AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Filles des oiseaux tome 1 sur 2
EAN : 9782205075595
60 pages
Dargaud (09/09/2016)
3.78/5   71 notes
Résumé :

Honfleur, au pensionnat des Oiseaux, un établissement pour jeunes filles tenu par des soeurs chanoinesses de saint Augustin, dans les années soixante.

Marie-Colombe et Thérèse ont 13 ans. L'une vient d'une famille très aisée vivant à Neuilly ; l'autre, d'une famille du coin, dans laquelle on est paysans depuis des générations.

Les deux jeunes filles deviennent inséparables et font les 400 coups dans le vénérable pensionnat. Un... >Voir plus
Que lire après Filles des oiseaux, tome 1 : N'oubliez jamais que le seigneur vous regardeVoir plus
Les Bidochon, tome 1 : Roman d'amour par Binet

Les Bidochon

Christian Binet

3.42★ (6817)

22 tomes

Carnation par Mussat

Carnation

Xavier Mussat

3.59★ (114)

Rosa, tome 1 par Dermaut

Rosa

François Dermaut

4.23★ (173)

2 tomes

Le voile noir par Dodo

Le voile noir

Dodo

3.06★ (29)

Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 71 notes
5
5 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Voilà une BD qui devrait équivaloir à un raclage de fonds de tiroir des souvenirs, à toutes celles qui, il y a quelques décennies ont fréquenté la fine fleur des établissements privés pour jeunes filles, avant que mai 68 vienne bouleverser les codes en acceptant les loups dans la bergerie, à savoir la mixité dans les classes.

Et oui, les bonnes soeurs en cornette, encore plus obsédées que leurs ouailles, veillaient au grain!
Et tentaient de formater les jeunes esprits à coup de bénédicité et de messe du vendredi matin, les cheveux cachés par un misérable foulard, pioché dans le panier à l'entrée de l'église.

Ici, deux pensionnaires se lient d'amitié, face à l'adversité. Tout les oppose pourtant, et particulièrement le milieu social, l'une d'elles habite les beaux quartiers, alors que sa camarade vit dans une ferme entre un père alcoolique et une mère dépressive (on comprend pourquoi).

La confrontation de ces deux univers incompatibles est une prise de risque qui peut se payer au prix fort…..

On sent bien que le propos est personnel : c'est du vécu, à coup sûr, car ça ne s'invente pas.
Et j'adhère totalement au discours qui met bien en valeur la débilité ambiante destinée à préserver la chasteté de la jeunesse

Par contre, je n'ai pas accroché avec le dessin, très brouillon, au point d'avoir du mal à différencier les personnages, tous affublés de gros pifs, d'autant que les vignettes sont en camaïeu de marron.

Dommage , l'humour et l'ironie sont bien présents et le sujet suffisamment incroyable quand on n'y a pas été confronté pour constituer une base riche de sarcasmes.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
Commenter  J’apprécie          420
• Titre : « Filles des Oiseaux »
> ... en cage, ces adolescentes dans un pensionnat catholique des années 60 - promiscuité, inconfort, et discipline vengeresse des religieuses.
• Sous-titre : « N'oubliez jamais que le Seigneur vous regarde ! »
> ... via l'oeil de ses représentantes auto-proclamées, étroites d'esprit, garces, vicelardes, zélées.

Thérèse est fille d'agriculteurs normands.
Marie-Colombe est issue d'un milieu bourgeois aisé ; c'est la rebelle de la famille, on l'a envoyée en pension pour qu'elle se calme.
Ces deux-là sympathisent vite. Thérèse est fascinée par l'audace et les bonnes trouvailles de la facétieuse Marie-Colombe, « une fille formidable qui ose tout. »
Quand chacune se frotte à l'univers familial de l'autre le temps de week-ends, les expériences sont pour le moins déroutantes. Gênantes pour Thérèse, mais plutôt amusantes pour le lecteur...

Si l'on n'est pas rebuté par le dessin chargé de Florence Cestac et ses « tarbouifs en pomme au four » (sic) *, on entre vite dans cette histoire en partie autobiographique, à la fois drôle et émouvante.
Si l'on a connu directement ou par ouï-dire les internats tenus par les "bonnes" (?) soeurs, on jubile - grâce au répondant de Marie-Colombe - autant qu'on s'indigne.

L'album se termine par une manif soixante-huitarde, où jeans et chemises ouvertes ont remplacé les uniformes de fifilles.
► Quelques slogans :
- Un homme sur deux est une femme !
- On ne tombe pas amoureux d'un taux de croissance !
- Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi !
- Le monde n'est pas une marchandise !
- C'est pas la bite qui nous dérange, c'est le mec qu'il y a autour !

J'attends impatiemment la suite de ce diptyque.

* cf. 'Un amour exemplaire', album de Daniel Pennac & Florence Cestac
Commenter  J’apprécie          320
Dans les années soixante, deux jeunes filles de treize ans, Thérèse et Marie-Colombe, font leurs études dans un pensionnat religieux d'Honfleur, tenu par des bonnes soeurs, qui sont de vraies peaux de vache. Thérèse vient d'un milieu paysan, avec un père colérique et alcoolique et une mère soumise qui passe son temps à pleurer. Marie-Colombe vient de la grande bourgeoisie de Neuilly. Les deux jeunes filles détestent les soeurs et sont toujours partantes pour faire les 400 coups. ● C'est une chronique plutôt tendre de l'âge ingrat il y a une soixantaine d'années. On sourit un peu, on ne rit jamais, et certains passages sont plutôt tristes, même s'ils sont toujours traités sur le mode de l'humour ● La teinte sépia convient bien à cette période et à ce type d'éducation maintenant surannés. ● La fin est très abrupte. ● J'ai commencé à lire l'oeuvre de Florence Cestac par son dernier album, Un papa, une maman, une famille formidable (la mienne), qui m'a beaucoup plu, mais je ne retrouve pas dans ses ouvrages précédents l'humour décapant de celui-là, malgré une veine autobiographique commune.
Commenter  J’apprécie          302
Florence Cestac s'inspire de sa propre expérience. L'histoire se déroule au pensionnat des Oiseaux, à Honfleur. La jeune Thérèse, fille d'agriculteurs du coin, fait la connaissance de Marie-Colombe issue de la bourgeoisie parisienne :
Marie-Colombe – J'espère que tu ne ronfles pas ?
Thérèse – … je ne crois pas !
Marie-Colombe – Moi, je pète !
Le ton est donné ! Les deux compères vont s'en donner à coeur joie pour faire les 400 coups ! C'est vif, c'est léger, c'est plein d'humour… Bref, je me suis régalée !
Commenter  J’apprécie          330
Nous sommes au début des années soixante. Thérèse , fille d'agriculteurs, entre au pensionnat des oiseaux à Honfleur, et y rencontre Marie-Colombe, fille de bourgeois de Neuilly. Une amitié indéfectible naît entre ces deux filles de milieux différents et elles vont en faire voir des vertes et des pas mûres aux bonnes soeurs. Leurs différences sociales apparaissent quand elles vont en week-end chez leurs parents respectifs, mais cela n'empêche pas qu'une idylle se noue entre Marie Colombe et le frère de Thérèse.
Cet album nous plonge dans une époque pas si lointaine et dans l'ambiance du pensionnat des oiseaux qui éduque ces jeunes filles pour être de bonnes épouses ... Il y a beaucoup d'humour et on sourit beaucoup, mais du rire aux larmes il n'y a qu'un pas et l'histoire débutée de façon légère ne l'est finalement pas tant que cela.
J'ai beaucoup aimé cet album même si je ne suis pas fan du style de dessin, car il correspond bien à l'histoire.
Commenter  J’apprécie          180


critiques presse (7)
Sceneario
02 janvier 2017
C'est vraiment le témoignage d'une époque, à la fois si lointaine et si proche : le début des années 60, avec en ligne de mire mai 68 et une cause féministe qui semble tendre les bras à nos deux demoiselles.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD
09 novembre 2016
Comme souvent chez Cestac, l’ensemble est très léger et se lit agréablement et rapidement, grâce notamment à une narration très fluide.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Du9
18 octobre 2016
Filles des oiseaux se rattache à ces merveilles — de Mickson alphabet à Je voudrais me suicider mais j’ai pas le temps — qui ont fait d’elle un(e) des auteur(e)s/autruches important(e)s de notre temps.
Lire la critique sur le site : Du9
BoDoi
12 octobre 2016
Evoquant ainsi sa jeunesse, Florence Cestac nous livre, en quelque sorte, des mémoires à son image : drôles, tendres, crues.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Auracan
27 septembre 2016
L'album se situe ainsi quelque part entre chronique, témoignage et BD humoristique douce-amère. On y sourit beaucoup et Florence Cestac a trouvé le ton juste pour dépoussiérer ce tiroir aux souvenirs.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDGest
20 septembre 2016
Filles des Oiseaux reprend les thèmes chers à l’autrice tels que l’émancipation de la femme et un anticléricalisme certain à travers le témoignage s'appuyant sur le quotidien d’une autre époque, au caractère universel.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom
26 août 2016
Un récit à peine exagéré qui sent le vécu, aux images teintées d’une unique couleur sanguine comme au temps des illustrés. Un must.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Je vous laisse avec sœur Monique pour votre cours de couture ! Et n’oubliez pas que l’aiguille est à la femme ce que la plume est à l’écrivain !
Commenter  J’apprécie          20
Les seuls livres qu’il y a chez moi, c’est le catalogue Manufrance et Rustica.
Commenter  J’apprécie          10
[ pensionnat catholique, années 60 ]
On frisait l'overdose avec la leçon de morale.
- Tu n'es rien mais tu peux devenir une servante du Seigneur ou une épouse exemplaire : jolie, douce, modeste et polie !
Vous n'êtes pas là pour la fantaisie, la création ou le plaisir, mais pour occuper la place que vos parents et Dieu ont choisie pour vous ! [...] Je vous laisse avec Soeur Monique pour votre cours de couture ! Et n'oubliez pas que l'aiguille est à la femme ce que la plume est à l'écrivain !
(p. 26)
Commenter  J’apprécie          110
Nos aînés chamboulaient la planète pendant qu'au pensionnat rien ne bougeait.
Commenter  J’apprécie          20
- Marie-Colombe et Thérèse, tenez-vous bien, le seigneur...
- Nous regarde, on sait !

[p25]
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Florence Cestac (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florence Cestac
Chaque mois, un grand nom de la littérature contemporaine est invité par la BnF, le Centre national du livre et France Culture à parler de sa pratique de l'écriture. L'autrice de bande dessinée et illustratrice Florence Cestac est à l'honneur de cette nouvelle séance.
Entretien animé par Mélanie Chalandon, France Culture.
Plus d'information sur cette masterclasse : https://www.bnf.fr/fr/agenda/florence-cestac
autres livres classés : libération sexuelleVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (113) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5209 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..