AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782924049532
180 pages
Pow Pow (19/01/2019)
3.76/5   70 notes
Résumé :
L'Abitibi, c'est la frontière du nord. La petite Russie raconte la colonisation de cette région du Québec, de ces hommes et de ces femmes qui ont tout quitté pour aller défricher et cultiver la terre. C'est aussi l'histoire d'un petit village qui s'appelle Guyenne. Guyenne n'est pas une paroisse comme les autres. C'est une coopérative. Le bois que tu coupes là-bas ne t'appartient pas : la coop garde 50% de ton salaire pour financer le développement de la colonie. Da... >Voir plus
Que lire après La petite RussieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
La petite Russie ne doit son surnom qu'à son organisation sociale axée sur le partage des richesses et les décisions prises en assemblée.
Francis Desharnais puise son inspiration dans la vie de ses grands-parents pour nous faire connaître un pan d'histoire, un portrait des bâtisseurs qui ont fondés une paroisse dans le nord du Québec.
La colonisation de l'Abitibi a été peu abordée sous cet angle et surtout, en bande dessinée.
On se retrouve donc en plein défrichement de Guyenne, où Marcel, jeune homme célibataire, arrive le 22 octobre 1947. Il découvre le fonctionnement coopératif du village et il s'implique dans la communauté. Cette vie n'est pas de tout repos, loin de là. Il y amène Antoinette un an plus tard. Ils auront de nombreux enfants, beaucoup d'embûches; une vie difficile mais remplie d'espoir.
« Alors que moi, de l'espoir, j'en trouve dans chaque légume qui pousse pis dans chaque enfant qui grandit. »
On verra même à Guyenne le tournage d'un film avec Félix Leclerc et les colons y serviront de figurants.
Marcel et Antoinette vivront vingt ans à Guyenne. Vingt ans à bûcher, à bâtir, à faire partie des pionniers mais Marcel croit encore plus à l'agriculture et cet endroit n'est pas le plus propice. C'est le bois qui faire le monde à Guyenne.
Marcel et sa famille déménage pour s'établir sur une ferme. Marcel retrouve sa fierté d'être un cultivateur.
Une magnifique histoire familiale remplie d'humanité, c'est la mémoire collective du Québec qui y prend tout son sens. J'ai adoré les émotions transmises par les dessins, parfois épurés, souvent porteurs de beauté.
Très belle oeuvre!
Commenter  J’apprécie          140
Francis Desharnais fait revivre l'histoire de son grand-père, parti en 1947 vers l'Abitibi pour défricher de futurs lots dédiés à l'agriculture. le déboisement est intense et difficile et la terre se révèle ingrate sous un climat intense : printemps tardifs, étés chauds et courts, hivers polaires. En plus des satanées mouches noires, moustiques, taons et brulots de tous genres.
Organisée en coopérative, la petite communauté de Guyenne s'autosuffit pendant quelques années jusqu'à un point de rupture (l'incendie du moulin à scie et les nombreux écueils rencontrés en agriculture). Lassés des efforts fournis pour si peu de résultats, Marcel Desharnais, Antoinette et leur petite famille de sept enfants se décident donc à quitter Guyenne pour recommencer ailleurs une nouvelle vie moins contraignante.
En noir et blanc, la BD laisse une grande place à la nature sauvage (arbres, feuilles, rivières, cieux étoilés et éclatants de soleil) et rend bien les difficultés vécues par ces défricheurs assoiffés d'autonomie et de liberté. Une belle incursion dans la grande Histoire du Québec.
Commenter  J’apprécie          140
Des communautés « communistes » au Québec? Je n'en avais jamais entendu parler avant de découvrir ce fantastique récit de Francis Desharnais, qui est aux commandes du scénario et des illustrations de Petite Russie. L'auteur s'est inspiré de l'histoire de son grand-père pour construire son récit et l'a peuplé de personnages qui ne se retrouvent pas dans les livres historiques, mais qui ont pourtant fait l'histoire, notamment des femmes fortes qui ont osé s'affirmer alors qu'elles avaient si peu de prises sur leur propre vie et quasi aucune sur celle de leur société.
En fait, le récit offert dans Petite Russie a plusieurs niveaux : le microcosme de la famille de Marcel et Antoinette, la réalité du village et de son système de coopérative et le contexte plus large du Québec des années 40-60. On y découvre l'influence de l'Église, la réalité difficile des colons, l'absence des femmes dans les prises de décisions, le tout à travers l'histoire intime de Marcel et d'Antoinette. S'échelonnant sur vingt ans, la bande dessinée se termine sur des images percutantes de la forêt abitibienne, un moment doux qui laisse l'histoire s'inscrire dans nos esprits. Une minute de silence à la mémoire de ceux qui ont osé, qui ont défriché, qui se sont battu pour ce en quoi ils croyaient et pour les leurs.
Lien : http://sophielit.ca/critique..
Commenter  J’apprécie          40
L'auteur a décidé de rapporter l'histoire de Guinée, une coopérative de colon où on habité ses grand-parents. La BD couvre plusieurs années et passe rapidement sur certains éléments. Il y est clairement question du rapport à la terre des colons et de ceux qui ont choisit le bois. C'est intéressant d'avoir un historique d'un lieu que je ne connaissais pas et l'ambition de ses habitants.
Commenter  J’apprécie          10
Quel plaisir de retrouver le parlé de mes grands parents ! Que de courage et de force ils ont déployés. Les colonisateurs représentent une force de la nature dont nous devons être fiers.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
ActuaBD
17 décembre 2018
Avec La Petite Russie, Francis Desharnais livre son album le plus personnel et le plus accompli, celui où la grande histoire se mêle à la petite. Les trois figures familiales – Marcel, Antoinette et Yolande – ne sont pas que des personnages attachants. De par leur engagement civique, ceux-ci sont également des figures marquantes du développement de Guyenne et de l’Abitibi.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LeDevoir
13 novembre 2018
Bien qu’il raconte une histoire remplie de malchances, d’espoirs contrariés et de souches d’arbre impossibles à achever, le nouveau livre du père de Burquette ressemble davantage à une lumineuse clairière qu’à une anxiogène promenade dans la densité écrasante des conifères.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
L’avenir.
Ça arrive vite, l’avenir.
J’ai même envie de dire qu’on est en plein dedans.
Commenter  J’apprécie          60
Je suis sûre que les femmes peuvent faire autre chose de leur vie que de mettre des enfants au monde…
Comme si on était des factries.
Commenter  J’apprécie          20
Alors que moi, de l’espoir, j’en trouve dans chaque légume qui pousse pis dans chaque enfant qui grandit.
Commenter  J’apprécie          20
Pis en dedans de moé , ça me fait sentir de quoi de ben fort pis de ben important. J'appelerais ça : la fierté.
Commenter  J’apprécie          10
L’avenir. Ça arrive vite, l’avenir. J’ai même envie de dire qu’on est en plein dedans.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Francis Desharnais (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Francis Desharnais
À l'occasion du mois de la BD, le Salon du livre de Montréal et le Festival BD de Montréal proposaient une discussion avec Mirion Malle et Thom le 17 mai 2021, à 21 h, sur Instagram.
LISTES DE LECTURES
Thom: Le concombre masqué : intégrale Années Pilote de Nikita Mandryka aux Éditions DARGAUD La guerre des arts de Francis Desharnais aux Éditions Pow Pow “Nausicaä de la vallée du vent” de Hayao Miyazaki Les petits garçons de Sophie Bédard aux Éditions Pow Pow Hellboy Omnibus Volume 1: Seed of Destruction de Mike Mignolia aux "Ééditions DARK HORSE COMICS Octopus Pie de Meredith Gran L'histoire du Corbac aux baskets de Fred chez DARGAUD Sunny Sunny Ann de Miki Yamamoto chez PIKA GRAPHIC
Mirrion
Journal, Julie Delporte (Pow Pow) Moi aussi je voulais l'emporter, Julie Delporte (Pow Pow) La brume, Mireille St-Pierre (Nouvelle Adresse) (proposé par Olivier) Rien du tout, Olivia Tapiero (Mémoire d'Encrier) Dirty Weekend, Helen Zahavi (Macmillan) Les Règles du jeu, Lucie Ronfaut-Hazard (La ville brûle) Les petits garçons, Sophie Bédard (Pow Pow) Nana, Yazawa Aï (Delcourt) Gals!, Mihona Fujii(Glénat)
+ Lire la suite
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (118) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5215 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}