AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Berthon (Traducteur)
EAN : 9782266149945
470 pages
Éditeur : Pocket (09/03/2006)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 114 notes)
Résumé :
Jeune avocat commis d'office, Clay Carter pensait que défendre les indigents était suffisamment gratifiant pour lui faire oublier son salaire de misère. Mais lorsqu'un mystérieux et diabolique intermédiaire lui propose de se lancer dans une activité particulièrement lucrative, il ne résiste pas longtemps. Finis les plaidoyers à la chaîne. Oubliée, la vertueuse éthique des hommes de loi. Clay vient d'intégrer le club très privé des chasseurs de primes de haut vol. Au... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Derfuchs
  25 juillet 2020
Le but de Grisham dans ce roman est de dénoncer les abus liés aux effets pervers, secondaires, collatéraux et indésirables des produits de consommation. Ces effets qui font les choux gras de bon nombre d'avocats outre Atlantique et commencent à montrer le bout du nez par ici. Ce n'est pas un hasard si les notices de nos médicaments sont devenues aussi longues à lire et pleines d'effets indésirables. Ce n'est pas un hasard, non plus, et ça fait sourire, si le mode d'emploi d'un lave-linge attire l'attention de l'utilisateur sur le fait que le tambour n'est pas prévu pour y laver son enfant, ni son animal de compagnie. Les industriels se protègent en connaissance de cause. Bientôt, en cas de cholestérol, on attaquera le charcutier qui aura vendu du saucisson ou du boudin...Il y aura des avocats pour plaider cette cause;
Rappelez-vous ce vieux Bill qui faisait dire à Henry V (ou VI ?) : Il faut tuer tous les avocats !
J'ai l'intime conviction, qu'avocat, Grisham, fut intègre et honnête et qu'il a dû souffrir de ces débordements, savamment orchestrés, par des individus sans scrupules ayant, avec les indemnités de malheureux souffrants, corps ou âme, bâti une fortune colossale se chiffrant par centaines de millions de $. certains possédant yacht, avion personnel et nombre de résidences.
La forme employée est la chasse aux victimes par voie de pub télé ou dans la presse écrite, les plus démunis se contentant de panneaux sur les bus. Généralement celui qui possède le nombre le plus important de victimes devient le président d'une commission, regroupant plusieurs membres du barreau, proposant aux industriels une transaction plutôt que des milliers de procès. Des francs-tireurs résistent et arrivent à aller au procès, avec les risques que cela comporte et, le roman le décrit bien, ce qui nuira à Clay, de perdre sur tous les fronts.
Comme à son habitude Grisham dans une écriture toujours aussi brillante, si ce n'est plus au fil des romans, nous entraîne dans cette aventure où le héros aura beaucoup plus à perdre qu'à gagner. Chacun sait que si les marches de la réussite sont dures à gravir, la chute n'est qu'une simple glissade semblable à un toboggan de jardin. Son talent n'étant plus à démontrer, le lecteur que je suis en demande et en redemande, plus et toujours plus et, à force, devient difficile, délicat.
Mon propos n'est pas de bruler ce que j'adore, loin de là, simplement, la fin ou plutôt le seconde partie est téléphonée et je le regrette, car autant lorsqu'il s'agit d'un fait réel narré, la fin morale (si elle existe) est justifiée, autant une fiction mérite que l'on jette le politiquement correct par delà les moulins et que l'on s'offre une fin parfaitement immorale, voire amorale. Grisham n'a pas osé. Dans sa position, d'auteur bien assis, j'aurais tenté le coup. Il faut croire qu'il est moins tordu que moi et c'est, peut-être, aussi bien ainsi !
Ce roman mérite un coup de chapeau. Il est passionnant d'un bout à l'autre. Inconditionnels ou pas, vous serez subjugués par la maitrise de l'auteur.
Je me suis demandé si le fait d'avoir laissé se dessiner le dénouement n'était pas un appel du pied de l'auteur plutôt qu'un défaut de sa part, n'écoutant que ma raison et ma joie dans sa lecture je reste sur un coup de coeur!

Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          254
eco
  15 août 2014
Mwais... Ce n'est pas mauvais mais c'est loin de casser 6 bras à un chimpanzé… On voit que Grisham maîtrise le droit mais sur ce coup-là c'est plutôt la maîtrise de la psychologie des personnages qui pêche un fifrelin. L'histoire est bien et c'est sympa de se plonger dans un thriller juridique mais je n'ai jamais réussi à accrocher avec le personnage principal. C'est aussi facile à lire qu'à oublier; je suis dur mais j'ai quand même mis 3 étoiles donc ça compense…
Commenter  J’apprécie          130
antihuman
  16 mars 2013
Un best-seller de plutôt bonne facture, une fois n'est pas coutume. Grisham débute son roman sur les chapeaux de roue de par une atmosphère proche de "Clockers", puis décrit cruellement une vision réaliste concernant l'Amérique des gangs et de la drogue, pour enfin achever son récit en une sorte de nouveau pamphlet à la Steinbeck... Plus que la destinée de l'avocat Clay Carter, on appréciera particulièrement les passages du livre au sujet de l'inégalité des modules de justice, et surtout ceux à propos de cette médiocrité humaine permettant ces lobbys et diverses associations crapuleuses qui ne disent, en général, pas leurs noms - de toute façon la plupart du temps tous masqués sous le vernis d'une pseudo-réussite !
C'est donc l'humain qui est décrypté ici par le célèbre écrivain, et on lui pardonnera donc une fin un peu à l'eau de rose dans une oeuvre qui affleure bon, par ailleurs, au vrai classique social et universel.
Commenter  J’apprécie          50
VMR
  23 juin 2015
The King of Torts
Carter exerce la profession d'avocat à Washington mais sa carrière peine à décoller et il doit se résoudre à défendre des criminels désargentés. Il lorgne vers les vautours du barreau dont l'idée de rendre la justice se résume à déclencher des actions collectives envers les richissimes industriels, en contrepartie d'énormes profits. le rêve d'ambition de Carter s'accomplit, l'argent suit. John Grisham brosse le portrait sans fard des soi-disant défenseurs de la justice chez qui l'appât du gain prime sur les valeurs, et démontre comment le recours à la loi est devenu un produit de consommation comme un autre.
Commenter  J’apprécie          50
Elisa56
  24 mai 2019
Clay Carter est un jeune avocat commis d'office. Il gagne mal sa vie mais il a la satisfaction morale de défendre les pauvres. Jusqu'au jour où le Diable se présente à lui... Un intermédiaire mystérieux lui propose de se lancer dans une activité remarquablement lucrative : la chasse aux coupables richissimes. le sport est légal mais il faut laisser l'éthique au vestiaire. le petit avocat cède à la tentation. le nouveau Clay Carter attaque fabricants de cigarettes, laboratoires pharmaceutiques et autres grosses entreprises lors de procès à grand spectacle et récolte au passage des millions de dollars. Dans la presse, on le surnomme désormais le Redresseur de torts. Mais cette fortune facile est dangereuse à son tour, car malgré son jet et sa maison à St Barth' Clay va devenir une proie...


Roman passionnant et l'intrigue géniale.Je conseille vivement.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   28 décembre 2013
L’union fait la force. Ceux qui choisiraient de se retirer pour avoir leur propre procès n’auraient pas accès aux documents accablants. C’était aussi simple que cela. Pas de cadeaux, mais le jeu en valait la chandelle.
Tout le monde avait des objections sur telle ou telle partie du plan, mais l’alliance resta solide. L’affaire donnait l’impression de devoir aboutir à la plus rapide transaction jamais réalisée et les avocats humaient déjà le parfum des billets verts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   28 décembre 2013
Dans une ville où des jeunes s’entretuent quotidiennement, les cœurs s’endurcissent. Une mère connaît toujours d’autres femmes qui ont perdu un ou plusieurs enfants. Avec chaque nouvelle victime, la mort se rapproche un peu plus et cette mère sait que chaque matin peut être le dernier.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   28 décembre 2013
On fait payer ce que l’on veut un médicament qui n’a pas de prix. Pensez aussi à toutes les vies sauvées, aux crimes évités, aux familles préservées, aux économies colossales réalisées sur l’argent dépensé pour la désintoxication. Plus l’équipe dirigeante pensait à ce que le Tarvan pouvait rapporter, plus elle était pressée de commercialiser le produit. Mais, vous l’avez dit, il fallait des sujets d’expérience humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   28 décembre 2013
Quand on coince une grosse société prospère et respectable qui a commis quelque chose de répréhensible, on éprouve une émotion qui ne se compare à rien. Pas même au sexe. Je ne connais rien de plus fort, Clay. Quand l’avidité pousse ces salopards à commercialiser des produits dangereux pour la santé, c’est à l’avocat qu’il revient de les châtier. Voilà pourquoi je vis. Bien sûr que l’argent est un grand plaisir, mais il n’arrive qu’après. Même si je devais gagner des fortunes inimaginables, jamais je n’arrêterais. On me croit exagérément âpre au gain parce que je pourrais tout laisser tomber et rester les doigts de pied en éventail jusqu’à la fin de mes jours. Quel ennui ! Je préfère travailler cent heures par semaine à traquer ces tricheurs. C’est ma vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 décembre 2013
Apprendre les ficelles du métier, se salir les mains, voir et faire ce que n’a jamais l’occasion de voir et de faire le collaborateur d’un gros cabinet ; un jour peut-être, ils toucheraient la récompense de leurs efforts. Une vaste expérience des prétoires, la connaissance approfondie des juges, des huissiers et de la police judiciaire, la gestion d’une charge de travail écrasante, l’habileté requise pour travailler avec des clients particulièrement difficiles, tels étaient les atouts qu’ils pouvaient acquérir au bout de quelques années de pratique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de John Grisham (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Grisham
Extrait de "La sentence" de John Grisham lu par Sylvain Agaësse. ©Editions Audiolib. Parution numérique le 19 août et physique le 14 octobre 2020.
www.audiolib.fr/livre-audio/la-sentence
autres livres classés : thriller juridiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La dernière récolte de John Grisham

En quelle année se déroule cette histoire ?

1932
1942
1952
1962

11 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : La Dernière Récolte de John GrishamCréer un quiz sur ce livre

.. ..