AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2874893463
Éditeur : Weyrich Edition (09/02/2016)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Le vent de la démocratisation et de la perestroïka qui a balayé le mur de Berlin souffle désormais en Afrique et libère Nelson Mandela du joug de l’apartheid. Justin a perdu sa mère et sa sœur dans une fusillade à Goma. Il est embrigadé comme enfant soldat dans le génocide au Rwanda, puis devient « kadodo » dans l’armée qui marche victorieusement contre Mobutu… Dans un bâtiment de la ville de Kisangani, il sauve une jeune fille de 15 ans qui vient ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Maxie
  13 octobre 2016
Kivu L'espoir est la suite d'un précédent roman : Kivu, du paradis à l'enfer. Je n'ai pas eu l'occasion de lire ce dernier, et Kivu L'espoir m'a été offert dans le cadre d'une masse critique (grand merci à Babelio et aux Editions Weyrich), donc je l'ai entamé directement. Au départ, je me suis dit que grâce au résumé précédant le préambule, ce roman pouvait se lire indépendamment. Malheureusement, j'ai quand même regretté au fil de la lecture de ne pas avoir lu Kivu, du paradis à l'enfer, car les relations entre certains personnages auraient été plus compréhensibles, et l'histoire de la région également. Néanmoins, à part ce regret, j'ai trouvé ce roman extraordinaire. Il m'a réellement ouvert les yeux sur ce qui se passe en République démocratique du Congo et sur les implications qu'a eu dans cette région, au sous-sol si riche, le génocide rwandais. A la suite de cette lecture, on ne peut être qu'horrifié par ce que subissent les filles et les femmes au Kivu, ainsi que par le laisser-faire des autorités, congolaises et occidentales, qui sont davantage préoccupées de maintenir leur main-mise sur les ressources naturelles que du bien-être d'une population entièrement sacrifiée sur l'autel du progrès technologique, gourmand en minerais. Les premiers chapitres m'ont vraiment ébranlée, déprimée, comme jamais aucun roman ne l'avait fait auparavant. Ensuite, quand l'auteur, Alain Huart, s'éloigne un peu de la RDC pour déplacer le récit au Mexique, ou les cartels font aussi régner le non-droit dans certaines régions, la tension est devenue moins forte, et la lecture plus supportable. J'aurais d'ailleurs préféré, pour l'unité du récit, que l'auteur s'en tienne à l'Afrique plutôt que de digresser sur le trafic de drogue entre le Mexique et les Etats-Unis et les éventuelles implications au Moyen-Orient. Mais c'était sans doute nécessaire pour bien faire ressortir l'influence des Etats-Unis dans ce bourbier général… Un aspect très positif de Kivu L'espoir est que les chapitres sont régulièrement séparés par des notes historiques explicatives, qui permettent de bien comprendre dans quel contexte géopolitique se situe l'intrigue au fur et à mesure qu'elle évolue. le livre se termine également par un cahier pédagogique pour ceux qui désirent en savoir encore un peu plus. Comme l'explique Alain Huart à la fin de son livre, il a voulu écrire ce roman pour informer tout en étant lu, car un ennième rapport sur la situation en République démocratique du Congo n'aurait pas touché le plus grand nombre. Mission accomplie, ce roman vaut vraiment la peine d'être lu, mais je conseille de commencer par le premier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AngieLo
  24 octobre 2016
Tout d'abord merci à Babelio et Weyrich Editions qui m'ont fait parvenir ce magnifique roman.
Avant de lire cet ouvrage, je n'avais comme souvenir du génocide rwandais que ce que les médias français avaient bien voulu nous montrer à l'époque, autant dire un souvenir déformé et des informations partielles et erronées qui n'abordaient pas le désengagement des pays européens ou a contrario leur parti pris pour le dictateur Mobutu, un parti pris inhérent à des intérêts politiques et économiques évidents. Ce récit palpitant, bouleversant, poignant nous révèle la complexité du conflit et décrit les souffrances d'une population déchirée qui subit tour à tour violences, viols, massacres, sous le regard inactif et désintéressé des pays riches. Les faits historiques qui font l'objet de ce roman sont bien expliqués malgré la complexité des territoires et des populations. Des introductions à chaque chapitre, des cartes et un cahier pédagogique à la fin de l'ouvrage permettent au lecteur d'y voir un peu plus clair.
Ce roman met en lumière la rencontre d'un soldat embrigadé lorsqu'il était enfant et d'une jeune fille violée à l'âge de 15 ans et décrit l'espoir qui naît avec cette rencontre. Ce n'est pas uniquement un livre racontant des tragédies. Bien au contraire. C'est comme son nom l'indique un livre rempli d'espoir qui va emporter les personnages bien au-delà de cette majestueuse Afrique. C'est également un récit qui décrit les paysages d'une Afrique colorée, une Afrique aux mille couleurs.
La lecture de ce roman incite par ailleurs le lecteur à se poser des questions : des questions sur l'engagement des pays européens qui, quelques siècles auparavant ont colonisé ces territoires et continuent à puiser les richesses de ces terres sans se préoccuper de la population qui y vit, mais aussi des questions sur l'actualité brûlante des réfugiés qui, ne pouvant plus vivre dans un pays en guerre qui les affame et les tue sont obligés de fuir et de prendre des risques incommensurables dans l'espoir de trouver une nouvelle terre et un monde meilleur.
Je n'ai pas lu le 1er tome, "Kivu du paradis à l'enfer" mais ce premier roman est résumé en début d'ouvrage et ne m'a donc pas empêché de lire ce passionnant second tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
agrume
  31 octobre 2016
Un beau livre facile à lire car il est bien ecrit, on est rapidement happé par l'histoire. On apprend beaucoup de choses sur les conflits en république démocratique du Congo, au Rwanda,... le livre fait environ 500 pages et il y a un cahier pédagogique qui explique les conflits, les génocides, le comportement des ONG,...
J'ai été frappé par la précision des faits, le fait que le livre soit très documentés et sourcés, un peu comme un mémoire ou une thèse.
J'ai apprécié la présence d'un résumé du tome 1, et de résumés introductifs pour chaque chapitre,et d'un cahier pédagogique de plus de 100 pages.
Un livre qui ne tombe pas dans la description affreuse ou dans le misérabilisme. On a le point de vue, de plusieurs personnages, qui reste tous dignes quelques soit les événements qu'ils affrontent.
Ce livre est un beau devoir de mémoire, pour ne pas oublier, ce qui s'est passé. On est plongé dans les manigances politiques avec les groupes d'hommes armés, qui se disputent les territoires.
Il y a parfois des répétitions sur un événement lié au traumatisme d'un personnage.
Enfin il permet d'éclairer également sur l'exploitation des minerais pour les téléphones, et les raisons d'exode des populations.
Un livre de témoignages très instructif! J'ai adoré!
Merci à Babelio et Weyrich Editions qui m'ont fait parvenir ce magnifique roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
clodermer
  19 novembre 2016
Voilà un livre incroyablement dense qui traite de la situation récente en république Démocratique du Congo et plus particulièrement dans les provinces du Kivu. Mais pas seulement, car le récit nous entraîne aussi, au risque de nous perdre, aux États-Unis, au Mexique, au Rwanda...
Il y a cependant un lien, pour les héros du roman, entre ces endroits et le Kivu : des minerais rares, recherchés par les fabricants de matériel informatique, pillés au Kivu par des trafiquants sans scrupules. Les pays voisins ferment les yeux, si pas plus, l'État congolais a du mal à contrôler son territoire et à protéger les mineurs.
Le livre est conçu pour être lu à plusieurs niveaux. Il y a d'abord le roman et ses personnages attachants, qui permet de vivre avec eux au Kivu, entre espoirs et découragements, désirs et craintes, au milieu de superbes paysages.
Et puis il y a tous ces textes, insérés entre les chapitres, clairement indiqués par un fond grisé, qui apportent un éclairage historique sur les faits, qui les situent dans le contexte. Ainsi présentés, ils pourraient être ignorés du lecteur qui ne s'intéresserait qu'au roman. Et pour celui qui veut aller encore plus loin, il y a, à la fin du livre, un cahier pédagogique.
J'ai aimé le roman. Surtout quand il se déroule au Kivu ou au Rwanda. J'ai été très intéressé aussi par toutes les informations sur l'histoire du Congo et les pistes offertes qui permettraient à ce pays potentiellement si riche d'offrir une vie meilleure à ses habitants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
clodermerclodermer   19 novembre 2016
La rumeur prétend que le M23 va descendre sur Goma. Vicky tente de mener une vie normale, malgré la peur. Les filles doivent entrer à l'école mais Tabitha rechigne, depuis qu'elle sait comment est intervenu son père.
L'école belge de Goma est parfaitement située, non loin du Rwanda. Derrière la maison de poupée, comme on y appelle la classe de maternelle, il y a une porte secrète. La porte d'évacuation. C'est par là que les grands, quand ils ne sont pas surveillés, rejoignent la coulée de lave qui s'est arrêtée à quelques mètres de l'école. La classe de Tabitha est située en face, sous les grands eucalyptus qui ombragent un jardin d'herbe et de terre battue, où les enfants s'aèrent pendant la récréation. À la moindre alerte, les enseignants font le rappel, calfeutrent les enfants dans le couloir aveugle derrière la salle des quatrièmes. Si cela se gāte vraiment, les parents viendront reprendre leurs enfants pour passer aussitôt la frontière à Gisenyi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MaxieMaxie   13 octobre 2016
La guerre, l'insécurité, les déplacements de population ont appauvri tout le monde. La délinquance est partout. La prostitution prospère, de cinq dollars pour le coup pressé pour les mineurs, à des sommes à négocier pour les autres clients, le coup "plus long" pour les agents des ONG étant le plus dispendieux. Et malgré le nombre de prostituées, car c'est un commerce qui tourne, la fréquence des viols ne diminue pas. Ce sont des véritables zones d'impunité où une rumeur bien entretenue prétend qu'une relation sexuelle avec une fillette permet de prévenir ou de guérir du sida. Pendant ce temps, dans le reste du monde, les gens jouent et téléphonent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Alain Huart (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Huart
Congo 1000 couleurs Alain Huart Weyrich EditionÀ travers ce nouvel album photographique, Alain Huart nous montre toute la beauté du Congo rural, celui qui respire encore l’authenticité et qui nourrit l’espoir que l’agriculture offre enfin une alternative à l’exode rural. Le nouveau livre d’Alain Huart est en librairies en Belgique et en route pour le Congo !
autres livres classés : rwandaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox