AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290159492
Éditeur : Editions 84 (20/06/2018)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Nous sommes avant Socrate, Platon, Aristote et dans la Grèce du Ve siècle avant J.-C. À Sparte, la citoyenne Carthas, veuve de grand guerrier, met au monde un fils, Aphranax. L'enfant présente une malformation invisible, dans une société qui élimine les faibles. Victime d'un sentiment maternel interdit chez les siens, la veuve Carthas va dissimuler cette faille. Sa conduite hors la loi provoque le Destin. Le vieux monde vacille : Athènes poursuit son envol démocrati... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
PLOOM
  27 janvier 2017
Le lecteur de roman compulsif, celui qui en lit plusieurs par mois, voire par semaine, est toujours étonné de découvrir une oeuvre qui plonge profondément ses racines dans un passé lointain. Il s'agit toujours pour l'écrivain d'une prise de risque considérable car n'est pas historien qui veut et les chausse-trappes sont nombreuses lorsque le récit se trouve immergé dans une époque que l'on ne maîtrise pas tout à fait. L'anachronisme et l'uchronie vous guette sauf évidemment si vous nourrissez depuis des années une véritable passion pour cette période historique. Vous avez fini par maîtriser tous les pièges du récit en immersion.
La naissance du sentiment” de Jean-François Kervéan appartient justement à cette catégorie de romans dont la narration s'épanouit à des millénaires de notre siècle. “ A Sparte, nul ne sait jamais pourquoi Gorgophonée Carthas quitta le champ social de sa cité. Cet hiver-là fut dur, mais les Spartiates ne craignent pas le froid, la faim, le deuil – ce peuple n'a peur de rien. Chez eux, lorsque le vent cingle depuis les crêtes du Mont Parnon, personne ne couvre ses épaules d'une fourrure; tu te pèles et au bout d'un moment , en vertu du stoïcisme, tu ne te pèles plus.” Les premières lignes annoncent d'emblée le projet littéraire de l'auteur : une plongée dans la Grèce Antique dans la Grèce du Vième siècle avant JC. Chacun connait l'histoire de Sparte, cité guerrière où la faiblesse était considérée comme une tare. Les plus faibles ne pouvaient pas faire de bons guerriers et étaient donc immédiatement éliminés. C'est à partir de ce constat impitoyable que l'écrivain va introduire un domino fautif dans la longue chaîne des causes et des conséquences du mode de vie spartiate : la citoyenne Carthès, veuve et fille de grands guerriers met au monde Aphranax un fils qui présente une malformation invisible : il souffre d'asthme. Carthès va désobéir en cachant à l'autorité cette tare qui devrait coûter la vie à sa progéniture. Mais désobéir dans la Grèce Antique c'est provoquer irrévocablement le destin. le récit est lancé et il tient toutes ses promesses car Jean-François Kervéan parvient à nous faire pénétrer au sein d'une société obsédée par les codes, qui rejettent les plaisirs et valorisent l'action et le combat pour forger un destin. Celui d'Aphranax va le voir se rapprocher du roi Leonidas qui est le seul à pouvoir l'intégrer au groupe d'élites des 300 meilleurs hoplites mais pour cela il doit passer par l'agögé, ce terrible dressage qui transforme le spartiate en machine de guerre.
La naissance du sentiment” est un roman fort et puissant qui libère une incroyable énergie et fait la peinture d'une cité dyarchique obsédée par l'égalité des citoyens et terriblement collectiviste. On passe une excellent moment et on apprend beaucoup. Une belle réussite autant littéraire qu'historique.
Archibald PLOOM (CULTURE-CHRONIQUE.COM)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
martinperez
  05 mars 2017
https://dcafeine.blogspot.be/2017/03/la-naissance-du-sentiment-par-jfk.html
L'histoire nous emmène en pleine époque Spartiate. Artys (Historia) Carthas, héros aux tétons saillants et musclé meurt au combat laissant derrière lui sa veuve Gorgophonée (aka Gorge Profonde) et son jeune fils Aphranax au nom déjà prémonitoire pour prévenir les maux de tête.
Seule, elle est contrainte à élever son fils pour le préparer pour l'agogée, rite sélectif et éducatif, afin qu'il puisse devenir la crème de la crème (vanille de préférence) , c'est-à-dire l'un des fiers 300 Hoplite.
Sous la pression d'une société obsédée par codes et des rites élitistes, il y aura de quoi faire car ils cachent un terrible secret qui pourrait coûter la vie à Aphranax ... il est asthmatique ; et dans cette société parfaite, seul les plus forts sont choisis.
L'amour de sa mère , la rencontre de Léonidas seront-ils suffisant ?
Ecrit par Jean-François Kervéan, nègre pour des artistes people éponymes genre Nabila, Drucker, Hervé Villar (que du lourd), ce dernier a également commis l'écriture de certains romans. Alors évidemment les plus vicieux d'entre-vous me diront que ces initiales font très Jacky et Michel et que la destiné de JFK a été assez frontal au niveau des lombaires , loin de moi l'envie de vous contredire ... Prémonitions ? Aucune idée mais dans tous les cas , ce "La naissance du sentiment" à fait naître en moi autre chose qu'une envie assassine ... quoique. :)
Sans langue de bois, ce péplum grec nous transporte dans l'Antiquité avec une fiction dense aux accents politico-romantico-soporifique. Car oui, "La naissance du sentiment" a eu le mérite d'avoir réveillé en moi des sentiments enfuis dans mon tréfonds, un sentiment soporifique (que pensiez-vous?)
Alors je sais qu'il fait partie de la rentrée littéraire, que la couverture annonce une pointe d'humour, que l'auteur a un style certain pour écriture, et il est vrai que le roman est parsemé de notes d'humour qui lui permettent de ne pas trop sombrer dans la frustration de la lecture. Pourtant le sujet aurait pu être plus fin, mieux mené ; le contexte, la complexité de la relation avec sa mère où avec ce Léonidas sur lequel l'on pourrait faire fondre du chocolat sur son torse ... naaan trop facile.
Le roman nous assomme de termes de l'époque qui rebutera les moins érudits d'entre les lecteurs (et croyez moi , nous sommes une armée le glaive tendu), le tout réaménagé avec un langage parfois commun et aux mots savamment menés; Et ce n'est pas le lexique se trouvant à la fin du roman qui me contredira. Trop de termes qui feront que la lecture sera de plus en plus difficile , sans compter l'inaction présente dans la majorité des mots présent à chaque ligne. Un roman voulant contenter trop de lectorat différent et sans prise de risque sur les partis pris.
Pour résumer ? Une histoire de glaive, de yogourt et de noeuds de boudin.
Édité chez Robert , 400 pages, ZZzz (ha ha ) ZZZzzz..!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeaTouchBook
  05 février 2017
Chronique de Scarlett (Chroniqueuse sur le blog Léa Touch Book)
Lorsque j'ai un coup de coeur pour un livre, je suis attentive aux futures parutions de l'auteur. Alors comme j'avais totalement « flashé » sur Animarex de Monsieur Kervéan , me voici , me voilà de retour après la lecture de son nouveau roman : La naissance du sentiment. Et oh bonheur suprême ! J'ai à nouveau été emportée, émue et enthousiasmée par son nouveau récit.
Ce livre nous transporte dans la Sparte antique, en Grèce, à l'époque des guerres médiques contre la Perse.
A Sparte on rencontre la famille Carthas , Gorgophonée la veuve altière d'un héroïque guerrier , donne naissance à un fils Aphranax. Celui-ci est souffreteux, on découvrira au fil de la lecture qu'il est asthmatique. Mais à Sparte, cité guerrière, les jeunes garçons à l'âge de sept ans subissent un rite de passage afin de déceler les enfants handicapés. Et ceux qui ne correspondent pas aux attentes de la Cité meurent. Les autres sont pris en main par des éducateurs afin d'être formé à devenir des êtres forts et courageux dans une ville qui prône l'égalité de tous. Si Sparte est comme Athènes le berceau de la Démocratie occidentale, elle est plus rigide et rigoureuse que sa consoeur dans ses us et coutumes.
Gorgophonée n'aura de cesse de protéger son enfant et celui-ci passera donc le test maudit avec succès et deviendra un valeureux soldat de l'élite spartiate. Son destin et notre lecture croiseront les chemins de noms illustres durant cette période de l'invasion Perse. On côtoie Léonidas le roi fratricide, célèbre pour son combat héroïque et mythique contre les Perses au défilé des Thermopyles avec ses valeureux 300.
On chemine aussi avec le Roi des Rois Xerxès le Perse, et on perçoit en lisant ses propos, ses pensées de fortes similitudes avec un autre roi qui fera aussi l'Histoire (clin d'oeil de Monsieur Kervéan à Louis le grand peut-être…)
On lit avec plaisir leurs aventures dans cette Histoire, dans notre Histoire. On apprend, on se cultive sur une civilisation ancestrale dont nous avons hérité le modèle politique : La Démocratie.
On aime, on souffre, on vit, on passe aussi dans ce roman.
On apprend, qui étaient Démarate, Solon d'Athènes, Lycurgue de Sparte ; ce que sont la ligue hellénique, l' agögé , l'isonomie et l'errance (ce passage sur l'errance d'Aphranax !!!). Et ces dialogues savoureux entre les uns et les autres, celui notamment entre Xerxès et Démarate sur la vision géopolitique de tel ou tel souverain, sur la liberté ou la féodalité des peuples est un discours éternel qui fait réfléchir. Ps : il y a un petit lexique en fin de livre bien utile .
Et toujours ce même plaisir de lecture. Jean-François Kervéan sublime et transcende des instants de l'Histoire, des personnages mythiques avec une plume habile, fluide et qui joue avec les mots et avec le temps mélangeant parfois un ton volontairement moderne, insolent et drôle au rythme plus ancien de l'histoire. « et de l'Inconnu arrivent les emmerdes d'où nait la métamorphose. Si les métamorphoses venaient en mangeant du melon, ça se saurait ».
Parfois décalé et plein d'humour mais jamais au détriment de l'histoire, le ton, l'écriture est un régal je vous dis !
C'est une merveilleuse histoire à lire, qui va vous permettre de mieux connaître la grande Histoire, l'origine de la Démocratie, des lois qui furent le fondement du mieux vivre ensemble. Sans que cela ne soit barbant un seul instant. Et c'est tellement d'actualité…
Alors n'hésitez pas, si vous aimez être surpris, sourire, apprendre, être ému en lisant foncez….
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Elamia
  05 mars 2017
La quatrième de couverture nous le précise, mais je peux désormais le confirmer, La naissance du sentiment est bien un roman érudit. La plume de Jean-François Kerveant est distinguée, parfois crûe, mais surtout pleine de sagesse.
Le scénario en devient presque secondaire, tant ce sont les mots qui décrivent les situations qui prennent le pas sur tout le reste. D'ailleurs, il n'y a pas vraiment d'action, ce sont principalement les relations entre les personnages qui sont mises en lumière ici. Principalement la relation entre Gorgophonée et son fils Aphranax qui, séparés par la distance, sont unis par un lourd secret pouvant à tout moment faire basculer la vie du jeune homme.
J'ai appris énormément de choses sur la vie à Sparte, notamment ce côté impitoyable envers les enfants jugés trop faibles. On vise la perfection, la force, la beauté, tout le reste est déprécié et jugé hors-norme. C'est une société très dure, dans laquelle Gorgophonée, qui a perdu son époux à la guerre, doit vivre également loin de son fils. Malgré ses soucis respiratoires, Aphranax souhaite intégrer la prestigieuse armée des 300. Mais très vite, un autre objectif va s'imposer à lui : tuer son rival, qui n'est autre que l'arrogant prince Léonidas. Nous suivons donc par les yeux d'un narrateur omniscient, la vie de Gorgophonée qui tente de gérer sa solitude, et l'apprentissage d'Aphranax. La veuve profite de la compagnie et des conseils avisés d'un vieux diplomate nommé Hypocoon, dont elle repousse incessamment les avances tandis que son fils poursuit ses classes.
Malgré un style complexe, l'humour est au rendez-vous. Mais attention c'est une lecture ardue qui demande énormément de concentration pour être appréciée à sa juste valeur.
Je suis contente d'avoir découvert ce roman, même s'il s'éloigne de mes lectures habituelles, les ouvrages romancés sur la Grèce antique sont si rares qu'il serait bête de passer à côté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Maelhy
  15 mars 2017
La naissance du sentiment de Jean-François Kervéan est un livre que j'ai obtenu lors d'une masse critique Babelio, que je remercie énormément pour cette très très belle découverte. Publié chez Robert Laffont, c'est un super auteur que j'ai découvert ici !
Ainsi, Nous nous retrouvons plongé au milieu de la Grèce antique, à l'ère où la grande Sparte concurrençait la belle Athènes, peu avant la campagne de conquête de Xerxès. A cette époque, en Lacédémonie, seuls les plus méritants gagneront leur place parmi les héros de ce peuple. Dès leur plus jeune âge, les garçons sont séparés en deux groupes : les plus faibles mourront, les plus fort vivront. Dans cette société qui ne laisse aucune place pour l'attachement familiale, mais qui privilégie la bravoure et l'honneur gagné au combat, naît Aphranax, fils d'Artys et de Gorgophonée Carthas. le jeune enfant souffre d'une maladie cardiaque/respiratoire, qui le condamne immédiatement à la mort dès les premiers tests. Mais c'est sans compter sur sa mère, s'attachant à lui contre les règles, qui tente de le soigner, d'atténuer ses souffrances et leurs symptômes. Aphranax grandit, et fait la connaissance de Léonidas, le célèbre roi de Sparte qui s'illustrera dans la fameuse bataille des Thermopyles (si si, celle du film 300!). Ils vont partager un bout de chemin, entre les complots politiciens d'une ville qui bascule peu à peu dans la guerre, les croyances et secrets des uns et des autres, les révoltes des esclaves, la naissance de l'amour malgré les interdictions… Bref, j'en parlerai des heures.
J'ai énormément aimé la plume de l'auteur. Simple et précis, il nous emmène où il veut, n'hésitant pas à utiliser termes grecs et perses, avec une traduction ou des annotations, ce qui apporte une exactitude que j'ai apprécié retrouver, ce n'est parfois pas le cas dans d'autres romans (Quand on a étudié les langues anciennes, on aime d'autant plus retrouver les termes exacts!). L'auteur n'hésite pas non plus à user de jeux de mots (coucou les chocolats Léonidas), qui m'ont fait beaucoup rire, mais qui permettent au roman de se placer dans un récit contemporain, de se rattacher à notre époque : on ne reste pas coincé avec les héros dans la ville de Sparte il y a près de...2600 ans. Je reconnais que le livre a été long à lire. Par moment, je ne voyais plus la fin des pages, j'avais vraiment l'impression de ne pas avancer, même si ce livre m'a énormément plu. Il a fallut attendre les 60 dernières pages, que tout s'accélère, pour que je referme le livre sans m'en rendre compte.
Au niveau des personnages, j'ai A.D.O.R.E Saad, le petit esclave analphabète. Même si son évolution m'a paru illogique, sa personnalité m'a beaucoup plu, il est loyal, n'a d'yeux que pour son maître, et malgré les coups durs, est toujours disposé à servir (bon ok, il n'a rien dans le crâne, mais je l'ai trouvé tellement chou!).
Grâce à la masse critique Babelio, j'ai pu retracer un bout de l'histoire de Sparte, pour quelqu'un qui aime l'histoire antique, lire ce livre fut un privilège ! Et l'auteur consacre aussi une grande partie de l'histoire à l'importance du rôle des femmes dans les tournants importants de notre passé : j'ai apprécié ces précisions trop souvent passées sous silence.Une très très belle découverte pour cette première édition de la masse critique à laquelle je participai.
Pour retracer l'histoire des sentiments qui peuvent habiter tout un peuple, dévorez ce livre, vous ne serez pas déçus !
❣ Tout simplement : MERCI Monsieur Kervéan. ❣
Lien : http://latasseebrechee.weebl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   19 juillet 2017
"Le bonheur ne fleurit pas pour ceux qui prennent des chemins obliques ".
Pindare , poète thébain.
Commenter  J’apprécie          156
Annette55Annette55   19 juillet 2017
"Il est aussi dur d'aimer que de ne pas aimer".
Anacréon, poète lyrique ionien. 550.464 av;J.C-
Commenter  J’apprécie          70
LeaTouchBookLeaTouchBook   05 février 2017
« Sur ce bout de terre, entre ces hommes de paradoxes va naître par soubresauts, par idéal autant que par désespérance : la Démocratie. »
Commenter  J’apprécie          10
ElamiaElamia   25 février 2017
Arrivés face au ravin, les autorités rendent leur verdict et les soldats balancent les indésirables du haut du précipice, scène qui grave à jamais dans le regard des autres la grandeur d'une société où la gloire coule du sacrifice comme la rosée des aurores.
Commenter  J’apprécie          00
LeaTouchBookLeaTouchBook   05 février 2017
« L’Empire Romain inventerait bientôt l’Amour au sens où on l’entend encore, mais « tout ce qui fleurit à Rome a germé en Grèce.» L’Amour, comme le reste, est venu cinq siècles avant le Nazaréen…Pas plus facilement que la Démocratie.»
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean-François Kervéan (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Kervéan
La chronique de Gérard Collard - La naissance du sentiment
autres livres classés : sparteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
463 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre