AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sylvie Courtine-Denamy (Traducteur)Wolfgang Schneider (Éditeur scientifique)
EAN : 9782220047959
159 pages
Éditeur : Desclée de Brouwer (22/08/2000)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :

La technique est désormais génératrice de malheur pour l'humanité : tel est le diagnostic que formule le philosophe Hans Jonas au fil de ces huit entretiens.

Démographie galopante, insuffisance des ressources de la terre, multiplication des catastrophes écologiques, vide juridique en matière d'euthanasie ou de génie génétique...

Face à cette situation critique, à laquelle est confrontée l'humanité, le salut ne saurait veni... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
hhenry
  01 octobre 2017
Un livre qui faudrait lire et relire! Une philosophie accessible à tous! Un témoigne poignant d'un homme qui pense avant tout aux générations à venir plus qu'a l'importance de consommer.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
sumitsukisumitsuki   13 février 2011
La planète est surpeuplée, nous nous sommes trop étendus, nous avons pénétré trop profondément l'ordre des choses. Nous avons par trop bouleversé l'équilibre, et d'ores et déjà condamné à l'extinction trop d'espèces. La technique et les sciences de la nature nous ont fait passer de l'état de sujets dominés par la nature à celui de maîtres de la nature. C'est cette situation qui m'a incité à dresser un bilan philosophique et à poser la question suivante : compte tenu de sa nature morale, l'homme a-t-il le droit de tolérer un tel état de choses ? Ne sommes-nous pas désormais appelés à une sorte d'obligation radicalement nouvelle, à quelque chose qui n'existait pas autrefois, à savoir, assumer notre responsabilité à l'égard des générations à venir et de l'état de la nature sur terre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
DanieljeanDanieljean   23 septembre 2016
Les progrès des sciences et des techniques ont doté l'homme d'une puissance inégalée sur la nature et les autres espèces vivantes. Pendant longtemps l'homme est resté aveugle aux conséquences de l'utilisation de cette sur-puissance. Mais aujourd'hui le temps de l'aveuglement semble révolu. L'homme est devenu une menace non seulement pour lui-même mais pour la biosphère toute entière. Les Lumières se sont donc changées en leur contraire.



Deux facteurs expliquent cette évolution :



- 1) Un facteur démographique :

Notre accroissement biologique très rapide risque de nous conduire a la catastrophe. Les besoins organiques des populations menacent d'excéder les ressources alimentaires de la planète.



- 2) L'évolution qualitative de notre puissance technologique au XX° siècle :

Les interventions de l’homme ont pénétré jusqu’au niveau moléculaire. L’homme peut désormais créer une matière qui n’a jamais exister, modifier les formes de la vie, libérer de nouvelles forces. Cette capacité de créer au « cœur » même des choses conduit à l’apparition de nouveaux dangers, liés à cette nouvelle puissance. Parmi les nouveaux dangers, l’un d’entre eux consiste à charger l’environnement de substances dont son métabolisme ne peut pas venir à bout. Ainsi à la dévastation mécanique de la nature vient s’ajouter l’intoxication chimique et radioactive. Un autre danger se profile, lié aux avancées en biologie qui permettent désormais de bricoler l'homme lui-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sumitsukisumitsuki   13 février 2011
Qui n'est pas directement menacé ne se décide pas à réformer radicalement son mode de vie. En revanche, dès que la menace se fait pressante, il en va autrement, tant sur le plan individuel que collectif. On ne prend la fuite que lorsque l'éruption volcanique s'est déjà déclenchée. En présence d'une menace indirecte, l'homme réagit de façon indirecte, parfois rationnellement, parfois de manière irrationnelle. Mais les perspectives lointaines, notamment lorsque ce sont au premier chef les générations à venir qui sont concernées, n'incitent manifestement pas les hommes à modifier leur comportement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sumitsukisumitsuki   13 février 2011
S. - A la fin de cet entretien, il semble, professeur Hans Jonas, que vous fassiez preuve de courage et de confiance.
H.J. - Non pas de courage et de confiance, mais je signale qu'il est une obligation à laquelle nous devons nous soumettre. On ne doit pas d'abord évaluer les perspectives et décider après coup de ce que l'on doit ou ne doit pas faire. Mais on doit à l'inverse reconnaître l'obligation et la responsabilité et agir en conséquence, comme si l'on avait une chance, et quand bien même en douterait-on.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   23 septembre 2016
L'accroissement de notre puissance a pour origine l'accroissement de la connaissance humaine. Mais si notre faculté de discernement a augmenté, en revanche notre faculté d'agir en fonction de ce discernement a décliné. L'exploitation abusive de la nature est devenue pour les hommes - et plus particulièrement les hommes de la société occidentale - une habitude de vie tellement ancrée en nous qu'il est devenu impossible de nous en libérer. Le problème c'est que ce mode de vie n'est plus tenable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Hans Jonas (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hans Jonas
La question de Dieu est relancée, dans le monde contemporain, par les religions et les limites des athéismes. L?auteur développe une conception déiste, donc ni religieuse ni athée, issue du judaïsme, qui serait pertinente pour penser le statut de l?Autre et de l?altérité dans la psychanalyse.
L?influence des religions, en particulier sous une forme intégriste voire sectaire, et les limites des athéismes associés à des sociétés totalitaires relancent la question de Dieu dans le monde contemporain. Depuis Freud, « juif infidèle », comme il se définit, jusqu?à Lacan, pour qui la « religion vraie », c?est la catholique, la question de la religion, de la religiosité mais aussi de la fonction psychique et sociale de Dieu traverse la psychanalyse, à partir du fondement de la relation à l?Autre, qu?il soit représenté par la Mère, le Père ou le Maître. La dimension juive de la psychanalyse s?inscrit dans une orientation déiste (un dieu en retrait du monde) en rapport avec la tradition juive et ses conceptions modernes, depuis Spinoza jusqu?à Hans Jonas.
+ Lire la suite
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
129 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre