AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le clandestin (16)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Kassuatheth
  24 mai 2015
On aime ou on n'aime pas. Moi, je l'ai aimé. Par contre, je ne l'ai pas lu d'une traite, sauf les 100 dernières pages alors qu'il devait tout faire pour fuir tous ceux qui voulaient sa tête.

Dès la première escale, on a tout fait pour tenter de lui administrer un sérum de vérité. Il s'en est sorti en ne s'alimentant que dans les distributrices. Déjà il savait que sa libération cachait quelque chose.

Bien entendu, le rythme est lent pendant une bonne partie du roman. J'ai trouvé cela normal. On ne joue pas au chat et à la souris à pleine vitesse.

J'ai senti la tension monter progressivement et ce n'est que peu à peu et, discrètement que Joël ou Marco a préparé sa fuite dans la nature.

Ce n'est pas un de ses meilleurs romans mais, à aucun moment je n'ai eu l'intention d'abandonner la lecture.
Commenter  J’apprécie          180
manu_deh
  15 juillet 2017
Un bon petit roman lu afin de découvrir cet auteur, mais que je ne conseillerais pas forcément, car ne casse pas trois pattes à un canard.
Vite lu, vite oublié
Commenter  J’apprécie          91
Fadette100
  18 juin 2014
Lobbyiste sans foi ni loi, Joel Backman a été condamné à vingt ans de prison pour avoir vendu à une puissance étrangère un superlogiciel capable de contrôler un ensemble de satellites espions. Sur le point de quitter la Maison Blanche, le président des États-Unis se laisse convaincre par la CIA de lui accorder sa grâce. Et de faire de lui un appât : les services secrets lésés par la transaction cherchent à avoir sa peau. Exfiltré jusqu'en Italie, Joël Backman devient alors Marco Lezzari. Marco déambule jour et nuit sous les arcades millénaires de Bologne, boit des espressos avec les ex-gauchistes de l'université, étudie la différence entre les tortellini et les tortelloni... Sans jamais baisser la garde, car il sait les tueurs déjà sur place. Il n'oublie pas qu'il a été Joël Backman, un requin aux décisions fulgurantes. Ses réflexes vont lui servir à échapper à la fois au Mossad, aux services secrets chinois, aux Saoudiens, à la CIA... et à reprendre son destin en main ou plutôt à faire montre de sentiments d'amour envers sa famille et une femme à qui il doit la vie lors de son séjour en Italie.
Inconditionnelle de cet auteur, je dois pourtant avouer que ce roman me semble inachevé. J'ai attendu avec impatiente l'ultime confrontation avec l'infaillible tueur chinois, confrontation qui n'est jamais venue. Alors pourquoi faire entrer les chinois dans cette tourmente ? Néanmoins j'ai passé un très bon moment à la lecture. Comme CHATPITRE, le ménage a attendu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
knitspirit
  03 janvier 2013
Joel Backman n'est pas ce qu'on pourrait appeler un gentil, il a trahi son pays, pas mal magouillé lorsqu'il était avocat et s'est retrouvé en prison, un séjour bien mérité à la hauteur de son crime. Cependant lorsqu'il est gracié et qu'il commence une nouvelle vie exilé en Italie, on ne me s'empêcher de s'attacher à lui et de le trouver sympathique. Alors forcément, lorsque sa tête est mise à prix, on tremble pour lui et on espère qu'il ne lui arrivera rien de fâcheux.
J'ai été agréablement surprise par ce livre, les personnages (surtout le héros, qui est d'ailleurs plus un anti-héros qu'un véritable héros vu son passif) sont très attachants et l'histoire est rondement menée avec la bonne dose de suspens qui va bien et qui m'a fait dévorer le livre en peu de temps.
Mon seul regret : le même que lors de ma lecture de L'Idéaliste, le rythme du livre est un peu (trop) lent, j'ai vraiment eu l'impression que l'histoire avançait parfois au ralenti, comme en slow motion en fait, c'était assez bizarre.
A cause de ce point, je ne suis pas vraiment sûre d'avoir envie de lire d'autres livres de cet auteur et c'est dommage car si l'histoire était un peu plus rythmée, ce serait top !
Lien : http://voxpopuleek.fr/2013/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
OneClick
  14 mars 2011
Je trouve le livre bien mené, mais je suis assez déçu de la fin. J'aurai attendu quelque chose de plus surprenant.
Il m'a laissé un gout d'inachevé.
Commenter  J’apprécie          60
LadyM
  31 décembre 2012
Offert avec 2 livre acheté de poche, je me lance dans un nouveau polar/thriller et je n'ai pas été déçue !

Dès le résumé du livre, nous apprenons qu'en fait la » grâce » acquise par Joel Backman n'est destiné qu'à le tué, et cette fois la quatrième de couverture n'a pas menti ! le début de ce roman commence à la prison où Joel est retenu. Au début je ne comprenais pas trop le motif pour lequel il était détenu, mais au fil de l'histoire nous avons des flash-back qui nous explique tout – il a vendu un logiciel capable de contrôler des satellites espions, il a donc aux yeux des Etats-Unis trahis son pays -. Joel est donc gracié pour être extradé vers l'Italie où il devra prendre une nouvelle identité – Marco Lazerri – avec un mentor pour l'aider et surtout veiller à ce qu'il se fasse bien tué sur le sol Italien. Malheureusement, Joel comprend l'embrouille et réussi à leur échapper avec l'aide de son professeur d'Italien.

J'ai trouvé cette histoire intéressante pour : le fait de découvrir l'Italie, – et avec cela quelques mots d'Italien – ses monuments – car pour apprendre la langue, son professeur lui fait visiter -. Il y a ensuite l'intrigue, nous comprenons petit à petit la machination orchestré contre Joel et en fidèles lecteurs, nous souhaitons le voir sortir de ce mauvais pas et recommencer sa vie ailleurs.

le roman est bien construit. Au travers des différents pays visité par Joel, l'auteur nous offre une formidable balade. C'est vrai que l'action au sens propre du terme arrive dans les 100 dernières pages, mais le reste du bouquin est tout aussi divertissant – avec la politique surtout -. Ce n'est pas un thriller exceptionnel, mais bon quand même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
verobleue
  28 janvier 2011
Sans foi ni loi, Joel Backman a été condamné à vingt ans de prison pour avoir essayé de vendre à des puissances étrangères un logiciel capable de contrôler des satellites espions. Au moment de quitter la Maison Blanche, le président des Etats Unis se laisse convaincre par la CIA de lui accorder sa grâce. Ce qui fait de lui un appât : les services secrets lésés par la transaction cherchent à avoir sa peau. Après 6 ans d'incarcération cellulaire harassante, Joel Backman, exilé jusqu'en Italie, se transforme en Marco Lezzari sous la surveillance de quelques personnages : un taciturne étudiant-professeur d'italien, une jolie guide revêche, un surveillant amateur de jeunes filles et de grasses matinées. Marco déambule jour et nuit sous les arcades millénaires de Bologne, boit des espressos, étudie la différence entre les tortillini et les tortelloni... sans jamais baisser la garde, car il sait les tueurs à ses trousses.
Il n'oublie pas qui il a été, Joel Backman, lobbyiste, requin aux décisions fulgurantes. Ses réflexes vont lui servir à échapper à la fois au Mossad, aux chinois, aux saoudiens, à la CIA et à reprendre son destin en main jusqu'à ce que ses assassins, révélant leur provenance, permettent d'éclaircir un secret entre Etats.


John Grisham délaisse le cadre juridique pour nous livrer un roman d'espionnage. « le Clandestin » n'est pas à la hauteur de la réputation et des succès de son prolifique auteur. Pas de réel suspense, l'intrigue s'étire en longueur.
Cet ouvrage n'est pas un chef d'oeuvre mais la trame narrative pousse le lecteur à dévorer les chapitres pour connaître enfin l'épilogue.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Capucine214
  20 juin 2014
John Grisham, auteur qui vous capture dès la première page pour ne vous libérer qu'à la dernière page... Enfin, d'habitude. Là, la mayonnaise n'a pas pris. Trop de pistes non utilisées : un super programme qui reste super et vague, des meurtres qui restent inexpliqués, un super tueur qui reste inactif, un lobbyiste qui retrouve la liberté pour servir d'appât dans une chasse à l'homme qui n'a pas lieu...
Par rapport aux autres romans de cet auteur, dont je suis une inconditionnelle,, j'ai trouvé celui ci vide. Dommage....
Lien : http://jelisquoi.blogspot.fr/
Commenter  J’apprécie          20
rohaert
  08 décembre 2012
Malgré une quatrième de couverture allechante, il ne se passe rien dans ce livre. On y apprend des choses extrêment utiles dans la vie, comme la différence entre les tortellinis et les tortellonis, qu'il est considéré comme unplouc en Italie de boire un capuccino aprés 10h30 du matin, que les flics et les douaniers sont peu futés. C'est assez consternant d'apprendre que Grisham est l'un des auteurs les plus lus aux USA.
Son premier opus La firme m'avait semblé tout juste moyen, L'affaire pélican était embrouillé et assez médiocre, celui là est encore pire.
Commenter  J’apprécie          20
Amnezik666
  05 août 2012
Grisham nous avait habitué à mieux, le roman laisse un arrière amer de travail bâclé même s'il reste plutôt bien construit, c'est juste que l'on pouvait espérer mieux.
Commenter  J’apprécie          20


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La dernière récolte de John Grisham

En quelle année se déroule cette histoire ?

1932
1942
1952
1962

11 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : La Dernière Récolte de John GrishamCréer un quiz sur ce livre