AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2729828516
Éditeur : Ellipses (01/06/2006)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Un constat : les filles sont beaucoup moins nombreuses à s'engager dans des études scientifiques, les femmes moins nombreuses dans les carrières liées aux sciences. Cela est-il le fait d'une "nature féminine" qui serai incompatible avec les sciences ou bien le résultat d'une violence faites aux femmes depuis des siècles leur interdisant l'accès au savoir, les confinant dans des tâches subalternes, les enfermant dans le soin du ménage et des enfants ? L'auteur a tent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
JeFdeNantes
  16 septembre 2017
« Il est plus facile de désagréger un atome qu'un préjugé ! » est un aphorisme attribué à Albert EINSTEIN, que l'on convoque souvent. En Science comme ailleurs, les préjugés ont la vie facile. L'un des plus tenaces est celui du rôle des femmes dans la pensée scientifique. Ingénieure, chercheuse, professeure : la féminisation des métiers techniques, comme des autres, contribue lentement au changement des mentalités. Une autre approche est possible : regarder lucidement l'histoire. C'est ce que propose Gérard CHAZAL dans son ouvrage Les Femmes et la science (Ellipses, 2015).
Il n'y a pas que Marie CURIE comme exemple de femme scientifique ! Première lauréate du prix Nobel de Physique ET de Chimie, scientifique hors-pair et citoyenne exemplaire, elle est un bel arbre qui cache une forêt trop inconnue : celle des contributions féminines à la science.
On attribue sans certitude historique la découverte de l'orbite elliptique de la Terre à Hypatie (360-415), philosophe et mathématicienne qui dirigea l'école néoplatonicienne d'Alexandrie. C'est le point d'ancrage d'un film réalisé par Alejandro AMENABAR en 2009, « Agora », dans lequel l'actrice Rachel WEISZ donne, tout en beauté, son corps à un personnage féminin dont les historiens savent peu de choses, et pour cause. Victime de l'intégrisme chrétien de l'époque, son histoire n'a pas échappé à la destruction par ses persécuteurs... Vae Victis !
Emmy NOETHER (1882-1935) a elle laissé aux mathématiques pures un théorème qui porte son nom : en rapprochant les notions de symétrie et les lois de conservation, il établit un pont entre géométrie et algèbre. Etudiante à l'université d'Erlangen, elle devait se contenter d'être auditeur libre ; enseignante débutante à l'université de Göttingen, ses cours étaient supervisés par ses collègues masculins – signe de temps… Les applications théoriques de ses travaux sont nombreuses, comme pour la Théorie de la Relativité développée par Albert EINSTEIN, lequel reconnaissait ses contributions exceptionnelles aux mathématiques. Son cadre de pensée contribue également à établir des résultats précieux sur les équations de la mécanique, et des méthodes numériques utiles aux ingénieurs.
L'histoire d'une conquête que celle de la place des femmes dans les sciences – comme dans la société tout entière – racontée en exemples remis dans le contexte de leur époque. D'Hipathie d'Alexandrie à Emmy NOETHER, en passant par de nombreuses autres personnalités, les femmes ont été autant que les hommes des contributrices remarquables à la recherche et aux découvertes scientifiques, luttant pour cela contre les dominations et les préjugés.
Gérard CHAZAL défend avec justesse la thèse selon laquelle « le fait de tenir (les femmes) à l'écart (de la science) tient plus à des raisons idéologiques, sociales ou religieuses qu'à des raisons biologiques ». Il le montre par de nombreux exemples, couvrant différentes disciplines et périodes historiques. En d'autre termes, des femmes sont tout aussi douées que des hommes pour les sciences dites « dures » (mathématiques, physique ou chimie) et leur apport passé – et surtout futur – est aussi déterminant que celui des hommes pour le progrès de la connaissance et de ses applications au bénéfice de l'humanité…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Salyna
  27 octobre 2011
Un très bon livre pour situer la place des femmes dans l'histoire des sciences.
Certes un peu court, il permet cependant de voir que les femmes ne sont pas absentes volontairement des sciences, mais que pendant longtemps, on les a empêcher d'y avoir accès (éducation, misogynie).
Mais de nombreuses femmes brillantes marquent le parcours des sciences.
Ce fut un double combat : lutter pour avec accès aux connaissances et aussi lutter pour une place et l'égalité dans des sociétés patriarcales.
Le livre visait à casser le stéréotype que les femmes n'étaient pas faites pour les sciences, et bien c'est une chose qu'il fait a merveille (pour ceux qui en douterait)
Être une femme DE science, c'est être scientifique ET féministe
Commenter  J’apprécie          00
CSTFC
  27 avril 2014
introduction rapide et claire au sujet. Où l'on voit le chemin parcouru par ces femmes scientifiques pour défricher le terrain depuis l'Antiquité afin d'accéder à la science mais où l'on peut constater aussi celui qui reste encore à parcourir pour une réelle égalité des chances entre sexes dans le domaine scientifique.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SalynaSalyna   27 octobre 2011
Tant que l'on donnera aux petites filles des jouets [une barbie disant : Oh que les maths sont difficiles] visant à leur faire intérioriser une prétendue infériorité en matière scientifique, il ne faut pas s'attendre à voir progresser rapidement la cause des femmes
Commenter  J’apprécie          10
SalynaSalyna   27 octobre 2011
[...] c'est le siècles [19e] scientiste où se développe la croyance dans le pouvoir de la science à conduire l'humanité vers un progrès infini tant matériel que moral
Commenter  J’apprécie          10
SalynaSalyna   27 octobre 2011
Non seulement il y a plus d'hommes que de femmes enseignant [dans le supérieur] dans les sections scientifiques, mais la différence s'accroit hiérarchiquement et les femmes restent très minoritaire en tant que directrice de recherche ou professeurs des universités.
Commenter  J’apprécie          00
SalynaSalyna   27 octobre 2011
La science serait peut etre mieux utilisée entre des mains féminines ! [ suite au refus de Lise Meitner de se mêler de la construction d'une bombe atomique]
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : femmes et sciencesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
312 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre