AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Parlement des fées tome 2 sur 2

Doug Headline (Traducteur)
EAN : 9782757803240
446 pages
Points (22/10/2009)
3.74/5   34 notes
Résumé :
"Projeté au milieu de l'étrange famille fondée par John Drinkwater et sa femme Violet, mystérieuse et fragile adepte du spiritisme, l'innocent Smoky Barnable y découvre l'amour et la magie secrète qui anime notre monde.
À Edgewood, l'incroyable maison aux multiples visages, Smoky se retrouve pris dans la tourmente : autour de la famille Drinkwater, la dernière bataille entre le monde des légendes et celui de la réalité tangible va se dérouler."
"Bien... >Voir plus
Que lire après Le Parlement des fées, Tome 2 : L'Art de la mémoireVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Souvenez-vous, je vous avais déjà parlé du tome 1 : "L'orée des bois".
Voici donc le billet consacré au tome 2 intitulé "L'art de la mémoire" (et dieu sait qu'il m'en a fallu pour retrouver qui, quoi, où, comment, pourquoi et avec qui).
Heureusement, le second tome débute par un arbre généalogique qui permet ainsi au lecteur de retrouver les liens (voire même d'en découvrir certains qui auraient échappé à la lecture du premier tome) entre les différents personnages.
Nous revoici donc plongés dans l'histoire, ou devrais-je dire, les histoires de Smocky et de la famille Drinkwater.
Smocky a grandi, s'est marié à Daily Alice Drinkwater, avec laquelle il a eu 4 enfants ( l'un d'entre eux porte d'ailleurs le même nom que l'arrière-grand-père, une subtilité dont il vaut mieux avoir connaissance pour ne pas s'emmêler les pinceaux et transformer ce récit en histoire de zombies).
A nouveau il est question de cette fatalité du conte à laquelle obéissent, tels des moutons de Panurge, tous les personnages.
Tous sauf un (hé oui il fallait bien un rebelle dans l'histoire) : Auberon, qui a quitté Edgewood pour rejoindre la ville.
L'histoire ne s'achèvera pas sans conflits, il y aura une guerre et il s'agira de tout réinventer (à noter qu'à l'inverse d'un conte, l'histoire se termine par "il était une fois").

Cette histoire est un sacré mic mac et c'est peu dire! Tous les éléments s'emboîtent les uns dans les autres tels des poupées russes sans être pour autant limpides...
Le lecteur en apprendra davantage sur ce "monde à l'intérieur des mondes" mais certaines questions demeurées en suspens sont à peine élucidées qu'en surgissent d'autres dont les réponses se veulent sans cesse plus mystérieuses (ou parfois tout simplement absentes).
La narration se compose ainsi de longues promenades à travers les époques, les événements, les secrets, les généalogies, l'auteur envoyant souvent balader le lecteur, usant (et abusant) de bugs dans la matrice...
Un genre de crossing-over entre Peter Pan et Dallas (mais sans le pétrole).
Cela dit, j'ai tout de même apprécié les descriptions de cette vie en communauté façon kibboutz ainsi que le style très poétique de l'auteur incontestablement doué pour nous faire partager les joies de la vie en pleine nature.
J'ajouterais également que je ne me trouvais pas dans des conditions optimales pour découvrir ce second tome.
Ma lecture fut très fragmentaire, je recommanderais donc aux futurs lecteurs de découvrir ce livre d'une traite et d'enchaîner directement les deux tomes. La lecture en sera selon moi déjà plus fluide.
Je la conseillerais également aux amateurs de fantasy, aux rêveurs que l'imaginaire et les envolées lyriques n'effraient pas car j'ai constaté que bien souvent mon côté terre à terre et "l'envie d'avancer pour enfin savoir" avaient tendance à quelque peu obscurcir ma perception de tous ces détails glissés par l'auteur et dont j'ai peut-être relativisé l'importance...

Bref, un roman pas facile qui nécessite du temps, de l'attention ainsi que l'abandon de toute forme de rationalisme (c'est sans doute cet aspect qui me fit le plus défaut).
Ou peut-être simplement une relecture?
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
Commenter  J’apprécie          10
A la découverte du peuple féerique et d'une famille unique en son genre, nous partons sur les chemins de la forêt d'Edgewood. Une maison et des personnages aux multiples visages, un conte inachevé, une Cité moderne, un petit peuple qui se dévoile peu à peu ... Dans le premier tome, on attachera nos pas à Smoky, issu de la Cité, qui devra faire sa place dans ce monde étrange et découvrir le riche passé de la famille de celle qu'il aime. Dans le second, Auberon, son fils, sera davantage le centre de l'attention : son départ pour la Cité, son amour pour Sylvie, sa relation avec George Mouse. Cependant, de nombreux détours, comme des chemins de traverses dans la forêt nous égarent et nous font découvrir bien des autres aspects d'Edgewood.

Ce livre se lit comme on rêverait, il est inutile d'essayer de tout comprendre et de vouloir nouer tous les fils de l'histoire entre eux. Il faut se laisser porter, comme dans un rêve, se laisser guider par la poésie et la nostalgie qui s'en dégage. le Parlement des Fées est une ode à l'imaginaire. Je ne cacherai pas que c'est un livre difficile à appréhender, on ne sait trop par quel bout le prendre ni où il nous mène, s'il nous mène seulement quelque part. Mais il vaut la peine qu'on se laisse emporter.

Il est aussi un fouillis de mises en abyme qui nous perdent davantage. (...)

Le Parlement des Fées est le genre de livre que l'on s'imaginerait lire emmitouflé dans une couverture dans un grand fauteuil antique judicieusement placé devant une gigantesque cheminée où brûlerait un feu crépitant. Ce ne fut pas mon cas, vie moderne oblige mais cela résume bien le potentiel déconnectant de l'ouvrage. C'est également un livre à lire lentement, en savourant la poésie des mots et de l'histoire.
Lien : http://ledragongalactique.bl..
Commenter  J’apprécie          22
Terminé ce livre que j'ai reçu de Livraddict...
C'est très beau (mais très long), difficile d'en faire un compte-rendu... des clins d'oeil à d'autre contes et contines, mais pas toutes connues en France... Un livre à lire en prenant tout son temps.

En attendant, il m'a permis de faire quelques recherches sur les fées... très plaisant. Si vous voulez en savoir plus, allez directement sur mon blog... et suivez les pistes...

Contrairement à une idée répandue, la fantasy française existait avant les grandes influences anglo-saxonnes, J. R. R. Tolkien ou J. K. Rowling. La France est en effet réputée peu accueillante pour la création de mondes imaginaires, et l'esprit cartésien y tuerait toute velléité de magie.

Cependant, sous le masque de l'insolite ou du merveilleux, une fantasy aux visages multiples a fleuri tout au long du XXe siècle.

Largement occultée, elle permet pourtant de jouer le rôle d'alternative à des modèles limités, de remettre en cause la mainmise anglo-saxonne sur l'imaginaire, mais aussi de redécouvrir plusieurs oeuvres sous un autre jour.
Lien : http://mazel-livres.blogspot..
Commenter  J’apprécie          00
je le commence ce soir... le tome 1 était vraiment très bon, pas la patience d'attendre plus...
Lien : http://mazel-livres.blogspot..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
L'Art de la Mémoire pouvait tracer un plan de son passé et y attribuer une place pour chaque chose, mais il n'aurait pu lui restituer ces sensations dans leur plénitude : ces odeurs, douces, moites, vivifiantes, comme si l'air avait une texture liquide et claire ; le son constant, dépourvu de nom, qui emplissait l'atmosphère, murmurant à son oreille assourdie, émaillée de chats d'oiseaux ; le sens du volume lui-même, des distances lointaines et des distances moyennes faites de lignes et de groupes d'arbres aux feuilles nouvelles et du roulement des vagues de la terre.
Commenter  J’apprécie          50
"En route !" dit la voix de sa Mémoire lorsque la main de sa Mémoire se posa de nouveau sur les rênes et que Hawksquill fut bien en selle. En route ils se mirent, vastes ailes battant à travers le Temps. Ils traversèrent des océans de Temps cependant que Hawksquill réfléchissait ; et puis son coursier plongea, sur son ordre, sans hésiter ni sourciller, dans le ciel méridional en dessous du monde, ou bien dans les eaux australes sombres et limpides - en tout cas vers l'endroit où reposent tous les âges passés, la Douce Ogygie.
Commenter  J’apprécie          40
Puis Alice marcha seule là où le sol humide était marqué du cercle sombre de leur sarabande, ses jupes traînant, mouillées, dans les hautes herbes étincelantes. Elle pensa que si elle l'avait pu, elle aurait escamoté ce jour d'été, cette unique journée, juste pour lui ; mais il n'aurait point aimé qu'elle le fasse et puis elle ne pouvait de toute manière pas accomplir une telle chose. Aussi, choisit-elle plutôt de faire de ce jour, car cela elle le pouvait, le jour de son anniversaire, un jour d'une brillance si parfaite, un matin si neuf, un après-midi si infini, que le monde entier s'en souviendrait pour l'éternité.
Commenter  J’apprécie          30
Le parfum de Lilas fleurait bon la neige et la terre et les fleurs. "Quelle surprise", commença à dire Sophie, mais elle ne pu terminer sa phrase, car des larmes de chagrin et d'émerveillement s'envolèrent de sa gorge sous les mots, emportant avec eux tout ce qui avait été refusé à Sophie et tout ce qu'elle s'était refusé elle-même durant ses longues années. Elle se mit à pleurer. Lilas, elle-même surprise à présent, faillit s'écarter d'elle, mais Sophie la retint ; aussi lui caressa-t-elle le dos pour la réconforter.
Commenter  J’apprécie          30
Au bon vieux temps où les sondages avaient été aussi communs que les perquisitions l'étaient désormais devenues, les sondeurs demandaient aux spectateurs pourquoi ils appréciaient les bizarres tourments des soaps operas, ce qui les gardait accrochés à l'histoire. La réponse la plus courante était qu'ils aimaient les soap opéras parce que ceux-ci étaient comme la vie.
Commenter  J’apprécie          30

Video de John Crowley (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Crowley
Une corneille seule n'est pas une corneille. Une corneille ne tue jamais une autre corneille.
Dans un futur proche ravagé par la pollution, un vieil homme nous raconte qu'une Corneille nommée Dar Duchesne – la première de tous les temps à avoir porté un nom – lui a raconté ses nombreuses vies et morts au pays de Kra…
« Alors que nous sommes dans un monde qui finit par devenir différent de celui où nous sommes nés, Kra : Dar Duchesne dans les ruines de Ymr, permet sans doute à John Crowley d'avancer un peu plus vers l'immortalité littéraire. » Patrick Gyger
https://www.l-atalante.com/catalogue/la-dentelle-du-cygne/kra-9791036000423/
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (88) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2482 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *}