AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782714482532
384 pages
Éditeur : Belfond (19/03/2020)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Dans la famille Shergill, il y a :
Rajni, l’aînée, mère de famille au bord de l’implosion depuis que son fils ado lui a fait une révélation fracassante.
Jezmeen, la séductrice un brin égoïste, petite actrice londonienne dont le dernier bad buzz tourne en boucle sur les réseaux sociaux.
Et enfin, Shirina, la docile cadette, dont le parfait mariage arrangé commence à sérieusement battre de l’aile.

Trois sœurs que tout oppose et qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
Eroblin
  29 mars 2020
Ce beau roman que j'ai lu rapidement est une invitation au voyage. J'ai pu, pendant quelques heures partir en Inde, visiter les lieux les plus sacrés pour les sikhs, humer les odeurs des plats qui m'avaient l'air bien alléchants. Dommage on est en période de confinement, les saveurs exotiques attendront.
Mais au-delà de ce voyage qui est en fait un pèlerinage imposé par une mère morte d'un cancer à ses trois filles pour lui rendre hommage et renouer des liens distendus entre elles, c'est un roman à la fois émouvant, drôle, triste qui nous est proposé. Quand les trois soeurs se retrouvent à Delhi, ce ne sont pas les joyeuses retrouvailles auxquelles on pourrait s'entendre. Chacune est au bord de la rupture : Rajni l'aînée se ronge les sangs à propos de son fils, Jezmeen est convaincue que sa carrière d ‘actrice est morte avant d'avoir décollé et Shirina la petite dernière cache un secret très lourd. Mais leur mère tenait à ce que ce voyage se fasse, alors enterrant leur rancoeur et leur tristesse, Rajni, Jezmeen et Shirina commencent leur pèlerinage/hommage à leur mère. Un peu perdues dans ce pays qui les fascine (notamment pour Jezmeen) mais en même temps les rappelle à leur propre condition de femme, elles exécutent les souhaits de leur mère. Cette obligation d'être ensemble les oblige peu à peu à parler, se révéler, régler des comptes, à se retrouver.
J'ai beaucoup aimé les descriptions des temples sacrés et même si ce n'est pas toujours facile de visualiser ces lieux, j'ai eu l'impression de rentrer à la suite des trois soeurs dans le « gurdwara de Bangla Sahib », de me purifier dans les eaux du « sarovar d'Amristar ». Mais ce que j'ai surtout aimé ce sont ces trois soeurs aussi attachantes l'une que l'autre, une petite préférence tout de même pour Shirina si fragile, confrontée à un douloureux dilemme. Car ce roman permet aussi d'aborder les inégalités entre hommes et femmes en Inde, les interdits et les tabous qui pèsent sur les femmes.
Je ne peux que vous recommander ce roman et je remercie au passage les Editions Belfond et Netgalley de m'avoir permis de le lire.
Challenge Multi-défis 2020
Challenge Plumes féminines 2020

Lien : https://labibdeneko.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
alexb27
  02 mai 2020
3 soeurs séparées par l'âge, la vie, l'amour (par des mésententes également) se retrouvent pour réaliser les dernières volontés de leur mère (disperser ses cendres dans un fleuve en Inde). Le voyage dans ce pays (qui est celui de leurs origines) est l'occasion pour ces dernières de se redécouvrir et de faire un point sur leurs vies, pas aussi étincelantes qu’elles le laissent penser : Rajni , épouse depuis de nombreuses années, veut le mieux pour son fils (mais ce qu'elle souhaite n'est pas forcément ce qu'il désire) ; Jezmeen, actrice, cherche à percer mais la concurrence est rude ; enfin Shirina, mariée et exilée en Australie, subit la pression de sa belle mère. La confrontation avec l'Inde qu'elles connaissent mal va être le point de départ d'une introspection pour chacune d'elle et l'opportunité d'une nouvelle vie...Cela va être l'occasion aussi d'échanger et de se libérer de secrets bien enfouis. Un roman très intéressant par son contexte, l'Inde, ses paysages et sa culture, et par sa dimension psychologique avec ces 3 femmes écartelées entre leur pays et leurs racines. Une lecture agréable, portée par une écriture fluide et une sororité émouvante. Aussi réussi que le club des veuves qui aimaient la littérature érotique de la même autrice
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
cecille
  16 mars 2020
Je suis toujours en joie de découvrir des auteurs, des romans dont les histoires se déroulent en Inde. Vous l'aurez compris j'ai une affection toute particulière pour ce vaste pays aux mille couleurs et saveurs, aux cultures si divers et complexes.....
Voilà les dernières volontés d'une femme, d'une mère Sita, à ses trois filles. Sita veut mourir, elle souffre trop de ce cancer qui l'a ronge petit à petit. Et elle leur confie cette lettre dans laquelle les filles vont découvrir un voyage que leur mère aura bien fait de leur préparer, un voyage pèlerinage en Inde.
Sita vit à Londres avec deux de ses filles, elle est originaire de l'Inde, la dernière fois qu'elle y est allée c'est avec sa fille aînée suite au décès de son mari. Ce voyage a métamorphosé Rajni dévoilant à son retour un comportement pas des plus faciles à vivre pour ses soeurs comme sa maman. Pourquoi, qu'est-ce qui s'est donc passé au cours de ce voyage ? Pourquoi leur mère n'est jamais retournée ? Qu'elle n'a plus aucun lien avec la famille ?
Tout au long de ce récit, nous allons voyager aussi, quitter Londres et Melbourne où réside la petite dernière Shirina depuis qu'elle s'est mariée, pour atterrir à Delhi et nous laisser guider dans les plus beaux temples de confession Sikh.
Trois soeurs qui ne s'entendent pas à merveille, se cachent des vérités vont devoir se supporter le temps de ce voyage au pays de leurs origines. Vont-elles parvenir à surmonter leurs vives émotions, se dévoiler les unes aux autres ? Je ne vous en dévoile pas davantage.
C'est un roman sur le partir, la fratrie, sensible, émouvant et drôle parfois, la double culture anglo-indienne. L'auteure nous présente une réalité, une famille, des êtres qui s'aiment et se disputent, naissent et meurent, ensembles ou seuls ... la vie quoi ! Tout cela dans un décor spécifique, l'Inde, nouveau rendez-vous que j'ai bien apprécié, je voyais les scènes, les visualisais parfaitement. J'entendais ces trois soeurs à la découverte de ce pays qui n'était pas le leur, les colères, les joies comme les danses rythmées indiennes. Les odeurs ont parfumés cette lecture savoureuse comme un plat épicé aux couleurs de la vie.
A propos de l'auteure, elle est née à Singapour, Balli Kaur Jaswal a grandi au Japon, aux Philippines et en Russie. Son précédent roman édité chez Belfond également en 2018 : le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique à connu un vif succès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Sharon
  15 mars 2020
Comme souvent, quand je sollicite un partenariat, c'est la couverture qui m'a attiré, et franchement, je la trouve toujours magnifique. Bravo à la personne qui l'a conçu, et bravo aussi à Laura Vaz, la traductrice. Ils ne sont jamais trop cités.
Nous suivons le voyage des trois soeurs en Inde. Ne sortez pas les violons tout de suite : ce ne sont pas trois soeurs que la vie a séparé, ce sont trois soeurs qui ont eu une enfance différente, parce qu'elles n'occupaient pas la même place dans la fratrie. Rajni est l'aînée. Elle a eu la chance de bien connaître son père, décédé parce qu'il n'a pas pris au sérieux l'accident dont il a été victime, elle a connu sa mère différente, sans les soucis que l'éducation de trois filles, seules, lui causaient. Elle a aussi longtemps été fille unique, parce que ses parents ont eu du mal à concevoir un deuxième enfant.
Jezmeen, elle, est la soeur du milieu, celle qui se dispute toujours avec sa soeur aînée – parce qu'elle est sa soeur aînée, et parce que, suite à un voyage en Inde avec sa mère, après le décès de leur père, Rajni est devenue raisonnable, une seconde mère en quelque sorte. Et Jezmeen, qui ne connaissait pas sa soeur sous ce jour, n'a pas vraiment supporter. Depuis, rien n'a vraiment changé entre elles. Rajni est devenue la mère raisonnable d'un ado qui ne l'est pas à ses yeux (elle n'a pas pu avoir d'autres enfants), Jezmeen tente de percer en tant qu'actrice, et sa mère de lui répéter jusqu'au bout qu'il faut qu'elle change de voie.
Jusqu'au bout. Ce qui les réunit aujourd'hui est une promesse faite à leur mère, sur son lit de mort : effectuer un périple en Inde et disperser ses cendres. L'objectif est de suivre les instructions, très précises, de leur mère, qui voulait sans doute les faire s'entendre à nouveau, se réconcilier, les réconcilier avec leur pays, par delà sa mort.
Je n'ai pas oublié la plus jeune des soeurs, celle qui, silencieuse, assistait aux disputes entre ses aînées, et faisait tout pour passer inaperçue, c'est à dire correspondre aux attentes de sa mère. Elle a même, comme beaucoup de jeunes indiennes, rencontré son mari sur un site de rencontres, un site de « mariage arrangé ». Elle a tout quitté pour lui, et vit désormais en Australie avec mari et belle-mère. Oui, tout va bien, tout va très bien, c'est du moins ce que pensent ses soeurs, c'est ce que Shirina veut croire.
Chacune a une bonne dose de secrets, de faits qu'elles ne veulent surtout pas révéler aux autres – et quand, comme Shirina, vous êtes habitués à distiller une image sereine et à ne jamais être questionnée, il est facile de dissimuler. Rajni met tout en oeuvre pour suivre le parcours, Jezmeen met tout en oeuvre pour suivre son instinct, et leur duo fait des étincelles. Il en fait aussi parce que l'on est en Inde, et les trois femmes ont beau être anglaises, être des touristes, elles n'en sont pas moins d'origine indienne, elles n'en sont pas moins femmes, et au fur et à mesure de leurs parcours, elles ne peuvent que constater qu'être une femme, en Inde, c'est être vulnérable, c'est ne pas avoir les armes ou les appuis nécessaires pour lutter. Manifester pour ses droits en Inde est aussi montrer à quel point les femmes en ont peu. Être une femme, c'est aussi se sentir coupables : leur mère voulait un garçon, et les trois soeurs, surtout la dernière, ont bien intégré qu'elles n'étaient pas désirées. Certains répondront que l'avortement de foetus féminins est interdit en Inde. Il est des moyens de contourner la loi, surtout quand la pression vient des femmes elles-mêmes. Il est important d'éduquer les filles et les garçons, et ce, dans tous les pays : un retour en arrière est toujours possible, une prise de conscience aussi, heureusement.
Début de la vie, et aussi fin de vie : que désire-t-on pour ses parents, comment veut-on quitter cette vie ? Les trois soeurs n'étaient pas d'accord entre elles, et n'auraient pas le fin mot de l'histoire, juste le rappel qu'il faut profiter des personnes que l'on aime tant qu'elles sont là, et ne pas hésiter à le leur dire, à les regarder, à voir si elles vont bien ou pas. Ne pas vivre les uns à côté des autres, mais les uns avec les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Flaubauski
  23 mars 2020
A la mort de leur mère, Rajni, Jezmeen et Shirina, trois soeurs anglaises que tout oppose, vont devoir contre mauvaise fortune bon coeur faire un pèlerinage en Inde, lieu de naissance de leurs parents, pour laisser les cendres de la défunte dans le Gange. Mais, comme l'on peut s'y attendre dès les premières pages du roman, le pèlerinage ne se passera pas du tout comme prévu.
Comme l'indique la quatrième de couverture, oui, j'ai trouvé qu'il y avait quelque chose d'un Darjeeling Limited au féminin dans ce roman, autant dans les situations rocambolesques décrites que dans la relation entretenue, plus que conflictuelle au départ, entre les trois soeurs, ou encore dans l'atmosphère parfois onirique qui se dégage de certaines descriptions de lieux.
Mais, et c'est ce que j'ai le plus aimé, ce roman va malgré tout beaucoup plus loin puisque, derrière une apparence de frivolité que semble prendre par endroits ce pèlerinage sororal, apparaît finalement une description sans concession, non seulement de la condition féminine en Inde, mais aussi de celle de toutes les indiennes qui sont nées à l'étranger et qui sont tiraillées entre traditions et occidentalisme, parfois jusqu'à accepter le pire. Condition qui va justement, contre toute attente, réunir nos trois soeurs et les faire se découvrir autrement, au-delà de leurs différences.
Une lecture qui fut donc agréable, surprenante en ce que je m'attendais à quelque chose de bien plus léger – ce n'est pas spécialement mon genre -, sans pour autant être inoubliable, malgré la teneur sociétale sur la condition des femmes indiennes que j'ai trouvé très intéressante.
Je remercie les éditions Belfond et NetGalley de m'avoir permis de découvrir ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
cecillececille   16 mars 2020
Si les médecins m’avaient laissée visiter un seul lieu sur Terre, j’aurais choisi ce sanctuaire dédié au huitième des gurus, Har Krishan. Un prince rajput, dont le domaine s’étendait sur ces terres, l’avait invité à y séjourner. Pendant son séjour, une épidémie de variole et de choléra s’est répandue sur Delhi. Au lieu de rester à l’abri du pavillon confortable de son hôte, il est parti apporter de la nourriture et des médicaments à ceux qui en avaient besoin.Le matin, vous irez aider en cuisine et servirez au gurdwara de Bangla Sahib. Pensez à l’histoire du temple et à ce qu’il représente encore aujourd’hui – un foyer et un lieu de guérison. Ce sanctuaire incarne l’altruisme, le sacrifice et l’abnégation. Si seulement j’avais pu m’y rendre ! Je sais que j’en serais ressortie meilleure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
kateginger63kateginger63   04 juin 2020
Si je pensais à la raison de chacun de mes gestes avant de les accomplir, je ne ferais jamais rien. Je passerais mes journées comme maman, à exécuter en permanence des petits rituels qui de toute façon ne changeaient rien, et à prier en étant convaincue que l'au-delà serait meilleur et moins décevant que ce monde-ci.
Commenter  J’apprécie          130
cecillececille   16 mars 2020
Soyez patientes. L’Inde va vous changer de Londres. À peine descendues de l’avion, vous étoufferez à cause de la pollution et de la foule. Vous vous êtes toujours moquées de moi en disant que je parlais trop fort et que j’étais comme une tornade qui emporte tout sur son passage ; à votre arrivée, essayez donc d’imaginer ce que j’ai pu ressentir, à l’inverse, en débarquant au Royaume-Uni, où chaque chose est à sa place, où les maisons sont alignées en rangées régulières et où les trains partent toujours à l’heure. J’espère que vous comprendrez le mal que j’ai eu à m’habituer à ce calme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
alapagedesuziealapagedesuzie   09 avril 2020
Si vous vous souvenez bien, quand j’ai découvert que j’avais un cancer, je voulais entreprendre un pèlerinage en Inde pour honorer les principes des gurus…
S’il vous plaît, faites-le pour moi. Vous m’aiderez ainsi à achever mon voyage sur Terre et entamerez par la même occasion un nouveau chapitre de votre propre vie.
Commenter  J’apprécie          40
AtasiAtasi   28 mars 2020
Elles se remirent en marche en silence. Une annonce diffusée par les hauts-parleurs vint interrompre les pensées de Rajni : le granthi commençait sa lecture. L'écho de chacune de ses syllabes se réverbérait partout mais on comprenait difficilement ce qu'il disait. Quand elles étaient plus jeunes, leur mère allumait la radio tous les matins pour écouter le granthi. Comme beaucoup de sikhs, elle attendait ses conseils quotidiens pour commencer sa journée. Le Temple d'or était le cœur battant du monde sikh : il insufflait son message vital dans les milliers de foyer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Balli Kaur Jaswal (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Balli Kaur Jaswal
Suivez-nous sur : https://bit.ly/2x86SWi Achetez l'ebook sur : https://bit.ly/3bcTQ8z
Après "Le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique", Balli Kaur Jaswal livre un roman cocasse et émouvant sur la complexité des relations familiales, la double culture. Un "Darjeeling Limited féminin", et féministe, des plus savoureux.
autres livres classés : littérature singapourienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Balli Kaur Jaswal (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
85 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre

.. ..