AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782365693202
400 pages
Éditeur : Editions Les Escales (21/02/2019)
4.18/5   11 notes
Résumé :
Japon, 1994. Par une nuit pluvieuse, Keiko Ishida est poignardée à plusieurs reprises et abandonnée sur l'asphalte. Pour Ren, le frère qu'elle a élevé et aimé comme une mère, sa mort est une catastrophe incompréhensible. Avide d'explications, il quitte aussitôt sa ville pour celle de sa sœur, emménage dans son appartement et accepte le poste de professeur qu'elle occupait. Mais plus Ren essaie de se rapprocher de Keiko, plus celle-ci lui échappe. Qui était-elle réel... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  13 juin 2019
Japon, 1994.
"Keiko Ishida était le genre de femme que l'employé moyen rêve de prendre pour épouse ", voilà comment nous la présente Ren, son frère cadet. “Était”, car elle vient d'être assassinée à 33 ans, à l'arme blanche à Akakawa, la ville où elle vivait et travaillait. Sa soeur lui étant la personne la plus proche au monde, il s'y rend pour ses funérailles et y élucider le mystère de son meurtre. Espérant qu'il le conduirait à elle, il va se retrouver dans un drôle d'arrangement......
Un roman foisonnant,
De rêves, d'où ressort le lien extrêmement fort du frère à la soeur décédée, “Le jour où ma soeur était morte, une part de moi avait péri avec elle.”,
De personnages étranges, trés particuliers, une femme muette, une jeune fille
cleptomane, voleuse de chewing-gum en série, un japonais époux au foyer ( il ne doit pas en exister beaucoup au Japon), une Mlle Toyota Celica ( détails dans le livre), un voisin poète sourd, une mannequin-main.....
Un roman introspectif avec un petit air de polar non identifié, où s'entremêlent divers histoires et aux délicieux haïkus en guise de titres de chapitre,
Un roman sur la société japonaise, où même si l'histoire est datée 1994, les femmes y sont drôlement émancipées,
Un roman en clair-obscur, chargé de nostalgie et de secrets, qui me rappelle un de mes films-cultes " In the Mood for Love" de Wong Kar-Wai,
Bref un premier roman trés intéressant, lauréat du Bath novel award 2015, qui nous vient de Singapour, d'une écrivaine d'origine indonésienne.
Ne passez pas à côté !
Des
dorayaki
tout
chauds
sous
la
pluie
Un grand merci aux Editions Les Escales et NetGalleyFrance !
#LuneDautomne#NetGalleyFrance

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          854
sylvaine
  28 juin 2019
Lune d'automne Clarissa Goenawan Les escales février 2019 #LuneDautomne #NetGalleyFrance
Ce premier roman de toute beauté est traduit de l'anglais (Singapour) L'action du roman se situe à Arakawa non loin de Tokyo. Ren Ishida est venu aux obsèques de sa soeur Keiko que l'on a retrouvée assassinée dans un parc non loin de chez elle. Venu pour quelques jours il va essayer de découvrir qui l'a tuée et pourquoi elle a été tuée. Pour cela il va devoir rester plus longtemps et essayer de mieux connaitre une soeur plus âgée mais qu'il aimait profondément.Certes ils ne s'étaient pas vus depuis longtemps mais chaque semaine sa soeur l'appelait pour s'inquiéter de ce qu'il devenait. Vivre sans elle est pour lui plus que douloureux. Ses nuits sont peuplées de rêves; Est-ce elle qui lui apparait, qui est cette petite fille?
Patiemment, pas à pas il déroule le fil d'Ariane qui le mènera à celle qu'était vraiment sa soeur....
Un premier roman qui mérite le détour! Une auteure qui m'a séduite par son écriture . ses personnages sont excessivement bien travaillés, la société japonaise est "décortiquée", de nombreuses clefs de compréhension permettent de mieux comprendre les acteurs de ce drame. Ce voyage au Pays du Soleil Levant ne peut que ravir les amateurs de littérature asiatique en particulier de littérature nippone.
Un grand merci aux éditions Les Escales pour ce beau voyage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
marlene50
  26 mars 2021
Au Japon en 1994.
Keiko est assassinée de façon incompréhensible en pleine rue.
Son frère Ren va emménager dans son appartement et occuper le même poste de professeur qu'elle, et va mener son enquête.
Tout s'écoule doucement, mais Ren trouvera ce qu'il est venu chercher.
L'impression de lenteur de cette histoire est présente tout au long des pages, qui coulent une à une telles des gouttes de pluie.
Le temps de prendre un thé dans le Chashitsu (pièce prévue à cet effet) - Et voici Ren qui mangera en tête-à-tête , une dernière fois , avec sa soeur là où ils devaient se retrouver....
Belle histoire au charme onirique indéniable.

Commenter  J’apprécie          260
vratajczak257
  17 avril 2019
Enquête au coeur du soleil levant ... Ren est le personnage central de ce récit Japonais. Dans une petite commune, Akakawa, sa soeur Keiko est retrouvée morte.
Ren et Keiko se sont beaucoup appréciés, ils se sont élevés tous seuls, ils ont appris à grandir loin de leurs parents, toujours absents... Ils ont toujours eu une relation particulière et privilégiée. Pourtant, l'un et l'autre, malgré leurs appels téléphoniques hebdomadaires, ne connaissent rien de la vie l'un de l'autre. Ren décide de se mettre dans les pas de sa soeur, en acceptant de reprendre sa vie : son travail, son appartement... et pas à pas, au contact des personnages qui peuplent sa vie quotidienne, Ren remonte le fil de la vie de soeur en découvrant une inconnue, une personne qu'il ne connait pas...
C'est un récit remarquable; c'est pourtant un premier roman. Primé , c'est un récit traduit dans une dizaine de langues. Il apporte une touche d'exotisme. Il nous baigne dans une atmosphère asiatique, très loin de nos récits occidentaux et c'est peut être là son secret. On accompagne Ren au travers de son quotidien, de sa vie, de ses peurs, de ses doutes. On le voit cheminer dans une atmosphère quasi onirique pour redécouvrir la vie de sa soeur. Merci aux éditions les Escales pour le choix de ce roman, tout à fait dépaysant et un grand bravo à cette jeune auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Sharon
  31 mars 2019
Ce que j'aime chez la maison d'édition Les escales, c'est sa capacité à publier des romans singuliers. Lune d'automne ne fait pas exception.Ren aimait sa soeur aînée Keiko. Pourtant, elle avait choisi de partir loin de sa famille, de devenir professeur loin d'eux. Ren et Keiko ne se voyaient pas, mais se téléphonaient régulièrement. Dans une société aussi traditionaliste que le Japon, son choix de vie ne laisse pas de surprendre. Son assassinat choque, forcément. Ren veut comprendre ce qui est arrivé à sa soeur. Il veut comprendre qui était sa soeur, aussi se met-il quasiment dans ses pas : il loge là où elle logeait, il reprend le métier qu'elle exerçait, il rencontre un de ses amis dont la fille, qui est so élève (et par extension, était celle de sa soeur) le trouble.Ce n'est pas qu'il lui est difficile d'enquêter, c'est que les codes de la société japonaise sont tels que simplement questionner les autres pour en savoir plus sur sa soeur, lui qui se rend compte qu'il ne sait quasiment rien sur elle, sa vie, ses amours, ses espoirs est tout sauf évident. Aussi prend-on avec lui des chemins de traverse, nous plongeons-nous dans ses souvenirs, dans ceux de ses propres amours pour en arriver à comprendre qui est Ren, et qui était Keiko.La pression sociale est immense, sur les hommes, et surtout sur les femmes - encore et toujours ai-je envie de dire. Ce poids est inimaginable vu de France. Il cache un tabou encore plus grand : l'incapacité à aimer son enfant.Le silence recouvre le récit, cette incapacité à parler, à dire, à échanger parce que dire ce que l'on ressent vraiment, voir ce qui se passe vraiment semble aussi inimaginable. Ren est celui qui dit, celui qui force à dire aussi, comme un révélateur qui, presque à l'usure, force les autres à prendre conscience de ce qu'ils ressentent, de ce qu'ils ont fait, vraiment.Reste Keiko, qui reste toujours dans ses pensées, même à la fin du récit, comme un guide pour... Ne pas faire les mêmes erreurs qu'elle ? Exprimer ses sentiments, enfin ? Ren, dans ce récrit rétrospectif - il nous montre le devenir d'un de ses amis quelques années plus tard - semble parfois incroyablement seul, avec une vie parsemée de quelques courtes idylles, pour ne pas dire étreintes, qui ne sont pas restées dans sa vie. La fin offre, sinon l'apaisement, du moins un pas vers plus de quiétude. Lune d'automne, un livre au goût tendre et amer.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   12 juin 2019
Au‑dessus de moi, des bulles géantes flottaient dans l’air. Qu’était‑ce ? En sautant, j’ai réussi à en toucher une. Quand le bout de mon doigt en a frôlé la surface, j’ai senti un grand froid, la bulle a éclaté comme un feu d’artifice estival, explosant en millions de billes minuscules qui tombaient au sol. J’ai frotté la fine pellicule sur mon doigt avec mon pouce. C’était de l’eau. Peu à peu, j’ai compris que je me trouvais dans un rêve.....Un banc de poissons rouges géants nageait dans l’air. Des centaines, des milliers, peut‑être. Chacun d’eux était aussi gros que ma tête. Leurs écailles colorées peignaient le ciel d’un bel orange doré.
Les poissons rouges volants dansaient au‑dessus de nous, agitant leurs queues translucides, scintillantes, tout en évitant les bulles d’eau. J’étais émerveillé. Ils semblaient si gracieux. Tout à coup, les poissons ont foncé sur les bulles pour les faire éclater. Partout, des éclaboussures et, au loin, un éclair aveuglant. J’ai abrité mes yeux avec ma main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
BookycookyBookycooky   13 juin 2019
J’ai fermé les yeux en m’imaginant à l’intérieur de la machine, immergé dans ses mouvements circulaires. Lavé avec un tas de vêtements sales. Tournant, tombant, m’écrasant, submergé dans l’eau et suspendu parmi les bulles. Quand le bruit s’est arrêté, j’en suis sorti trempé, mais propre.
Si seulement l’âme pouvait se nettoyer de cette façon…
Commenter  J’apprécie          260
BookycookyBookycooky   13 juin 2019
Souviens‑toi d’une chose, Ren. La tristesse seule ne peut faire de mal à personne. C’est ce que tu fais quand tu es triste qui peut te blesser et blesser ton entourage.
Commenter  J’apprécie          310
marlene50marlene50   26 mars 2021
Le dimanche matin, j'ai retrouvé Honda et Mme Itano, sa cousine, une femme petite et ronde. Elle avait beau avoir teint ses cheveux courts en auburn, on voyait ses racines grises.
Une épaisse couche de maquillage dominée par des teintes roses recouvrait son visage. De l'ombre à paupières rose, du blush rose et du rouge à lèvres rose.
Avec son tailleur fushsia, elle ressemblait à un personnage caricatural de manga.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
marlene50marlene50   26 mars 2021
Le silence s'est peu à peu épaissi, engloutissant le salon. Il s'est glissé par les fissures entre les fenêtres et sous les portes. L'air s'est solidifié, formant une couverture de brume translucide et dense.
Je respire le silence.
Il a pénétré en moi et m'a changé en silence.
Je suis le silence.
Commenter  J’apprécie          60

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

5 questions sur "Il s'apellait le soldat inconnu"

De quel sexe est le nouveau né ?

Masculin
Féminin

5 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : Il s'appelait... le soldat inconnu de Arthur TénorCréer un quiz sur ce livre