AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791021020351
Éditeur : Tallandier (25/05/2017)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Il a tout abandonné : sa carrière dans la Royal Navy, son nom, son âme de « chef né » pour devenir le marid'Élisabeth II. Voici raconté pour la première fois le destin singulier de Philippe d'Édimbourg, ce célèbreinconnu.Étrangement, aucune biographie du « mari de la Reine » n'existait en France. Est-ce parce que le personnage s'est condamné lui-même à vivre dans l'ombre ? Lui qui avait été élevé pour devenir un meneur d'hommes, il aura dû se contenter de jouer les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ChatDuCheshire
  14 août 2018
Un livre intéressant, plutôt bien documenté mais qui demeure assez lisse, sans doute en raison des états de service de l'auteur au sein de magazines "people".
A vrai dire je ne m'intéressais guère à la vie et aux "hauts faits" de Philippe Mountbatten, ex prince de Grèce et de Danemark, aristocrate errant du fait de la disgrâce et exil des souverains grecs, auxquels il était étroitement apparenté. Ce qui m'intéressait et m'a toujours intriguée chez lui était de comprendre comment cette sorte de "super Mensch" (famille en Allemagne, ses soeurs se sont mariées à des allemands, dont une avec un dignitaire du régime nazi), géant blond faisant chavirer tous les coeurs du temps de sa splendeur et doté d'un tempérament de chef passablement irascible a pu accepter d'unir sa destinée à l'héritère passablement transparente du trône d'Angleterre, se condamnant ainsi à rester, lui sexiste à souhait, dans l'ombre d'une femme et ce à une époque où les femmes (fin des années 40) accédaient à peine au droit de vote en Europe.
Ma déception est que le livre ne se penche qu'assez superficiellement sur cette question et n'yapporte pas de réponse véritable. Néanmoins il rappelle et relate certains faits qui permettent de fonder des hypothèses.
L'auteur semble privilégier deux explications : le fait que Philippe ait trouvé chez les Windsor une famille qui lui a manqué au cours d'une enfance solitaire, éloignée de ses parents et l'histoire d'amour avec Elisabeth. Aucune de ces explications ne me paraît convaincante. Certes Philippe a été privé d'une famille "classique" dans son enfance, passée essentiellement dans divers pensionnats. Mais cette notion de bonheur au sein d'une famille nucléaire n'était pas si en vogue à son époque et probablement encore moins au sein de l'aristocratie. Il n'a d'ailleurs pas été totalement privé de famille, étant constamment soutenu par des parents, voyageant sans cesse pour rendre des visites à ses soeurs et nombreux cousins. L'auteur s'apitoie sur le fait que l'adolescent voyageait seul. Certes mais à une époque (années 30) où seuls les aristocrates et les très riches pouvaient s'offrir ce luxe. Contrairement à l'auteur je trouve que Philippe a plutôt eu une enfance et une adolescence extrêmement intéressantes et correspondant à son tempérament et dont je ne suis pas sûre qu'il se serait plaint lui-même. Quant à l'amour pour Elisabeth, je ne crois pas une seconde que cela aurait pu constituer un facteur déterminant de sa décision. L'auteur souligne lui-même le côté réactionnaire et suprêmement aristo du personnage. Pour lui la valeur ultime est celle du sens du devoir et autres idéaux aristocratiques au sein desquels l'amour bourgeois n'occupe aucune place. Elisabeth elle-même avait été particulièrement échaudée par les conséquences de l'histoire d'amour entre Edward VIII et Wallis Simpon. Donc franchement je ne pense pas qu'un romantisme échevelé ait présidé à leur histoire, d'autant plus qu'Elisabeth n'apparaît vraiment pas, contrairement à sa soeur Margaret, comme étant d'un tempérament particulièrment passionné. Elle s'est certes éprise de Philippe - qui faisait tourner toutes les têtes à l'époque - mais il constituait après tout le consort idéal : très illustre noblesse mais en exil et désargentée. Mais lui, avec son caractère, pourquoi choisir cette vie ? Ses vieilles valeurs aristocratiques constituent peut-être un début de réponse. Il aurait pu épouser une riche héritière et devenir un capitaine d'industrie. Mais en guise de carrière il choisit une carrière bien traditionnelle pour un aristo, en s'engageant dans la marine. Il me semble également possible - et c'est là que je regrette que le livre n'apporte pas de réponse définitive - qu'il ait parié - et perdu - sur l'avenir. Elisabeth s'était engagée à le laisser gouverner la famille en dictateur absolu - le laissant ainsi faire de multiples mauvais choix pour Charles - alors qu'elle gouvernerait le pays. Vu que le père d'Elisabeth était encore jeune lors de leur mariage, il pouvait espérer plusieurs dizaines d'années d'une vie où il aurait tout régenté et en poursuivant sa carrière au sein de la marine tout en assurant ses arrières pour ses vieux jours. le livre ne dit pas si la maladie de George VI, mort quatre ans après le mariage de sa fille, était déjà connue au moment du dit mariage. Si elle ne l'était pas, nous aurions ainsi l'explication du consentement de Philippe à une vie lui ressemblant aussi peu.
Sinon on sort de cette lecture avec le sentiment que oui, décidément et for better or worse : c'était une "autre époque"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Houbbabzh
  11 juin 2018
Avec les mariages princiers on s'est crus incollables sur la royal family !!! Eh bien non !!
Ce livre nous apprend beaucoup de choses sur le mari de S.M Elisabeth II : en effet on apprend tout des origines de Philippe de Grèce, devenu Philippe de Mountbatten puis duc d'Edimbourg ..
Le fringant marin, pas ennemi des plaisanteries potaches et du mot qui tue, a eu une vie d'exilé, loin de ses parents, avant de trouver un second foyer chez les Mountbatten .
On suit avec plaisir comment cet homme fait pour le commandement s'est passé le fil à la patte, et comment il a essayé de trouver un semblant de liberté en étant le premier sujet de sa royale majesté.
Un bouquin intéressant, loin de la presse people, détestée par tous ...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ChatDuCheshireChatDuCheshire   13 août 2018
Certes Philippe ne laisse personne indifférent, même si, en dépit de son caractère dominateur, il ne se départira jamais d'une certaine timidité. Et il aura surtout soin de préserver farouchement son jardin intime, comme le confiera l'un de ses collaborateurs de longue date : "C'est un plaisir à la fois de travailler pour lui et avec lui comme patron. Mais si vous me demandez si je le comprends, je dois vous dire que je n'en sais pas plus à son propos que lorsque j'ai commencé. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui l'ait réellement compris. Il garde tout derrière des volets d'acier. Ses secrets sont très soigneusement cachés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ChatDuCheshireChatDuCheshire   13 août 2018
Autour de lui, onze collaborateurs constituent une équipe dévouée qu'il rétribue sur sa liste civile. Tous les postes de responsabilité sont assumés par des hommes. Le personnel féminin- que le prince range sous l'appellation collective de girls, "les filles" - assume surtout des travaux subalternes. On dit que le prince tient à ce qu'elles aient une silhouette agréable...
Commenter  J’apprécie          30
ChatDuCheshireChatDuCheshire   12 août 2018
"Tout le monde doit avoir le sens du devoir, soulignera-t-il un jour. Devoir envers la société, envers sa famille. Si vous n'avez pas acquis le sens du devoir, vous avez l'espèce de société que nous avons aujourd'hui."
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Philippe Delorme (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Delorme
À la veille de la première guerre mondiale, l?Europe ne compte que quatre républiques, dont la France. Partout ailleurs, ce sont des monarchies, dont beaucoup sont aujourd?hui déchues, qui se partagent le pouvoir.
Cinq souverains dominent le Vieux Continent : George V, roi du Royaume-Uni et empereur des Indes, Nicolas II, tsar de Russie, Guillaume II, roi de Prusse et empereur allemand, François-Joseph Ier, empereur d?Autriche et roi apostolique de Hongrie, et enfin Mehmed V Rechad, empereur ottoman et calife de l?islam.
Tous ou presque sont apparentés. Ils forment la grande famille du « Gotha », selon le nom du célèbre almanach qui recense, chaque année, princes et autres souverains. Cependant, les impératifs de la politique et de la diplomatie ont creusé un fossé profond entre les uns et les autres. Quelques mois après ce début d?année 1914, ils vont s?entre-déchirer dans un effroyable conflit.
Philippe Delorme est historien et journaliste. Il a signé une trentaine de livres traitant des grands destins et des dynasties souveraines, passées et présentes. Il a publié aux Editions Sutton Rois et princes en 1914 et Rois et princes en 1939.
Commander ce livre : http://boutique.editions-sutton.com/SUTTON/Article/Rois-et-princes-en-1914-9782813808134.aspx?
Du même auteur (http://boutique.editions-sutton.com/SUTTON/defaultsgx.asp?) : - Rois et prince en 1939 - Elisabeth II - Les jeunes années d'une reine - Pantin
Vous aimez nos livres ? Retrouvez-nous sur notre site : http://boutique.editions-sutton.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : elisabeth iiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr