AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782351761601
366 pages
Éditeur : Editions Galaade (19/08/2012)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 11 notes)
Résumé :

Vous rappelez-vous où vous étiez quand vous avez entendu parler de l'incendie du Reichstag ?"

Pour Thekla Jansen, c'était à un bal costumé, le lundi d'avant mardi gras, quand toute l'Allemagne s'abandonnait à la frivolité, quand, derrière son masque - on pouvait être n'importe qui. C'est aujourd'hui le premier anniversaire de l'incendie qui a détruit le siège du parlement de Berlin : à Burgdorf, la jeune institutrice partage avec ses élèves l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  15 décembre 2013
1934: le rouleau compresseur du nazisme est en marche.
Il y a un an, le Reichstag brulait.
Dans la petite ville de Burgdorf, c'est dans le quotidien de la jeune institutrice éclairée, que se stigmatise le changement de mentalité de la population, évolution insidieuse mais déjà en grande partie acquise à la cause nationaliste: restriction de certains enseignements, autodafés, mise à l'écart des instituteurs juifs, engagements des élèves dans les Jeunesses Hitlériennes...
Comment combattre l'idéologie héroïque et le germe de la violence dans les jeunes esprits?
"Si tu bats en retraite, tu es perdue. La pression de la meute grandira." (p 262)
Le pire est en train d' arriver et les habitants courbent le dos, s'interrogant silencieusement selon le niveau d'instruction, mais acceptant aussi tacitement, dans un sentiment de "chacun pour soi".
Mais peut -on longtemps rester à la frontière des événements quand l'étau se resserre autour des siens?
Après son premier livre "Trudi la naine", Ursula Hegi complète une vision de l'intérieur de l'Allemagne populaire des années d'entre deux-guerres: une société de rigueur morale et spirituelle sclérosante avec ragots et cancanages, d'éducation familiale ou scolaire fruste et brutale. Une société qui porte les germes noirs de sa reconstruction, dans la honte et la rancoeur de la défaite, dans la crise économique, dans l'acceptation innée du pouvoir et de l'autorité et dans le désir d'appartenance à une vision communautaire élitiste.
J'ai trouvé ce livre moins attachant que Trudi, plus compliqué narrativement, ou par forcément très bien écrit ou traduit. On y croise parfois les mêmes personnages ou événements mais les deux livres sont indépendants.
Le ton scolaire naïf, choisi sans doute volontairement, m'a un peu dérangée, ainsi que les nombreuses métaphores éducatives, "clichés" envers le régime. le concept de violence en germe dans les populations peu éduquées est un peu appuyé ( les paysans auraient fait les meilleurs bourreaux?).
Néanmoins, sans être nouveau, le propos reste captivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ivredelivres
  03 mars 2015
Depuis quelques mois le drapeau à croix gammée flotte sur les bâtiments officiels, le salut nazi est devenu une obligation.
A Burgdorf l'institutrice Fraülein Jansen cherche comment permettre à ses élèves de s'exprimer sur le sujet sans débordement, sans en faire une commémoration car elle ne doute pas vraiment du côté « fabriqué » de l'évènement.
Elle est consciencieuse la petite institutrice,Thekla, elle veut bien faire, elle veut plaire aux parents, elle a mal vécu la mise à l'écart des enfants juifs et aussi de l'institutrice qui l'a précédée Fraülein Siderova. Elle va devoir remplir son ahnenpass puisque c'est obligatoire.
Cela l'attriste mais pas au point de s'insurger, pas au point de montrer son désarroi. Et puis parmi les familles il y a des nazis convaincus et parmi les enfants de la classe plusieurs sont inscrits aux Jeunesse Hitlériennes et elle est prête à soutenir Bruno Stostick dont les parents s'oppose à son adhésion.
Faire la classe devient un casse-tête : il y a tous les auteurs interdits, utiliser les cartes murales devient un tour de passe passe car l'Allemagne n'y apparait pas à la même échelle que les autres nations !
Autour d'elle la peur s'est installée mais Thekla ne veut rien voir.
Chaque élève apprend par coeur le poème de Hitler à sa mère
« Un mauvais poète, se dit Thekla. Il a échoué en tant que peintre. Il a essayé d'écrire un opéra car il voulait être un autre Wagner. Et maintenant ces rimes bourratives qui n'auraient jamais trouvé place dans l'anthologie d'Echtermeyer. En art, le sentimentalisme n'est pas seulement insincère mais impardonnable. » mais elle obéit.
Les enfants jouent le rôle de sentinelle partout, à l'école, chez eux et n'hésitent pas à dénoncer leurs parents pour prouver leur courage, à mettre à sac la bibliothèque qu'ils aimaient, quoi de plus malléable qu'un enfant ?
Pourtant une petite musique résonne au fond de Thékla par la voix d'Henri Heine « là où l'on brûle des livres on finira par brûler des gens »
L'écriture est simple comme une rédaction enfantine, le rythme est lent mais s'accélère au fur et à mesure que la peur monte.
Le ton volontairement uniforme de l'auteur est là pour nous rappeler que les discours peuvent apparaitre comme lénifiants, parfois endormir notre vigilance, il est souvent plus facile de jouer les naïfs et de suivre le troupeau, mais aussi qu'à vouloir être trop obéissant il arrive que le destin vous rattrape.
Son ami communiste tente de l'alerter mais c'est son ancienne institutrice, exclue pour cause de judéité, celle dont elle a pris la place, qui va lui ouvrir les yeux.
Je ne vous dis rien volontairement de plusieurs évènements, ressorts même du récit alors chut .....
Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
bookworm23
  24 août 2013
Voilà, un livre sur la seconde guerre mondiale qui mérite d'être découvert et d'être lu car il montre un éclairage différent sur la seconde guerre mondiale.
Ce roman relate l'histoire de Teckla, une jeune institutrice d'une classe de garçons qui remplace son ancienne institutrice au même poste car celle-ci a été renvoyée puisqu'elle est juive. Nous sommes à l'hiver 1934, Teckla voit peu à peu ses élèves juifs quitter sa classe pour se rendre soit aux Etats-Unis avec leurs parents, soit prendre leurs leçons à la synagogue puisque ces enfants sont désormais interdit d'école publique. Peu à peu, elle voit ses élèves s'intéresser de plus en plus aux jeunesses hitlériennes. Un livre très intéressant qui nous montre de quelle façon la population allemande a pu croire en Hitler et en ses promesses. Un roman qui nous permet de mieux comprendre une phase de l'Histoire allemande et mondiale sous un autre angle.
Commenter  J’apprécie          30
ViolaineB
  28 juillet 2017
Thekla Jansen est une jeune enseignante dans l'Allemagne des années 1930. Alors que le nazisme monte, elle tente d'ouvrir ses élèves de 10 ans au monde, au droit de penser différemment et à la tolérance.
En parallèle, l'histoire complexe de ses parents est contée pour finalementla rattraper.
Une jolie histoire d'une enseignante passionnée dans un contexte historique difficile. Je recommande
Commenter  J’apprécie          50
Cacha
  10 juin 2015
L'histoire d'une journée dans la vie d'une institutrice allemande avec retour sur son passé. L'époque est sombre puisqu'il s'agit de l'anniversaire de l'incendie du Reichstag et de l'ascension d'Hitler au pouvoir. Ce livre démontre bien comment la propagande façonne les esprits, dès le plus jeune âge.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ivredelivresivredelivres   03 mars 2015
Un matin d’hiver de 1934. Imaginez le givre sur les vitres de cette école de village sur le Rhin, des fleurs laiteuses de givre. Imaginez le froid glacé sur les nuques des garçons dans la salle de classe de Fraülein Jansen. Ressentez leur effroi parce que c’est aujourd’hui le premier anniversaire de l’incendie qui a détruit le siège du parlement de Berlin, un incendie qui a roussi leurs rêves dans un whouch de jaune et de rouge, déchiqueté et rapide, si rapide qu’on dirait un fouet, comme un vent chaud, qui s’agrippe aux poutres jusqu’à ce qu’elles s’affaissent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ivredelivresivredelivres   03 mars 2015
Un mauvais poète, se dit Thekla. Il a échoué en tant que peintre. Il a essayé d’écrire un opéra car il voulait être un autre Wagner. Et maintenant ces rimes bourratives qui n’auraient jamais trouvé place dans l’anthologie d’Echtermeyer. En art, le sentimentalisme n’est pas seulement insincère mais impardonnable.
Commenter  J’apprécie          20
IncongrueIncongrue   20 juillet 2014
... nés dans des familles où un geste aussi évident que moucher son enfant ne se pratique pas et n'est pas enseigné
Commenter  J’apprécie          00
IncongrueIncongrue   20 juillet 2014
une fois qu'une brèche s'ouvre dans notre façon ancienne de voir le monde, tout le reste se modifie.
Commenter  J’apprécie          00
IncongrueIncongrue   20 juillet 2014
il comprit qu'il voudrait vivre là. Devenir prêtre. Ou peut-être montreur de singes au cirque.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Ursula Hegi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ursula Hegi

Trudi la naine reçoit le Prix des lecteurs 2010 - Discours d'Emmanuelle Collas
Le Prix des lecteurs du Livre de Poche a été attribué le 20 septembre à Trudi la naine d'Ursula Hegi (Galaade, 2007). Discours d'Emmanuelle Collas au Palais ...
autres livres classés : institutriceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2016 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre