AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Endgame tome 1 sur 3
EAN : 9782070662159
544 pages
Gallimard Jeunesse (30/11/-1)
3.75/5   708 notes
Résumé :
ENDGAME EST UNE REALITE. ENDGAME A COMMENCE.

Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L'humanité toute entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d'années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre et résoudre la Grande Enigme. Si aucun n'y parvient, nous sommes tous perdus.

Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques, ils ne sont pas immortels, mais ils sont entraînés !

T... >Voir plus
Que lire après Endgame, tome 1 : L'appelVoir plus
Partials, tome 1 par Wells

Partials

Dan Wells

3.98★ (2416)

3 tomes

La vie rêvée d'Eve, tome 1 : La fuite par Carey

La vie rêvée d'Eve

Anna Carey

3.14★ (222)

2 tomes

Dualed par Chapman

Dualed

Elsie Chapman

3.55★ (869)

Critiques, Analyses et Avis (198) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 708 notes
J'ai commencé le roman sans savoir de quoi il parlait. Cela ne m'arrive que très rarement mais cette fois, je me suis contentée du fait que la trilogie faisait beaucoup parler d'elle. Je ne savais même pas que l'auteur était James Frey, alors que j'adore sa série Lorien Legacies. Un point qui m'a donné bon espoir dès le départ. D'ailleurs, j'ai trouvé qu'il y avait de nombreux points qui me rappelaient son autre saga que ce soit dans le traitement des personnages, les thèmes abordés mais aussi de la trame. Pas de copié-collé, plus une sensation de bien retrouver la patte de l'auteur.

Endgame est donc un jeu. Un jeu de mort avec douze combattants. Un seul doit survivre. Un peu comme Hunger Games sauf que là, le terrain de jeu est la Terre et que c'est le destin d'une partie de l'humanité qui est un jeu. Les combattants ne sont pas là pour eux, mais pour leurs tribus. Je ne suis pas spécialement fan de ce genre de scénario, disons le clairement. Faire s'entretuer des enfants dans un « jeu », cela passe assez mal. Même avec les « justifications » de la mythologie liée à l'univers, je n'adhère pas vraiment. Mais comme pour la trilogie de Suzanne Collins, il y a autre chose, un élément qui fait que ce massacre n'étouffe pas l'histoire.

De la réflexion tout d'abord, sur ce que nous sommes, ce que les religions quelles qu'elles soient peuvent nous pousser à croire et à faire, qu'il est possible de réfléchir par nous-mêmes, que l'amour aussi tordu soit-il peut nous pousser à faire des choses inimaginables, que c'est à nous de choisir notre destin… Endgame est un jeu cruel et il est constamment présent mais il n'est pas « tout » encore une fois.

Les personnages tirent aussi leur épingle du jeu. Certains sont laids, pas sur le plan physique, mais au plus profond d'eux-mêmes. En même temps, torturer des enfants dès leur plus jeune âge pour les « préparer » n'est pas forcément la meilleure chose à faire si on veut éviter qu'ils deviennent des psychopathes. J'ai détesté et je continuerai à détester de nombreux joueurs pour cela. Fort heureusement, d'autres sortent du lot. Ils ne sont pas parfaits, ce ne sont pas des anges, mais ils ont cette étincelle de vie et d'espoir qui fait toute la différence. Jago et Sarah sont pour l'instant mes personnages préférés. Les héros, en quelque sorte, car ce sont eux que l'on suit le plus et il est facile de voir que l'auteur cherche à les faire passer sur le devant de la scène. Mais avec Endgame, difficile de trop s'attacher. Il n'y aura qu'un gagnant si on suit les règles et je ne sais absolument pas à quoi m'attendre. La diversité des personnages est un gros point fort mais il laisse tout autant de possibilités. D'ailleurs, on arrive très vite à cerner les adolescents malgré leur nombre et leurs psychologies s'approfondissent déjà pas mal pour un premier tome. Pour moi, à ce niveau-là, c'est une réussite.

Un petit mot sur Christopher, l'un des seuls non-joueurs qu'on suit… beaucoup… (beaucoup trop !). Je n'ai pas du tout apprécié le personnage alors que pourtant, il faisait partie des gentils. Et c'est dommage parce qu'étant un outsider face à Endgame, son point de vue aurait pu être intéressant mais il est trop buté, trop aveuglé, trop amoureux, trop naïf… Il joue un rôle clé, mais franchement, j'ai trouvé qu'il ralentissait plus le rythme qu'autre chose.

L'autre point fort que j'ai apprécié est la succession des chapitres courts. Une dynamique qui fait que les pages s'engloutissent sans qu'on s'en aperçoive. le rythme est soutenu et prenant, très peu de temps mort. Juste parfait par rapport à l'histoire.

Un premier tome très réussi pour moi. Je ne le mettrais pas dans les mains des plus jeunes car la violence est assez récurrente et quelques fois très bien détaillée. Cependant, je ne l'ai pas trouvée « gratuite ». Elle expose très bien la cruauté du jeu et celle des Dieux du Ciel. Des « parents » qui ont jugé bon de punir leurs enfants en les exterminant alors qu'ils auraient pu agir bien avant pour redresser la barre. Ce point soulève d'ailleurs de nombreuses questions pour moi comme certaines des semi-révélations qui apparaissent au cours du roman. Cet Endgame n'a au final pas l'air si clair que cela. A voir par la suite mais nuancé le jeu serait un très bon point.
Commenter  J’apprécie          394
Je vous parle aujourd'hui d'un livre que j'ai reçu grâce à l'opération masse critique de Babelio que je remercie chaleureusement pour ce Noël avant l'heure ainsi que les éditions Gallimard. Ce livre est paru le 09/09/2014 donc fait partie de mon challenge 1% rentrée littéraire 2014 (le dix-septième).


Résumé

Une pluie de météorites s'abat sur la planète donnant le signal pour le début du jeu ; l'heure tant attendue d'Endgame vient de sonner, et douze joueurs représentant les douze lignées de peuples élus, ancestraux car ils s'entraînent depuis des milliers, millions d'années pour se préparer à l'Appel de Kepler 22b.
Dans ces douze familles, tous se sont entraînés de façon intense et violente, chaque aîné passant le flambeau à la génération suivante, dans le secret le plus total. Personne ne doit savoir qui ils sont réellement. Ils mènent tous une vie en apparence normale et sont répartis à la surface de la planète. Ils ont chacun un numéro et l'auteur leur a attribué une icône.
Leur mission : trouver les trois clés qui vont leur permettre de changer le monde. Ils ont entre treize et vingt ans, et tous les coups sont permis car seul le gagnant et sa Famille survivront.
Ils sont tous réunis en Chine par le grand « ordonnateur », maître de cérémonie qui leur explique les règles du jeu et leur donne à chacun un indice codé différent par télépathie, afin de trouver la première clé.
Dès le départ, les douze auront le choix entre chercher seul, créer des alliances…
Pour pimenter le jeu, le lecteur reçoit des indices codés aussi et peut participer.

Ce que j'en pense :

Je ne suis pas une spécialiste de science fiction, dyschronies, dystopies etc. donc c'était un challenge pour moi-aussi, découvrir un nouvel univers et suivre le rythme effréné de cette course à travers le monde à la recherche des indices.
L'auteur réinvente l'histoire de la planète et de l'univers. Tout a été créé par des extra-terrestres, Dieux du Ciel qui voient tout et savent tout, espionnent, lisent dans les pensées.
Je n'aurais probablement jamais lu ce livre si je ne l'avais pas choisi via Masse critique, mais, comme je suis curieuse de nature j'ai voulu essayer. Oh ! Surprise, quand on commence ce livre, une addiction se met en place et on a envie de connaître la suite, de voir évoluer les protagonistes.
Et, à ce moment-là, on se retrouve dans une violence inouïe, certains joueurs se contentent de tuer leurs adversaires sans se donner la peine de chercher leurs indices, des prédateurs horribles et on apprend toutes sortes de façons de donner la mort en déclenchant le plus de souffrance possible, des tortionnaires que tous les dictateurs adoreraient, qui chassent en meute…
Une chose surprend, le récit est au présent. Certains lecteurs font le parallèle avec Hunger Games que je ne connais que de nom. le texte rend addict car il y a de l'action sans arrêt, les phrases sont courtes, percutantes, lapidaires, ne laissant pas le temps de réfléchir. Une grosse envie de jeter l'éponge à chaque apparition de Baitsakhan, âgé de treize ans, le pire de tous. Quand on pose le livre, que reste-t-il ?
Bref, une histoire intéressante certes, mais dure, miroir de la société actuelle car certains faits rappellent ce qui se passe dans certaines parties du monde pas si loin que cela de nous et qui fait froid dans le dos. Je lirai la suite peut-être, uniquement pour voir s'il y a une morale mais je n'en suis pas sûre car j'en sors avec la nausée; la société actuelle est suffisamment violente et amorale pour ne pas avoir envie d'en rajouter.
Un livre qui plaira sûrement aux ados passionnés de jeux vidéo violents.

Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
Commenter  J’apprécie          352
Avec Endgame, nous voici plongés dans une énième trilogie dystopique young adult. Beaucoup diront qu'il y a comme un air d'"Hunger Games" et ce n'est pas faux. Malgré cela j'ai vraiment beaucoup apprécié ce premier tome, d'autant plus que je suis une fan de "Battle Royale".

Il faut que je précise que j'ai lu la version numérique du livre et du coup, j'ai découvert (bien que je lise depuis prés de 4 ans sur tablette) ce que je considère comme ma première lecture multimédia. En effet, James Frey inclut de nombreux liens nous renvoyant vers des vidéos, vers "google maps" ou encore des sites internet divers et variés, plus ou moins sérieux (le site de la NASA par exemple). J'ai trouvé cela génial et surtout ça m'a permis d'apprendre de nombreuses choses sur les anciennes civilisations mais aussi sur les sites mystérieux existants sur Terre. Bref, tout cela m'a beaucoup amusée.

Endgame, c'est donc l'histoire de 12 adolescents. Ils ont entre 13 et 20 ans et sont des descendants des lignées originelles de la civilisation. Ils doivent trouver les 3 clés qui leur permettront de sauver leur lignée et, bien sûr, il ne doit en rester qu'un.

Les chapitres sont hyper courts, d'où une forte additivité. Une fois rentré dans le livre, on ne le lâche plus jusqu à la fin. le style de l'auteur est agréable et entrainant et il y a de nombreux rebondissements. Bref, le livre ne traine pas en longueur.

Je ne parlerai pas d'un coup de coeur mais, pour moi, ce premier tome d'Endgame fait partie des meilleures dystopies. Bref, vous l'avez compris, je recommande cette lecture, si possible sous forme numérique, et j'attends avec impatience l'automne 2015 pour lire la suite.
Commenter  J’apprécie          292
Ils sont douze, jeunes, entrainés pour porter l'enjeu de leur lignée respective, la chasse au trésor va déterminer qu'elles seront les lignées élues, les survivantes au jeu des êtres célestes seront les plus puissantes.
Les Anunakis sont des extraterrestres dont l'existence est ignorée des hommes, connue de ceux qui sont dans le secret des Endgame depuis des générations et des générations.
Au pied d'une pyramide blanche, au dessus de la grande Chine terrassée peu avant par un tremblement de terre, comme l'annoncement orgueilleux et retentissant de l'arrivée de l'Anunaki Kepler22B, comme pour marquer le début des Endgame, les douze prêtent attention aux indices qui leur sont donnés.
Images, symboles, séries de nombre, chacun semblent déjà se débattre avec ces codes qui n'ont pas encore de signification, craignant déjà de perdre une avance, un avantage face aux autres, le poids des peuples pèse déjà, se montrer à la hauteur, chacun a été choisi et entraîné pour être le meilleur, ne pas décevoir.
Kepler22B apparaît dans son habit de lumière, un étrange disque pendu à son cou, il conte à cette nouvelle génération de combattants une histoire, une histoire qui semble défier les cosmogonies, les ancestrales croyances étiologiques de chacune des lignées en présence, qui défie aussi la règle du Big Bang savante.
Les Anunakis sont viennent des étoiles il y a très longtemps, ils sont les créateurs de la vie, ici, sur Terre.
Et parfois, ils viennent éprouver leurs « créatures », leur force, leur intelligence, leur évolution, c'est leur combativité qui déterminera les hommes de demain. Seul l'homme fort survivra au temps et aux épreuves.
Les lignées ont accepté le jeu du Endgame depuis la nuit des temps, des garçons et des filles sont entrainés dès l'enfance à cette épreuve où il n'en restera qu'un pour offrir un cadeau sans prix à sa race. Un trésor offert par les Anunakis.
Ils se jaugent tous déjà. Sarah la jolie Cahokienne, l'américaine, Jago le troublant Olmèque, Aisling la rousse celte, Hilal le sage Aksoumite, Maccabée le Nabatéen, le russe, Baïtsakhan le Donghu, l'adolescent de 13 ans, Ann Liu, le chinois hacker informatique aux multiples tics, Shari l'Harapéene, jeune mère, kala la redoutable combattante voilée, Alice la sculpturale australienne Koori, Chiyoko la silencieuse japonaise qui glisse comme une ombre et Marcus.
L'un d'eux vient de se saisir d'un disque, clé possible. Les armes volent, s'entrechoquent déjà.
Des alliances inattendues se créent et contre toute attente, Christopher le fiancé de Sarah, avertit depuis peu de cette guerre secrète, entre dans « l'arène ». Un élément indépendant du jeu dont certains n'hésiteront pas à se servir pour troubler la cahokienne et la faire sortir de la compétition. L'amour sera t-elle sa faiblesse?

: L'amour. Les choses ne sont pas si simples, les grands ados lecteurs s'en rendront compte rapidement.
Certains joueurs en sont démunis, forgés comme des armes,ôté parfois de leur famille ou entraînée ferocement par celles-ci, la chasse au trésor est impitoyable mais l'amour apparaît à différents endroits et va jouer son rôle, préserver les joueurs d'instinct animal destructeur.
Shari garde en permanence l'image de sa fille et de son époux, épousé en secret du Endgame pour sa sécurité. Alice, fort de la générosité de Shari à secourir des civils innocents à la destruction qui est engagée par les Endgame, va décider d'elle-même de risquer ses chances d'être la première afin de récompenser la jeune adversaire, lui prêter main forte face à des joueurs très prédateurs.
Sarah pouvait trouver qu'elle avait déjà mûri très rapidement et pourtant, elle découvrira au fond d'elle un sentiment amoureux bien différent, dans les bras de son partenaire pour l'occasion, Jago. Elle se trouve partagée entre un amour d'enfance et l'amour d'une fille nouvellement femme. Elle ne se laisse pas départir de sa mission toutefois, se plaçant entre les deux hommes en compétition pour d'autres raisons que le Endgame.
Les auteurs posent leur intrigue, volontairement au début dépourvue de certains sens communs, générant beaucoup de questions, nous plaçant dans une disposition d'esprit delà bien opposée des personnages qui semblent ne pas avoir de choix. Les choses sont mais pourquoi, comment, quel est le vrai sens à toute cette compétition dans laquelle ce sont engagés toutes les « tribus » par tradition?
Certains proches des nouveaux joueurs ont aussi participé au Endgame, le grand-père de Aisling, le frère de Baïtsakhan, qu'est-il arrivé à la fin de leur épreuve? Nous ne le savons pas encore.
Certains décident de choisir leur destin, celui de leurs enfants, nous laisserons le soin aux lecteurs de découvrir l'histoire du père de Aisling. Mais au regard de la découverte de Hilal, tout ne semble pas perdu et Aisling fait aussi une découverte fondamentale pour tous les participants.
C'est une véritable course autour du monde, de l'Irak à l'Italie, de la Chine à la Turquie, de l'Ethiopie à l'Angleterre peut-être. Chacun espionne, suit, poursuit, se dérobe les indices, mettant toutes les chances de son côté sans fairplay.
L'aventure fait des bonds en passant par les aéroports, les partipants sont de vrais agents secrets sur-entrainés avec des moyens financiers importants, leur permettant de se transporter n'importe où de ne pas se soucier de leur confort.
D'un chapitre à un autre, nous faisons connaissance ave les personnages qui arrivent à pousser la compétition au plus loin, c'est la loi du plus fort, manger ou être mangé pour obtenir un « Graal » secret, il y a une conception d'eugénisme redoutable, implantée dans les consciences des différents participants et proposée par les maîtres du jeu que sont les Anunakis.
Toutefois, les alliances démontrent que les hommes peuvent ré-écrire les règles du jeu, redéfinir les conditions qui leur semblent les plus adaptées, salvatrices, sortir du Endgame et aller vers l'autre pour une raison de survie, amicale ou amoureuse.
Progressivement, une masse de participants vont s'assembler dans des concours de circonstances, ton ennemi est mon ennemi mais l'inverse est aussi vraie, ton ami est mon ami et Sarah, Christopher, Jago et Chiyoko vont se trouver pour le meilleur et le pire, suivi de loin par le hacker informatique Ann liu, très épris par la jolie japonaise.

« L'Appel » est le premier tome d'une trilogie au thème percutant, une dystopie qui suit le succès du fameux « Hunger Games » de Suzanne Collins, une série qui devrait titiller un moment notre curiosité. le roman rend hommage au savoir, à la culture, à l'aventure à l'histoire et au libre arbitre, faisant intervenir divers peuples, divers lieux mythiques historiques comme Stonehenge.
Le récit est universel comme son propos et chacun pourra s'y retrouver. Les personnages émergent progressivement par le coeur et la raison, les intrigues amoureuses devraient se montrer encore croustillantes. Comment la silencieuse Chiyoko peut elle effacer les tics de Ann Liu à son contact.
Des pages illustrées nous invitent également à jouer.
D'ailleurs les auteurs, James Frey et Nils Johnson-Shelton ont voulu proposer également un temps ludique et de plaisir, faisant sortir la chasse au trésor des pages.

« L'interactivité fait fonctionner les méninges et fait également bouger physiquement les grands ados et adulescents. 
«  Au-delà d'une lecture intense, ce livre cache dans ses pages une super-énigme composée de codes et indices imaginés par de grands cryptographes. Menez votre propre quête en tentant de la résoudre. Déchiffrez, décodez et interprétez. le premier d'entre vous qui y parviendra gagnera une véritable fortune en pièces d'or. 
> Pour participer sur https://keplerfuturistics.com/ 
> Lire les règles de la chasse au trésor Endgame sur www.endgamerules.com 
 
En parallèle de cette quête, un jeu mobile novateur conçu par le laboratoire Niantic de Google permet de jouer à Endgame dans le monde réel, en choisissant une lignée et en affrontant d'autres joueurs. « 
Commenter  J’apprécie          120
Après les 200 et quelques critiques, je vais m'épargner la laborieuse tache du résumé, que vous serez autant ennuyé à lire que moi à l'écrire :D

Donc pour faire simple : j'ai adoré ce roman !
Bon le concept de base n'est pas très novateur, des adolescents hors du commun se retrouvent à devoir s'entre-tuer pour sauver le monde... enfin leur monde puisque le gagnant sauve la lignée à laquelle il appartient, et uniquement elle. Enfin en tout cas c'est ce que nous disent les règles. Mais à la lecture du roman, on se rend compte que c'est peut-être finalement plus compliqué que cela.

Au-delà de cet arrière-plan, chaque personnage représentant une lignée, on se retrouve face à un bouillon de cultures, littéralement, ainsi qu'à des caractères bien différents les uns des autres : certains sont contents d'avoir été choisis, d'autres se demandent pourquoi ça leur ai tombé dessus. Au final on a tout un lot de personnages hauts en couleurs, même si certains sont encore un peu en retrait, ce qui laisse présager qu'ils auront peut-être un rôle plus important dans les prochains tomes.

Ce que j'ai aimé également avec ce roman, c'est que tout n'est pas prévisible, parfois on est surpris de la tournure que peuvent prendre les choses, on s'attend à ce qu'il se passe ci ou ça, et au final on est emporté ailleurs, et pour moi c'est un excellent point.

La lecture est très fluide, et très rapide car les chapitres sont entrecoupés d'indices et d'énigmes pour la véritable chasse au trésor mise en place en parallèle du roman (bon le prix a déjà été remporté mais pour les adeptes d'énigmes, c'est un relief supplémentaire qui s'ajoute à ce roman, déjà prenant à lui tout seul).

En bref, vous l'aurez compris, pour moi ce roman est un coup de coeur, je me suis régalée du début à la fin, et je pense me jeter sur la suite dans peu de temps, en espérant qu'elle sera à la hauteur de ce premier tome !
Commenter  J’apprécie          270


critiques presse (2)
LaPresse
18 décembre 2014
Non, ça n'est peut-être pas de la grande littérature, mais c'est drôlement accrocheur. Et comment faire autrement, avec ses 538 pages, qui culminent en une réelle énigme à tenter de résoudre en ligne. Le vainqueur qui la déchiffrera gagnera une réelle petite fortune en pièces d'or. Non, vous ne rêvez pas. Oui, c'est un genre, il faut aimer.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Ricochet
01 octobre 2014
Fascination serait ainsi le plus exact des sentiments éprouvés devant ce gros tome, ces chapitres courts à dévorer. Certains des personnages sortent du lot et on miserait sur eux, pourtant les auteurs ne cessent de défaire nos prévisions, de « jouer » au sens strict du terme avec nos nerfs. Endgame, ou le jeu total– et explosif
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
Chiyoko se lève et marche vers la tour. Elle est bien décidée à demeurer seule d’un bout à l’autre d’Endgame. Si elle conclut des alliances, elles seront temporaires ou opportunistes. Les amitiés ressemblent pour elle à des fardeaux, alors pourquoi se charger inutilement avant cette épreuve qui les attend. Pas plus qu’elle ne se démènera pour se faire des ennemis. Ils sont encore plus exaspérants que les amis. Elle mettra à profit tous ses talents et ses qualités : silence, furtivité, aspect quelconque. P 90
Commenter  J’apprécie          220
La Terre est vieille de 4 540 000 000 ans. Des extinctions se produisent à intervalles réguliers. On estime aujourd’hui qu’entre 15 000 et 30 000 espèces disparaissent chaque année, ce qui donne un total de 15 à 20 % d’espèces qui auront disparu au cours des 100 prochaines années. Durant l’extinction crétacé-tertiaire, 75 % de toutes les espèces ont été perdues. Au cours de l’extinction permien-trias, jusqu’à 96 % ont péri.
Commenter  J’apprécie          110
- Le prix, c'est quoi ? Si on résout l'énigme.
- Ah. Le sort du monde. On peut sauver la race humaine. Faire en sorte que mon peuple et tous les gens que j'aime survivent et aillent au ciel. Voilà.
Commenter  J’apprécie          170
- D'accord. Faisons comme ça. Mais dans l'immédiat, il faut que j'aille me coucher.
Christopher la retient par le bras au moment où elle passe devant lui. Si c'était quelqu'un d'autre, elle réagirait, elle lui déboiterait l'épaule, lui arracherait les yeux, lui briserait la jambe. Mais ce n'est pas quelqu'un d'autre. Alors elle se retourne vers lui. Il l'attire contre lui et l'embrasse fougueusement. Et malgré elle, malgré tout le reste, elle lui rend son baiser.
- Crois-moi, Alopay, dit-il. Ça peut être nous.
Elle secoue la tête et murmure :
- Non, Christopher. Ça ne peut pas.
Commenter  J’apprécie          50
Elle espère qu'il s'agit uniquement d'un caprice d'adolescente et qu'elle n'est pas en train de tomber amoureuse de Jago. Etre amoureuse d'un rival serait la pire chose qui pourrait lui arriver. Mais ils s'embrassent.
Ils s'embrassent.
Ils s'embrassent.
Et Sarah oublie tout.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de James Frey (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Frey
Découvrez le podcast de notre rentrée littéraire dédié à James Frey - Katerina Présentation par Géraldine Sarratia - Lecture par Emmanuel Noblet
En savoir plus : http://rentreelitteraire-flammarion.com/
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : dystopieVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (2189) Voir plus



Quiz Voir plus

Numéro Quatre

Comment s'appelle Numéro Quatre ?

Henry Smit
Sam Good
John Smith
Sam Smith

11 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Lorien Legacies, tome 1 : Numéro Quatre de James FreyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..