AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2915492220
Éditeur : Editions Cornélius (20/05/2006)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Daniel Clowes est né à Chicago où, un jour de 1924, deux étudiants assassinèrent par ennui leur jeune voisin. Le souvenir de ce fait-divers hante et ponctue les pages de Ice Haven, qui raconte comment la disparition d'un petit garçon bouleverse la routine d'une bourgade du Midwest repliée sur elle-même, et met à jour la solitude et la frustration de ses habitants. L'auteur de David Boring marche ici sur les traces d'Edward Hopper ou de Charles Schultz et cartographi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
KrisPy
  25 mars 2015
Daniel Clowes est un drôle de personnage... Son monde intérieur est dense, intensément superficiel et profondément léger tout à la fois.
Ice Haven, publié après Ghost World, pourrait en faire partie et s'y apparente totalement.
Des scénettes, des morceaux de vie, des tranches de réalisme surréalistes, des personnages hétéroclites, qui se croisent et interagissent, des situations banales mais toujours, les mots de Clowes, qui donnent une dimension presque onirique, avec cet humour caustique qui résonne encore, une fois la page tournée, faisant écho à la situation suivante. C'est un peu comme un puzzle épars, qu'il faut recoller sans avoir tous les morceaux, et sans image finale...
Ice Haven, comme Ghost World, parle aussi de la jeunesse et de l'inconfort qu'elle peut parfois occasionner, et évoque également le passage du temps, de la façon dont on vieillit, puis de la solitude, qui elle, n'a pas d'âge de prédilection.
Dans Ice Haven, Daniel Clowes semble aussi régler ses comptes avec les critiques, ou du moins un...
Mais Clowes n'est jamais méchant, il a de l'affection pour ses personnages, qui sont tous un peu lui. Tous un peu nous aussi...
La seule chose que je reprocherais à ce livre, c'est d'être trop court ! Comme avec Ghost World, j'aurais aimé en lire PLUS sur les mystères de Ice Haven... Damned !
Note - On apprend dans ce livre que Daniel Clowes et Terry Zwigoff ne font qu'un ! Terry Zwigoff, réalisateur de Ghost World le film (2001), et de Art Confidential (2005). Deux très bon films, que je recommande, à voir en vost de préférence !
Livre lu en version originale non sous-titrée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
colimasson
  21 décembre 2011


Puisqu'il faut bien un moteur qui donne un sens à l'existence d'un album de bédé (nous reviendrons plus tard sur la pertinence de l'utilisation de ce terme avec le critique attitré d'Ice Haven : Harry Naybors), ici se sera la résolution de la disparition mystérieuse de David Goldberg qui met en émoi les habitants de Ice Haven. La question serait de savoir si ceux-ci sont en émoi particulièrement après cet évènement ou s'ils le sont tout le temps, naturellement, parce qu'ils ressemblent à n'importe quel être humain bouleversé par les aléas de l'existence monotone ?


Ice Haven commence et se conclut donc avec les interventions du critique de bédé imaginé par Daniel Clowes : Harry Naybors. Ses propos orientent tout de suite l'état d'esprit du lecteur : ici, il ne sera pas confronté à de la production de petite qualité. On peut en effet parler de la bédé (et surtout de celle pratiquée par Daniel Clowes) en termes élogieux et lui donner de la gueule en la comparant à un « spectacle expérientiel » qui provoque un « schisme » dans les conceptions du lecteur.

« La « bédé » est-elle une forme d'expression valable ? J'ai bien peur que le jury n'ait pas encore rendu son verdict. D'aucuns considèrent la combinaison de deux formes pictographiques (à savoir les symboles dessinés et les caractères lettrés qui forment les « mots ») comme une impureté, alors que d'autres n'y voient pas d'inconvénient.
Cet embarras présumé mis à part, c'est peut-être dans ce schisme que réside ce qui confère à la « bédé » sa longévité en tant que forme d'expression essentielle : alors que la prose tend vers l' « intériorité » pure, prenant vie dans l'esprit du lecteur, et que le cinéma gravite vers l' « extériorité » du spectacle expérientiel, la « bédé », de par son mariage de l'intériorité du mot écrit et du caractère physique de l'image, reflète peut-être la véritable nature de la conscience humaine et la lutte entre la définition de soi et la réalité « matérielle ».

Mais trêve de bavardages nous en venons directement à l'histoire divisée en de multiples chapitres qui s'attardent, chacun à leur tour, sur un ou plusieurs personnages phares de Ice Haven. le style du dessin ainsi que le ton qui convient à chaque personnage diffèrent à chaque fois. C'est parfois inégal : on peut très bien apprécier ou détester les spéculations métaphysiques du très jeune Charles, les émois amoureux de Vida, ou la brutalité du très bref passage de Rocky (habitant préhistorique de ce qui devint ensuite notre Ice Haven bien connu). Mais si on aime le style de Daniel Clowes, on sera forcément séduit par l'ambiance qui émane de la confrontation de tous ces points de vue. Si ceux-ci convergent parfois vers le mystère de la disparition de David, ils ne s'y arrêtent toutefois pas : dans l'existence de chacun, il se passe des choses bien plus importantes que ce fait divers inscrit en première page des journaux.

Comme à son habitude, Daniel Clowes réussit brillamment à mettre en forme le caractère de personnalités égoïstes, frustrées, dont l'ambition déçue se transforme parfois en misanthropie aiguë, mais qui parviennent à retrouver un semblant d'harmonie lorsque le petit David réapparait finalement au milieu de ses congénères, aussi décontracté que s'il ne s'était rien passé.
Si la forme de cet album est originale (les histoires étaient initialement des suppléments de journaux publiées périodiquement), le fond ne diffère pas de ce que Daniel Clowes a l'habitude de produire. Tristesse tiède et illuminations éphémères, on baigne dans une tiédeur inconfortable qui ne promet guère d'améliorations.



Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
svecs
  26 avril 2016
Ice Haven, petite bourgade sans éclat.
Rien ne se passe.
CHacun mène une petite morne.
Il y a Random Wilder, poète local et pourtant maudit, qui ne supporte plus les succès répétés de la poétesse locale, Madame Wentz qui, par une ironie cruelle, se trouve être sa voisine.
Il y a Vida, petite fille de Madame Wentz, qui se rêve auteure.
Il y a Charles, enfant d'une famille recomposée qui se passionne pour une ancienne affaire criminelle, tout nen se languissant d'amour pour sa belle-soeur, Violet, adolescente qui se consume d'amour pour Penrod, bien plus vieux qu'elle.
Il y a le couple Ames, détectives privés venus enquêter sur la disparition mystérieuse du petit David Goldberg.
Et il y a les autres...
Tout un petit monde qui forme la communauté de Ice Haven. Une ville où tout le monde se cotoye mais personne ne se connaît vraiment.
Au fil des saynettes, nous surprenons des bribes de petits secrets, de dissimulations, de ptites trahisons... Rien de vraiment grtave. Des petites bassesses, des actes manqués, des jalousies...
Un manque criant de bonheur.
Ice Haven, un petit cocon où l'on ne se sent pas bien.
Les gens n'y sont pas franchement malheureureux, mais ils ne sont certainement pas heureux. A en devenir vraiment malheureux, à force que rien n'arrive, à ne plus avoir la force de rien faire, de subir que rien ne se passe.
Jamais.
Même la disparition de David Goldberg ne semble pas secouer la petite routine déprimante de Ice Haven.
Et ce n'est pas Harry Naybors, crtique de bande dessinée, qui va donner du sens à toute cette histoire.
Elle n'en a pas d'autres que de montrer cette terrifiante torpeur qui enveloppe Ice Haven.
Clowes y excelle dans l'humour à froid, les portraits nuancés de personnages étrangemment attachants dans leur léthargie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   21 décembre 2011
Quand je serai grand, je n’aurai pas besoin de me marier. Des lunettes de réalité virtuelle me permettront d’assouvir mes besoins sexuels, voire bien d’autres choses. Lorsque notre ADN aura appris qu’il ne peut plus compter sur des pulsions programmées pour perpétuer l’espèce, il reconnaîtra sa défaite, et le désir sexuel régressera comme la polio ou la variole. Cela mettra-t-il un terme au processus d’autodestruction qui nous menace ? Toute violence émane-t-elle de pulsions sexuelles tordues ? Et sous quelles formes se traduiront nos tendances violentes dans la réalité virtuelle ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
StockardStockard   21 décembre 2017
On croit qu'un meurtre est un "crime contre nature", c'est ridicule ! La violence gratuite est ce qu'il y a de plus naturel ! La nature veut notre mort ! La nature se moque de notre souffrance !
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   21 décembre 2011
Je dois faire attention et me contenir, car au plus profond de moi-même, je suis une personne vraiment très émotive. Bon sang, je peux chialer devant une foutue publicité à la télé.
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   21 décembre 2011
« La « bédé » est-elle une forme d’expression valable ? J’ai bien peur que le jury n’ait pas encore rendu son verdict. D’aucuns considèrent la combinaison de deux formes pictographiques (à savoir les symboles dessinés et les caractères lettrés qui forment les « mots ») comme une impureté, alors que d’autres n’y voient pas d’inconvénient.
Cet embarras présumé mis à part, c’est peut-être dans ce schisme que réside ce qui confère à la « bédé » sa longévité en tant que forme d’expression essentielle : alors que la prose tend vers l’ « intériorité » pure, prenant vie dans l’esprit du lecteur, et que le cinéma gravite vers l’ « extériorité » du spectacle expérientiel, la « bédé », de par son mariage de l’intériorité du mot écrit et du caractère physique de l’image, reflète peut-être la véritable nature de la conscience humaine et la lutte entre la définition de soi et la réalité « matérielle ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
colimassoncolimasson   21 décembre 2011
Si, convaincus de notre propre vertu, nous nous retrouvons dans un univers impitoyable qui favorise la cruauté et le chaos, nous n’avons d’autre choix que de perturber la structure de cet univers par tous les moyens possibles !
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Daniel Clowes (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Clowes
Rencontre Internationale avec Daniel Clowes Animé par Romain Brethes et Christophe Ono-Dit-Biot journalistes au journal Le Point, traduction de Miceal Beausang. Auteur culte de "Ghost World", de "Wilson" et "d?Ice Haven", l?Américain Dan Clowes publie en 2016 "Patience" (Cornélius), un voyage dans le temps halluciné qui rend hommage au trait de l?auteur de comics Steve Ditko. Clowes compte parmi les invités de marque de cette 44e édition !
Programmation et infos sur www.bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @actudufauve #partageonslaBD
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3521 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre