AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Estelle Ferrarese (Éditeur scientifique)
ISBN : 2707141542
Éditeur : La Découverte (11/03/2005)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :

L'armée française distribue des portions sans porc à ses soldats musulmans. Un couple de lesbiennes demande et obtient, auprès d'un tribunal français, l'autorité parentale conjointe sur leurs filles. Des prostituées indiennes manifestent à Mumbai, brandissant des pancartes demandant : " Pourquoi cette discrimination ? " Autant d'actes, institutionnels ou subtils, dont l'enjeu est la reconnaissance de l'autre, donn&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
de
  04 janvier 2012
La recherche anglo-saxonne semble mieux intégrer les combats contre l'oppression des femmes, des gays et des minorités, elle est plus sensible aux dimensions multiculturelles et sexuées de la société.
Nancy Fraser analyse et détaille, les combats et les politiques de reconnaissance (respect du à tous les membres d'une société) et ceux sur la redistribution (partage des biens et des ressources).
Elle montre en quoi une démocratie plus développée implique la liaison de ces deux dimensions, y compris dans leurs aspect contradictoire ou conflictuel. « Une approche satisfaisante doit rendre compte de toute la complexité de ces rapports, c'est à dire tant de la distinction entre classes sociales et groupes statutaires que leur interaction causale, tant de l'irréductibilité mutuelle de la distribution inique et du déni de reconnaissance que leur intrication. Une telle approche doit en outre être historique »
La lecture de ce livre offre des approches intéressantes pour mieux appréhender les problèmes d'actualité. Il propose des réflexions pour contrer les tendances à particulariser ou ethniciser la nécessaire reconnaissance de certains groupe sociaux, tout en niant d'autres, par un universalisme trop abstrait.
L'auteure prône des « réformes non réformistes » qui « modifient le terrain sur lequel les luttes postérieures sont menées, étendant par là l'ensemble des options possible pour une réforme future. »
Reste qu'une telle expression de nécessaires actions, devrait pendre en compte les réactions des autres classes sociales (et de l'état) ou des autres groupes statutaires, afin de replacer les pratiques autonomes et démocratiques dans un cadre moins unipolaire de compréhension.
La seconde partie de l'ouvrage élargit le propos à l'espace public à partir d'une critique d'Habermas : « toute conception de l'espace public qui exige une séparation tranchée entre la société civile (associative) et l'État sera incapable d'imaginer des formes d'autogestion, de coordination interpublique et de responsabilité politique qui sont essentielles à une société démocratique et égalitaire. »
Comme sur les réformes, les questionnements et les réponses ne plongent pas suffisamment à la racine des structures et des modalités de fonctionnement du système globalisé, mais cela n'invalide pas certains éléments exposés. Des ouvertures, des chemins, qu'il devrait être possible et nécessaire de parcourir ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Sodapop_CurtisSodapop_Curtis   18 octobre 2015
La redistribution corrective comprend habituellement deux types de transfert de revenus : des programmes d'assurance sociale qui prennent en charge une partie des frais de la reproduction sociale pour ceux qui disposent d'un emploi stable, les ouvriers des grandes entreprises ; l'assistance sociale fondée sur la vérification des ressources, qui fournit une aide ciblée à l'armée de réserve des chômeurs et des personnes en sous-emploi. Loin d'abolir la différenciation de classe, ces corrections la renforcent et la reconfigurent. Leur effet général est de détourner l'attention de la division de classe entre travailleurs et capitalistes pour la rediriger vers la fracture passant au sein de la classe ouvrière entre ceux qui ont un emploi et ceux qui n'en ont pas. Les programmes d'assistance sociale orientent vers les pauvres non seulement l'aide mais l'hostilité. De tels remèdes, évidemment, fournissent une aide matérielle nécessaire mais ils contribuent également à cimenter des différenciations qui mener à l'affrontement.
Cette logique vaut de manière générale pour la redistribution corrective. Quoique cette approche vise à remédier à l'injustice économique, elle laisse intacte les structures profondes qui engendrent l'inégalité de classe. Aussi les réaménagements superficiels se multiplient-ils sans fin. Ceci contribue à donner de la classe la plus désavantagée l'image d'une classe déficiente et insatiable, ayant besoin de toujours davantage d'aide. Elle peut même parfois apparaître comme un groupe privilégié qui reçoit un traitement spécial et des largesses qu'il ne mérite pas. Ainsi, une approche qui vise à redresser les injustices de redistribution peut finir par créer des injustices de reconnaissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
dede   20 octobre 2011
toute conception de l’espace public qui exige une séparation tranchée entre la société civile (associative) et l’État sera incapable d’imaginer des formes d’autogestion, de coordination interpublique et de responsabilité politique qui sont essentielles à une société démocratique et égalitaire
Commenter  J’apprécie          20
dede   20 octobre 2011
Une approche satisfaisante doit rendre compte de toute la complexité de ces rapports, c’est à dire tant de la distinction entre classes sociales et groupes statutaires que leur interaction causale, tant de l’irréductibilité mutuelle de la distribution inique et du déni de reconnaissance que leur intrication. Une telle approche doit en outre être historique
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : justice socialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr