AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782960244625
304 pages
Éditeur : JMDV, Éditeur (13/08/2020)
4.7/5   5 notes
Résumé :
Comment une poignée d’extraterrestres pourrait-elle piller toutes les richesses d’une planète et asservir tous ses habitants ? Les Djaarhs, eux, le savent. Les Hommes le découvriront à leurs dépens. Pendant que l’humanité s’enfonce de jour en jour dans le désespoir, l’idée même de résister s’efface des esprits. Seule demeure la règle : obéir ou mourir. Dans cet univers dystopique, le destin de l’humanité se joue dans les relations ambiguës entre un général américain... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Le_chien_critique
  15 mars 2021
Une couverture hideuse, un titre improbable, un pitch lu cent fois...
Et cerise sur le gâteau, c'est de l'autoédition.
Bref, tous les voyants sont au rouge.
Et pourtant...
Un objet non identifié apparaît dans le ciel de la Terre tandis qu'au même moment une épidémie se propage. Pas besoin d'être mathématicien pour additionner 1+1, les aliens sont sûrement coupables, mais ils fournissent le remède. Où est le loup ?
Voilà une histoire qui fait partie des marronniers de la SF, question originalité, on repassera d'autant que tout le reste est quasi prévisible pour l'amateur d'imaginaire. Mais le style fluide et simple, l'humour et la bonhommie des personnages font que c'est plaisant à lire. de cette histoire lue cent fois, on y pénètre comme lorsque l'on enfile sa vieille paire de baskets, on est en terrain connu, chez soi, bref, on s'y sent bien. En outre, même si la Russie et les USA sont présents, l'intrigue se passe en Belgique, voilà qui change des lieux communs. C'est léger, mais plus la lecture avance, plus une certaine profondeur se fait jour. Cela reste assez caricatural et attendu, mais comme dans la vraie vie L Histoire se répète sans que l'on en prenne conscience.
Mené tambour battant, difficile de s'arrêter dans sa lecture. Seule la fin est un peu en dessous, l'impression que l'auteur ne savait pas vraiment comment clore l'histoire. Ce n'est pas catastrophique loin de là, mais j'aurai voulu un truc un peu plus étonnant au vu du reste.
Nous sommes face à une lecture détente qui fait son taffe et cela fait du bien de temps en temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Valery_Sauvage
  23 juin 2021
Djaarhs
Jean-Marc de Vos
Amateurs de bonne SF, ceci est pour vous. Voici un auteur Belge que je suis depuis ses débuts (l'Ambassadeur, puis Leodiensia Data). Je viens de terminer son troisième opus (et attaque le quatrième : Dissidence, dans la foulée).
De la bonne SF contemporaine, plus Fiction que Science pour cet ouvrage, et quasiment une possible dystopie. On se laisse entraîner à la suite de personnages qui ne sont pas des super-héros, qui nous ressemblent et auxquels on s'attache donc. L'intrigue est rondement et intelligemment menée, l'écriture est fluide et agréable, j'ai passé un très bon moment.
L'histoire : « Rencontre du troisième type » mitigée « Mars Attack », mais rien de tout ça non plus, le genre est renouvelé et l'intrigue très bien construite et amenée par petites touches bien dosées. L'analyse de notre société face à une crise de ce genre me paraît tout à fait crédible. Si les traits de caractères de certains des principaux personnages sont un peu forcés, ce n'est jamais jusqu'à la caricature et ça instille une dose d'humour particulièrement bienvenue, le général Américain, le capo de la Mafia, le savant Russe amateur de vodka, on pourrait se dire que ce sont des clichés, mais ils sont rendus vivants et l'on sourit à de nombreuses reprises lorsqu'ils sont « en scène ». Oui, ça se lit comme on verrait un bon film. Alors je ne vais pas « spoiler » sur l'intrigue, mais lisez-le, vous ne serez pas déçus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ocyaran
  30 décembre 2020
Dans ce roman, l'auteur imagine une fin du monde due à une invasion d'Aliens. Plus avancés que nous dans la technologie et la biologie, ils se servent de cela pour asservir les Terriens. Ce sont des insectoïdes et ils sont impitoyables…
J'ai aimé :
– Les personnages d'abord les Aliens : Hadès, Cerbère, Ares, Vulcain, Hermès (qui ont choisi leurs noms dans la mythologie grecque).
Puis les Terriens parfois un peu caricaturaux mais bien pensés (un anti-héros qui plaît – Docteur Angelo Presti ; une femme forte et intelligente – Aurora Tikhonova ; un militaire type fidèle en amitié – Général Paterson ; un chef de la mafia parfaitement odieux – Diego Morales ; un scientifique presque invisible – Professeur Ilich Palatine + des personnages secondaires bien typés…
Et les noms de tous ces personnages ont leur importance…
– Les détails sur notre civilisation qui donnent à réfléchir
– de l'humour (noir évidemment)
– Beaucoup de dialogues très naturels (on imagine le film)
– Ni trop court, ni trop long…
J'AI AIME TOUT EN FAIT…
J'ai lu ce roman d'une traite, pas moyen de le lâcher…
Pour tous ceux qui aiment la SF et une bonne histoire bien racontée avec un bon suspense et une plume alerte…
Ce livre m'a fait penser à deux (très anciens) roman post-apocalyptiques lus dans mes jeunes années et dont j'ai d'excellents souvenirs :
Révolte des Triffides / John Wyndham
La peur géante / Stefan Wul
J'attendrai à présent avec impatience le bouquin suivant de Jean-Marc de Vos…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
paquita2008
  24 mai 2021
Mon avis :
Très bon roman de SF qui déroule une histoire apparemment simple. Des extra-terrestres qui dictent à l'ensemble des gouvernements de la Terre des ordres pour le moins difficiles à suivre. Tout le monde marche dans leur « combine » car ils possèdent l'antidote d'un virus redoutable qu'aucun scientifique ne parvient à éradiquer. Au bout de tout ça, il apparaît que l'humanité sera complètement soumise, dépendante d'eux, risquant d'être détruite dans ses fondements premiers.
Une galerie de personnages humains et de créatures Djaarhs se démènent pour arriver à leur fin. Pour les premiers, au début, établir un contact afin de comprendre ces êtres décrits comme d'immenses insectes aux goûts peu ragoutants et à l'intelligence redoutable s'entourant de moyens considérables pour leur sécurité,  capables d'anticiper les moindres pensées de leur futurs esclaves, puis trouver le moyen de résister et de détruire ces envahisseurs à la technologie très avancée. Pour les seconds, cacher leur véritable intention, réagir aux multiples essais d'attaques des humains dont certains ne veulent pas se laisser faire et s'entourer, en les manipulant, de personnes à la mentalité douteuse comme le mafieux Diego Morales.
Chaque humain devra choisir son camp. Il en va de l'avenir de la Terre.
J'ai beaucoup aimé l'ambiance du roman, la leçon d'humanité sous-jacente. Les personnages sont magnifiquement mis en scène, grâce au talent de l'auteur, sa manière d'utiliser l'humour subtil ou moins subtil selon les caractères de chacun. le général Paterson par exemple qui ne fait pas dans la dentelle.
Une femme, Aurore, fait partie de la Résistance, jouant un double jeu, ce qui est parfait.
Un autre personnage Angelo Presti donne une dimension très humaine à ce récit car ses certitudes vacillent face à la confrontation des événements. Il semble ballotté à la fois par les gouvernements des grandes puissances terriennes qui l'ont désigné ambassadeur auprès des Djaarhs (Consul de Djariha) et par les différents interlocuteurs insectoïdes, se donnant des noms de héros de la mythologie antique (Hadès, Cerbère, Ares, Vulcain, Hermès). Vu sa position, on cherche à l'utiliser et il devra faire la part des choses, donner sa confiance en pesant le pour et le contre, en mettant à l'épreuve ses soi-disant amis tout en ne sachant pas grand-chose des intentions de certaines personnes de son entourage. Une histoire d'amour se fera jour et aussi d'amitié forte.
Le fait que les Djaarhs choisissent Bruxelles et plus particulièrement le domaine royal pour implanter leur essaim, selon un plan précis, qui donnera des bâtiments aux dimensions considérables sans fenêtres, sorte de bunker d'une laideur repoussante, infranchissable car muni de nombreux sas et détecteurs en tout genre provoque des scènes à mourir de rire. 
Tous les ingrédients d'un roman haletant sont là ! Passé le premier chapitre, qui m'a semblé décousu car beaucoup d'informations sur les personnages à venir étaient à digérer en peu de temps, j'ai lu sans relâche ensuite. Je ne regrette vraiment pas mon achat et vous encourage à suivre mon exemple car le roman de Jean-Marc de Vos mérite d'être lu.    
Lien : https://francoisegrenierdroe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
magicxarko
  20 avril 2021
Je ne sortirai pas indemne de cette lecture !
C'est ce qu'affirme le quatrième de couverture mais ce n'en est pas moins vrai !
Certes les Djaarhs sont des extra-terrestres, certes ils ressemblent à des criquets ou à des crevettes et font cinq fois la taille des humains mais le récit nous fait réfléchir à des thématiques bien concrètes. du moins, si on le veut bien car on peut aussi lire ce roman comme une pure fiction.
Comme souvent, Jean-Marc de Vos nous propose des personnages pittoresques, bien typés. J'avoue un faible pour le général Paterson qui n'est pas sans me rappeler G.S. Patton mais chut ! Les dialogues sont percutants, souvent touchés par l'humour puis l'atmosphère bascule...
C'est un roman qu'il est difficile de faire durer. On en savoure chaque passage même les plus noirs tout en se demandant comment ces maudits envahisseurs pourraient être annihilés.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
JacquesTimmermansJacquesTimmermans   29 août 2020
Lorsque Chéri rejoignit sa moitié, une heure plus tard, elle dormait d’un sommeil agité.
Le lendemain, comme à l’accoutumée, il sortit du lit le premier et prit sa douche avant d’éveiller Jeanne.
— Debout, il est l’heure !
Elle se redressa péniblement.
— Me sens pas bien. Mal au crâne. Tu peux éclairer ?
— Tu ris ? J’ai déjà allumé.
— J’ai pas envie de plaisanter. Allez, te moque pas de moi avant ma première tasse de café. De la lumière, s’il te plaît !
Il la regarda, inquiet, et lorsqu’elle se tourna vers lui, ses cheveux se dressèrent sur sa tête : elle le fixait avec deux yeux complètement blancs, la cornée avait disparu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : virusVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3589 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre