AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2265031542
Éditeur : Fleuve Editions (30/11/-1)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Les sphincters déchirés, Bruno poussa un hurlement atroce. Une pointe acérée aurait mis fin prématurément à son supplice mais le pal arrondi pénétrait au ralenti, écartelant les muscles, rompant la chair fragile des muqueuses, comprimant les zones nerveuses et refoulant sans les déchirer les organes vitaux vers l'épiderme où ils formaient des bosses immondes. La douleur devint atroce quand le pal commença à se frayer un passage dans son abdomen. Une femme s'approcha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Fab72
  19 juillet 2014
« L'écho des suppliciés » est le numéro 14 de la collection Gore et le dernier des deux romans gore de l'écrivain Joël Houssin.

Pierre-Saint-Luc, une station de ski, souffre d'un manque persistant de neige. Mathieu Mazeno, promoteur immobilier, propriétaire d'une grande partie de la station et les commerçants pensent mettre la clef sous la porte. le vieux Antoine, natif de la région, propose à Mazeno d'aller voir Anaïs, une vieille sorcière qui habite au milieu d'un bois près de la station. On dit qu'elle a le pouvoir de faire la pluie et le beau temps. Mazeno suit le conseil du vieux…

Une tempête de neige s'abat subitement et coupe la station du reste du monde. Des vacanciers sont bloqués dans la neige en montant de la vallée vers la station. le glacier qui la surplombe se détache et « l'aiguille du Diable » se déplace en libérant un tourbillon de brume sombre…

Le vieux Antoine a oublié de préciser à Mazeno que ses grands-parents s'étaient toujours gardés de solliciter Anaïs. Certains pensaient qu'elle gardait une porte qui donnait directement sur l'Enfer. Et c'est l'Enfer qui s'abat sur la station : corps écrasés sous un chasse-neige comme des galettes, skieurs empalés… Des milliers d'êtres aux yeux rouges, nus, aux corps gris, envahissent la station et torturent (le mot est faible !) les habitants. Ces êtres silencieux aux visages figés sur un rictus d'agonie, armés de crochets et autres fouets cloutés, refont subir aux vivants leur supplice.

La quatrième de couverture donne le ton : « Les sphincters déchirés, Bruno poussa un hurlement atroce. Une pointe acérée aurait mis fin prématurément à son supplice mais le pal arrondi pénétrait au ralenti, écartelant les muscles, rompant la chair fragile des muqueuses, comprimant les zones nerveuses et refoulant sans les déchirer les organes vitaux vers l'épiderme où ils formaient des bosses immondes. La douleur devint atroce quand le pal commença à se frayer un passage dans son abdomen. Une femme s'approcha, lui glissa une barre de métal entre les mâchoires et lui brisa les dents une à une, à coup de piolet. Une autre femme venait de planter ses ongles répugnants de crasse dans ses testicules et commençait à les arracher lorsque les muscles abdominaux du skieur cédèrent brutalement. Ses pieds touchèrent le sol, le pieu lui traversa la poitrine et ressortit par la bouche, dégoulinant d'humeur pulmonaire et de viscères encore gonflés d'excréments… ».

S'il ne fallait choisir qu'un seul roman Gore à lire parmi les 118 titres parus, ce serait celui-ci. L'histoire, l'enchaînement des événements, la tension et la qualité de l'écriture (pour ce genre de livre) en font un chef-d'oeuvre de la collection Gore. Pour public averti seulement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Keoma82
  04 janvier 2017
Incontestablement le livre le plus gore qu'il m'ait été donné de lire. Les descriptions folles des sévices subits par les habitants d'une station de sports d'hiver par des créatures sadiques tout droit échappées de l'enfer sont particulièrement horribles, à la limite du soutenable. Il m'est arrivé de poser le livre en cours de lecture le temps de digérer ce que je venais de lire (et c'est bien la première fois que ça m'arrive), tant Joël Houssin fait preuve d'inventivité et de surenchère dans les descriptions des nombreuses tortures et attaques sadiques perpétrées par ses cruels petits êtres. LE livre qui pourrait clairement servir de porte-étendard à la collection.
Commenter  J’apprécie          32
LouloudeFelicite
  07 janvier 2019
Considéré comme LE manifeste français de ce genre de littérature, ce texte épuise vite ses ressources au bout de soixante-dix pages...les créatures ne présentent plus aucun intérêt, l'écriture devient lassante, les péripéties ne cherchent pas à dissimuler leur caractère invraisemblable, l'inexistence d'enjeux est presque revendiquée ; les descriptions anatomiques gratuites paraissent bien rébarbatives et les listes molles de tendons arrachés, naturellement inutiles. La porte de l'enfer, la sorcière, la malédiction...on baille. Quelques éjaculations par ci par-là, l'auteur n'a pas pu se retenir ! Au bout du compte, la moindre page de "ce que j'appelle oubli" de Mauvignier est plus atroce, plus dure, sans porno ni gore. Une assez bonne littérature de gare - pardon - une paralittérature qui sut se faire remarquer, puis se faire oublier. Avant de resurgir, qui sait ?
Commenter  J’apprécie          10
Morghal
  04 juin 2017
"L'écho des suppliciés" est la seconde participation de Joël Houssin pour la série Gore, la première étant le plutôt réussi "L'autoroute du massacre", 2ème roman de la série. Réputé comme l'un des livres Gore les plus réussis, j'en attendais peut-être trop et du coup j'ai été un peu déçu. Il est plutôt bon mais c'est pas encore ça, je trouve le récit trop fractionné, il y a trop de personnages, la plupart inintéressants et d'ailleurs tous ne sont que de la chair à canon, se font tuer assez rapidement sans qu'on est eu le temps de s'y attacher, empêchant la tension de s'installer. Je regrette aussi qu'on ne s'attarde pas plus sur le pourquoi du comment, l'histoire en elle-même étant vite expédiée pour se concentrer sur les sévices et les scènes gore. Et là il est vrai, c'est clairement le gros point positif du livre, les séquences gores étant très graphiques et cruelles, les amateurs ne seront déçus.
Commenter  J’apprécie          00
Guenot
  17 mars 2017
Oui, je suis d'accord avec les deux autres critiques, cet ouvrage est le meilleur sans conteste de toute la collection, tant en termes d'horreur pure que d'écriture. Insoutenable est le maitre mot dans cette petite perle où Joël Houssin nous montre ses qualités d'écrivain, bien dissimulées dans sa série des Dobermans, achevée l'année précédant ce petit chef d'oeuvre du gore.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Joël Houssin (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joël Houssin
Obertone, Joël Houssin, Boris Dokmak, Marc Besse et Noir Désir...
autres livres classés : goreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
544 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre