AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Une joie féroce (89)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Ladybirdy
  21 juin 2019
Une joie féroce, c'est d'abord le titre qui m'a attirée vers ce roman. Un titre prometteur et certainement engagé et dynamique. Ensuite l'auteur, Sorj Chalandon, une référence tout de même.

C'est tout d'abord une histoire grisounette, autour de la maladie. Jeanne apprend qu'elle est atteinte d'un cancer du sein. Les citations affluent sur le cancer, la maladie, de belles citations. Auprès de son mari Math, elle espère trouver le soutien qu'elle mérite. Il n'en est rien. Son mari se montre agressif et austère devant la maladie. Jeanne se tracasse de perdre un sein, Math ne supporte pas l'idée que sa femme soit chauve. Tout est dit. Jeanne se retrouve très vite seule, abandonnée par son époux. À l'hôpital où elle entame ses chimios, elle fait la rencontre de Brigitte. Attentionnée, prévenante, empathique, les deux femmes se lient d'amitié. Deux autres femmes viennent se greffer autour du duo malade, Assia et Melody. Toutes ces femmes ont plus d'un point en commun. Si le cancer a pris possession de leur corps, la maternité est un trou béant pour chacune d'elles. Entre celles qui ont perdu un enfant et Assia dont son ventre reste inlassablement vide, les quatre femmes se lient dans une amitié à fleur de peau ombrée par les secrets que chacune garde en elle.

Tout était bien parti jusque là. Un portrait touchant autour de Jeanne, autour de ses difficultés (même si elles sont assez survolées). Arrivent l'histoire des autres amies et là, c'est le flop de mon côté. Leurs histoires ne m'ont absolument pas passionnée. C'est encore pire quand l'histoire prend alors des allures de thriller, de folie peu crédible quand on est malade. Il n'est nullement question de joie féroce dans ce roman, ou du moins, je ne l'ai pas ressentie.
La maladie est très vite occultée, l'auteur s'attarde sur le plan que mettent en place les quatre amies pour sauver l'une d'entre elles. C'est long et j'avoue avoir passé des pages tant toute cette partie ne m'a pas convaincue. Je ne m'y suis attachée à aucune femme. On nous parle de cancer, on nous promet de la joie puis on nous file des amphétamines insipides en guise d'actions mollassonnes.

Bref, un roman qui m'a ennuyée et pas vraiment convaincue.

#UneJoieFéroce #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10925
palamede
  12 août 2019
Après l'annonce de sa maladie, pleine d'angoisse à l'idée de ce qui l'attend, Jeanne doit encore subir le lâchage de son bel âtre de mari. Pourtant alors que tout semble aller au plus mal, elle rencontre lors de ses séances de chimiothérapie, trois femmes, trois blessées de la vie qui l'entraînent dans une folle aventure, qui après l'avoir effrayée pourrait bien sauver le reste de son existence.

Bien sûr sentir sa fin proche donne une perspective différente. Dès lors pour celles qui n'ont plus rien à perdre, pourquoi ne pas devenir des hors la loi, s'embarquer dans un mauvais coup pour une bonne cause. Un ressort de l'histoire, il faut bien le dire, assez improbable d'un Chalandon qui n'est pas rebuté par les sujets déprimants... le lecteur je ne sais pas. En tout cas, le réalisme de la première partie est franchement angoissant, alors que la solidarité féminine y est tout à fait emballante. Quant à la deuxième partie, je dirais qu'elle tient de la haute fantaisie. Mais après tout pourquoi pas...

#UneJoieFéroce #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          787
Bazart
  19 août 2019
Journaliste à Libération pendant plus de trente ans, désormais au Canard Enchainé, Sorj Chalandon, lauréat du grand prix du roman de l'Académie française pour Retour à Killybegs, est revenu à la rentrée littéraire 2017 avec le jour d'avant un éblouissant roman, peut etre le meilleur de son oeuvre, malgré une absence totale dans les prix littéraires de l'époque.

A la lecture de son dernier roman, on peut se demander ce qui a bien pu arriver à cet auteur dont j'avais aimé les précédents romans "Mon Traitre" ou "le quatrième mur", ?

A-t-il trop regardé La casa del papel ? A-t-il voulu montrer son soutien à tout prix au mouvement #metoo avec un roman très féministe dans lequel les femmes tiennent le beau rôle et les hommes sont très très ( très) méchants, lâches, violents, sans la moindre parcelle d'humanité? A t- il eu marre de ses univers très noirs et très nihilistes pour nous trousser un feel good book finalement optimiste mais qui se moque de toute crédibilité narrative? Nul ne le sait, mais toujours est il que le résultat laisse assez pantois surtout quand on misait énormément sur cet auteur dans la rentrée littéraire de cette année

Si l' on pourra être ( un peu) touché notamment dans sa première partie par le personnage de Jeanne et la façon dont on vit l'annonce de son cancer et dont elle vit son traitement, et que l'auteur sait encore écrire et trousser de belles formules, l'intrigue a un côté très "bigger than life" , très outrancière et surtout pétrie de bons sentiments qui font passer Anna Gavalda pour une cynique..

Entre la cancérologue italienne qui sort des phrases comme des mantras, le gentil commissaire, le mari sans nuances, les ex tous affreusement salauds, et les amies de Jeanne vraiment trop caricatures, il nous a été impossible de croire à cette histoire qui plaira peut etre à ceux qui sont plus réceptifs aux feel good books ; les autres attendront le retour du romancier nuancé et profond qui nous avait habitué à tant mieux... Sorj Chalandon a visiblement voulu changer de braquet pour cette rentrée 2019 mais hélas, celui ne lui a pas bien réussi !

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          638
viou1108
  16 juillet 2019
Jeanne, 39 ans, vient d'apprendre qu'elle a un cancer du sein. Elle, la libraire discrète et effacée, qui s'excuse presque d'exister, se voit lâchée par son corps. Puis par son mari, qui fuit, indisposé par la future calvitie de sa femme, apeuré par l'idée de la mort, surtout, tout à coup si proche. Jeanne doit donc affronter seule sa maladie, son traitement. Mais à l'occasion d'une séance de chimio, elle fait la connaissance de Brigitte, puis de Mélody, toutes deux malades aussi, et enfin d'Assia. En plus du cancer, ces quatre compagnes de douleur partagent un mal d'enfant, de maternité. Mais pour l'une d'elle, tout espoir n'est pas perdu. Et nos quatre mousquetaires en perruques et turbans de s'embarquer dans une aventure aussi improbable que rocambolesque, comme une tentative désespérée de pied-de-nez à la souffrance. de là à dire, comme Jeanne dans son journal, qu' "ensemble elles ont détruit le pavillon des cancéreux pour élever une joyeuse citadelle", je ne suis pas convaincue. Je n'ai pas ressenti beaucoup de joie de vivre dans cette histoire, ou alors très fugacement. de la révolte, de la colère, du désespoir et un besoin (effectivement féroce) de revanche sur le sort, ça, sans aucun doute. Mais je me faisais une autre idée de la joie. En fait, je m'étais fait une autre idée de ce roman avant de le lire, d'où mon impression de décalage. J'attendais un récit de la transformation de Jeanne-la-grise en femme, si pas flamboyante, au moins épanouie et confiante en elle, après un combat difficile contre elle-même, sa maladie et ses démons. Mais ce n'est pas ce que j'ai lu. Evidemment, Jeanne n'est pas la même à la fin, mais la focale a été davantage dirigée sur le "coup" fomenté par ces quatre drôles de dames, au point que le reste est passé à l'arrière-plan. Et puis je n'ai pas réussi à croire à cette histoire ni à m'attacher à ses personnages. Erreur de casting en ce qui me concerne.

En partenariat avec les Editions Grasset via Netgalley.

#UneJoieFéroce #NetGalleyFrance
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          635
isabelleisapure
  20 août 2019
Fidèle lectrice de Sorj Chalandon, j'ai choisi de lire ce livre sans rien en connaître au préalable.
Il y a une poignée d'auteurs en qui j'ai une telle confiance, que la quatrième de couverture n'influence en rien mon choix, ni la certitude du plaisir à venir.
Mais là, je dois dire que j'ai été surprise.
Lire sous la plume de Chalandon l'histoire banale et dramatique de Jeanne atteinte d'un cancer, quittée par un mari aussi lâche qu'ignoble me laissait entrevoir la déception d'un rendez-vous raté avec l'un de mes écrivains favoris.

Dans la première partie du roman, nous suivons Jeanne avec sa peur, son chagrin, ses premiers pas dans le traitement qui la laisse épuisée, la solidarité et le soutien d'autres femmes malades.
C'est grâce à elles que Jeanne va trouver la force nécessaire pour repousser le malheur qu'elle connaît et qu'elle ne veut plus, elle qui a perdu son fils âgé de sept ans.
Rire pour ne plus pleurer pourrait être la devise de ces guerrières bien décidées à ne rien lâcher, surtout pas la vie.
« Elle et les autres se moquaient de la maladie. Elles riaient de la mort. Allaient à la chimio comme d'autres à la manucure. C'était dur pourtant. Chacune souffrait, pleurait, poussait un cri de douleur au moment du lever mais aucune ne se plaignait. »

Lorsque l'auteur change de braquet pour nous entraîner dans un thriller aussi original qu'imprévu, j'ai compris que j'avais à nouveau entre les mains « un grand » Chalandon.

Ce livre est une magnifique leçon de courage, une belle histoire d'amitié et qu'importe les incohérences que ne manquent pas de souligner certains lecteurs sur l'improbabilité de ce braquage mené avec l'énergie du désespoir.
Un coup de coeur que j'ai terminé en larmes.

Merci à NetGallet et aux Editions Grasset.
#UneJoieFéroce #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5012
Eve-Yeshe
  04 août 2019
C'est l'histoire d'une jeune femme, Jeanne, libraire de son état, appréciée de ses collègues comme de ses clients. Elle est mariée à Math. Un jour le cancer fait irruption dans sa vie, et elle s'aperçoit très vite qu'elle devra affronter seule, ce combat : chimio, chirurgie, radiothérapie… Math se révèle au-dessous de tout, c'est à lui que cela arrive, il ne sait pas s'il saura supporter. Sn attitude est révoltante (mais ce sont des choses qui arrivent dans la réalité !)
Les effets secondaires de la chimio le dégoûtent, et que dire de sa réaction quand il découvre les cheveux de Jeanne dans la salle de bains : « C'est dégueulasse » s'exclame-t-il ! Et il finit par prendre la fuite, songe au divorce, et pourquoi pas la mettre dehors de l'appartement…
Sorj Chalandon aborde de fort belle manière le cancer, ses causes, ses traitements, l'attitude du corps médical… Et la solidarité qui peut s'installer entre patientes.
En effet, Jeanne fait la connaissance de Brigitte, puis d'Assia, de Mélody. Ensemble, elles parlent librement de leur souffrance au quotidien, des nausées, des douleurs, du choix entre perruque et turban… Un jour, un projet fou leur passe par la tête.
J'ai beaucoup aimé toute la partie consacrée au cancer et à la manière parfois pleine d'humour qu'emploie l'auteur, mais la deuxième partie m'a moins plu car peu crédible. Certes on comprend qu'il faut s'accrocher à quelque chose, avoir un but pour avancer jour après jour mais le récit limite polar m'a laissée sur ma faim.
J'aime beaucoup la plume de Sorj Chalandon, mais même s'il m'a fait sourire parfois, je suis moins emballée que par ses autres romans.
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Grasset qui m'ont permis de découvrir ce dernier opus de l'auteur.

#UneJoieFéroce #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
MadameTapioca
  15 août 2019
Allo Sorj.... on a eu un problème

Je partais pour lire du Chalandon, je me suis retrouvée avec du Anna Gavalda.

Ce que j'aime chez vous monsieur, c'est votre pudeur, vos mots de presque rien qui insidieusement me font monter les larmes.
Ici, d'entrée c'est le grand déballage.
Cancer, enfant mort, femme abandonnée et tutti quanti.
Pleurez dans les chaumières, voici l'histoire de 4 femmes atteintes d'un cancer.
Mais ne soyez pas trop inquiets, les bons sentiments débordent également. L'amitié et les épreuves feront de ces 4 femmes des combattantes qui se révéleront à elles-mêmes.
Que de poncifs, que de pathos, que de tout !
Alors oui bien sûr ça se lit tout seul mais je ne suis pas sure que ce soit un compliment dans ce cas.

Allez on oublie ce livre et on attend votre prochain. Tout le monde a le droit d'avoir un coup de mou.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          433
spleen
  29 juin 2019
J'aime Sorj Chalandon ! Je peux le clamer car c'est un amour purement littéraire ... Donc, j'ai entamé ce nouveau roman sans rien en savoir , sans lire le résumé , une sorte de virginité , de candeur ou de confiance aveugle .

Le ressenti, de ce fait , est plus brut et direct , ne sachant pas à quoi m'attendre et je peux dire que je suis passée par beaucoup de sentiments .

Le premier chapitre nous plonge d'emblée dans une situation digne d'une scène de cinéma, quatre femmes, grimées dans une voiture s'apprêtent visiblement à commettre un acte répréhensible et certaines hésitent .

D'emblée le lecteur mord à l'hameçon , c'est quoi ce truc ?

Retour quelques mois en arrière , lorsque Jeanne, une de ces femmes , une libraire plutôt réservée, apprend qu'elle a un cancer du sein . Là , j'avoue avoir douté , d'abord avec le mauvais souvenir du livre La chambre des époux de Eric Reinhardt que j'avais détesté , et d'autre part, plongé par mon boulot dans le milieu oncologique, j'ai besoin de bouffées d'air lorsque je lis ... mais la vision que nous propose Sorj Chalandon est tellement ancrée dans la réalité , avec l'annonce du diagnostic de cancer qui tranche net le Avant l'annonce du Présent avec un avenir en pointillé , puis le mélange confus des sentiments et le regard gêné et souvent maladroit des autres, la distance que certains mettent comme Matt, le mari de Jeanne ne supportant pas la maladie de sa femme, telle une peur de la contagion - la tenir à distance pour se protéger soi-même.

Lors de ses séances de chimio , Jeanne rencontre Brigitte, une autre patiente puis grâce à elle Assia et Melody.

Chacune a une histoire douloureuse .

La parole est uniquement donnée aux femmes, ce qui est plutôt rare dans les romans de Sorj Chalandon, et les hommes ont pour la plupart un rôle détestable .

Le propos ne s'appesantit pas sur la maladie et ses traitements, et lorsque Melody a besoin d'argent , c'est ensemble que ces quatre femmes échafaudent un plan irréaliste , un coup d'éclat ou une fuite en avant , en tout cas un pied de nez à la maladie et qui ne peut exister que dans les romans .

De beaux portraits de femmes écorchées et une vision tout en pudeur et réaliste du combat contre le cancer : c'est une approche différente des précédents romans de Sorj Chalandon mais que j'ai trouvé aussi belle avec une grande émotion palpable .

Un grand merci aux Éditions Grasset et à NetGalley

#UneJoieFéroce #NetGalleyFrance

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          424
fabienne1809
  29 août 2019
Je découvre Sorj Chalandon avec son nouveau roman.
Les premières critiques lues sur Babelio m'ont marquée au point que, devant l'étal de mon libraire, j'ai embarqué ce roman en même temps que je faisais l'acquisition du dernier Amélie Nothomb.
Le premier chapitre intrigue et donne aux lecteurs les plus curieux l'envie d'en savoir plus. Mais, dès le deuxième chapitre, l'auteur nous fait remonter dans le temps, sept mois plus tôt.
Dès ce deuxième chapitre, on entre dans la période de la découverte de "LA" maladie qui affecte Jeanne, de la peur que cette maladie entraîne et des réactions de l'entourage proche. J'ai été très touchée par ces chapitres qui nous séparent du moment découvert lors du prologue.
Même si ce qui nous ramène à l'histoire du prologue n'est pas très crédible, je trouve que ce roman vaut la peine d'être lu pour les belles émotions qu'il suscite face au courage de Jeanne et de ses amies de "chimio" et à l'amitié indéfectible qui se crée entre ces femmes.
"Mon destin m'échappe, c'est la première leçon du cancer."
"Se réapproprier rageusement son destin est la deuxième leçon."
#rentréelittéraire2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
hcdahlem
  20 août 2019
Le gang des cancéreuses
Après avoir exploré la solidarité des mineurs de fond dans «Le Jour d'après» Sorj Chalandon explore celle qui lie quatre femmes, toutes atteintes d'un cancer et qui entendent réussir leur sortie en braquant une bijouterie place Vendôme.

Samedi 21 juillet 2018. le jour de la «vraie connerie». Celui où, après avoir longuement préparé leur coup, quatre femmes décident de passer à l'action, de braquer l'une des plus célèbres bijouteries de la Place Vendôme. Voilà pour la mise en bouche, voilà pour le chapitre qui ouvre le nouveau roman de Sorj Chalandon.
Nous n'en saurons pas plus pour l'instant, car l'auteur nous renvoie sept mois plus tôt, au moment où les médecins décèlent un kyste sous le sein gauche de Jeanne Hervineau. Une grosseur qui va s'avérer être maligne. Nous sommes en décembre 2017 et cette librairie prend conscience que sa vie a brusquement changé: «Ce matin, j'étais une fille rieuse de 39 ans. Cet après-midi, une femme gravement malade. Six heures pour passer de l'insouciance à la terreur. Je n'arrivais pas à regarder les autres. J'avais peur qu'ils comprennent que je n'étais plus des leurs. le temps avait basculé.»
Essayez durant quelques secondes de vous mettre à sa place. Imaginez ce qui peut vous passer par la tête lorsque l'on vous annonce un cancer… Si chaque histoire est particulière, la seule certitude que l'on peut alors avoir, c'est que désormais vous ne voyez plus la vie de la même manière. Un peu comme lorsqu'on effectue une mise au point, on découvre la vraie dimension des choses, on analyse les détails qui nous avaient jusque-là échappés.
Jeanne se rend compte que sa vie avec Matt tient davantage de l'habitude que de l'amour. Tout a sans doute basculé le jour où ils ont perdu leur fils. «Le jour où notre enfant a fermé les yeux, les nôtres ont cessé de briller. Matt ne m'a plus tenu la main. Ce n'était pas une punition, juste une évidence. Nos peaux n'avaient plus rien à se dire.»
En revanche, les femmes qui partagent son combat sont «à la fois lumineuses, puissantes et déroutantes.» La première dont elle fait la connaissance est Brigitte, dont chacun des regards est une main tendue. Avec Assia et Melody, elle ont choisi de se battre ensemble, trouvant refuge dans «un repaire de femmes qui n'attendent rien du dehors». Entre les séances de chimio, le choix d'une perruque et une coupe de champagne, elles vont s'épauler, se livrer, et rêver.
Fini les galères et les drames que chacune des quatre femmes a connu. Désormais il faut vivre et profiter de ce reste de vie. Et trouver comment sauver Eva, la fille de Melody et d'Arseni. Après leur séparation, son père a enlevé la petite et a regagné sa Russie natale. Pour rendre la petite, il réclame cent mille euros. Et voilà comment l'idée de braquer une bijouterie est arrivée. «Nous savions que tout était fragile. Qu'il y aurait cet avant et plus aucun après.»
Bien entendu, je ne dévoilerai rien ici du braquage et de ses suites. Disons simplement que l'épilogue vous réservera bien des surprises. Car Sorj Chalandon a plus d'un tour dans son sac et démontre une fois encore qu'on peut le trouver où on ne l'attend pas! Je vous promet Une joie féroce à lire ce roman !
Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Sorj Chalandon

Combien de romans a écrit Sorj Chalandon jusqu'à présent (mars 2014) ?

2
4
6
8

11 questions
72 lecteurs ont répondu
Thème : Sorj ChalandonCréer un quiz sur ce livre
.. ..