AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie-José Lamorlette (Autre)
EAN : 9782253034353
Éditeur : Le Livre de Poche (01/04/1984)
4.07/5   91 notes
Résumé :
1966. Tucsa, Oklahoma. Deux bandes rivales, les Socs – la jeunesse dorée de la ville – et les Greasers – sortes de blousons noirs aux cheveux gominés –, se livrent une guerre sans merci.

Ponyboy Curtis, quatorze ans, est un Greaser. Il traîne dans les rues avec ses copains qui, comme lui, sont des loubards. Mais le meurtre d’un Soc bouleverse brutalement sa vie insouciante, le mettant hors la loi. Au fil d’événements dramatiques, le jeune garçon va de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 91 notes
5
9 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Elphie
  07 novembre 2012
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec ce livre. Je savais juste d'après les commentaires de Dieu que Ponyboy était un type bien. Et puis dès les premières pages j'ai été "prise" par l'histoire de ce jeune Greaser pas comme les autres. Car oui, Ponyboy a beau être un Greaser, il est surtout un rêveur, un lecteur, un type intelligent qui veut autre chose qu'une vie de voyou...
L'histoire est racontée par Ponyboy, et se retrouve alors emplie de toute la naïveté d'un jeune greaser de 14 ans qui certes n'a pas eu la vie facile, mais qui ne connait pas tout non plus de la vie. On suit le fil de ses pensées, et tout cela n'en rend la lecture que plus touchante. On ne dirait pas en lisant le résumé, mais Les Outsiders est un livre bien émouvant. J'avoue avoir eu les yeux humides un bon nombre de fois pendant la lecture - et il ne fait que 219 pages !
Les Outsiders est une histoire sur les répercussions des "guerres" entre gangs, mais en même temps ça va beaucoup plus loin que ça. Ca parle de différences au sein d'un groupe (tous les Greaser n'ont pas les mêmes idées, les mêmes motivations), de relations fraternels (Ponyboy vit avec ses deux frères Sodapop et Darry), d'amitié (entre eux, c'est à la vie, à la mort!), et il illustre bien le dicton disant que la vraie famille c'est celle que l'on choisi...
Un autre point qui m'a plu dans le roman, c'est que l'histoire a beau se passer dans les années 60, le thème est toujours d'actualité... La "guerre" des gangs fait toujours des victimes de nos jours... Et ce qui est plus étonnant encore ce sont les circonstances dans lesquelles il a été écrit : Susan Eloise Hinton a écrit ce roman alors qu'elle était à peine âgée de 16 ans. Elle était révoltée par les injustices sociales ayant lieu dans son lycée et a alors décidé d'écrire son livre. C'était sa façon à elle de montrer le vrai côté des "outsiders"...
En résumé, un beau roman, avec des personnages auxquels on s'attache énormément malgré leur réputation de voyou (et d'ailleurs on se rend vite compte que les voyous, ne sont pas toujours ceux qu'on croit...)
Lien : http://sweet-madness.hautetf..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
kathel
  01 mars 2017
Dans ce roman imaginé par une jeune fille de seize ans en 1967, l'auteure se met dans la peau, dans la tête, dans les mots d'un jeune de quatorze ans de Tulsa, en Oklahoma. Ponyboy Curtis vit avec ses deux frères dans un quartier déshérité, appartient au clan des « Greasers » qui s'opposent régulièrement aux « Socs », les petits bourgeois en voitures décapotables et polos bien repassés. Leur culture commune est la bagarre, les codes de la rue, le cinéma en plein air, l'alcool et les cigarettes. La mort d'un de ces jeunes va bouleverser la vie de Ponyboy, et l'obliger à prendre la fuite.
Mais ce « West side story » de l'Oklahoma va bien au-delà du portrait, très réussi au demeurant, d'une génération cabossée. Car la jeune auteure, finement, ne caricature pas les garçons et les filles des deux clans rivaux. D'un côté comme de l'autre, certains diffèrent un peu des autres, essayent de s'en sortir, de voir plus loin que leurs petites guerres, de prendre conscience que tout cela finira mal. Ce roman est aussi celui du rôle de la littérature qui sauve, de la solidarité, de l'amour, de la mort, de la rédemption peut-être…
Je ne sais plus trop pourquoi j'ai choisi ce roman, puisque le choix d'un narrateur adolescent, je trouve toujours cela un peu risqué. Bien souvent, je ne reste pas intéressée très longtemps, ça semble un peu fabriqué. Cette fois, j'y ai trouvé un accent de véracité, et malgré le vieil exemplaire tout jaune et délabré que j'avais sous la main, j'ai dévoré le roman ! Quelques phrases sonnent de manière un peu naïve, parfois, mais cela reste assez marginal pour ne pas s'y arrêter. Je me suis dit qu'on devrait en faire un film, de cette formidable histoire, mais il existe déjà !
Lien : https://lettresexpres.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Atari93
  01 juin 2016
Cette histoire prend le lecteur sur un voyage phénoménal par les choix de vie d'un jeune membre de gang. Nous savons que la période est mise au milieu des années 60 à cause de ce que les gens portent et l'argot qu'ils utilisent. le livre suit les difficultés de notre jeune protagoniste de seize ans, Ponyboy. Ponyboy est votre moyen inadapté de lycée qui se trouve au milieu de deux gangs rivales, les Greasers et les Socs. Ponyboy est un Greaser, mais il n'adapte pas le moule. Il aime les choses que les autres membres du gang ont aucun intérêt pour, comme la lecture et regarder des films. Pour Ponyboy ce gang n'est pas seulement un gang, mais c'est sa famille. Seul le temps nous dira où les choix de Ponyboy le mèneront.
Je n'aime d'habitude pas les livres de lecture, mais "Outsiders", par le S.E. Hinton, est une des rares exceptions. le livre fait un excellent travail à capturer les émotions des personnages et laisse le public en admiration. Je trouve que ce livre soit captivant et perspicace. À mon avis, je trouve que le conte soit puissant. Les personnages ont chacun une personnalité unique qui vous fait sentir un lien avec eux. La manière dont l'histoire est racontée du point de vue de Ponyboy, crée une expérience divertissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
kanterror
  28 décembre 2010
Le résumé m'avait attiré, les histoires de rebelles gominés valant toujours leur pesant de cacahouètes... résultat, une grosse frustration au bout d'une vingtaine de pages, l'écriture étant extrêmement gentillette, flirtant même avec la niaiserie régulièrement (j'imagine que la traduction en français n'aide pas... les "c'est un chic type", "mince alors", "mon frère est un chou" font plus penser à la série la fête à la maison qu'à des caïds s'éclatant à coups de chaines de vélo). Après vérification, effectivement le roman s'adresse plus aux ados, et a été écrit par une américaine alors âgée d'à peine 17ans. Une fois mis ca de côté, on retrouve un roman de gare qui se lit bien (je l'ai lu dans un train d'ailleurs), pas prise de tête, pas trop moralisateur, mais pas franchement révolutionnaire non plus. Les gominés méritent mieux ! Je le conseillerai quand même à un ado, ca peut toucher son public (un ado pas fan de lecture, avec un environnement personnel pas super sain, ca doit se trouver)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
bina
  02 décembre 2017
Voici un petit livre de poche que m'a prêté une collègue qui devrait plaire aux lecteurs de Nous rêvions juste de liberté de Loevenbruck.
Nous sommes dans les années 60 à Tulsa, Oklahoma, en compagnie de jeunes désabusés. Nous vivons quelques jours en compagnie de Ponyboy, Johnny, Dally, Darry, Soda. Des jeunes plus ou moins scolarisés, des jeunes qui doivent bosser, des familles socialement touchées, deux bandes rivales. Les socs, jeunesse de bonne famille, les Greasers, jeune populaire.
Tout est prétexte à s'affronter, querelle de territoire, de fille, la moindre rencontre est prétexte aux échauffourés.
Mais quand on a 14 ans et qu'un drame survient, Ponyboy se retrouve très vite dans le grand bain. Sa vie insouciante bascule du jour au lendemain et le passage à l'âge adulte va se produire bien plus vite que prévu.
C'est un roman qui m'a beaucoup plu, et que j'imaginais, je ne sais pas pourquoi, écrit par un homme. Peut-être parce que j'avais souvent en tête l'autre roman auquel je le compare. A tort. C'est le cliché type. Quelle ne fut donc pas ma surprise de voir que les initiales correspondaient à un prénom féminin!
[Attention! Ne me faites pas dire ce que je n'ai surtout pas dit! je n'ai jamais dit ni pensé qu'il y avait une littérature féminine et une littérature masculine! Mais voilà, pour une fois, je n'avais pas cherché à en savoir plus avant de commencer ma lecture pour davantage de surprise à la lecture.
Si je prends la peine d'ajouter cette remarque, c'est que mon commentaire à une copine m'a valu cette suggestion aberrante.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
kathelkathel   01 mars 2017
J’adorais la campagne. Je rêvais d’être en dehors des villes, loin de l’agitation. Mon seul souhait était d’être allongé sur le dos, sous un arbre, et de lire un bouquin ou de faire un dessin, sans craindre d’être attaqué, ni d’être obligé de porter un couteau […]
Commenter  J’apprécie          60
LilyKLilyK   27 juillet 2016
Un matin, je me suis éveillé plus tôt que d'habitude. Johnny et moi, on dormait blottis l'un contre l'autre pour se tenir chaud - Dally avait raison en disant qu'il ne ferait pas chaud là où on allait. Prenant soin de ne pas déranger Johnny, je suis sorti m'asseoir sur les marches et j'ai fumé une cigarette. Le jour se levait. Le fond de la vallée était empli de brume; parfois, quelques flocons s'en échappaient et s'élevaient, petits nuages vagabonds. Le ciel était plus clair à l'est et l'horizon n'était qu'une mince ligne dorée. Il y eu un instant de silence, comme si tout retenait sa respiration, et puis le soleil s'est levé. C'était merveilleux.

" Mince! déclara soudain Johnny à côté de moi, me faisant sursauter. C'était chouette.
- Ouais."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ScoutCurtisScoutCurtis   06 juillet 2016
Ce poème, ce type qui l'avait écrit, il voulait dire que quand on est gosse on est en or, comme les premières feuilles. Quand on est gosse, tout est neuf, comme l'aube. C'est juste quand on s'habitue aux choses que le jour remplace l'aurore. Comme ta façon de regarder les couchers de soleil, Pony : ça c'est de l'or. Reste comme tu es, c'est la meilleure façon d'être.
Commenter  J’apprécie          30
SisteroftheMoonSisteroftheMoon   21 août 2013
Dally fouillait la poche de sa chemise à la recherche d'une cigarette. Comme il n'en trouvait pas, il demanda :
"T'as pas un tube à cancer, Johnny ?"
Commenter  J’apprécie          70
DadaverdeDadaverde   26 septembre 2013
Pourtant son visage dur exprimait de la personnalité, de la fierté, et une méfiance sauvage pour le monde entier. Il n'aurait jamais pu rendre son amour à Cherry Valance. Il aurait fallu un miracle pour que Dally aime qui ou quoi que ce soit. Son combat incessant pour sa survie l'avait endurci au-delà de tout sentiment.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : gangsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Susan Eloise Hinton (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1488 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

.. ..