AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2820521029
Éditeur : Milady Romance (08/04/2015)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 8 notes)
Résumé :
C'est une Arsac, et je tiens de source sûre que l'obstination est un trait de caractère familial...Londres, 1791. Fuyant les sanglantes représailles qui font suite à la tentative d'évasion de Louis XVI, Constance d'Arsac se réfugie à Londres. Bien décidée à rejoindre sa s?ur aux États-Unis, elle parvient à convaincre le capitaine John Hadley de la mener à destination. Ce séducteur invétéré n'est pourtant pas du genre à admettre à son bord des passagères non accompag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
ioionette
17 mai 2015
Voici le troisième tome de la famille d'Arsac, cette fois consacré à l'histoire de Constance, la petite dernière.
Nous sommes en 1791 et la révolution française est passée par là. Depuis le tome précédent, la cadette de la famille a eu le temps de se marier et de devenir veuve. Si son mari ne doit pas sa mort aux bouleversements politique en France, c'est par contre le cas de son père, emprisonné et décédé pour avoir participé à la tentative d'évasion du roi, aussi connue sous le nom de fuite de Varenne. Craignant les représailles, Constance et sa mère, cette dernière fortement affaiblie par la mort de son mari, cherchent à rejoindre le reste de leur famille aux États-Unis. Pour cela il leur faudra embarquer sur un bateau pour de longues semaines, en compagnie d'un capitaine qui est loin de laisser la jeune femme indifférente.
Pour être claire, il s'agit de mon tome préféré de la trilogie. D'abord (je vous en avais déjà parlé dans mes critiques des tomes 1 et 2), parce que j'attendais avec impatience le bouleversement que la révolution apporterait dans la famille d'Arsac, et que je ne suis absolument pas déçue. La tension dramatique causé par les événements historiques est très forte, et cependant, la petite histoire ne se perd pas dans la grande et ne se disperse pas sous le poids et la densité du contexte. de plus, si nos personnages, nobles de naissance, sont les grands perdants de l'Histoire avec un grand H, Ils n'apparaissent ni aigris, ni vengeurs mais semblent plutôt prêt à aller de l'avant et à prendre le meilleur de leur nouvelle situation. Ensuite, et ça m'a sauté aux yeux sur ce tome, l'écriture de l'auteur s'améliore avec le temps et décrire des ambiances moins "lisses" que celles des cours royales lui réussi visiblement, ils ne lui faut que quelques phrases pour nous emmener sur un bateau en pleine mer, au fond d'une geôle ou dans une taverne mal famée du port.
Pour le dernier point de ma critique, je vais allégrement vous dévoiler des éléments clefs de l'intrigue. Je conseille donc aux personnes qui aiment les surprises de ne pas lire plus loin.
J'ai énormément apprécié le contrepied qu'Éléonore Fernaye à choisi de prendre envers certains points névralgiques habituels de la romance, et particulièrement deux d'entre eux. Tout d'abord notre héroïne est une femme forte, c'est pratiquement toujours le cas dans le genre "New romance", mais d'habitude, soit elle fait juste semblant pour son entourage, soit elle découvre en rencontrant le héros que finalement ça la fatigue les responsabilités et qu'elle se reposerai bien sur quelqu'un. Ce n'est pas le cas de notre petite Constance, qui est vraiment forte pour le coup et qui n'attends pas de son homme qu'il lui soit un support, mais juste un égal. L'autre point sur lequel le pied de nez au genre littéraire m'a marqué, c'est la stérilité de l'héroïne. Il est en effet assez courant de trouver en romance historique une héroïne supposément stérile et qui en souffre. Sauf qu'à la fin, une fois trouvé son compagnon de vie, celui qui l'aime pour de vrai, ben pof, elle tombe enceinte. Or cette fois non, pas de miracle, Constance et son mari devront adopter pour
devenir parents, proposant une autre sorte de happy end, appréciable et rafraîchissante pour les habitués du genre.
Lien : http://ioionette.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mara
13 août 2015
Troisième et dernier tome (pour le moment) de la série La famille d'Arsac d'Eléonore Fernaye que j'ai eu la chance de rencontrer en début d'année.
Après Elisabeth et Louis, c'est au tour de Constance la plus jeune de la famille d'être sur le devant de la scène. Plusieurs années ont passé depuis les aventures de ses aînés (1778 pour Elisabeth et 1783 pour Louis) et la Révolution est passée. Nos sommes en 1791. Constance a été obligée de fuir la France et se trouve en Angleterre avec sa mère qui a bien du mal à supporter la disparition de son époux. Constance est décidée à rejoindre ses frères et soeurs en Amérique et a définitivement oublié la France. Mais encore faut-il trouver un bateau. Elle finit par en trouver un, avec comme capitaine John Hadley. Homme à femmes, fils illégitime d'un noble anglais, il a tout de l'homme à éviter pour une jeune femme comme Constance. Pourtant dès la première rencontre, j'ai senti que ces deux là étaient fait pour être ensemble. Et pourtant leur première rencontre ne présageait rien de bon pour nos deux personnages.
Constance est une jeune veuve qui sait ce qu'elle veut. Même si tout l'attire dans le capitaine Hadley, elle va tout faire pour ne pas succomber. Et il en va de même pour Hadley. Leur histoire sera semée d'embûches. Ils ne devront leur happy ending qu'à leur force de caractère, surtout celle de Constance. J'ai vraiment apprécié ce personnage qui n'hésite pas à tenir tête à la bonne société et même à sa famille. Des trois héroïnes de la saga, je pense qu'il s'agit de mon héroïne préférée. J'ai tout aimé d'elle et j'ai aimé la force de conviction qu'elle met pour obtenir ce qu'elle veut. Elle est en phase avec elle-même et avec son corps. Par contre, Louis reste mon héros préféré. John n'aura pas réussi à me convaincre à 100%. Mais il forme un très beau couple avec Constance. Seulement mon amour pour Louis n'aura pas faibli depuis le tome 1.

Avec un style vivant, on a vraiment l'impression de se retrouver en 1791, surtout que l'auteur utilise un langage d'époque. On est loin des romances historiques où les personnages parlent comme en 2015. Et une fois le roman commencé, j'ai eu du mal à le poser avant de connaître la fin...

Des trois romans, il s'agit de mon préféré. J'ai trouvé que l'auteur s'améliorai au fil de la saga. Et puis rien que pour Constance il méritait de figurer en première place.
Si vous cherchez une romance française, se passant en France (à l'exception du tome 3), bien écrite, qui n'a rien à envier aux romances américaines, où on est happé par l'histoire dès les premières pages,... je vous conseille cette saga! Avec Eléonore Fernaye, la romance historique française a de beaux jours devant elle!
Lien : http://mondedemara.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sariahlit
17 avril 2015
Aventureuse Constance est le troisième tome de la série La Famille d'Arsac. Quelques années séparent les aventures de Constance de sa soeur Élisabeth et de son frère Louis que nous avons découvert dans les volets précédents. le capitaine John Hadley est le prototype même du mauvais garçon qui attire, à l'image de Jack Sparow ou de Colin O'Donoghue. Et Constance ne reste pas indifférente à ses charmes. Elle essaie tant bien que mal de garder ses distances avec lui, mais dans un endroit aussi étriqué qu'un bateau, les choses deviennent vite compliquées et la tentation insoutenable. Derrière une romance plutôt simple, l'auteure aborde quelques sujets qui le sont moins comme la position des enfants illégitimes dans la haute société, le dénigrement des couches populaires par les membres de la haute, la difficulté de travailler l'hiver pour les marins et tout ce qui attrait à la fuite des nobles lors de la Révolution.
Éléonore Fernaye nous propose une nouvelle fois une romance qui se lit facilement, dont on ne voit pas les pages défiler, dont l'héroïne n'est pas une jeune première et sait s'imposer. Une série à lire.
Lien : http://sariahlit.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mellemars
21 avril 2015
Le dernier et mon tome préféré de cette trilogie!
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
sariahlitsariahlit17 avril 2015
-Que voulez-vous, je n'ai jamais su résister à une demoiselle en détresse...
-Une dame, se hâta-t-elle de le reprendre.
Pourquoi tenait-elle tant à insister sur sa condition de femme mariée ?
-Une dame, si vous le dites...
Quelque chose dans l'atmosphère de la pièce avant changé, et Constance sentit une fois de plus la vague de chaleur qui l'avait enveloppée quand elle avait aperçu le capitaine Hadley pour la première fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ioionetteioionette17 mai 2015
Si l'extérieur était peu engageant, l'intérieur tenait carrément du tripot et de la Cour des miracles : faiblement éclairée par quelques lucarnes aux carreaux crasseux, la salle était basse de plafond et accueillait une faune pour le moins... patibulaire. Des marins édentés buvaient un bock dans un coin tandis qu'une servante encore jeune mais au teint déjà fané remuait une marmite de ragoût.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1006 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre