AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2841580776
Éditeur : Climats (21/11/1997)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Pillée, plagiée, perpétuellement invoquée et sans cesse occultée, la biographie de Michel-Ange par Condivi, reste la source la plus sûre, la plus complète et la plus vivante de toutes les tentatives ultérieures; c'est le texte auquel se réfère aussi bien le chercheur que le curieux ou l'amateur Le plus grand créateur de l'Occident y apparaît tel qu'il était, et tel qu'il se voulut, à la fois comme ce " père de l'Art moderne u dont parle Delacroix, comme le penseur i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
Chasto
19 septembre 2016
Caractère de toutes les extrêmes.
Amours et caprices, rages et passions; ensemble d'un être en constante blessure de lui même et des autres.
D'ébauches en sculptures le corps et l'âme de cette fragilité se développe et s'affirment.
A effeuiller avec surprise et étonnement.
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
ElGatoMaloElGatoMalo29 juin 2015
Mais après avoir reçu le second, puis le troisième arrêt, il [Piero Soderini, le Gonfalonnier] appela Michel-Ange et lui dit : "Tu as irrité et insulté le Pape comme même le roi de France n'oserait le faire, et on ne peut donc lui demander d'attendre d'avantage. Nous ne voulons pas courir le risque d'une guerre avec lui à cause de toi et mettre ainsi notre État en danger ; aussi prépare-toi à partir. ".Michel-Ange comprit alors qu'il était dans une situation critique, et comme il craignait la colère du Pape, il songea à partir vers l'Est ; c'est alors qu'il se souvint avoir été sollicité peu de temps auparavant par le Grand Turc, par l'intermédiaire d'une compagnie de franciscains qui l'avaient contacté pour construire un pont entre Constantinople et Pera, ainsi vraisemblablement que pour d'autres travaux. Mais lorsque le Gonfalonier eut vent de ces projets, il le fit chercher pour le dissuader, lui disant qu' "il préférerait risquer la mort en rejoignant le pape que de garder la vie en s'installant chez le Grand Turc; que d'ailleurs personne ne serait effrayé, à sa place, de revenir à Rome car le Pape était bon, ne lui voulait que du bien, et qu'il n'avait aucune mauvaise intention à son égard ; il lui dit aussi que s'il continuait à éprouver des craintes, la Seigneurie l'enverrait là-bas avec le titre d'ambassadeur, et qu'il serait ainsi protégé par une fonction qui mettait à l'abri des violences, comme cela avait été le cas pour tous ceux avaient déjà exercé cette charge".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          95
ElGatoMaloElGatoMalo06 novembre 2014
La culture littéraire de Michel-Ange est attestée par tous les lettrés romains et florentins de l'époque ; déjà du vivant de l'artiste, des universitaires donnaient des cours sur ses poésies ; Benedetto Varchi, principal représentant du mouvement néo-platonicien florentin au milieu du XVI° siècle fut l'un de ceux qui consacrèrent à l’œuvre poétiques de Michel-Ange des réflexions décisives. [note du traducteur à la page 67]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ElGatoMaloElGatoMalo07 novembre 2014
Or Brammante, comme chacun le sait, était fort dépensier parce qu'il était amateur de toutes sortes de plaisirs, et l'argent que lui avait octroyé le Pape ne lui suffisait que pour les satisfaire tant il était prodigue ; c'est pour cela qu'il chercha toujours à tirer un profit personnel des travaux qu'on lui confiait, en construisant les murs avec des matériaux de mauvaise qualité, quitte à ce qu'ils ne soient pas assez puissants pour supporter leur masse. [p77]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
ElGatoMaloElGatoMalo08 novembre 2014
Or Brammante se doutait bien que Michel-Ange s'était rendu compte des erreurs qu'il avait faites, et c'est pourquoi il a toujours cherché à le faire partir de Rome, ou tout au moins à le priver de la faveur du Pape. [p77]
Commenter  J’apprécie          80
ChastoChasto22 août 2016
Vous êtes mon prisonnier.
Si vous voulez que je vous laisse libre, il faut que vous me promettiez de faire pour moi quelque chose de votre main.
N'importe quoi, peinture ou sculpture.

Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : rêverieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
363 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre