AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Patrick Berthon (Traducteur)
EAN : 9782221073896
406 pages
Robert Laffont (04/02/2006)
3.9/5   476 notes
Résumé :
Il est six heures moins dix. Un flash spécial de NBC plonge l'Amérique dans la stupeur. Sans cravate, en cardigan marron, le président des Etats-Unis vient d'annoncer la mort de Jensen et de Rosenberg, les deux plus hauts magistrats de la Cour suprême.
La disparition, à quelques heures d'intervalle, de ces deux figures légendaires ne peut être le fait d'une coïncidence. Or ni la CIA ni le FBI, qui ne disposent pas du moindre indice, ne savent par où commen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
3,9

sur 476 notes
5
8 avis
4
17 avis
3
10 avis
2
2 avis
1
0 avis

migdal
  01 septembre 2022
A la traditionnelle alternative posée à chaque inculpé, prendre un avocat connaissant le dossier ou préférer un avocat connaissant le juge, John Grisham propose ici une voie innovante : choisir le juge.
Pour cela préparer le terrain en éliminant les juges en poste, en l'occurrence deux magistrats de la cour suprême, à l'occasion d'un procès opposant les défenseurs de la nature (les protecteurs des pélicans en Louisiane) à un groupe pétrolier aussi opaque qu'apatride.
Cette affaire nous emmène dans une enquête, que les lecteurs impatients trouveront un peu longue, aux cotés de la ravissante, intelligente (et très chanceuse) étudiante en droit Darby SHAW et d'un journaliste du « Washington Post ». Nous découvrons les arcanes du financement des campagnes électorales étasuniennes, les entourloupes des cabinets juridiques, les magouilles politiciennes de la CIA et du FBI et les « best pratices » des tueurs à gages et de leurs séides.
Contexte qui n'a guère changé depuis 1992, date de publication, ou 2002 date de ma première lecture de ce thriller.
Je confesse que je fais partie des lecteurs trouvant que le temps passe trop vite aux cotés de l'éblouissante Darby SHAW et qu'elle a d'indiscutables atouts pour générer des critiques Babelio qui la trouvent « antipathique, peu attachante, déplaisante, tête à claques ». Eternelles médisances qui signalent les femmes qui ne laissent pas les hommes indifférents ?
Une affaire clivante que je relirai avec jubilation un prochain été comme vous le devinez.
PS : tout aussi addictif : le cas Nelson Kerr
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          923
Crazynath
  30 janvier 2020
A une époque, pas si lointaine que ça, avant l'ère d'internet, choisir un livre n'était pas toujours facile. Mon entourage ne lisant pas trop, je ne pouvais pas me fier à leurs conseils. Et je reconnais que régulièrement, c'est grâce à des films que je découvrais les livres dont ils s'inspiraient. Et cela me permettait d'étoffer mes lectures et de découvrir de nouveaux auteurs.
Un des exemples les plus marquants a été L'affaire Pélican. J'avais beaucoup aimé ce film réalisé par Alan J. Pakula et très bien interprété par Julia Roberts et Denzel Washington. Aussi, quand quelques temps plus tard j'avais découvert ce livre écrit par John Grisham, je m'étais précipité dessus. C'est d'ailleurs suite à cette lecture que j'ai lu encore plusieurs livres de cet auteur comme par exemple La firme et Non coupable… Apres, je me suis lassée de cet auteur, car il a commencé à produire trop régulièrement ses bouquins, ce qui est, selon mes critères très personnels, tout sauf un gage de qualité.
J'avais donc lu très vite « L'affaire Pélican » et avais trouvé que le film était bien fidèle à l'esprit du livre, même si évidemment celui-ci est bien plus dense et riche.
Je me rappelle parfaitement avoir trouvé le nom de l'héroïne, Darby Shaw assez vilain. Cela me faisait penser à artichaut,( oui, je sais que c'est un peu idiot, mais j'étais jeune à l'époque n'est-ce pas ) mais bon, cela ne m'a pas empêché d'apprécier l'histoire et ce personnage bien sûr.
L'histoire est bien écrite et on ne peut s'empêcher d'éprouver de la sympathie pour cette jeune étudiante en droit qui a découvert un complot dont les ramifications vont beaucoup plus loin que prévu. Son association avec le journaliste Gray Grantham lui permettra-t-elle d'élucider ce mystère tout en restant en vie ?

Challenge Mauvais Genres 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
Krout
  23 juin 2016
It's Summer. YES !!!
What else !?
Pour tous celles et ceux qui veulent perfectionner leur anglais en lisant directement dans le texte, John Grisham est sûrement une bonne porte d'entrée. Si ma mémoire est bonne celui-ci "l'affaire pélican" est le premier que j'ai lu de lui en anglais, ensuite la firme, le client, l'associé, ...
C'est une belle écriture (pas bourré d'argot et de jurons au contraire de Tom Clamcy) et avec un vocabulaire relativement facile (en tout cas plus aisé que Ken Follett, Ian McEwan ...). Comme l' histoire est palpitante cela motivera même si l'on éprouve quelques difficultés en tant que débutant.
Avec Grisham on apprend, outre du suspense et d'une belle langue, beaucoup sur le fonctionnement du système judiciaire et politique américain, avec de magnifiques descriptions de la vie à la Nouvelle-Orléans : de très bons moments de détente en perspective.
Pour une belle échappée dans le sud des Etats-Unis et visite du French Quarter à la clé !
Commenter  J’apprécie          380
Epictete
  23 août 2015
Deux membres éminents de la cour suprême sont assassinés. Rien ne semblait les relier véritablement : l'un est plutôt libéral, l'autre est très conservateur. (Dans ces milieux les différences de pensée sont plutôt nuancées.....)
Ue jeune étudiante en droit, Derby Shaw va travailler sur ce sujet et écumer les archives de la justice pour finir par élaborer une théorie concernant ces crimes.
Celle-ci va d'abord sérieusement déranger certaines personnes (Attentat qui la visait directement et qui en réalité coûtera la vie à son petit ami )
L'histoire n'est pas racontable tant il faudrait entrer dans les détails pour tout expliquer. Cependant, vous pouvez faire confiance à John Grisham pour le faire, et le faire merveilleusement bien.
Je n'ai découvert cet auteur que sur le tard, mais bien que n'ayant pas encore exploré l'ensemble de ses écrits, je crois que ce roman est un des meilleurs que j'ai pu lire de lui.
C'est une réussite et on passe quelques heures le nez bloqué dans ces pages et on est plutôt heureux de l'avoir fait en le refermant.
Faites l'expérience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
Derfuchs
  20 janvier 2020
Thriller époustouflant mené rondement
et tambour battant, on ne s'ennuie jamais dans ce livre, tant
l'histoire fourmille de rebondissements. L'intrigue est finement ciselée
et différente des polars juridiques dont Grisham
nous avait habitués. Ici pas de procès ou en simple évocation mais on
ne plaide pas on court, on se cache, on retient son souffle et on tente
de survivre, tout en se disant que, poursuivi(e) les Etats-Unis ne sont
pas si grands que ça!
Grisham,et ce n'est pas son habitude, égratigne le pouvoir en place et,
notamment, le Président qui joue au golf dans le bureau Ovale et est
gratifié d'inintelligence par les directeurs du FBI et de la CIA, qui ne
l'aiment pas vraiment, c'est réciproque et on fait semblant. Les fils
son tirés par le plus proche conseiller qui fera tout pour préserver la
réélection de son patron, à quel prix ?
Ce n'est pas dévoiler l'intrigue que de dire que l'auteur se fait, ici, défenseur de l'environnement et des...pélicans, espèce disparue et réimplantée,
risquant de voir ses membres disparaitre à nouveau. Grisham
explique la façon dont la cupidité a eu raison de la Louisiane, sa
flore et sa faune à cause, notamment, des forages de pétrole. Cela ne
vous rappelle rien ? C'est exactement ce qui se passe actuellement dans
cette région avec la fuite causée par un puits BP. L'auteur n'est pas à
son coup d'essai sur ce sujet qu'il affectionne particulièrement.
Le style, comme d'habitude, est fluide et délié. C'est du grand Grisham,
d'une simplicité extrême, facile de lecture, laquelle suit l'écriture
comme le Petit Poucet ses cailloux, toutefois sans savoir où cela
mènera. Cet homme nous invite à une course poursuite haletante, parfois
épuisante parce que vivante mais toujours enivrante. le dénouement
permettra aux puissants de rester puissant et aux subordonnés d'être
sacrifiés à la raison d'état. Haro sur le baudet !
Comme le disait un écrivain français : nous, nous sommes des auteurs de romans, donc ce que nous écrivons est romancé, rassurez-vous, la réalité est beaucoup plus effrayante.
A méditer.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
migdalmigdal   31 août 2022
Pendant ces matinées d'oisiveté - elles étaient nombreuses -, Callahan savourait sa liberté. Il avait terminé ses études de droit depuis vingt ans et la plupart de ses anciens condisciples étaient astreints à des semaines de soixante-dix heures et à la pression continuelle des cabinets-usines juridiques.

Il n'avait tenu que deux ans dans le privé. Recruté dès qu'il avait eu son diplôme en poche par un énorme cabinet de Washington composé de deux cents juristes, il s'était retrouvé dans un réduit aménagé en bureau, où il avait passé les six premiers mois à rédiger des requêtes.

Puis on lui avait imposé un travail à la chaîne consistant à répondre douze heures par jour à des interrogatoires sur les dispositifs intra-utérins et à en facturer seize. On lui avait dit que, s'il parvenait à accomplir en dix ans le travail des vingt prochaines années, il pourrait être promu associé à l'âge de trente-cinq ans.

Comme il avait envie de vivre au-delà de cinquante ans, Callahan avait renoncé à ce travail de forçât du secleur privé. Après une maîtrise en droit, il était entré dans l’enseignement. Il se levait tard, travaillait cinq heures par jour, écrivait de loin en loin un article et profitait de la vie. Sans charges de famille, son salaire annuel de soixante-dix mille dollars suffisait amplement pour payer son duplex, sa Porsche et tout l'alcool dont il avait besoin.

Si la mort devait le prendre jeune, ce serait à cause du whisky, non du travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
migdalmigdal   31 août 2022
- Savez-vous, reprit-elle après ce long silence, que l'on appelle la Louisiane l'État du Pélican ?

- Non, je ne le savais pas.

- C'est scandaleux, car les pelicans bruns ont pratiquement disparu au début des années 60.

- Pour quelle raison ?

- Les pesticides. Ces pauvres bêtes ne se nourrissent que de poissons et les poissons vivent dans des cours d'eau remplis d'hydrocarbures et de chlorures. Les pluies drainent les pesticides du sol dans les cours d'eau qui finissent par se déverser dans le Mississippi. Quand les pélicans de Louisiane pêchent leurs poissons, ils sont bourrés de D.D.T, et autres saloperies chimiques qui s'accumulent dans les tissus adipeux. La mort est rarement instantanée, mais, dans des conditions difficiles, telles que pénurie de nourriture ou mauvaises conditions climatiques, les pélicans, comme les aigles et les cormorans, puisent dans leurs réserves et peuvent littéralement être empoisonnés par leur propre graisse.

Quand ils ne meurent pas, ils deviennent en général incapables de se reproduire. Leurs œufs ont une coquille si fine et si fragile qu'elle se brise pendant l'incubation.

Saviez-vous cela ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
nina2loinnina2loin   14 avril 2012
― Thomas! Réveille-toi!
Elle augmenta le son qui devint assourdissant. Le Président souhaitait le bonjour aux téléspectateurs.
― Thomas! cria-t-elle en se penchant vers lui.
Callahan repoussa les draps du pied et se dressa sur son séant en se frottant les yeux. Elle lui tendit le bol de chicorée.
Le Président avait une nouvelle tragique à annoncer. Malgré ses yeux fatigués et sa figure de circonstance, sa voix de baryton était vibrante de confiance. Il ne regardait pas les notes devant lui. Il plongeait son regard dans l'œil de la caméra et expliquait au peuple les événements bouleversants de la nuit.
― Merde alors! marmonna Callahan.
Après l'annonce des assassinats, le Président se lança dans un éloge dithyrambique d'Abraham Rosenberg qu'il qualifia de figure légendaire. C 'était une rude épreuve, mais il demeura impassible pendant qu'il retraçait la carrière éminente de l'un des hommes les plus haïs des États-Unis.
Callahan fixait l'écran, bouche bée. Darby ne parvenait pas à en détacher son regard.
― C 'est émouvant, murmura-t-elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CielvariableCielvariable   06 mai 2018
— La Cour suprême ne nous pose pas de problèmes, répondit Lewis dont le soupir s’acheva en une ébauche de sourire. C’est un endroit facile à protéger et nous n’avons aucune crainte.

— Où avez-vous des craintes ?

Lewis indiqua de la tête une fenêtre derrière laquelle le tumulte de la rue continuait à s’amplifier.

— Dehors, n’importe où. Les rues sont pleines d’abrutis, de cinglés et de fanatiques.

— Et ils nous détestent tous.

— Cela va sans dire. Écoutez, chef, c’est au sujet du juge Rosenberg que nous avons les pires inquiétudes. Il continue à interdire à nos hommes l’accès de son domicile ; il les oblige à faire le guet en voiture, toute la nuit. Il accepte qu’un policier de la Cour suprême, son chouchou – comment s’appelle-t-il déjà ? Ferguson –, reste assis devant la porte du jardin, mais seulement de 22 heures à 6 heures du matin. Personne d’autre que le juge Rosenberg et son infirmier n’a le droit d’entrer. Cette maison n’est pas sûre, croyez-moi.

Runyan sourit discrètement en se curant les ongles avec le trombone déplié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CielvariableCielvariable   06 mai 2018
Runyan ne faisait rien pour cacher son inquiétude. Un rapport confidentiel du FBI posé sur son bureau énumérait les particuliers et les groupes sur lesquels portaient les soupçons. Le Ku Klux Klan, les néonazis, les Palestiniens, les séparatistes noirs, les adversaires de l’avortement, les homophobes. Et même l’IRA. Tout le monde, semblait-il, hormis le Rotary et les scouts. Un groupe du Moyen-Orient, soutenu par les Iraniens, avait promis de répandre le sang sur le sol américain pour venger la mort de deux responsables de la Justice à Téhéran. Rien n’indiquait que les États-Unis fussent impliqués dans ces assassinats. Une nouvelle organisation terroriste américaine baptisée Armée secrète avait tué un juge fédéral au Texas dans un attentat à la voiture piégée. Il n’y avait pas eu d’arrestation, mais Armée secrète revendiquait l’attentat. En outre, cette organisation était fortement soupçonnée d’être responsable d’une douzaine de plastiquages de bureaux de l’ACLU.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de John Grisham (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Grisham
Extrait du livre audio "Le Cas Nelson Kerr" de John Grisham lu par Patrick Kuban. Parution CD et numérique le 6 juillet 2022.
https://www.audiolib.fr/livre/le-cas-nelson-kerr-9791035408497/
autres livres classés : thriller juridiqueVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La dernière récolte de John Grisham

En quelle année se déroule cette histoire ?

1932
1942
1952
1962

11 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : La Dernière Récolte de John GrishamCréer un quiz sur ce livre