AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723489876
Éditeur : Glénat (22/04/2015)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 103 notes)
Résumé :
"La vie sulfureuse du célèbre peintre italien par le maestro Manara Automne 1592. Michelangelo da Caravaggio dit « Le Caravage » débarque à Rome, toiles et pinceaux sous le bras. Il puise son inspiration dans l'âme de la cité éternelle, entre grandeur et décadence, et auprès des personnages hauts en couleur qu'il y rencontre. Rapidement admiré pour son talent, il sera toutefois souvent critiqué pour ses partis pris artistiques, notamment sur ses sujets religieux ? i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
ninosairosse
  07 mars 2017
"Manara met un point d'honneur à nous raconter l'histoire d'un peintre qui fut célébré en son temps pour son immédiateté, sa force, son évidence et sa sincérité. Et c'est ainsi qu'il l'introduit, par le biais d'une sorte d'hyper-hédonisme des formes et d'une fascination magique pour tout ce qui l'entoure. Tout est pour l'artiste source d'émerveillement, de stupeur. Manara est un visionnaire (à l'instar du Caravage ! ), qui nous livre une histoire crédible à la cohérence absolue, comme s'il cherchait à nous faire comprendre d'abyssaux principes de l'Art en soi, à travers un don qui parait ahurissant et, en même temps, si simple et si évident." extrait de l'Avant-Propos du sieur Claudio Strinati, Historien de l'Art.

.....[...] le Caravage , comme une figure à la fois héroïque et désespérée, nous apparaît finalement.
... Ce qu'il fut réellement.
L'histoire de l'Art nous l'a démontré au fil du Temps,
... un génie rebelle il fut, véritablement.

Le Caravage se mouvait dans son petit cercle d'élus, qui personnifiaient son inspiration et sa créativité, car il y trouvait tout : le bien et le mal, l'intrigue, la trahison, l'amitié, l'amour, la magnanimité, la religiosité, la haine et la mort. Un tel sujet ne pouvait être que magnifié par ce narrateur né, ce dessinateur nourri à une culture picturale des plus vastes. Tout cela confère un fil conducteur solide au récit de Milo Manara, jusqu'à son dénouement.
Perso j'aurais simplifié : ....plutôt bandant :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          531
Foxfire
  03 janvier 2017
Je n'avais jamais lu de Manara. j'avais bien sûr eu l'occasion d'admirer la finesse de son trait et la beauté de ses nus (qui ne connait pas les jolies filles de Manara ?!) mais je n'avais jamais eu l'envie de me plonger dans la lecture d'un de ses albums. Jusqu'à ce "Caravage"..
Si la bande dessinée de Manara n'échappe pas à un certain classicisme narratif, on est vraiment ici dans une bio classique, on suit avec beaucoup de plaisir l'histoire de Michelangelo Merisi da Caravaggio. On y rencontre un personnage à la fois génie fasciné par la lumière (et l'ombre) et homme fantasque et impulsif.
Quant au dessin, il est tout simplement superbe. Les décors sont magnifiques, très soignés, très détaillés. Les personnages sont expressifs et beaux (et pas uniquement les personnages féminins). Personnages et paysages sont magnifiés par de superbes couleurs en adéquation avec le décor qu'elles habillent.
Une très belle b.d qui me donne envie de dépasser mes a priori et découvrir d'autres oeuvres de Milo Manara.
Challenge B.D 2017 - 1
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          399
Mahpee
  18 août 2015
L'histoire de l'art revisitée par un maître du dessin.
Milo Manara a connu la reconnaissance avec ses ouvrages érotiques. Ses héroïnes aux formes parfaites ont longtemps cantonné Manara à un dessinateur de BD pour adultes et au mépris puritain lié à ce genre de littérature. Depuis quelques temps, ce dessinateur de grand talent a pris un nouveau virage et nous livre avec le Caravage sa passion de l'art pictural. A quelques siècles d'intervalle, il fait revivre Michelangelo Merisi da Caravagio. L'histoire de ce grand peintre se prête parfaitement aux illustrations de Manara et les liens qui unissent ces deux artistes italiens sont frappants tant le trait du dessinateur reflète parfaitement la vie du peintre et ses oeuvres dans une époque où, sous le dictat de l'église, il était délicat de représenter des corps dénudés, une gageur pour le maître de la BD érotique.
Dans ce premier tome, on découvre un jeune peintre encore méconnu âgé de 21 ans qui, à l'été 1592, tente de trouver un atelier de peintre dans une Rome au sein de laquelle tout peut arriver. Avec son caractère bien trempé le jeune Michelangelo, qui s'est mis à dos un proxénète, pourra-t-il imposer son style ?
Un bel ouvrage qui montre les différentes facettes du talent de Milo Manara. Certes on reconnaît de suite la patte si caractéristique de l'artiste, les filles restent irrémédiablement sexy mais on plonge cette fois en pleine histoire de l'Art pour découvrir les sources d'inspirations, mais aussi les travers de ce génie de la peinture qu'était le Caravage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
saigneurdeguerre
  21 juillet 2019
Quelle vie que celle du Caravage ! Avant de lire cette bande dessinée qui est une biographie aussi fidèle que possible de la vie du Caravage, je ne me doutais pas à quel point elle avait été mouvementée !
La BD commence au moment de son arrivée à Rome. Arrivée très mouvementée, probablement fort différente de la réalité. Il est possible que Milo Manara se soit octroyé quelques libertés vu qu'à l'époque ils ne disposaient ni de Facebook, ni d'Instagram ou autres réseaux sociaux pour les suivre dans leurs moindres faits et gestes. Oui, je sais, cela peut paraître incroyable à certains que l'humanité ait pu vivre sans Internet !
Manara nous fait découvrir les difficiles conditions de vie à cette époque. Il s'attarde en particulier sur le sort très peu enviable des prostituées (mais sont-elles mieux traitées aujourd'hui) … Pour l'anecdote, sachez que le très Saint Père Pie V, le pape quoi, ordonna en 1569 que ces pauvres femmes soient parquées dans une sorte de ghetto, l'Ortaccio, muré et fermé par deux portes la nuit. Gare à elles si elles se faisaient prendre dehors, la nuit, sans arborer un châle rouge. Un terrible sévisse les attendait à la prison. Et tiens, comme c'est surprenant, il y avait déjà des souteneurs pour s'approprier les gains de ces dames… Et pour les passer à tabac, parfois juste pour le plaisir.
Mais que mes propos ne vous induisent pas en erreur ! Ce livre nous fait avant tout découvrir l'oeuvre du Caravage avec des toiles fort bien rendues dans la bande dessinée. D'ailleurs le dessin est au top ! Tout comme le scénario ! Evidemment, il y en a qui regretteront la mise en couleurs qui use beaucoup des ocres, des gris bleutés et de toutes les variétés de bruns, alors qu'ils auraient aimé sans doute voir des couleurs plus variées, plus vives et plus guillerettes. Moi, j'apprécie le choix de l'artiste car beaucoup de scènes se déroulent le soir ou la nuit, et comme les lampes LED n'étaient pas très répandues à l'époque, les couleurs sont plutôt sombres. En plus, elles contribuent à cette atmosphère lourde, pesante car on étripait facilement les gens que ce soit pour des motifs religieux (on était vite hérétique) ou pour des raisons liées à la criminalité ou supposée telle.
Il va falloir que je me procure le second volume…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
diablotin0
  04 février 2018
Comme je ne sais pas apprécier les toiles du Caravage et que je vais être amenée à en voir beaucoup , j'ai pensé qu'en passant par la BD, cela pourrait être un bon début.
L'album de Manara m'a beaucoup plu.
Les dessins sont magnifiques, sensuels, soignés, fins et les couleurs chaudes, je suis conquise.
Je suis un peu plus mitigée pour le scénario car si la prostitution, la violence , mais aussi l'attention de Michelangelo Merisi pour le peuple nous sont bien décrits, je regrette qu'il n'y ait pas beaucoup de détails sur la peinture, en tant que telle, sur la recherche de la lumière, la technique etc. L'explication d'une toile par exemple aurait pu être bien.
Mais l'ensemble reste très positif tant les dessins m'ont plu.
Commenter  J’apprécie          315

critiques presse (2)
BDGest   24 avril 2015
La palette et l'épée permet à l’un des chefs de file de l’érotisme transalpin faire partager, à nouveau, son amour des jolies femmes et… sa passion pour la peinture.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   23 février 2015
Manara, au-delà de la flamboyante évocation de cette période de la vie du Caravage prend soin de mettre en perspective la place de l’art dans cette Rome en pleine période de la Renaissance avec la vie politique et religieuse. Il replace le peintre et la création dans son environnement politique et culturel, les uns n’allant pas sans les autres que ce soit par fusion ou rébellion.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse   07 mars 2017
Le Caravage a vécu dans un contexte social et urbain des plus restreints. Son entourage était constitué d'un petit cercle d'amis -ô combien prodigieux - et de femmes, d'ennemis violents, qui l'ont constamment entravé et contrecarré dans ses projets, et d'un groupe de mécènes des plus influents. En outre, l'ombre majestueuse de la grande Histoire surplombait son quotidien : les grands hommes controversés comme Giordano Bruno, la Curie romaine (1), les prélats de l'Eglise et les juges du Tribunal (2), et enfin Rome elle-même, sorte d'entité vivante qui pesait, protégeait et menaçait tout un chacun et au sein de laquelle tout pouvait arriver, joies extrêmes comme terreurs glaçantes.

p2. Extrait de l'Avant-Propos signé Claudio Strinati. Historien de l'Art.

(1) Ensemble des organismes du Saint-Siège qui assistent le pape dans sa mission de chef suprême de l'Eglise catholique (NdT).
(2) Le Tribunal pénal pontifical (NdT).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
PavlikPavlik   16 mai 2015
[le Caravage] Puis-je utiliser cette toile ?
[Mario Minniti] Euh, oui...mais il se fait un peu tard pour...Ne serait-ce pas mieux d'attendre le matin, qu'il fasse jour ?
[le Caravage] Bah ! Je préfère travailler dans la pénombre.
[Mario] Ah ! La bohémienne disait vrai, tu es une créatures des ténèbres !
Commenter  J’apprécie          120
MahpeeMahpee   18 août 2015
- As-tu déjà songé à peindre un sujet sacré ? Tu veux créer pour le peuple, ce qui est fort louable. Pourtant, les églises sont les seuls endroits où il devrait jouir de tes œuvres... C'est seulement en ces lieux qu'il pourra admirer ton art.
Commenter  J’apprécie          130
PavlikPavlik   17 mai 2015
-On ne t'a jamais dit qu'il est impoli de garder son couvre-chef sur la tête devant des dames ?
-Et d'après vous, votre grâce, où devrais-je le mettre ?
Commenter  J’apprécie          140
tamara29tamara29   26 mars 2017
Mario : Ah ! La bohémienne disait vrai, tu es une créature des ténèbres !
Le Caravage : Pourtant, je cherche la lumière, comme les papillons de nuit…
Commenter  J’apprécie          140
Lire un extrait
Videos de Milo Manara (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Milo Manara
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
Le Caravage - Tome 01: La palette et l'épée de Milo Manara aux éditions Glénat https://www.lagriffenoire.com/13426-bd-le-caravage-la-palette-et-l-epee-vol1.html
Fantazmë de Niko Tackian aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/136526-nouveautes-polar-fantazme.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : peintureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La bande dessinée de Manara

Milo Manara est un auteur de bande dessinée :

Argentin
Italien
Espagnol
Brésilien

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Milo ManaraCréer un quiz sur ce livre
.. ..