AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782205056730
56 pages
Dargaud (02/03/2005)
3.58/5   24 notes
Résumé :
10 ans ont passé, Noémie, l'héroïne du célébrissime Démon de Midi passe un week-end au bord de la mer avec ses deux meilleures copines; une occasion de faire le point sur leur vie, les enfants, les maris, les amants, l'occasion surtout pour Florence Cestac de dresser un magnifique portrait de femme. Le Démon d'Après, émouvant et drôle, est une subtile comédie de moeurs, une version féminine d'un film de Claude Sautet. Absolument indispensable. Trois femmes, la cinqu... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  27 octobre 2022
Elles sont vivantes.
-
D'un point de vue thématique, ce récit fait suite à le démon de midi (1996). Cette bande dessinée est en couleurs, entièrement réalisée par Florence Cestac, et publiée pour la première fois en 2005. Elle a été rééditée avec la précédente et le Démon du soir ou la Ménopause héroïque (2013) dans Les Démons de l'existence.
Noémie et ses deux copines France et Monique ont réussi à s'organiser un week-end au bord de la mer, dans la maison de la première. Pas de chance : il pleut. Elles en profitent pour papoter. Monique est en jogging et elle se plaint que les deux adolescents de Noémie, Sébastien et Laura soient présents, ce qui diminue d'autant la qualité d'entre copines. Leur mère répond qu'il est midi et qu'ils ne sont pas encore levés. Et puis leur père Georges est parti en séjour amoureux avec sa fée, donc dans l'impossibilité de les garder. En réponse à France, elle indique qu'ils sont partis à Venise, un vrai cliché. Elle et Robert n'auraient jamais effectué un séjour à Venise sur une gondole : comble de la ringardise ! Et puis, elle ajoute au profit de France qu'elle n'a pas à l'énerver avec ses ados : elle est venue avec ses deux chiens et son chat. Sa copine répond qu'elle n'entretient plus le moindre espoir d'avoir un homme pour se le garder. Elle en a fini avec les relations amoureuses et elle s'en trouve très contente. Des hommes et de belles histoires d'amour, elle en a eu cent fois plus qu'elles deux. Et puis dépassé les cinquante ans, elle arrête de rêver.
France s'oppose à cette façon d'envisager la cinquantaine. Elle se bat comme une lionne pour faire durer son couple ; le sauver, corrige Monique. Un lien très fort unit encore France et son mari Robert, et ils font encore l'amour avec assiduité. Monique éprouve des difficultés à la croire : Robert est quand même très canapé-télé, très toujours parti pour repas le soir, très foot, potes, bistro et troisième mi-temps, bref très comme ça l'arrange. Elle demande à sa copine s'il a toujours son assistante la toute jolie Amélie. France ne se laisse pas faire. Elle sait qu'ils ont eu une liaison, mais elle sent que c'est fini, car il travaille autour, et ils en ont beaucoup discuté. Ils ont fait une thérapie de couple, une thérapie analytique. Qi-gong, reiki, shiatsu sympathicothérapie, magnétothérapie, hypnose… Une thérapie de couple en Auvergne et un accompagnement de soi dans les Pyrénées. Elle a réussi à ne plus être la belle-mère de Blanche Neige. C'est génial, non ? Et surtout ils restent ensemble pour notre fille. Monique réagit : Élisa a vingt-cinq ans ! France continue : justement ils doivent préserver l'image du couple-procréation. Noémie intervient : elle propose d'ouvrir une petite bouteille de blanc, accompagné par bulots-mayo, tourteaux-mayo, crevettes-mayo, et des huîtres. France s'occupe de préparer la salade. Elle a encore un kilo à perdre. Monique ressent des bouffées de chaleur. France n'y croit pas : elle n'a pas de traitement hormonal de substitution ? Non, Monique laisse faire la nature : plus de ragnagnas, non débarras. Et puis elle n'a pas envie de choper le crabe avec son THS-chose.
Après la crise de la quarantaine dans le Démon de midi, voici la ménopause, et l'évolution de la relation de couple. L'autrice évoque donc les changements physiologiques, à commencer par les bouffées de chaleur (le temps d'une case), la possibilité d'un traitement hormonal de substitution, et bien sûr la fin des règles, avec une liste assez savoureuse de termes imagés. Les ragnagnas, les ours. Les Anglais ont débarqué. Menstrues, périodes. Et certainement la plus élégante : être à cheval sur le torchon (d'ailleurs Monique se fait reprendre par ses deux copines quand elle l'énonce). Cestac évoque ensuite les premières règles, l'avortement clandestin dans les années 1970, la majorité à vingt-et-un ans, la mise sur le marché de la pilule contraceptive, la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse, les souvenirs de comment aguicher un mâle, la chirurgie esthétique, être la plus ancienne au boulot, les enfants qui entament leur propre vie sexuelle et amoureuse. Il y a à la fois un mélange de situation physiologique présente, et de regard en arrière sur le déroulement de la vie. L'autrice dépeint trois femmes de la même tranche d'âge, mais avec une situation différente : Noémie femme divorcée, France toujours mariée mais avec un homme peu impliqué dans le couple, et Monique qui a été une grande séductrice et qui est passée à autre chose.
Les cases montrent des personnages à gros nez, avec des visages dont les blancs d'oeil peuvent se toucher pour ne former qu'une seule surface, ou au contraire être réduit à de simples traits. La bouche peut être dessinée en fer à cheval d'un côté ou de l'autre du nez, ou au contraire être complètement masquée par lui. Les mains ne comprennent que quatre doigts. Les corps présentent une très légère exagération élastique. Les postures et les expressions de visage peuvent être caricaturales, ou en tout cas très appuyées comme dans une pantomime pour une expressivité des émotions maximale. L'empathie fonctionne ainsi à plein, sans pour autant tomber dans le vulgaire ou le cynisme artificiel. le lecteur ressent bien l'agacement de France et Noémie vis-à-vis de Monique dont le pragmatisme s'avère un véritable tue l'amour, ou en tout cas totalement incompatible avec toute forme de romantisme, tout en ressentant également l'amitié inconditionnelle sous-jacente. Lorsqu'une case dépeint Noémie jeune adolescente avec des gouttes de sang glissant le long de ses jambes, le lecteur y voit à la fois la panique de la demoiselle qui ne sait ce que sont des règles, à la fois un regard amusé avec le recul des années. Il est également impossible de résister au portrait des quelques mâles qui apparaissent. le très pépère Robert, avec ses demi-lunes, sa posture avachie, son pull sans manche très confortable. Chris, l'ancien copain de Sandra (l'une des filles de Noémie) est irrésistible : un Clint Eastwood du pauvre, en plus chiffonné, surtout en beaucoup plus petit, avec la mine renfrognée. Georges, le mari séparé de Noémie, s'avère tout aussi touchant dans ses contradictions pitoyables : en costume cravate, en train d'appeler son ex pour lui dire qu'il vient de se faire larguer, d'abord tout triste sur ce pont de Venise, avec des touristes autour de lui, puis colérique alors qu'il parle de ses enfants. le lecteur sent monter le mépris vis-à-vis de lui, mais sans pouvoir se départir d'une profonde sympathie pour cet homme aux défauts très humains, à la frustration normale. Elle réussit également très bien Sébastien, l'adolescent qui se lève à quatorze heures pour s'enfiler des tartines de pâte à la noisette.
Rapidement, la présence et l'épaisseur des personnages étant tellement tangibles, le lecteur éprouve l'impression de lire une suite de discussion. Effectivement, l'artiste insuffle une vie et une personnalité incroyable à chacune et à chacun. Pour autant, il ne s'agit pas d'une suite de scènes de théâtre où les personnages ne se tiendraient juste devant un décor en toile de fond. S'il prend un peu de recul, le lecteur constate que les décors sont bien présents et représentés : le salon de la villa au bord de la mer, le bistrot, la cuisine, le wagon de voyageurs pour se rendre à Londres, un bureau, une gondole dans un canal de Venise, le bord de mer, la chambre d'une adolescente, etc. Il suffit d'une case à l'artiste pour créer une ambiance et un personnage. Par exemple, les différents individus auxquels recourir pour un avortement clandestin : madame Michu faiseuse d'anges, le docteur Machin rayé de l'ordre des médecins, monsieur Guiliguili grand marabout : autant de personnages bien croqués sur la base de stéréotypes agrémentés d'une touche d'humour. Sans oublier la séquence au cours de laquelle France a l'impression de se faire draguer par un jeune homme au bureau, ou l'apparition juste en culotte de Laura à son lever devant les trois copines. Effectivement ce qui ajoute encore à la sympathie pour elles, réside dans le fait qu'elles ne sont pas tournées vers le passé à ressasser leur jeunesse perdue.
Pour un lecteur des années 2020, Florence Cestac semble enfoncer pas mal de portes ouvertes et parler de choses qui ne sont plus tabou depuis bien longtemps. En outre, elle ne dit pas grand-chose de la situation sociale et économique de ces dames, mais elles ont à l'air à l'aise, sans grand souci professionnel. D'un autre côté, ce n'est pas une évocation passéiste. Il est également question de leurs enfants, adolescents ou jeunes adultes, ce qui fournit un point de comparaison avec ce qu'elles ont vécu. le lecteur mesure toute la portée de l'IVG ou de la pilule. le propos n'est pas si convenu que ça non plus. Pour commencer, l'autrice ne porte pas de jugement sur Noémie, Monique ou France, chacune dans un parcours de vie sentimental et amoureux différent, ni même finalement sur leurs hommes, malgré leurs lâchetés ordinaires, ou plutôt leur simple faillibilité. Ensuite, ces dames sont elles aussi très humaines, se trouvant à des degrés différents d'acceptation de leur âge, gérant plus ou moins bien leurs difficultés relationnelles avec la famille. Ce dernier point donne lieu à deux séquences très touchantes : Noémie devenant de plus en plus déprimée au fur et à mesure d'une conversation téléphonique avec sa mère, Monique expliquant que ses liens avec sa propre famille se sont distendus au point d'en devenir inexistants. En planche 18, l'autrice donne une vision sans fard du désir sexuel, dépendant de la disparité phallique, exposant le fait que l'envie du phallus est inhérente à la vie de la femme, une affirmation pas forcément consensuelle ou politiquement correcte.
Trois femmes qui évoquent leur ménopause et leur vie amoureuse pendant une quarantaine de pages : pas forcément palpitant. Florence Cestac leur confère une telle présence et une telle vitalité, que le lecteur a tôt fait d'éprouver une grande sympathie pour elles, et de se sentir privilégié de pouvoir être inclus dans leurs échanges. Peut-être que les discussions sont moins novatrices qu'elles pouvaient l'être en 1996, mais elles n'ont rien perdu de leur pertinence, et sont même par certains aspects très modernes, en particulier dans l'absence de jugement porté. La lectrice et le lecteur ne voient pas passer le temps en compagnie de France, Monique et Noémie, et se retrouvent ravis d'avoir ainsi fait le point avec elles, arrivé à la ménopause.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Isacom
  13 janvier 2023
Plus drôle et sans doute plus féministe que le précédent, cet album rassemble une bande de copines autour de la cinquantaine : il y a Noémie l'épouse trompée du précédent album, mais aussi l'épouse comblée qui "travaille sur son couple", ou encore la célibataire qui n'espère plus… Et puis les enfants ados qui traînent autour. Entre deux bouffées de chaleur, les cinquantenaires de Cestac peuvent être assez féroces les unes envers les autres, mais le réalisme des situations, la finesse de l'observation nous font bien rire tout de même.
Challenge Bande dessinée 2023
Commenter  J’apprécie          80
marina53
  07 avril 2012
On retrouve l'héroïne du premier volet du démon de midi avec ses copines
Un ouvrage peut-être plus féminin et plus féministe.
J'aime beaucoup le dessin de l'auteure: toujours aussi coloré et vivant.
Avec toujours les petits détails au second plan.
Un bon moment.
Commenter  J’apprécie          130
som
  27 janvier 2014
Noémie, la cinquantaine bien tapée et larguée il y a plus de 10 ans par son mari pour une plus jeune, se retrouve avec ses deux indécrottables copines pour un weekend entre filles.
Temps de chien et petit blanc obligent, nos trois héroïnes refont le monde ou plutôt font l'inventaire de leur petit monde : l'amour s'effiloche, la féminité en prend un coup avec les années qui passent, les gosses devenus de jeunes adultes sont toujours collés à la maison, agaçants au plus haut point surtout la fille toute fraîche et ferme…
Belle, joyeuse et grinçante tranche de vie aux côtés d'un trio impertinent qui ne baisse pas les bras et préfère se lâcher au lieu de se conformer. Avec ce nouvel épisode, Florence Cestac redonne la pêche à toutes les générations.
Commenter  J’apprécie          20
Ziliz
  22 mai 2011
Un week-end pluvieux au bord de la mer entre trois copines quinquagénaires. C'est l'occasion d'égrener les souvenirs de jeunesse, de se balancer des vacheries, de se laisser aller aux confidences (ménopause, sexe, chirurgie esthétique...). France essaie tant bien que mal de garder son mari volage en fermant les yeux sur sa double vie. Monique a pris le parti de faire une croix sur les aventures. Noémie est divorcée et sort avec un homme marié. Au milieu de tout ça, des chiens, un chat, des ados préoccupants... Et pour chacune, l'espoir de connaître encore l'amour.
Pas de franche rigolade, à peine quelques sourires, mais c'est parfois bien vu donc c'est plaisant à lire.

Lien : http://canelkili.canalblog.c..
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
PresencePresence   27 octobre 2022
Chris, physiquement, c’était le Clint Eastwood du pauvre. En plus chiffonné, surtout en beaucoup plus petit. Elle en était folle. Il ne se déplaçait qu’à moto, et il avait toujours en faisant un maximum de bruit. Frimeur ! Frimeur ! Radin des bois, il ne payait jamais rien. Promettait mille choses qu’elle n’a jamais vu venir. Continuait de rentrer chez sa régulière qu’il n’avait nullement l’intention de quitter. Et il en avait d’autres car je les avais surpris un jour, minaudant autour d’une belle brune plantureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
marina53marina53   07 avril 2012
- Et aujourd'hui, quand c'est bien, je me dis: "Profites-en!, c'est peut-être la dernière fois"
- Détrompe-toi, il paraît que ça copule pas mal dans les maisons de retraite...
Commenter  J’apprécie          90
PresencePresence   27 octobre 2022
Nous avons fait une thérapie de couple, une thérapie analytique. Qi qong, reiki, shiatsu sympathicothérapie, magnétothérapie, hypnose… Une thérapie de couple en Auvergne et un accompagnement de soi dans les Pyrénées. J’ai réussi à ne plus être la belle-mère de Blanche Neige. C’est génial, non ? Et surtout nous restons ensemble pour notre fille.
Commenter  J’apprécie          30
PresencePresence   27 octobre 2022
Quand j’ai eu mes règles, ma grand-mère m’a dit : tu verras que c’est tout du tintouin, cette affaire, dans la vie d’une femme. D’ailleurs, on ne savait jamais comment dire. J’ai mes trucs. Je suis indisposée. J’ai mes ragnagnas, mes ours. Les Anglais ont débarqué. J’ai mes menstrues, mes périodes. Je suis à cheval sur le torchon.
Commenter  J’apprécie          20
PresencePresence   28 octobre 2022
N'empêche que c’est dur de séduire un mec à 50 ans. Avec tous les couples qui se séparent, il y a autant de femmes qui se retrouvent seules, non ? Alors pourquoi les femmes restent massivement solo ?
Commenter  J’apprécie          42

Lire un extrait
Videos de Florence Cestac (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florence Cestac
Daniel Pennac et Florence Cestac ne sont pas réunis par hasard sur ce plateau. En effet, ils présentent ensemble "Les mots se mangent", une BD à destination des enfants publiée aux éditions le Robert. Il s'agit d'un lexique illustré de toutes nos expressions qui mettent l'eau à la bouche, sans jeu de mots. 
Cette oeuvre en duo est la deuxième. En effet, l'année dernière, ils signaient "Les mots ont des oreilles".
autres livres classés : quinquagénaireVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18638 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre