AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2344008659
Éditeur : Glénat (15/04/2015)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Suzie a un secret. Pour elle, le sexe arrête le temps, littéralement. Jon a un problème. Il déteste sa vie, son travail et cette satanée malédiction qui le rend exactement comme Suzie. Tout devait les séparer, à part cette drôle de condition face au sexe,
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  27 septembre 2015
À l'occasion d'une Masse Critique de Babelio, Sequencity, libraire numérique de bandes dessinées (BD, comics, mangas), proposait lui aussi quelques titres, et j'ai pu découvrir grâce à eux un des volumes qui relancent la production de Glénat Comics : le premier tome de Sex Criminals, série de Matt Fraction et Chip Zdarsky, débutée en 2014 chez Image Comics.
Suzie et Jon ont une chose en commun, et c'est la très bonne idée de départ même si elle est bien étrange de but en blanc : quand ils sont excités, en approche ou en cours d'orgasme, tous deux peuvent figer le temps ! Rien de moins ! de la découverte de leur pouvoir à la mise en oeuvre de ses applications, en passant par leur « tendre » rencontre, ce premier tome installe déjà beaucoup d'éléments de contexte et de psychologie des personnages principaux. Rapidement, le parallèle avec un Bonnie & Clyde très sexualisé est bien présent, sachant que leurs justifications sont quand même un peu « de bas étage », mais passons.
L'intérêt de ce premier volume est, certes de mettre en pratique l'apparition des pouvoirs en question, mais surtout de contextualiser cette apparition. Ainsi, on remarquera un usage intéressant de la psyché adolescente, notamment féminine puisque nous avons d'abord et avant tout une héroïne, au moment où l'on découvre son corps et sa sexualité. En parallèle, la démarche d'aller et venir entre divers flashbacks et le présent se révèle un brin ennuyeuse, mais Matt Fraction n'a pas dû trouver mieux pour mêler l'action du présent aux explications du passé.
Au dessin, Chip Zdarsky nous offre une prestation particulièrement… … « joliette », désolé je ne trouve pas mieux ! Il gomme les détails pour favoriser les expressions pour créer des personnages tout de suite attachants, même s'ils ont davantage l'air banals qu'extraordinaires. de plus, la colorisation consiste avant tout en des à-plats de couleur vive, ce qui accentue l'aspect drolatique de certaines scènes.
Sex Criminals est une série qui développe un concept de départ très intéressant et ce premier tome lance comme il convient l'intrigue générale ; l'humour et les personnages aident à bien s'intégrer dans une histoire qui pourrait rapidement tourner en rond sans ces qualités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Presence
  18 juillet 2015
Ce tome est le premier d'une série indépendante de toute autre. Il contient les épisodes 1 à 5 initialement, parus en 2013/2014, écrits par Matt Fraction, dessiné et encré par Chip Zdarsky, mis en couleurs par Becka Kinzie, Christopher Sebella et Zdarsky.
Le premier épisode permet de faire connaissance avec Suzanne, une jeune femme entre 25 et 30 ans. Les différentes séquences la montrent à des âges différents, à des moments importants de sa vie, dans lesquels elle apparaît également en tant qu'adulte qui commente ce que fait son moi plus jeune, offrant ainsi des réflexions rendues savoureuses par le fait qu'elle connaît les conséquences de ces moments. Suzie a éprouvé son premier orgasme sexuel alors qu'elle prenait un bain. Il y a fallu plusieurs années pour comprendre que l'arrêt de l'écoulement du temps pendant une certaine durée est un phénomène qui n'a rien de normal et qui ne se produit pas pour d'autres personnes.
Dans le deuxième épisode, elle rencontre Jonathan, un jeune homme de son âge, qui déclenche le même phénomène au moment de l'orgasme. Après la jouissance, tout est figé dans le temps autour de lui, mais lui peut encore se mouvoir et agir normalement.
Suzanne travaille pour une bibliothèque qui va devoir fermer pour des raisons économiques. Jonathan lui propose d'utiliser leur extraordinaire capacité pour voler de l'argent afin de sauver le fond de la bibliothèque.
Ce tome commence avec Suzanne et Jonathan en train de faire l'amour dans les toilettes publiques d'un lieu indéterminé. Dès cette première séquence, les auteurs montrent qu'ils ne plaisantent pas avec leur titre : il sera réellement question de relations sexuelles, en acte comme en parole. Ils adoptent une narration relativement peu explicite d'un point de vue visuel. Il s'agit plus d'érotisme soft que de pornographie. Il n'y a pas de doute sur ce que font les personnages, mais il n'y a pas de gros plan de pénétration, très peu de dessin d'organe sexuel (moins d'une demi-douzaine, et plus d'homme que de femme), une ou 2 poitrines féminines à l'air, et un peu plus de fesses. Il n'y a donc pas vraiment de quoi se rincer l'oeil, ce n'est pas une bande dessinée que l'on lit d'une seule main. le corps de la femme n'est donc que rarement réduit à un simple objet du désir, et moins de fois que celui de l'homme.
Pourtant la sexualité est bel et bien abordée, et de manière graphique. Fraction évoque la découverte du plaisir sexuel par Suzanne dans son bain, Zdarsky montre le filet d'eau chaude dans une chaude lumière reliant ainsi l'écoulement des fluides. L'une des premières fois où Jonathan éjacule, il contemple ses gouttes de sperme figées dans l'air (le temps s'étant arrêté). À plusieurs reprises, l'histoire amène les personnages à déambuler dans un sex-shop (au nom certainement réprouvé par les critères de bienséance du présent site), les dessins montrant dans le détail tous les types d'articles (du vibromasseur à ce genre de produit, en passant par les menottes).
D'un point de visuel, ce tome est un vrai régal, très agréable à l'oeil. Chip Zdarsky réalise des planches comportant une moyenne de 8 cases par page, ce qui est un nombre assez élevé pour des comics. Il dessine de manière réaliste, avec de nombreux détails, et la présence d'arrières plans dans plus 3 cases sur 4. Il réalise lui-même les couleurs, avec l'aide d'assistants qui lui délimitent chaque zone bénéficiant d'une couleur particulière. Il adapte sa palette à chaque objet, sans chercher à donner une couleur dominante par séquence. Il utilise régulièrement des couleurs vives et gaies, sans transformer ses planches en pages pour enfants en bas âge. Dans 2 pages en fin de tome, il explique le processus de la mise en couleur, en commençant par des aplats uniformes, puis en ajoutant des effets spéciaux, en particulier lors des suspensions de temps.
De scène en scène, le lecteur découvre toute l'étendue du talent de Zdarsky. S'il prend soin de décrire minutieusement l'environnement de chaque scène, il ne surcharge pas ses cases. Il introduit également une forme de légère exagération dans les expressions des visages, ou de simplification (telle qu'un simple trait pour figurer 2 lèvres pincées). de ce fait, ses personnages sont très expressifs, sans en devenir caricaturaux, leur ajoutant ainsi un degré de vitalité, les rendant plus plaisant. le lecteur plonge donc dans un récit d'une grande richesse visuelle, entièrement au service de la narration, jamais juste pour épater les mirettes.
Matt Fraction entame son récit avec une situation périlleuse pour les 2 personnages principaux, afin d'être sûr d'accrocher le lecteur par la promesse d'un peu d'action. Les 3 premiers épisodes sont essentiellement consacrés à l'histoire personnelle de Suzie, puis celle de Jonathan, puis des débuts de leur relation. Matt Fraction raconte avec franchise et une forme de candeur sans pudeur ni niaiserie, leur découverte de la sexualité (leur première fois en solitaire), puis leur découverte de leur capacité singulière (ce qui n'a rien d'évident de demander à quelqu'un si le temps s'arrête pour lui juste après la jouissance). le dispositif narratif consistant à faire commenter leur souvenir respectivement par Suzie et Jonathan, introduit un regard adulte et bienveillant sur ces événements.
Outre la tension née de la connaissance de cette situation périlleuse qui attend les 2 personnages principaux dans le futur, la narration de Fraction dépasse le simple cadre d'une sitcom. Pour commencer les dessins de Zdarsky crée une réalité riche et attractive, équivalente à une sitcom au budget illimité (presque un oxymore). En outre Fraction utilise un ton léger, intègre différentes formes d'humour (des taquineries verbales, à une relation intime à la saveur dérisoire du fait du fond sonore, à savoir un CD d'Esteban), manie avec dextérité les provocations (inoubliables furetages dans le sex-shop), et ajoute un zeste de culture. Suzie raconte une blague relative à Thomas Pynchon (par exemple Vice caché). Jonathan cite le texte de Lolita de Vladimir Nabokov. Enfin, il manie avec habilité des formes de style élaborées. Par exemple, lorsque Suzie chante "Fat bottomed girls" de Queen (extrait de l'album Jazz), il y a des post-it sur les phylactères. Dessus, Fraction explique qu'ils n'ont pas obtenu le droit d'utiliser les paroles (cela rappelle des expérimentations narratives de même nature qu'il avait réalisées dans le tome 2 de Casanova Gula).
Lors des 2 derniers épisodes, Suzie et Jonathan mettent en oeuvre leur projet de cambriolage, ce qui les met face à une certaine Kegel, l'action reprend ses droits, sans que le récit perde en humour. le temps passé à apprendre à connaître Suzie et Jonathan induit une empathie totale pour eux et pour la réussite de leur projet.
Le titre de ce tome est entièrement exact. Matt Fraction et Chip Zdarsky présentent au lecteur un couple ayant une vie sexuelle bien remplie et s'apprêtant à commettre un crime. de plus ils ont la capacité l'un et l'autre de réaliser un truc bizarre (weird trick). Zdarsky réalise des dessins à l'apparence mignonne et séduisante, sans rien sacrifier des détails ou de l'expressivité des personnages. Fraction embarque le lecteur dans une comédie traitant de vie sexuelle de manière franche et décomplexée, sans voyeurisme malsain ou complaisant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tchouk-tchouk-nougat
  15 août 2015
Suzie est une jeune adolescente qui découvre son corps, et oh stupeur, lorsqu'elle a un orgasme le temps s'arrête. Évidemment elle se pose plein de question mais visiblement elle est la seule à qui se phénomène bizarre arrive. Enfin c'est ce qu'elle pensait jusqu'à ce qu'elle rencontre Jon et que tout deux s'aperçoivent qu'ils ont le même secret. Et s'ils en profitaient. Quand le temps s'arrête pour les autres mais pas pour nous, on peut faire plein de chose à leur insu... crier sur sa mère alcoolique pour se défouler, déféquer dans une plante verte pour se venger ou alors... braquer des banques.
L'idée de départ était originale mais j'ai eu beaucoup de mal à accrocher à cette bande dessinée. je sais pourtant qu'elle a était encensée par les critiques et que beaucoup de personnes se sont régalées en la lisant. Mais pour moi le charme n'a pas opérée. Malgré un érotisme plutôt bien maitrisé : effectivement les nombreuses scènes de sexe restent toujours soft et on bascule rarement dans le vulgaire.
Alors la faute à quoi? Un démarrage longuet et poussif pour ma part. La découverte du phénomène par nos deux protagonistes dans leur adolescence est peu entrainant. Il a surement pour but de faire connaissance avec nos héros mais j'ai eu autant de mal à accrocher à la Suzie ado qu'au Jon ado. Je préfère de loin leur version adulte.
Les dessins, bien que plutôt expressifs, avait parfois du mal à me captiver. le coté comics surement. Il y a une certaine répétition dans le cadrage des fois aussi. Pourtant la colorisation est plutôt sympa. Les effets de lumière lorsque les héros sont "dans le grand calme" sont bien trouvés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
MonsieurLoup
  19 février 2017
J' entendais beaucoup parler de Sex Criminals, surtout en bien, mais n'osais pas me lancer, notamment parce que le scénariste Matt Fraction souffle le chaud et le froid chez moi, de ce que j'ai pu lire de lui. Autant son travail sur Hawkeye ou Iron Fist sont de qualité, autant je suis nettement moins fan de son passage sur les 4 Fantastiques ou Fearless chez Marvel.
Mais avec un pitch aussi barré et de telles éloges, c'était obligé de m'y mettre un jour où l'autre. Je me suis dit que la Saint Valentin était un bon jour pour.
Et à vrai dire cela faisait très longtemps que je ne m'étais pas autant bidonné devant une BD.
C'est méchamment drôle, tout en arrivant à être extrêmement prenant, addictif, touchant par moments et intelligent.
Les deux personnages principaux sont tout de suite attachants, notamment dans leur découverte de leur pouvoir (et qui passe par leur découverte de leur sexualité), renvoyant en même temps chacun à ses propres expériences et découvertes.
On a affaire à une narration non-linéaire, alternant passé et présent, mais toujours cohérente et compréhensible, intelligemment faite, et qui sait briser le quatrième mur quand il le faut de la bonne façon.
Les dialogues sont au poils et délivrent quelques pépites d'humour, mais savent se montrer toujours justes et réalistes. L'histoire fait également passer quelques messages pertinents mine de rien, sur les tabous et la culpabilisation des jeunes face au sexe, que cela vienne du cercle familial ou scolaire, sur le consentement et le viol, ou encore, dans un tout autre registre, la défense des livres et de la culture.
Les dessins peuvent paraître simplistes ou minimalistes, mais il y a une vraie intelligence dans leur composition, en parfait accord avec la narration, et de magnifiques effets quand on rentre dans le Grand Calme (ou le Foutoir/Cumworld, à vous de choisir).
Je suis en revanche moins fan des passages sur la police sexuelle, qui vient casser ce côté réaliste installé, et aux designs décalés qu'on pourrait croire sortis des pages de The Boys, une autre série de comics que j'apprécie néanmoins.
Bref, c'est frais, drôle, prenant, intelligent, grave et touchant, le tout savamment dosé, et ça fait un bien fou de lire ça.
Assurément la meilleure lecture de Saint Valentin possible. Et je n'attendrai pas l'an prochain pour lire la suite.
Ce n'est pas l'ouvrage le plus facile à emmener dans les transport en commun, mais ça vaudrait le coup juste pour voir la réaction des gens lisant par-dessus votre épaule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
kikibaba
  16 juin 2015
Suzie est une jeune femme pour qui le sexe arrête le temps. Elle ne sait pas à qui en parler jusqu'au jour où elle rencontre Jon qui a exactement le même "pouvoir". Ils vont profiter de cette particularité pour cambrioler des banques et notamment celle qui a décidé de fermer la bibliothèque où travaille Suzie. Une histoire très originale, un dessin très comics, un excellent début.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (4)
BoDoi   28 juillet 2015
Une comédie d’action enlevée et souvent très drôle, dopée davantage par des dialogues croustillants que par des scènes vraiment haletantes.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   17 avril 2015
Amusant et coquin à la fois, Sex Criminals nous conte les déboires d’un couple atypique et prend le lecteur à témoin. Jouissif !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   14 avril 2015
Sex Criminals fait sourire à plusieurs reprises pour, au final, passer un bon moment qui éveille la curiosité pour la suite.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   11 mars 2015

Une petite curiosité qui donne envie de se pencher sur les prochaines traductions Glénat !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
EnkiEnki   04 février 2016
Le sexe, je savais ce que c’était. Je savais ce que c’était que la masturbation, et les orgasmes, et que le sexe et la masturbation produisaient des orgasmes justement. Mais j’avais pas encore très bien pigé que c’était l’orgasme qui était vraiment bon. Je crois qu’à l’époque, je pensais que le sexe, c’était comme les impôts. Un truc que faisaient les adultes. Je n’avais pas encore compris pourquoi j’avais à ce point envie de payer les miens. Peut-être est-ce parce qu’on traitait les gars qu’on n’aimait pas de branleurs que je n’avais essayé. Je n’avais pas compris… Comme si, j’avais eu les œufs, le lait, le sucre, la farine et le beurre… mais aucune idée de la façon de les transformer en gâteau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Dionysos89Dionysos89   21 juillet 2015
La banque prendra la bibliothèque, mais elle n’aura pas les livres. Pas tant que je pourrais me battre pour eux.
Tôt ou tard, la banque prend tout ce que vous aimez.
Commenter  J’apprécie          230
EnkiEnki   03 février 2016
SUSIE : J’ai besoin d’aide. Hum. J’ai tout un tas d’informations, mais aucun moyen de les classer, de les trier, de chercher dedans et tout le reste.
BIBLIOTHECAIRE : »Taxonomie ». Il vous faut une taxonomie. Comme le système décimal de Dewey.
SUSIE, à part : J’aimais déjà les bouquins. Mais c’est ce jour-là que je suis tombée amoureuse des bibliothèques.
Commenter  J’apprécie          90
EnkiEnki   03 février 2016
A vous tous, où que vous soyez, à quelque époque de l’histoire de l’Humanité que ce soit, si vous vous êtes déjà fait reluire le berlingot ou astiqué le manche, vous êtes les vrais héros.

(Remerciements)
Commenter  J’apprécie          70
Lire un extrait
Video de Matt Fraction (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Matt Fraction
Update lecture d'Octobre et Novembre 2015. Au programme :
- Le Trône de Crâne, le cycle des démons de Peter V. Brett http://amzn.to/1IQTUf0 - I.G.H de James Graham Ballard http://amzn.to/1RO6ltX - L’autre de Pierre Bottero, tome 1- Livre de poches http://amzn.to/1IQU2Lf et 2 http://amzn.to/1SXPao0 - Seeker de Jack McDevitt chez Folio SF http://amzn.to/1Osu4KP - Ecrivez un roman en 30 jours de Chris Baty http://amzn.to/1IQU7yF - Porcelaine de Estelle Faye http://amzn.to/1m2jWBl - Deadly Class T1 de Rick Remender, Wes Craig et Lee Loughridge http://amzn.to/1Yb4HYh - Sex Criminals T.2 de Matt Fraction et Chip Zdarsky http://amzn.to/1jYR5N4 - Last Hero Inuyashiki de Hiroya Oku http://amzn.to/1UqzbQy
+ Lire la suite
autres livres classés : cambriolageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
2795 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre