureChroniqueLectureChronique   27 juillet 2021
Je ris à la vie, je souris à la mort.
On me reconnait à mon nez rouge sang.
Je suis le bouffon des rêves,
Je suis le guignol des cauchemars,
Je suis Sang-Rire, le clown.
Commenter  J’apprécie          10
KhiadKhiad   15 juin 2020
Axel trembla de tout son corps, refusant de croire ce qui était en train de se passer à travers la cloison de souffre sombre.
C’est une blague, une illusion d’optique, un tour de magie.
Pourtant, les cris de son ami lui semblaient bien réels, déchirants comme si on lui lacérait les tripes.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : slasherVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
835 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre