AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2265116610
Éditeur : Fleuve Editions (26/09/2019)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
"On dit que beaucoup de livres sont uniques. Celui de Brian Catling l'est vraiment." Philip Pullman
"Lisez ce livre et émerveillez-vous !" Alan Moore

La Vorrh est une forêt merveilleuse et effrayante. Tous ceux qui y pénètrent y trouvent soit la mort, soit l'oubli. Néanmoins, elle exerce une fascination quasi magnétique et un attrait irrésistible. On dit que le jardin d'Éden est dissimulé en son cœur. Personne ne l'a jamais explorée en entier, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
culturevsnews
  30 septembre 2019
"VVVOOORRRRRRRRHHHHHH" est un roman enivrant qui défie les livres faciles. J'ai du commencer pas moins de 3 fois mais c'est un livre glissant et tortueux, il semble toujours se tortiller hors de portée. le flou qui l'accompagne est terriblement inadéquat, bien qu'il n'y ait aucune faute pour le flou, car comment résumer un livre comme celui-ci en quelques lignes ? (J'aimerais bien savoir comment Catling a présenté ce livre à ses éditeurs...) Je ne pense pas avoir lu un livre comme celui-ci depuis longtemps. Des mots comme " génie ", " folie pure " et " jungien " se mélangent comme des billes dans ma bouche lorsque j'essaie de décrire ce livre pour mes amis.
La façon la plus facile de commencer à parler du Vorrh est de demander : "Qu'est-ce que le Vorrh ? le Vorrh est une forêt ancienne et dense située au coeur du continent africain, très probablement le Congo, et dont on dit qu'elle renferme le jardin d'Éden. Catling a pris le nom du tract de Raymond Roussel, Impressions of Africa, qui, d'après ce que je peux dire, était surtout une sorte de travelogue fou qui a contribué à promouvoir la notion occidentale standard de l'Afrique comme un lieu étranger rempli d'horreurs exotiques et de sauvagerie. (Maintenant, est-ce que Catling, un homme blanc anglais, perpétue cela ? Je ne crois pas, mais j'y reviendrai...) Catching charge le Vorrh avec son propre mythe : il est éternel et sans fin. Elle plie le temps ; elle cannibalise les souvenirs de ceux qui empiètent trop longtemps. La forêt est considérée avec respect et crainte par les habitants et les colons. A côté du Vorrh se trouve Essenwald, une découpe coloniale construite pour ressembler à une ville européenne typique, jusqu'à la dernière pierre. Au fur et à mesure de l'expansion de la ville, des voyages d'exploitation forestière ont lieu dans certaines parties du Vorrh pour ramasser du bois et des matériaux locaux pour les projets de construction, une métaphore ironique et très opérante pour l'idée d'incursion coloniale. Dans et autour du Vorrh et de la ville d'Essenwald, nous rencontrons plusieurs personnages, européens et africains, tous transformés ou effacés par la violence et le choc des cultures d'une manière ou d'une autre, et tous attirés par des randonnées malavisées dans le Vorrh.
Du point de vue structurel, le roman est essentiellement une série de décors chargés d'images et d'histoires disparates. Certaines histoires convergent, quelques-unes assez violemment dans la forêt mystérieuse, d'autres tournent autour du périmètre et se cachent. Cette incohérence peut être exaspérante. Les lecteurs qui aiment leurs récits soignés et soignés peuvent être découragés, mais soyez patients ; les choses finissent par s'unifier, et vous serez récompensés par un chef-d'oeuvre méchamment labyrinthique.
Cet univers surréaliste est peuplé de gens de la vraie vie et de l'histoire : Edward Muybridge, Sarah Winchester, Sir William Withey Gull, Raymond Roussel lui-même (mais pas exactement sous ce nom) font tous des apparitions étranges. Il y a aussi des personnages fantastiques : un cyclope mélancolique nommé Ismaël, des robots bakélites sensibles, et divers êtres monstrueux (par exemple, les anthropophages) et éthérés (les Erstwhile). Il y a des guerriers, des guérisseurs, des assassins et des chasseurs. Il y a des armes charmées d'un poids et d'un symbolisme incroyables : l'une est un arc taillé dans les restes d'une femme mystique, l'amante du Bowman ; une autre est un fusil Lee-Enfield protégé par des charmes.
Les vagues du macabre et du grotesque reviennent souvent ici, mais Catling les utilise d'une manière qui est loin d'être répugnante. Deux exemples. Dans la première scène, un acte de vivisection et de mutilation se transforme en un hommage solennel et tendre à l'amour. C'est une représentation de l'amour si profonde et si profonde qu'elle éblouit les sens et remet en question nos notions modernes et aseptisées de l'amour. À ma grande perplexité, la scène m'a rappelé que Neruda sonnet que tout le monde aime tant citer à propos d'aimer quelque chose comme des choses sombres devrait être aimé - mais avec plus de sang et de viscères. Il évoque également la vénérable boucherie dans les enterrements du ciel tibétain.
Des lectures plus cyniques de The Vorrh peuvent rejeter les tropes surréalistes comme une autre sorte de grand coup de pinceau culturel mis au pilori par Binyavanga Wainainaina à Granta. Mais je pense personnellement que Catling opère à un tout autre niveau. C'est une critique du colonialisme et de la violence et de la distorsion de l'identité et de l'identité des oppresseurs et des opprimés, mais c'est aussi une sorte d'histoire alternative où tout est impossible. Mais la théorie critique mise à part, ce qui occupe le devant de la scène, c'est la façon dont Catling manoeuvre à travers les tropes fantastiques. le fantastique imprègne si profondément la réalité narrative du livre que vous vous demandez constamment : " Suis-je éveillé ? Selon les mots d'Alan Moore, elle "laisse le lecteur souillé par ses graines et ses spores, encourageant une nouvelle croissance et menaçant une grande reforestation de l'imagination".
Dans l'ensemble, il s'agit d'un livre spectaculaire, comme un scintillement de lumière qui rend les autres livres fades et monochromes. Je vous le recommanderais si vous aspirez secrètement à quelque chose qui vous sortira du classicisme de la lecture, quelque chose qui ouvrira votre subconscient et brouillera les frontières entre la prose et la poésie... et les rêves.
Note : 9,5/10
plus de chroniques sur culturevsnews.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
celindanae
  01 octobre 2019
Vorrh est le premier roman de Brian Catling, sculpteur, cinéaste et enseignant des beaux-arts à Oxford. Brian Catling a aussi écrit de la poésie. Ce roman est paru en 2012 au Royaume-Uni puis a été réédité en 2015. Même s'il peut être lu de manière indépendante, deux autres romans sont parus dans le même univers, formant ainsi une trilogie: The Erstwhile en 2017 et The Cloven en 2018. En France, c'est Outrefleuve qui a annoncé en début d'année sa parution pour septembre.
Vorrh situe son action après la Première Guerre Mondiale mais on assiste également à des retours en arrière se passant à la fin du XIX ème siècle. Sous le nom étrange de la Vorrh se cache une forêt africaine mystérieuse, sur laquelle circule beaucoup de rumeurs. D'après les légendes, la forêt est impossible à traverser, ni à cartographier. L'endroit serait également régi par la magie et quiconque y entre le ferait au risque de sa vie. En effet, les quelques personnes téméraires ou inconscientes qui y sont entrées sont mortes ou ont perdu la mémoire. Cela devrait décourager la majorité des gens, pourtant la Vorrh attise les convoitises et plusieurs personnes rêvent de s'y rendre et de voir les créatures qui y vivent. On raconte que des démons, des fantômes et même des cyclopes vivraient dans le coeur de la forêt, et aussi qu'elle abriterait le jardin d'Eden.
Vorrh est donc un roman inclassable mêlant fantastique, créatures surnaturelles, mythologie. Il est assez difficile d'entrer dans le récit qui n'est pas vraiment ce qu'on pourrait penser au premier abord. le roman est à l'image de la forêt: foisonnant, étrange, intriguant. Il est porté par la plume poétique et imagée de l'auteur. Oserez vous entrer dans la Vorrh?
chronique beaucoup plus complète sur le blog
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
DarknessObscura
  13 septembre 2019
Vorrh est un roman que j'ai trouvé original et marquant.
Brian Catling situe son récit entre la fin du 19ème siècle et le début du 20ème, autour d'une mystérieuse forêt, la Vorrh, qui abrite des créatures surnaturelles et exerce un pouvoir qui altère la mémoire des êtres humains qui s'y aventurent. Malgré les risques de contact avec des monstres cannibales et des anges déchus, les colons européens ont fondé une ville, Essenwald, dans sa périphérie, pour exploiter son bois et prospérer.
Le roman donne à son lecteur le point de vue de multiples personnages, qui finissent tous par être confrontés aux dangers et à la puissance de cette forêt, alors qu'ils cherchent des réponses sur leur identité, à l'image du cyclope Ismaël, élevé en reclus par des automates, les Proches, ou l'Archer, ancien colon britannique devenu le compagnon d'une magicienne devenue son arc après sa mort. L'auteur met également en scène des personnages historiques, tels que l'écrivain Raymond Roussel, auteur des Impressions d'Afrique, ou le photographe et inventeur Eadweard Muybridge, dans leurs rapports avec leurs oeuvres et postérités respectives, mais aussi dans la manière dont ils croisent chacun le chemin de la Vorrh, qui les marque et les transforme.
Je vous conseille vivement la lecture de ce roman !
Chronique complète et détaillée sur le blog.
Lien : https://leschroniquesduchron..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (2)
Elbakin.net   11 septembre 2019
Il est indéniable que Brian Catling possède une voix à part, baroque et puissante, portée par une vision qu’il a nourrie depuis des années. Si vous vous attendez à une “simple” quête dans une forêt interdite, comme on en voit tant, vous risquez d’être surpris. En bien !
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Elbakin.net   04 août 2015
[...] Brian Catling possède une voix à part, baroque et puissante, portée par une vision qu’il a nourrie depuis des années. Si vous vous attendez à une “simple” quête dans une forêt interdite, comme on en voit tant, vous risquez d’être surpris. En bien !
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
autres livres classés : colonialismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2861 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre